Apostats de l'islam Forum Index
Apostats de l'islam
La vraie nature de l'islam - Passer de l'ombre de l'obscurantisme à la lumière de la connaissance
 
FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 

 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

France
Goto page: <  1, 2, 328, 29, 3034, 35, 36  >  
Previous topic .::. Next topic  
Post new topic   Reply to topic    Apostats de l'islam Forum Index >>> Apostats de l'islam >>> Histoire et géopolitique des religions

Author Message
yacoub
Administrateur
Administrateur


Offline

Joined: 08 Feb 2014
Posts: 9,696
Masculin
Point(s): 30,736
Moyenne de points: 3.17

PostPosted: Wed 27 Jun - 10:42 (2018)    Post subject: France Reply with quote

Arrestation d’un réseau d’extrême droite projetant des attentats anti-musulmans : l’absurde déclaration du président de SOS racisme
Le terrorisme de l’ultra droite ? C’est de ma faute et celle de mes nombreux complices ! Grand est notre pêché. C’est pourquoi nous faisons amende honorable.
Mea Culpa
Publié le 26 Juin 2018
image:

http://www.atlantico.fr/sites/atlantico.fr/files/styles/une/public/images/2…


  
 Crédit AFP Photo RÉFÉRENCE DOCUMENT000_O40YO SLUGFRANCE2017 - VOTE - RACISM - CONCERT DATE DE CRÉATION04/05/2017 VILLE/PAYSPARIS





Une dizaine d’allumés de l’ultra-droite projetaient des attentats contre les musulmans. Ils sont sous les verrous. Et c’est une bonne chose. Mais ils ne devraient pas être les seuls.
C’est ainsi qu’on peut, et qu’on doit, interpréter les propos de Dominique Sopo. Le président de SOS Racisme, dont il faut saluer la vigilance jamais prise en défaut, a en effet considéré que ce groupuscule de l’ultra-droite n’aurait pu exister si «la parole réactionnaire n’avait pas été libérée dans l’espace public».
Par «parole réactionnaire» il faut entendre «parole islamophobe».
Je me sens donc coupable pour avoir écrit un certain nombre d’articles critiquant et dénoncant l’islamisme. Mais je ne vois pas pourquoi je serai le seul à aller en taule : le directeur d’Atlantico, Jean-Sebastien Ferjou, qui a relayé mes textes est prié de m’y rejoindre. Avec lui les dirigeants de Sursaut, du Printemps Républicain, les nombreux signataires de pétitions contre l’islamisme, Alain Finkielkraut, Manuel Valls, Laurent Bouvet et tant d’autres. Tous aussi coupables que moi !
Les propos de Dominique Sopo ont le charme certain des tiroirs à double fond. Si, par inversion, on les appliquait aux attentats islamistes (un peu plus nombreux que ceux projetés par l’ultra-droite non?) on obtiendrait des résultats édifiants.
La parole anti-française, anti-juive, anti-chrétienne, anti-kouffars est en effet très, très présente dans l’espace public. Doit-on considérer -à suivre la pensée de Dominique Sopo- qu’elle est responsable de l’assassinat des dessinateurs de Charlie Hebdo? Que lui sont imputables les morts du Bataclan ? Qu’elle est coupable du meurtre de Sarah Halimi ? Et que les corps écrasés sur la Promenade des Anglais à Nice doivent peser sur sa conscience?
Vous voulez des noms ? Les voici. Le rappeur Médine, le collectif «Urgence la police assassine», les Indigènes de la République, Pascal Bonniface, Edwy Plenel et beaucoup d’autres. Comme ils sont très nombreux il faudra pour eux une cellule beaucoup plus grande que celle réservée aux critiques de l’islamisme que nous sommes. J’insiste : des cellules séparées !



Read more at
http://www.atlantico.fr/decryptage/arrestation-reseau-extreme-droite-projet…
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Back to top
Visit poster’s website
Publicité







PostPosted: Wed 27 Jun - 10:42 (2018)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
yacoub
Administrateur
Administrateur


Offline

Joined: 08 Feb 2014
Posts: 9,696
Masculin
Point(s): 30,736
Moyenne de points: 3.17

PostPosted: Fri 6 Jul - 13:19 (2018)    Post subject: France Reply with quote

"Jihad médiatique": le mystère Farouk Ben Abbes

Paris - Cité dans plusieurs dossiers antiterroristes mais jamais condamné, Farouk Ben Abbes, figure de l'islamisme radical jugé à Paris pour avoir administré un site jihadiste de référence dans les années 2000, a dénoncé jeudi des "fantasmes" à son encontre.

Le Belgo-Tunisien de 32 ans comparaît libre depuis mercredi devant le tribunal correctionnel pour association de malfaiteurs à visée terroriste, au côté de deux autres hommes. Un quatrième prévenu est en Syrie.

Tous sont jugés pour avoir administré à la fin des années 2000 le site jihadiste francophone de référence Ansar al-Haqq, "Les partisans de la vérité", désormais fermé. Et surtout accusé d'y avoir incité au combat armé, dans un "jihad médiatique" prôné notamment par Al-Qaïda.


Dans ce dossier ancien, jugé de manière "beaucoup trop" tardive de l'aveu de la présidente du tribunal, Farouk Ben Abbes est accusé d'avoir traduit et diffusé sur ce forum de la propagande jihadiste, entre 2007 et 2009, alors qu'il séjournait en Égypte puis dans la bande de Gaza.

A-t-il cherché à endoctriner, à recruter ? Il a soutenu que ses publications n'avaient toujours eu un but qu'informatif, tout en affirmant "mesurer aujourd'hui la responsabilité qui a été la (sienne), avec le recul".

Mais si l'on connaît aujourd'hui le rôle fondamental d'internet et des messageries instantanées dans les départs massifs pour la Syrie, Farouk Ben Abbes a demandé à être jugé au regard du contexte de cette époque où le jihad se menait à Gaza ou au Waziristan: "Je regrette énormément de choses, mais je ne veux pas non plus qu'on donne à mes actes une portée qu'ils n'avaient pas".

Pour ses avocats, nulle part dans le dossier n'apparaît l'élément "matériel" nécessaire à des poursuites pour association de malfaiteurs terroriste.

Ce petit homme aux airs sages et au discours très construit a longuement insisté sur sa définition du "jihad": une "résistance", "le droit à une population de se défendre en cas d'agression". Ni "attentats", ni "exportation des combats".

C'est dans cette optique qu'il assure être parti pour Gaza, entre 2008 et 2009, mener un "jihad humanitaire". Il s'était trouvé là-bas au contact d'un groupe jihadiste palestinien lié à Al-Qaïda, "L'Armée de l'islam", qu'il n'a jamais intégré, a-t-il soutenu.

Ben Abbes a concédé une "grosse part d'erreur dans (son) activité", "avoir transposé ailleurs" ce qu'il voyait à Gaza, "avoir vu Al-Qaïda comme des résistants en occultant ce qu'ils faisaient à côté".

"Il y a énormément de choses qui se disent sur moi, ça a construit un personnage, des fantasmes", a-t-il affirmé.

- "Présenter une idéologie" -

La présidente du tribunal avait prévenu qu'il ne serait interrogé que sur Ansar Al-Haqq, aucunement sur "le reste".

Car s'il n'est poursuivi dans aucun autre dossier antiterroriste, Farouk Ben Abbes est cité dans plusieurs dossiers de ce type, récents et plus anciens.

Proche des frères Clain, qui avaient revendiqué les attentats parisiens du 13 novembre 2015 pour le compte de l'organisation Etat islamique, il a bénéficié d'un non-lieu dans une enquête sur des projets d'attentats signalés en 2009 par les autorités égyptiennes, où la salle de spectacles du Bataclan apparaissait parmi les cibles, six ans avant l'attaque du 13-Novembre qui y fit 90 morts.

Cité également dans le dossier sur l'attentat ayant coûté la vie à une lycéenne française au Caire en 2009, attribué par les autorités égyptiennes à "L'armée de l'islam", il n'y est pas poursuivi.

Lui qui était jusque récemment l'un des plus anciens assignés à résidence de France assure être "revenu" des discours dans lesquels il baignait à l'époque et avoir même développé "une "contre-théologie".

Un peu plus tôt, ses deux coprévenus, deux pères de famille, avaient condamné le jihadisme et reconnu que leurs publications avaient pu inciter des gens au combat armé, tout en assurant n'avoir cherché qu'à "informer".

"Je pensais avoir le droit de présenter une idéologie", a assuré l'un. L'autre, qui traduisait des communiqués jihadistes via "Google translate", a expliqué avoir agi ainsi pour contrer "les manipulations des médias dits traditionnels".

Réquisitoire vendredi.
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Back to top
Visit poster’s website
yacoub
Administrateur
Administrateur


Offline

Joined: 08 Feb 2014
Posts: 9,696
Masculin
Point(s): 30,736
Moyenne de points: 3.17

PostPosted: Thu 12 Jul - 15:50 (2018)    Post subject: France Reply with quote

Terrorisme : une fois libéré, l'islamiste Djamel Beghal devrait être expulsé vers l'Algérie 16h13 , le 11 juillet 2018, modifié à 16h13 , le 11 juillet 2018
Considéré comme le mentor de Chérif Kouachi et d'Amédy Coulibaly, Djamel Beghal doit être libéré de prison lundi. Il devrait normalement être expulsé vers l'Algérie

 Djamel Beghal avec Amedy Coulibaly en 2010 dans le Cantal. (Sipa)



Au total, près de 450 détenus radicalisés doivent sortir des prisons françaises d'ici fin 2019, parmi lesquels une cinquantaine de "terroristes islamistes". Considéré comme le mentor de Chérif Kouachi et d'Amédy Coulibaly, deux des auteurs des attentats de janvier 2015 à Paris, Djamel Beghal fait partie de ces détenus particulièrement surveillés qui doivent sortir de prison dans les prochains mois. Lui-même est libérable le 16 juillet. Sa sortie de prison constituait un casse tête pour les autorités françaises mais celui-ci semble en passe d'être résolu.
Lire aussi - Terrorisme : pourquoi la sortie de prison de Djamel Beghal risque d’embarrasser les autorités françaises
En effet, selon les informations du Monde, l'Algérie aurait accepté d'accueillir sur son sol cet homme qui a été déchu de la nationalité française en 2007. "Après de délicates tractations diplomatiques entre Paris et Alger autour de ce dossier, les choses semblent s’apaiser. Un laissez-passer consulaire devrait être rapidement délivré, permettant à Djamel Beghal de rejoindre son pays de naissance alors que ses papiers d’identité algériens sont périmés", écrit le journal.
Djamel Beghal veut être expulsé vers l'Algérie
Paris souhaite en effet expulser cet Algérien devenu en France le symbole d'un islamisme mondialisé. Mais il pourrait être assigné à résidence sur le sol français si aucun accord n'était finalement trouvé avec Alger. "Nous travaillons avec les Algériens pour qu'ils accueillent Beghal qui n'a plus la nationalité française", mais "si l'Algérie n'en veut pas, il sera assigné à résidence", avait ainsi indiqué mi-juin la Garde des Sceaux, Nicole Belloubet. 
Djamel Beghal lui-même est favorable à l'option de l'expulsion vers l'Algérie. "Il y a 10 ans, nous avions bloqué son expulsion vers l'Algérie en raison du risque de torture encouru. Le climat lui apparaît désormais plus apaisé", a expliqué à l'AFP son avocat Bérenger Tourné."Djamel Beghal ne veut pas se retrouver à nouveau assigné à résidence, ce qui revient à rester privé de liberté d'aller et venir (...). Rien ne devrait s'opposer à son expulsion puisque tous savent qu'il est Algérien."
Djamel Beghal, 52 ans, est dans le viseur des autorités françaises depuis le milieu des années 1990. Il a été déclaré expulsable en 2007, deux ans après avoir été condamné à 10 ans de prison pour association de malfaiteurs à visée terroriste. Il termine cette fois de purger une seconde peine de 10 ans de prison pour un projet d'évasion en 2010 de Smaïn Aït Ali Belkacem, ancien du Groupe islamique armé algérien (GIA) condamné à perpétuité pour l'attentat à la station du RER Musée d'Orsay en 1995 à Paris. Dans cette même affaire, le terroriste de l'Hyper Cacher Amedy Coulibaly a été condamné à cinq ans de prison pour sa participation à ce projet. L'un des tueurs de Charlie Hebdo Chérif Kouachi avait de son côté bénéficié d'un non-lieu et n'avait donc pas été jugé. 
Une référence pour trois générations d'apprentis djihadistes
Le jour de sa libération, Djamel Beghal aura effectué près de 17 ans de détention dans les prisons françaises. Il est devenu une référence pour trois générations d'apprentis djihadistes. Né en Algérie, il avait obtenu la nationalité française par mariage. Après des passages en Afghanistan, au Pakistan ou à Londres, il avait été arrêté en 2001 aux Emirats arabes unis puis extradé vers la France.
Condamné en 2005, il avait reconnu, avant de se rétracter en expliquant avoir été torturé par les enquêteurs émiratis, avoir été mandaté par un proche de Ben Laden pour préparer un attentat contre l'ambassade et un centre culturel américains. C'est à la prison de Fleury-Mérogis qu'il fait la connaissance des futurs auteurs des tueries de Charlie Hebdo et du magasin Hyper Cacher. Selon les enquêteurs, il devient leur "mentor", respecté pour sa "science religieuse". En 2013, le parquet de Paris définit dans un document Amedy Coulibaly et Cherif Kouachi comme "les 'élèves' de Djamel Beghal". Après leur sortie de prison, Amedy Coulibaly et Cherif Kouachi viendront même visiter l'Algérien dans le Cantal, où Djamel Beghal avait été placé en résidence surveillée après sa sortie de prison en juin 2009. 
Interrogé en 2010, Amedy Coulibaly avait raconté lors d'un interrogatoire son lien avec Djamel Beghal : "Je sais qu’il était en Afghanistan. Il m’a dit qu’il s’était fait torturer là-bas. Le seul fait que je sois toujours en contact avec lui, ce n’est pas à cause de la religion, c’est parce qu’humainement, c’est une personne qui m’a touché. Quand j’étais en prison, il était juste au-dessus de moi, et il était aux isolés. Et cela m’a fait de la peine. Et maintenant sa situation n’est pas confortable, car il n’a aucun revenu, et ça m’a fait pitié." 
Dans une correspondance avec un journaliste américain dévoilée en 2016, Djamel Beghal s'était toutefois défendu d'être le "mentor des frères Kouachi et d’Amedy Coulibaly". "Croyez-moi, ces garçons, ces frères, m’ont plus apporté que ce que j’ai pu leur donner. A un moment où le monde m’avait exclu et où la civilisation humaine m’avait oublié, seul au sommet d’une montagne, ils ont été là […] Ils me manquent terriblement."
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Back to top
Visit poster’s website
yacoub
Administrateur
Administrateur


Offline

Joined: 08 Feb 2014
Posts: 9,696
Masculin
Point(s): 30,736
Moyenne de points: 3.17

PostPosted: Tue 21 Aug - 12:30 (2018)    Post subject: France Reply with quote

Aïd el-Kebir: La plus grande fête de l'islam commence aujourd'hui en France
RELIGION L'Aïd el-Kebir est la plus grande fête pour les musulmans et clôt le le pèlerinage à la Mecque...
O. G.

Publié le 21/08/18 à 11h50 — Mis à jour le 21/08/18 à 11h51




 
Le 6 novembre 2011. Un abattoir mobile a ete installe sur le parc de la Courneuve, afin de permettre le sacrifice d'ovins pour l'Aid-El-Adha ou fete du sacrifice chez les Musulmans . // Photo : V WARTNER / 20 MINUTES — V WARTNER / 20 MINUTES
De mardi à vendredi, les musulmans du monde entier vont célébrer l’Aïd el-Kebir, ou l’Aïd el-Adha, la plus grande fête de l’islam. Ou presque. Car, comme le rappelle RTL, la date de cette « fête du sacrifice » varie selon les pays : une majorité de croyants suivent la décision de la Cour suprême d’Arabie saoudite, qui a donc choisi la date du 21 août. Un choix suivi par le Conseil français du culte musulman (CFCM), les musulmans de France célébrant donc cette fête ce mardi. Mais au Maroc, Pakistan, en Indonésie et en Malaisie, il faudra attendre mercredi 22 août pour célébrer l’Aïd.
Et certains suivront cette célébration à La Mecque, qui a accueilli environ 2 millions de pèlerins depuis le début du Hajj dimanche. L’Aïd el-Kebir a lieu au lendemain de l'ascension du mont Arafat et marque la fin du pèlerinage à La Mecque. 
Sacrifice d’un animal
Une fête qui trouve son origine à la fois dans le Coran et la Bible. Les deux livres religieux relatent l’histoire d’Abraham, ou Ibrahim, qui devait sacrifier son fils pour obéir aux désirs divins. Mais un ange a remplacé son enfant par un animal. Voilà pourquoi aux quatre coins du monde, cette célébration s’appelle la fête du sacrifice et les croyants tuent un animal, mouton, chèvre ou vache selon un rite spécifique.
Afin que les musulmans puissent observer ce rite et éviter que certains n’égorgent un mouton dans leur baignoire, un réseau d’abattoirs temporaires a été mis en place, qui respecte le sacrifice halal. Mais ce rituel n’est pas obligatoire : certains peuvent le remplacer par des dons. Car la fête s’inscrit sous le signe du partage et de la solidarité envers les plus nécessiteux.
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Back to top
Visit poster’s website
yacoub
Administrateur
Administrateur


Offline

Joined: 08 Feb 2014
Posts: 9,696
Masculin
Point(s): 30,736
Moyenne de points: 3.17

PostPosted: Wed 22 Aug - 11:46 (2018)    Post subject: France Reply with quote

Brigitte Bardot dénonce avec courage l’Aïd el Kébir, la « fête du sacrifice » des musulmans : le massacre des moutons va commencer en Europe.


 
Article publié le 21.08.2018
AïD EL-KEBIR – Comme chaque année, la militante de la cause animale Brigitte Bardot dénonce le rituel de l'abattage de la fête de l'Aïd el-Kebir.
Si pour les musulmans du monde entier l'Aïd el-Kébir est la fête islamique la plus importante de l'année, l'actrice et militante de la cause animale Brigitte Bardot voit celle que l'on appelle également l'Aïd el-Adha, en français la "fête du sacrifice", d'un tout autre oeil. À la veille du dixième jour du mois de dhou al-hijja (dernier mois du calendrier hégirien), qui n'est autre que la date de l'Aïd el-Kébir et qui se tiendra donc ce mardi 21 août 2018, Brigitte Bardot a tenu à dénoncer "l'atroce fête rituelle musulmane" que l'événement représente pour elle.  Et pour cause, lors de l'Aïd el-Adha, les familles musulmanes qui le peuvent sacrifient généralement un animal. Le plus souvent, il s'agit d'un mouton. L'idée ? Commémorer la foi d'Ibrahim, ou Abraham pour les judéo-chrétiens, qui n'hésita pas à accepter de sacrifier son propre fils, Ismaël (ou Isaac), pour son Dieu. L'épisode raconte que ce dernier envoya finalement l'archange Gabriel substituer au dernier moment Ismaël par un mouton. À noter toutefois que d'autres pays, partisans des calculs astronomiques différents, ont quant à eux fixé la date de l'Aïd el-Adha au mercredi 22 août, ce qui est notamment le cas du Pakistan, du Maroc, et de l'Indonésie.

L'Aïd el-Kebir, une fête "atroce" pour Brigitte Bardot
Si le jour de l'Aïd el-Adha est synonyme de fête pour des millions de musulmans à travers la planète, pour Brigitte Bardot il s'agit d'un triste événement. En effet, chaque année, à l'approche de la fête de l'Aïd el-Kebir, la militante de la cause animale française Brigitte Bardot est en colère. Sur Twitter, la comédienne a publié un message dénonçant l'abattage des animaux. "Demain, mardi 21 août 2018 aura lieu l'atroce fête rituelle musulmane de l'Aïd el-Kebir où, partout dans le monde, seront égorgés, sans étourdissement, des millions de moutons et de chèvres au nom d'Allah", a-t-elle déclaré sur son réseau social. Plus qu'un jour de "révolte", c'est un jour de "deuil, de peine et de larmes" que représente l'Aïd el-Kebir, écrit-elle.


Par ailleurs, l'actrice française condamne avec fermeté les autorisations de l'Etat : "Hélas, partout en France, une dérogation inacceptable autorise cette sanglante et primitive offrande lors d'un rituel qui exterminera par égorgement massif 250 000 moutons dans des souffrances inhumaines au 21ème siècle dans un pays laïc", a-t-elle ajouté. Brigitte Bardot appelle à agir contre les pratiques d'abattages. "Ma Fondation sera présente sur des sites clandestins pour sauver un maximum de moutons", conclut-elle. Et ce n'est pas la première fois que Brigitte Bardot fait part de son mécontentement concernant ce rituel religieux. Rappelons qu'en 2013, elle avait accusé le gouvernement "d'imposer aux Français de subir l'immonde sacrifice rituel musulman de l'Aïd el-Kebir".
(...)
L'internaute.com
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Back to top
Visit poster’s website
yacoub
Administrateur
Administrateur


Offline

Joined: 08 Feb 2014
Posts: 9,696
Masculin
Point(s): 30,736
Moyenne de points: 3.17

PostPosted: Thu 23 Aug - 13:10 (2018)    Post subject: France Reply with quote

Trappes : un homme abattu par la police après avoir tué sa mère et sa sœur
>Faits divers|Eric Pelletier, Jérémie Pham-Lê et Julien Constant| 23 août 2018, 10h41 | MAJ : 23 août 2018, 14h03 |

http://non.li/_share/facebook?b=Kaz9HugrQrFoK%2Fmqw3nxXrzTScb%2FHZ4NbYnf57h…http://non.li/_share/twitter?b=Kaz9HugrQrFoK%2Fmqw3nxXrzTScb%2FHZ4NbYnf57hF…89



Trappes (Yvelines), jeudi. L’auteur de l’attaque s’était retranché dans un pavillon avant d’être neutralisé. (LP/MARIE VALANTIN.)  

L’agresseur a également blessé une passante. Daech revendique l’attaque mais Gérard Collomb évoque un individu « déséquilibré plutôt qu’engagé ».
Un individu de 35 ans, Kamel S., a été neutralisé par les policiers ce jeudi matin à Trappes (Yvelines), après avoir agressé plusieurs personnes à l’arme blanche. Deux des victimes, la sœur et la mère de l’agresseur, sont mortes. Une passante a elle été grièvement blessée. Entre la vie et la mort, elle a dû être héliportée pour être hospitalisée. L’assaillant a été tué par la police.
Selon des sources policières, l’homme a agressé sa sœur dans la rue vers 9h30 avant de se retrancher, armé de plusieurs couteaux, dans le pavillon familial, rue Camille Claudel, en criant « Allah akbar, si vous entrez je vous fume tous ». C’est quand il est ressorti vers 10h20 en menaçant les policiers qu’il a été neutralisé par des tirs de la police de la sécurité publique des Yvelines. « Les policiers ont fait des sommations mais l’individu a continué à avancer avec son couteau donc les policiers ont tiré », a expliqué Gérard Collomb, le ministre de l’Intérieur.
Le Raid, prévenu, se dirigeait sur place. L’homme est décédé des suites de ses blessures. En entrant dans la maison, les policiers ont découvert le corps de sa mère.
L’individu était connu depuis 2016 pour apologie directe et publique d’un acte de terrorisme. Il était suivi par les renseignements territoriaux. Il a été employé de la RATP jusqu’à son licenciement en 2016. Il était par ailleurs inscrit au registre des artisans taxis. La police appelle à la prudence sur les motivations de l’agresseur décrit « comme fragile » et étudie notamment la piste du différend familial. Ce différend trouverait son origine dans des causes financières liées à un héritage.
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Back to top
Visit poster’s website
yacoub
Administrateur
Administrateur


Offline

Joined: 08 Feb 2014
Posts: 9,696
Masculin
Point(s): 30,736
Moyenne de points: 3.17

PostPosted: Fri 24 Aug - 12:14 (2018)    Post subject: France Reply with quote

 

_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Back to top
Visit poster’s website
yacoub
Administrateur
Administrateur


Offline

Joined: 08 Feb 2014
Posts: 9,696
Masculin
Point(s): 30,736
Moyenne de points: 3.17

PostPosted: Sat 25 Aug - 09:50 (2018)    Post subject: France Reply with quote

Drame de Trappes : Etat islamique ? L’Etat sceptique
Par Pierre Alonso et Ismaël Halissat — 23 août 2018 à 21:16


Des policiers près de la rue Camille-Claudel, à Trappes, où Kamel S. 36 ans, a tué sa mère et sa sœur jeudi. Photo Denis Allard
Jeudi dans les Yvelines, un homme fiché par le ministère a tué sa mère et sa sœur et gravement blessé une passante. L’EI a une fois de plus revendiqué l’attaque. Mais le ministre de l’Intérieur souligne un profil de «déséquilibré» et les autorités n’ont pas confié l’enquête au parquet antiterroriste.

  • Drame de Trappes : Etat islamique ? L’Etat sceptique

L’Etat islamique a-t-il revendiqué un simple différend familial macabre ? Jeudi, un homme a tué avec un couteau sa mère et sa sœur et blessé gravement une troisième personne, à Trappes (Yvelines), avant d’être abattu par la police. Moins de deux heures après les faits, l’organisation terroriste publiait un communiqué sans ambiguïté : «Un soldat de l’Etat islamique a perpétré l’attaque en réponse à l’appel à cibler les ressortissants des pays de la coalition.» La veille, le chef du groupe était sorti de son silence pour la première fois depuis plus d’un an, appelant ses partisans à poursuivre le combat, malgré les défaites sur le terrain.
Le tueur, Kamel S., était inscrit dans le Fichier de traitement des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT), à la suite d’une condamnation pour apologie du terrorisme en 2016. Lors d’un face à face avec la police, il s’est montré menaçant, hurlant : «Allah akbar, si vous entrez je vous fume tous.» Le mode opératoire, la revendication, les paroles du tueur puis les premiers détails sur son profil : tous ces éléments laissent penser à une attaque terroriste, potentiellement inspirée par l’EI. Mais, dès sa première prise de parole, jeudi matin, Gérard Collomb a écarté avec prudence cette piste. Depuis Trappes, le ministre de l’Intérieur a déclaré que l’auteur du double meurtre avait des problèmes psychiatriques «importants», et présentait davantage le profil d’un «déséquilibré» que d’un «engagé» aux ordres du groupe Etat islamique.
Droit commun
L’enquête judiciaire a donc été ouverte localement par le parquet de Versailles, avec une qualification de droit commun. «Il n’y a pas d’élément à ce stade de l’enquête qui permette de déterminer un caractère terroriste, mais nous suivons de très près les premières investigations», explique à Libération le parquet de Paris, qui a une compétence nationale et exclusive concernant les enquêtes pour actes de terrorisme. Une décision prise «compte tenu des troubles mentaux de l’auteur et du fait qu’il était en conflit ouvert avec sa famille», détaille une source judiciaire. Deux éléments pour l’instant déterminants pour écarter l’hypothèse d’un nouvel attentat. Et, «traditionnellement, le parquet ne tient pas compte des revendications», ajoute la même source judiciaire. Le code pénal définit les actes de terrorisme de manière très large, renvoyant principalement à l’effet escompté, à savoir «troubler gravement l’ordre public par l’intimidation ou la terreur».
Pour l’heure, la revendication de l’EI est donc jugée d’«opportunité», par une source haut placée dans le renseignement intérieur. Ce n’est pas la première fois que l’organisation terroriste s’attribue avec quelques largesses une action violente. C’est même de plus en plus courant, observe le chercheur et consultant Romain Caillet (auteur du blog Jihadologie sur Liberation.fr). En juin 2017, le groupe s’était jeté sur une fusillade dans un casino de Manille, aux Philippines. Un tireur avait assassiné 37 personnes. L’enquête démontrera que l’homme était accro aux jeux et interdit de casino. Elle n’a mis au jour aucun lien avec l’EI.
Improvisation
Quelques mois plus tard, même manipulation : un tueur de masse tire sur la foule depuis un hôtel de Las Vegas, tuant 58 personnes. Toujours via son agence de propagande Amaq, l’EI revendique, assurant que l’auteur s’est converti à l’islam, et va même jusqu’à citer un nom de guerre. Le FBI n’a, là encore, trouvé aucune relation entre le tireur et l’organisation. Pour Romain Caillet, l’épisode a entaché la «crédibilité médiatique de l’EI». «Avant 2017, Amaq pouvait se tromper sur le nombre de mort, un nom et le mode opératoire, mais rectifiait. Depuis 2017, les revendications farfelues sont plus fréquentes», ajoute Jean-Charles Brisard, du Centre d’analyse du terrorisme.
Un autre épisode a illustré l’improvisation qui semble aujourd’hui régner au sein du groupe terroriste : le 18 septembre, un magazine de l’EI affirme qu’un de ses «détachements de sécurité» a réussi à poser des explosifs à l’aéroport de Roissy. Ceux-ci auraient été «découverts par les forces croisées», poursuit la publication. L’article fait référence à une fausse alerte à la bombe, qui avait effectivement entraîné des retards la veille. Une quinquagénaire avait prétendu qu’un avion allait exploser, après s’être vu refuser l’accès à bord faute de billet valable. Le psychiatre qui l’a examinée lors de sa garde à vue a estimé par la suite que son discernement était aboli. L’équipe de déminage n’avait quant à elle trouvé trace du moindre explosif.
«L’EI est affaibli militairement sur le terrain et cela se voit dans sa communication. On ne peut plus penser comme en 2015, L’organisation ne fonctionne plus pareil. Maintenant, dès qu’une attaque leur correspond à peu près, ils y vont. Pour moi, c’est clair qu’ils cherchent sur Google des informations pour crédibiliser une revendication», analyse Romain Caillet. Selon le chercheur, le tournant est la mort, en mai 2017, du fondateur d’Amaq, l’«agence de presse» de l’EI, Baraa Kadek, (aussi connu sous le nom de Rayan Meshaal). «Il avait des exigences que ses successeurs n’ont pas.»
Tuerie de Nice Pourtant, même avant 2017, au moins une revendication de l’EI continue d’apparaître fragile. Le cas de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, auteur de la tuerie du 14 Juillet à Nice, qui a fait 86 morts et près de 500 blessés, reste une énigme pour les enquêteurs. Demeure, comme dans le cas de la tuerie au couteau de jeudi à Trappes, la revendication de l’organisation terroriste le qualifiant de «soldat», sans plus de précision. Après deux années d’investigations, la justice n’est pas parvenue pour l’instant à relier Lahouaiej-Bouhlel à l’EI : aucun message d’allégeance n’a été retrouvé, aucune trace de communication avec des combattants de l’organisation terroriste n’a été établie, et Mohamed Lahouaiej-Bouhlel présentait lui aussi d’importants troubles psychiatriques
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Back to top
Visit poster’s website
yacoub
Administrateur
Administrateur


Offline

Joined: 08 Feb 2014
Posts: 9,696
Masculin
Point(s): 30,736
Moyenne de points: 3.17

PostPosted: Sat 25 Aug - 15:07 (2018)    Post subject: France Reply with quote

Islamisme. À mes camarades généraux, anciens combattants d’AFN, exprimez-vous ou rendez vos étoiles !
par Emile Mourey (son site) samedi 25 août 2018



Mon curriculum vitae : vingt-cinq ans de services, cinq ans de campagne, légion d'honneur, mérite national, valeur militaire, lieutenant-colonel d'active, proposition au grade de colonel dans les réserves à laquelle je n'ai pas donné suite, je suis d'origine saint-cyrienne, auteur de sept ouvrages auto-édités abordant notamment la question des trois religions du Livre. Encouragé par plusieurs lettres de Mme Claudie Haigneré, ministre délégué à la Recherche, gouvernement Raffarin, je lui ai adressé par lettre écrite en date du 11/02/2004, mon ouvrage sur Mahomet... sans réponse. Je l'ai proposé sous le titre "Le Prophète au visage voilé", à diverses maisons d'édition qui font confiance à des comités de lecture d'historiens en cour et d'archéologues bornés qui s'entêtent à situer Bibracte au mont Beuvray... sans succès.

Concernant les textes musulmans, j'ai montré que leurs auteurs en avaient donné la clef de lecture dans certains passages, notamment lors du siège de Médine, les femmes de Mahomet y étant présentées clairement comme des troupes militaires, à condition de bien traduire le texte. Voyez mon article Agoravox du 27/10/2017 https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-coran-il-faudrait-peut-etr…

Camarades généraux (de ma promotion et des suivantes) nous ne sommes plus au temps des guerres classiques ! Vous avez connu, comme moi, la problématique des conflits dits subversifs. Vous devriez être conscients, comme moi, qu'il faut traiter le problème à la source - à la source de l'idéologie islamiste. Il s'agit de l'interprétation des textes fondateurs. Dites-le au Président de la République ou rendez vos étoiles ! Nos théologiens s'égarent. Nos intellectuels ont failli. Notre université s'embrouille. Je veux l'écrire ici, haut et fort : ce n'est pas par des discours creux et de circonstance qu'on règlera le problème. Il faut remonter à la source. Il faut réinterpréter la Sîra. Il faut retraduire correctement le Coran. Il faut le comprendre en le replaçant dans son contexte.

Il faudra ensuite que cette plus juste lecture s'impose au secteur public, au monde de l'édition, à celui des écoles et à celui des prisons... Pour rééduquer les égarés, pour sauver les générations futures, c'est la solution radicale et je n'en vois pas d'autre.

Bien sûr que cela ne peut pas se faire, de but en blanc. Cela se joue au sein des populations, et nos armes, ce sont les médias, si elles le veulent bien.

À part Agoravox, quelles sont les médias qui s'intéressent à cette opération salutaire ? Combien de commentateurs sont-ils venus sur le fil de mes derniers articles ? Une infime minorité ! Dans les récents débats télévisés, a-t-on évoqué la question des sources ? Une seule voix s'est élevée dans ce sens : celle de M. Pascal Bruckner, et son propos était très clair : le mal se trouve dans l'esprit des islamistes, dans l'interprétation des textes musulmans qu'en fait DAECH, interprétation, ni vraiment démentie, ni clairement condamnée, faute d'argumentateurs avertis. Mais je crains que M. Bruckner se trompe en pensant que la réforme de l'islam pourrait venir de l'Académie du Caire.

Il me revient à l'esprit la critique d'un commentateur musulman qui voulait me ridiculiser en me demandant si j'avais tenu la chandelle pendant les relations intimes du Prophète. Il faut vraiment être d'une grande connerie pour ne pas deviner que les femmes du Prophète étaient, en réalité, des troupes militaires. Chaque soir et à tour de rôle, le Prophète les visitait (dans leurs casernements) et y passait la nuit pour des questions de sécurité. Par ailleurs, il est absurde de penser qu'il ait eu des relations sexuelles avec un enfant de sept ans. Aïcha était, en réalité, une troupe militaire mise sur pied par Abou Becker, une troupe militaire de sept ans d'âge qu'Abou Becker avait donnée à Mahomet.

Qu'on invite sur le plateau les mollahs radicaux, pour qu'ils y défendent leurs convictions et qu'ils s'y ridiculisent ! Plus que les armes, c'est le Ridicule qui tuera nos adversaires.

Qu'on invite sur le plateau la jeune convertie pour qu'elle nous explique comment on peut monter au ciel d'Allah après avoir égorgé un "mécréant" (non-musulman) pour effacer ses turpitudes ?

Quant à la mort du Prophète que Tabari relate sur plusieurs pages, c'est un étonnant récit poétisé. Il ne s'agit pas de la mort d'un homme ordinaire. Mahomet n'existait qu'en tant que conseil. Cette agonie est celle d'un conseil aux prises avec les difficultés d'une fin de règne, avec des hauts et des bas, des accès de fièvre et des retours de santé, jusqu'à sa dissolution.

Ce conseil Mahomet n'a jamais voulu porter la guerre au dehors de l'Arabie. Reconnaissant à l'Occident la primauté de s'être donné des Apôtres, véritable chef de guerre bien que parfois contesté, son oeuvre est d'avoir réalisé l'unité politique du Hedjaz en y imposant la pratique d'une seule religion, modèle pour ses voisins d'Arabie.

Ce sont ses grands disciples qui, dans la suite de son enseignement, se sont lancés dans les grandes conquêtes militaires qui ont suivi sa mort. Ironie de l'Histoire, ce sont les disciples qui ont tué Mahomet en faisant éclater le conseil qui les liait les uns aux autres.

Et voilà comment est née cette mortelle utopie dont Mahomet ne voulait pas, qui veut étendre au monde entier un système de croyances qui n'était prévu, au départ, que pour l'Arabie et que pour un VII ème siècle aujourd'hui bien lointain.

Reste l'intérêt qu'il y a à comprendre ce que les auteurs des textes fondateurs musulmans ont voulu dire.

Ces rédacteurs étaient cultivés, connaissant les textes anciens et disposant de bibliothèques monastiques. J'ai fait l'hypothèse raisonnable qu'il s'agissait du monastère de Ba Hira, à Bosra. On y voit encore des fresques représentant l'ange Gabriel, celui qui inspirait le Prophète (lorsque Gabriel lui parlait, il faut comprendre que c'était, en réalité, le monastère qui lui envoyait ses instructions). Ces auteurs ont cherché à écrire leur histoire comme il leur semblait que leurs prédécesseurs avaient écrite la leur... avec un sens littéral apparent pour les simples, un sens caché pour les intelligents. Aveugles que nous sommes qui ne voulons toujours pas comprendre que les brebis bêlantes d'Abraham étaient en réalité les soldats d'une troupe militaire mercenaire chargée de maintenir l'ordre égyptien en pays de Canaan ! et cela, sous les ordres d'un chef, Abraham, un conseil de prêtres.

J'irai même jusqu'à penser que ces rédacteurs se sont parfois amusés à abuser de la crédulité de leurs lecteurs jusqu'à l'absurde sans que ceux-ci s'en rendent compte. C'est ainsi qu'avant de s'emparer de La Mecque, Mahomet se trouva glorifié comme un héros antique, ses disciples recueillant jusqu'à sa salive quand il crachait (Tabari, page 145)... la salive d'un conseil. Il faut vraiment être con pour ne pas comprendre l'ironie du propos.

Bref, il s'agit d'un style d'écriture qui remonte à la nuit des temps bibllques avec les allégories de la création du monde et du péché originet. Une écriture qui, en l'absence d'une législation détaillée, servait de guide au peuple, avec, en épée de Damoclès, la terrible menace du jugement dernier.

Que les théologiens de l'islam viennent sur le plateau pour nous expliquer ce double langage !

Le Mahomet de la Mecque s'élèvait, certes, contre les pratiques idolâtres (sourate 6) mais, dans un premier temps, il ne condamnait ses adversaires qu'à l'enfer.

Après la mort d'Abou Thalib, les persécutions redoublèrent contre lui et ses disciples. On lui lançait des pierres ; on lui recouvrait la tête de boue. Un jour, alors qu'il faisait sa prière dans la mosquée, les persécuteurs lui versèrent sur la tête une grande quantité de terre. Ses longs cheveux, sa tête, ses joues, ses épaules furent entièrement recouverts (Tabari page 96).... Que doit comprendre le lecteur ? Qu'en réalité, Mahomet est mort, lapidé et enterré ? De retour à sa maison, une de ses filles, en lui nettoyant la tête (toilette funéraire ?) pleura (des pleureuses accompagnant la levée du corps ?). Le Prophète (mort) lui dit : ne pleure pas ! Ces choses-là arrivent quand on perd ses parents et ses oncles (Tabari, page 96).

Accablé d'injures, d'outrages et de misères pendant encore deux ans, Mahomet (ressuscité ?) partit pour Taïf. Il y a entre Taïf et La Mecque, trois journées de marche (Tabari, page 97). Trois jours, n'est-ce pas le temps qu'il faut pour une résurrection ? N'est-il pas écrit qu'ils tueront le Fils de l'Homme, mais qu'une fois tué, trois jours après, il ressusciterait ? (Marc 9, 31). Mahomet se présenta aux portes de Tâïf pour y demander l'hospitalité, comme un pauvre. Il y avait non loin de là une vigne (Tabari, page 98). Un esclave s'approcha de Mahomet, un plat de raisins à la main... Le Prophète en détacha un grain et, le mettant dans sa bouche, il dit : « Au nom de Dieu ! »... L'esclave s'exclama : « Quel est le mot que tu viens de prononcer ? Il y a longtemps que je ne l'ai pas entendu… depuis que j'ai quitté ma patrie de Ninive. » Mahomet lui répondit : « Ninive est la ville de mon frère Jonas ; Jonas était un prophète et tous les prophètes sont frères. » Symbole de la résurrection, Jonas est le prophète qui, après avoir été avalé par la baleine, fut recraché trois jours après.
 — Qui es-tu ? interrogea l'esclave. Mahomet répondit : Je suis Mohamed et Ahmed (c'est-à-dire le Mahomet qui est venu et le Mahomet qui vient). — Es-tu celui dont parle l'Évangile ? Il y est dit que Dieu t'enverra aux habitants de La Mecque, que ceux-ci te chasseront, que tu reviendras pour les soumettre et pour établir sur eux ta religion (Tabari, page 97 à 99).... Un Mahomet/conseil.

La sourate de la vache, sourate 2, marque le passage du Mahomet pacifique de la Mecque au Mahomet guerrier de Médine.

Constatant l'échec de la prédication du Mahomet de la Mecque, le nouveau Mahomet de Médine dresse un long et sévère réquisitoire contre les idolâtres, les chrétiens et les juifs incrédules (verset 99). Ces incrédules ont refusé de croire au Coran, notamment les deux derniers, qualifiés plus précisément d'infidèles. Ils auraient dû l'accueillir puisqu'il confirmait leurs écritures (verset 83). S'ils vous attaquent, baignez-vous dans leur sang ! Telle est la récompense due aux infidèles (verset 187). Mais s'ils quittent l'erreur, le Seigneur est indulgent et miséricordieux (verset 188). Nous sommes à l'époque où le Mahomet deux, devenu guerrier, lance depuis Médine ses expéditions contre les caravanes mecquoises tout en appelant au soulèvement ses partisans restés sur place (Tabari, page125).

Ce Mahomet exhorte ses partisans restés à la Mecque à le rejoindre dans son exil (sourate 4, verset 101). Il durcit sa position contre les juifs et la modère à l'égard des chrétiens (sourate 5, verset 85).

La sourate 8, le butin, est un chant de victoire après la victoire musulmane de Beder sur les Koraïchites de La Mecque (Tabari, page 137).

Dieu avait dit à ses anges : encouragez les croyants, j'épouvanterai les impies... n'épargnez aucun d'eux (verset 12). Dieu vous montra en songe l'armée ennemie peu nombreuse. S'il vous l'eut fait paraître plus formidable, vous auriez perdu courage, et la discorde vous eût désunis... (verset 45)

Après cette victoire, ce Mahomet II s'est trouvé conforté dans sa nouvelle religion et dans son projet de réforme d'une société plus juste. Ô croyants ! obéissez à Dieu et à son apôtre ; ne vous écartez jamais de ce devoir ; Écoutez sa parole ! (verset 20). Juste rétribution, toujours selon lui, les biens des impies vaincus sont donnés aux vainqueurs comme une aumône de purification et d'expiation à cause de leur désobéissance... ceci pour la paix de leur âme... si Dieu, l'indulgent et le miséricordieux, le veut bien (sourate 9, versets 102 à 105).

Mais après le désastre d'Ohod, où, de toute évidence, ce deuxième Mahomet a trouvé la mort - Abou Sofyan l'a affirmé - le troisième Mahomet (ressuscité) se voit bien obligé de renouveler l'acte de foi. Il s'agit de la sourate 3. Il y réaffirme l'origine divine du Coran dans le prolongement du Pentateuque et de l'Évangile mais tout en admettant qu'il s'y trouve des versets allégoriques prêtant à interprétation (verset 5 ou 7 dans d'autres versions). Pour ne pas perdre la face, il rappelle la prodigieuse victoire de Beder de un contre deux que les musulmans avaient remportée avec le secours de Dieu (versets 11 ou 13, 119 à 122 ou 121 à 124). Il réaffirme l'unicité de Dieu (verset 55 ou 62) mais il tend la main aux juifs et aux chrétiens de bonne foi. ... Dis aux juifs et aux chrétiens : terminons nos différends, n'adorons qu'un Dieu, ne lui donnons point d'égal ; qu'aucun de vous n'ait d'autre Seigeur que lui. S'ils refusent d'obéir, dis-leur : vous rendrez témoignage que nous sommes croyants (verset 57 ou 64), c'est-à-dire des hommes de foi, ni idolâtres, ni incrédules, ni infidèles.

Après avoir rappelé la victoire de Beder, ce troisième Mahomet aborde le sujet délicat de la tragique défaite d'Ohod. Tout naturellement, il en rejette la responsabilité non pas sur Dieu mais sur les musulmans qui, après un premier engagement victorieux, avaient couru au butin permettant ainsi à Abou Sofyan de lancer une contre-attaque victorieuse. Dieu avait réalisé ses promesses quand vous poursuiviez vos ennemis défaits ; mais, écoutant les conseils de la lâcheté, vous disputâtes sur les ordres du Prophète (verset 145). Tandis que vous preniez la fuite en désordre, vous n'écoutiez plus sa voix qui vous rappelait au combat (verset 147 et Tabari page 189).

Pour répondre aux survivants qui, dans leurs folles pensées, prêtaient un mensonge à Dieu. Sont-ce là, disaient-ils, les promesses du Prophète ? Le Très-Haut serait-il l'auteur du désastre ? (verset 148), le verset suivant descendit du ciel : Dieu donne la vie et la mort. Il voit vos actions (verset 150). Puis : Dieu choisit les envoyés qu'il lui plaît (verset 174).

C'est ce troisième Mahomet qui, finalement, l'a emporté.

Cela commence par une bavure (Tabari, page 211). Le musulman Amrou avait tué, par erreur, deux ambassadeurs d'une tribu qui voulait se rallier. La tribu envoya un message au Prophète : « Ces ambassadeurs ont été tués par ton serviteur Amrou. Paye-nous le prix du sang ou prépare-toi à la guerre ! » Le Prophète répondit : « Vous avez raison. Je payerai le prix du sang ». Puis il décida que les juifs des forteresses voisines payeraient en application d'un traité. Dans ce traité, il n'était pas prévu qu'un juif paye pour la bavure d'un musulman, mais il était écrit qu'en cas de contestation, il fallait s'en remettre au Prophète. Mahomet décida qu'on commencerait par faire payer les juifs Beni Nahdir.

Le Prophète sortit de Médine et il assiégea leur forteresse (Tabari, page 214). Il ordonna de couper les dattiers. Les juifs criaient du haut des remparts : « Couper des arbres est un crime et Dieu ne peut ordonner des crimes de ce genre. » Allah l'a permis leur répondit-on (Sourate 59 v. 5). Au bout de onze jours, les Beni Nahdir capitulèrent. Ils furent autorisés à partir avec leurs femmes et leurs enfants, mais sans leurs biens. Dieu les donna au Prophète. Ce que Dieu a enlevé aux juifs dans les faubourgs de Médine, vous ne le donnerez pas aux riches mais au Prophète, à ses proches, aux émigrés, aux pauvres et aux orphelins (Sourate 59, v. 7).

Les Benî-Qoraïzha résistèrent 25 jours. Ils étaient 800. Le Prophète leur fit couper la tête (Tabari page 230). Holocauste réel ou symbolique ? Je ne sais pas. Aucun texte extérieur à l'islam en a fait mention, ce qui est très étonnant. À Beder, le Prophète reprochait à Ali son interrogatoire musclé ; à Kaïbar, il donne l'ordre qu'on continue la question jusqu'à ce que l'interrogé parle ou qu'il meure (Tabari, page 256)... images de guerre.

Image de paix retrouvée, entouré de 700 de ses hommes habillés de blanc comme des pénitents, Mahomet se rendit à la Mecque pour accomplir le pélerinage. Les Mecquois se soumirent.

Références : Tabari, Mohammed, sceau des prophètes, édition Sindbad, 1980. Le Koran, traduction par Savary, Éditions Garnier Frères, 1958. (les numéros de versets peuvent varier en fonction des éditions).

Nous sommes là à un moment de l'Histoire, une Histoire importante et intéressante, rapportée dans un langage étonnamment poétique, accessible à tout lecteur intelligent de bonne foi...

... une Histoire que les djihadistes sont incapables de comprendre tellement ils sont cons, de même que nos responsables politiques et culturels.

Emile Mourey, 24 août 2018, reprise de mon article du 27 mars.
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Back to top
Visit poster’s website
yacoub
Administrateur
Administrateur


Offline

Joined: 08 Feb 2014
Posts: 9,696
Masculin
Point(s): 30,736
Moyenne de points: 3.17

PostPosted: Tue 28 Aug - 13:35 (2018)    Post subject: France Reply with quote

On a créé notre Kabylie avec la liberté en plus»
Par Anne Pastor et Baptiste Artru — 24 août 2018 à 10:52
«On a créé notre Kabylie avec la liberté en plus» Izicono / Flickr


    «On a créé notre Kabylie avec la liberté en plus»

Quelle vie après l’exil ? Ils ont choisi la France. Ils, ce sont les Berbères, les premiers peuples d’Afrique du Nord qui un jour ont quitté leur pays. Contraints à l’exil pour des raisons économiques ou politiques, chacun a sa façon de se reconstruire et de vivre loin de sa terre. Aujourd’hui ils sont plus d’un million de Kabyles et se définissent comme des Berbères français.

A Drancy, des femmes découvrent la liberté même si la nostalgie de l’exil est toujours présente. Nadia est arrivée en 2001, à 25 ans pour rejoindre son père arrivé en France dans les années 1960. C’est une nouvelle vague d’immigration : après la décennie noire des années 1990 en Algérie, beaucoup de familles des petits villages de Kabylie partent en exil.

Nadia a emporté avec elle ses souvenirs et son mode de vie, que l’on retrouve dans sa poésie. «Dès que j’écris un poème et que je le chante, je me sens bien. […] Parce que chez nous il n’y avait pas de psychologue, alors la femme quand elle ressentait une émotion, il fallait qu’elle chante. […] En fait je raconte ma souffrance dans mes poèmes. Le premier que j’ai écrit, j’avais je crois 16 ans. Je parle de ceux qui ont quitté leur pays et qui sont arrivés en France. Ils ont laissé leurs parents, leur famille, leur terre […]. Je raconte comment ils se sentent ici.»

Pourtant Nadia n’a pas été seule longtemps. Dans la cité Youri Gagarine de Drancy, elle a su recréer un vrai village Kabyle. La porte n’est jamais fermée et le «bled» ne leur manque pas. «Avec les voisines, on est tout le temps ensemble. Je les appelle et elles viennent toutes chez moi. C’est comme ma famille.»

En France, elles ont toutes découvert ce que signifie être femme, loin du patriarcat et d’un obscurantisme ambiant. «Là-bas, je n’avais pas le droit de sortir toute seule, pas même pour aller chez ma sœur qui habitait à dix mètres, il fallait que quelqu’un m’accompagne», explique Nadia. Retourner en Kabylie n’est pas le rêve de Nadia, c’est en France que son village se trouve maintenant. «On a créé notre Kabylie avec la liberté en plus.»

«Voyage en Terre Indigène» diffusé le vendredi à 17 heures sur France Inter et à réécouter sur www.franceinter.fr

http://www.liberation.fr/voyages/2018/08/24/on-a-cree-notre-kabylie-avec-la…
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Back to top
Visit poster’s website
yacoub
Administrateur
Administrateur


Offline

Joined: 08 Feb 2014
Posts: 9,696
Masculin
Point(s): 30,736
Moyenne de points: 3.17

PostPosted: Sat 1 Sep - 16:04 (2018)    Post subject: France Reply with quote

Colloque 10 septembre 2018
26 août 2018
2393

Havre De Savoir vous invite à son colloque ayant pour thème le radicalisme. Il se tiendra lundi 10 septembre prochain, de 18h à 21h, à la Salle des Fêtes de Franklin* au Havre.
Depuis plusieurs années le radicalisme religieux ou identitaire fait beaucoup parler de lui. À cet effet, nous avons décidé de prendre le recul nécessaire pour aborder le sujet de manière dépassionnée.  Le sujet de la radicalité a fait l’objet de nombreuses études très pertinentes. Qu’elle soit religieuse ou identitaire elle possède la même source : celle du rejet de l’autre.
Il est donc essentiel de comprendre les mécanismes de la radicalité afin de pouvoir traiter ce sujet de manière efficace.
À cette occasion, nous profiterons de la présence de personnalités, de représentants d’associations et d’acteurs publics spécialisés afin de décrypter et d’analyser des sources de la radicalisation.
Nous vous attendons très nombreux.
Intervenants :
Mohamed Bajrafil, théologien, linguiste, imam à la mosquée d’Ivry-sur-Seine et auteur des livres  « L’islam de France, l’an 1, il est temps de rentrer dans le XXIème siècle » & «Réveillons-nous ! Lettre à un jeune Français musulman».
Hanane Charrihi, fille de Fatima Charrihi, première victime de l’attentat survenu le 14 juillet 2016 à Nice. Auteur du livre « Ma Mère Patrie » et présidente de l’association homonyme.
Latifa Ibn Ziaten, Chevalier de la Légion d’honneur. Présidente et fondatrice de l’Association Imad Ibn Ziaten pour la Jeunesse et la Paix.
Terra Psy – Psychologues sans frontières, association 1901, accompagne les familles et les professionnels du territoire dans la prévention de la religiosité extrême.




 * Salle Franklin, Rue Dumé d’Aplemont, 76600 Le Havre
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Back to top
Visit poster’s website
georges_09



Offline

Joined: 17 May 2016
Posts: 312
Localisation: Paris
Emploi: employé
Loisirs: internet
Masculin
Point(s): 1,012
Moyenne de points: 3.24

PostPosted: Wed 5 Sep - 14:14 (2018)    Post subject: France Reply with quote

Consigny, nouveau chroniqueur d’« ONPC » : «Je suis de droite, mais pas sur tout»
>TV & Médias|Propos recueillis par Benoît Daragon| 29 juin 2018, 21h06 | MAJ : 29 juin 2018, 22h19 |

http://non.li/_share/facebook?b=Kaz9HugrQrFoK%2Fmqw3nxXrzTScb%2FHZ4NbYnf57h…http://non.li/_share/twitter?b=Kaz9HugrQrFoK%2Fmqw3nxXrzTScb%2FHZ4NbYnf57hF…5


  

Charles Consigny, 28 ans, est l’auteur de trois livres dont deux romans. Il est aussi juriste et sur le point de devenir avocat. LP/Jean Nicholas Guillo


L’auteur de 28 ans, qui va remplacer Yann Moix à la rentrée dans «On n’est pas couché» le samedi soir sur France 2, a envie d’avoir des échanges constructifs sur « les débats qui secouent la France aujourd’hui ».
C’est lui qui passera les invités à la question à partir de septembre aux côtés de Christine Angot. Charles Consigny, le nouveau chroniqueur de Laurent Ruquier dans « On n’est pas couché » sera parfait dans le rôle de sniper : il assume sans faiblir ses opinions.
Comment on se retrouve-t-on à 28 ans chroniqueur dans « On n’est pas couché » ?
CHARLES CONSIGNY. J’avais déjà travaillé avec Laurent Ruquier et sa productrice Catherine Barma sur « L’émission pour tous ». « On n’est pas couché », c’est une émission à laquelle je voulais participer depuis longtemps. Ils ont pensé à moi. On s’est rencontré. J’ai eu l’impression que l’envie était mutuelle.
Vous avez hésité ?
Moins de cinq minutes, pour être honnête. Pourtant, j’étais dans une optique d’arrêter les médias pour me consacrer exclusivement à mon métier de juriste (il devrait devenir avocat d’ici début 2019, NDLR). Mais j’ai tellement le goût du débat !
Les chroniqueurs d’« On n’est pas couché » sont chaque semaine l’objet de polémiques. Êtes-vous prêt à devenir une cible ?
Avec « Les Grandes Gueules » (émission de RMC à laquelle il participait régulièrement depuis 2014, NDLR), j’ai l’impression d’être très préparé. Je ne prétends pas avoir un cuir spécialement épais mais je relativise toutes les polémiques, qui restent, selon moi, circonscrites à un petit écosystème médiatique.
Elles peuvent être assez violentes. Une de vos prédécesseures, Vanessa Burggraf, reconnaissait avoir eu des dimanches matins compliqués…
Il y a des dimanches matins compliqués, même sans être chroniqueur à « On n’est pas couché » ! Je suis très serein face à cette surexposition, dont j’ai pleinement conscience. Depuis l’annonce de mon recrutement, mon portable crépite comme si j’entrais au Gouvernement. Etre très exposé est un risque mais aussi une chance fantastique à 28 ans.
Vous avez rencontré votre futur partenaire, Christine Angot ?
Oui on a pris un café ensemble et on s’est très bien entendu. C’est un écrivain que je respecte et qui m’a amené moi-même à l’écriture de romans inspirés fortement de faits réels. A la télévision, elle s’exprime en artiste, avec un regard d’écrivain. Je suis persuadé que le fait d’avoir écrit tous les deux des livres d’autofiction nous donne une affinité. Notre duo va très bien marcher.
Vous l’aviez pourtant qualifiée de « Donald Trump des bobos » !
Ce n’était pas une injure car je ne partage pas cet anti-trumpisme qui a atteint 95 % des médias. Moi ça m’inquiéterait de penser comme 95 % des journalistes, si j’étais journaliste. C’est un homme politique très intéressant. Dans ce qu’il fait, il n’y a pas que du mauvais. Ce que je voulais dire c’est que Christine Angot a un franc-parler extraordinaire. Elle ne prend pas de gants. Elle dit ce qu’elle pense. C’est sa spécificité.
Parmi les anciens chroniqueurs, quel est votre modèle ?
C’est avec Yann Moix que j’ai le plus d’affinités humaines. Il est très cultivé, il a une pensée extrêmement fine et une approche littéraire des choses qui m’intéresse beaucoup. Mais Eric Zemmour a indéniablement été le chroniqueur le plus marquant de l’émission. Il a eu un rôle très important dans le débat intellectuel français. On étouffait dans le politiquement correct et il a été un éléphant dans un magasin de porcelaine. Je dis ça sans m’inscrire dans une filiation idéologique. Je suis moins réactionnaire que lui. Je suis pour l’Europe, pour qu’on traite bien les migrants et contre la prison. Lui, il est d’une « droite vénère (NDLR énervée) ».
On vous définit comme un réac de droite. Cette description vous plaît ?
Oui, j’ai des aspects réactionnaires. J’adore les vieilles maisons françaises, tout ce qui s’effrite. Je déteste les festivals, la musique contemporaine et le groupe PNL. Je me sens en retrait de mes contemporains. Mais je ne suis pas un réac pur et dur : je suis contre le retour de l’uniforme à l’école et contre le service militaire. J’ai une sensibilité de droite mais pas sur tous les sujets.
Et vous êtes un homosexuel qui s’est opposé au mariage pour tous…
A l’époque où on a commencé à parler du mariage pour tous, je devais avoir 20 ans. J’étais jeune et ça m’amusait de choquer le bobo en étant contre le mariage pour tous. C’était plus pour provoquer qu’autre chose. A la réflexion, c’est une loi qui tombe sous le sens. J’ai écrit des livres et une tribune qui sont sans ambiguïté sur le sujet. Christiane Taubira a porté cette réforme avec beaucoup de panache. Moi, je suis toujours content, c’est mon côté réactionnaire, quand des ministres clament des poèmes à l’Assemblée nationale.
On doit donc s’attendre à de vifs échanges avec les invités…
Je ne suis pas un procureur. J’ai envie d’avoir des échanges constructifs sur les débats qui secouent la France aujourd’hui et pas d’être dans le combat systématique. Et j’espère surtout qu’on va rigoler ! J’ai une immense admiration pour Pierre Bénichou qui sait détendre l’atmosphère comme personne. J’espère qu’on aura aussi des moments comme ça de bonne humeur.
_________________
"Rien n'est plus dangereux au monde que la véritable ignorance et la stupidité consciencieuse".
Martin Luther King


Back to top
Visit poster’s website
yacoub
Administrateur
Administrateur


Offline

Joined: 08 Feb 2014
Posts: 9,696
Masculin
Point(s): 30,736
Moyenne de points: 3.17

PostPosted: Sun 9 Sep - 16:45 (2018)    Post subject: France Reply with quote

Corse : un soignant menacé pour avoir demandé à une femme d’enlever son voile
>Faits divers|Le Parisien avec AFP| 08 septembre 2018, 13h28 |http://non.li/_share/facebook?b=Kaz9HugrQrFoK%2Fmqw3nxXrzTScb%2FHZ4NbYnf57h…http://non.li/_share/twitter?b=Kaz9HugrQrFoK%2Fmqw3nxXrzTScb%2FHZ4NbYnf57hF…31
Le mari aurait menacé le professionnel de santé avec une arme de poing. (Illustration) LP/Olivier Boitet 

Un homme armé a menacé un employé d’un hôpital en Haute-Corse. Ce dernier avait demandé à son épouse de retirer sa burqa lors d’un rendez-vous.
Un professionnel de santé en Haute-Corse a été menacé mercredi par un homme armé. Celui-ci s’est présenté comme le mari d’une femme voilée à laquelle le soignant avait demandé de retirer sa burqa quelques jours plus tôt.
Une enquête pour violence volontaire avec arme a été ouverte et confiée à la brigade de gendarmerie de Penta di Casinca (Haute-Corse), a indiqué la procureure de la République de Bastia, Caroline Tharot.
« Ce professionnel de santé a été contacté le 29 août pour un rendez-vous le 3 septembre pour une consultation pour un enfant. La mère se serait présentée voilée et il lui a été demandé d’enlever son voile. Mais l’intéressée n’aurait pas accepté la réponse du professionnel de santé en disant que son mari allait venir le voir », a détaillé la procureure.
Menacé avec une arme de poing
« Le 5 septembre, le mari en question serait venu dans le cabinet de ce professionnel de santé et l’aurait menacé avec une arme de poing », a-t-elle ajouté, précisant que les enquêteurs cherchaient à déterminer si la femme voilée souhaitait être examinée ou si elle accompagnait juste son enfant.
Le praticien « a déposé plainte le 5 septembre » et a « parlé d’un voile qui pourrait ressembler à une burqa (voile intégral, NDLR) », a ajouté la magistrate.
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Back to top
Visit poster’s website
yacoub
Administrateur
Administrateur


Offline

Joined: 08 Feb 2014
Posts: 9,696
Masculin
Point(s): 30,736
Moyenne de points: 3.17

PostPosted: Sun 9 Sep - 16:46 (2018)    Post subject: France Reply with quote

Agression présumée de Poghju-Mezana : "Des faits inacceptables" pour Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni


le Samedi 8 Septembre 2018 à 14:20 | Modifié le Samedi 8 Septembre 2018 - 14:58




inPartager



"À Poghju Mezana, un professionnel de santé aurait été menacé avec une arme à feu dans des conditions qui confirmeraient l'existence de dérives islamistes en Corse. Si cet événement était avéré, notre soutien total serait acquis à la victime et à sa famille" souligne dans un communiqué Jean-Guy Talamoni, président de l'assemblée de Corse.


 
 


"À cet égard, la position de notre majorité a été parfaitement claire depuis son accession aux responsabilités : si nous rejetons résolument toute démarche de nature raciste, nous nous opposons avec la même vigueur à l'introduction dans notre pays d'éléments fondamentalistes, indépendamment même de la question de la violence. Ainsi, le salafisme, même dans sa version quiétiste, n'a pas droit de cité dans l'île. Porteur d'idées incompatibles avec nos valeurs, il constitue souvent l'antichambre de groupes violents.  


C'est ce que j'ai eu personnellement l'occasion de dire à plusieurs reprises aux représentants en Corse du culte musulman, lesquels ont manifestement bien reçu le message. J'en veux pour preuve l'attitude courageuse des responsables du lieu de prière de l'Ile Rousse qui, durant l'été 2016, avaient chassé des prédicateurs intégristes venus de l'autre côté de la mer.  


Dans le même sens, conjointement avec le Président du Conseil exécutif, nous avons obtenu le vote par l'Assemblée de Corse d'une résolution solennelle contre l'islamisme radical, demandant aux services de l'Etat, qui disposent de la compétence juridique pour le faire, de fermer les lieux de prière où seraient
détectés ce type de dérives.  


J'ai également évoqué ce sujet avec Madame la Préfète et son prédécesseur. En cette rentrée institutionnelle, il ne me paraîtrait pas inutile que la Préfète de Corse vienne rendre compte devant l'Assemblée de Corse de l'action de ses services dans l'île, sur ce sujet précis et sur bien d'autres, conformément aux articles L4422-40 et L4422-41 du statut de la Corse, lesquels sont tombés en désuétude depuis de nombreuses années. J'envisage de réactiver cette procédure et je consulterai sur ce point dans les heures à venir, pour avis, le Président du Conseil exécutif et les présidents des groupes. 




La réaction de Gilles Simeoni
Peu après avoir pris connaissance de la relation présumée, Gilles Simeoni, le président du conseil Exécutif de Corse avait réagi en ces termes sur son compte Twitter : « Si ces faits sont avérés, ils sont inacceptables. Il n'y a pas de place en Corse pour l'islamisme et le fondamentalisme. Notre île est et restera une terre de liberté et de tolérance. »
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Back to top
Visit poster’s website
yacoub
Administrateur
Administrateur


Offline

Joined: 08 Feb 2014
Posts: 9,696
Masculin
Point(s): 30,736
Moyenne de points: 3.17

PostPosted: Tue 11 Sep - 13:19 (2018)    Post subject: France Reply with quote

Attaque au couteau à Paris : l'agresseur a failli se faire lyncher
VIDÉO. Selon le parquet de Paris, l'attaque avec un couteau de 30 centimètres quai de la Loire, dans le 19e, n'a pas de connotation terroriste, « à ce stade de l'enquête ». Par Aziz Zemouri
Modifié le 11/09/2018 à 09:21 - Publié le 10/09/2018 à 09:27 | Le Point.fr

L'agresseur qui a blessé sept personnes dimanche soir a failli se faire lyncher par la foule des passants qui fréquentaient les abords du quai de la Loire entre le cinéma MK2 et la rue Henri-Noguères, dans le 19e arrondissement de Paris. Lors de son immobilisation, un couteau avec une lame de 30 centimètres a été retrouvé près de lui, ainsi qu'une barre et une arme.

Selon des sources policières, il avait sur lui une carte d'identité afghane établie à Kaboul. Il serait né à Saracha Ali Khan dans la région de Jalalabad, située à une centaine de kilomètres de la capitale afghane. Il a l'air d'avoir entre 35 et 40 ans, bien qu'il pourrait être plus jeune, et serait réfugié. « La vie à la rue fait vieillir prématurément », commente un membre d'une association qui va au contact des nombreux réfugiés qui fréquentent les abords du canal de l'Ourcq. L'agresseur a été interpellé alors qu'il était inconscient. Il présentait une plaie saignante derrière le crâne. Il n'a pas pu être entendu et a été transporté par les pompiers à l'hôpital Tenon. « Il a vraiment échappé au lynchage. Les policiers ont dû faire usage de la force pour le dégager », explique un témoin, qui a laissé ses coordonnées aux enquêteurs.

Parmi les sept blessés, un jeune homme de 24 ans a eu le crâne enfoncé par une barre de fer et était dimanche soir en état d'urgence absolue. Un autre, dans le même état, a été poignardé dans le dos.
Sur le même sujet
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Back to top
Visit poster’s website
Display posts from previous:   

Post new topic   Reply to topic    Apostats de l'islam Forum Index >>> Apostats de l'islam >>> Histoire et géopolitique des religions All times are GMT + 1 Hour
Goto page: <  1, 2, 328, 29, 3034, 35, 36  >
Page 29 of 36

 
Jump to:  

Portal | Index | Create own forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group

Thème réalisé par SGo