Apostats de l'islam Forum Index
Apostats de l'islam
La vraie nature de l'islam - Passer de l'ombre de l'obscurantisme à la lumière de la connaissance
 
FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 

 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Lina Murr Nehme
 
Previous topic .::. Next topic  
Post new topic   Reply to topic    Apostats de l'islam Forum Index >>> Apostats de l'islam >>> Liens

Author Message
yacoub
Administrateur
Administrateur


Offline

Joined: 08 Feb 2014
Posts: 9,696
Masculin
Point(s): 30,736
Moyenne de points: 3.17

PostPosted: Sat 1 Dec - 17:09 (2018)    Post subject: Lina Murr Nehme Reply with quote

Le résumé d’une vie

https://www.facebook.com/notes/lina-murr-nehme/le-r%C3%A9sum%C3%A9-dune-vie…




Bachelière sous les bombes, en 1975, devenue peintre parce que les universités étaient fermées. La guerre m’a obligée à réfléchir et à devenir chercheuse par nécessité de comprendre. Et je suis devenue écrivain à contre-courant, pour prouver ce que j’avais découvert.
En 1994 s’offre la possibilité d’un contact avec les jeunes. Je devins professeur d’Histoire de l’art, de l’architecture et des civilisations, d’abord à l’Académie Libanaise des Beaux-Arts (ALBA), puis à l’Université Libanaise, à Beyrouth
1997 : J’ai eu le malheur de dire en classe que Baalbek était un monument phénicien. Mes étudiants ont donné mes arguments, les parents s’en sont moqués. Face au défu, j’entreprends des recherches dans toutes les publications de première main pour savoir pourquoi ils disent que Baalbek est romaine. Mais je ne trouve rien. J’aboutis même au contraire, puisque les auteurs anciens montrent que les Phéniciens avaient les moyens scientifiques de construire quelque chose de cette envergure, et qu’ils étaient de grands artistes. Et d’après les ruines elles-mêmes, Baalbek, le plus grand édifice antique, ne peut être que phénicien. Je publie donc Baalbek Monument Phénicien, pour prouver cela. Controverse dans les milieux des architectes et des universitaires. On me traite de folle. Mais des professeurs, des architectes, des ingénieurs défendent le livre, et je parviens à enseigner cela tout au long de ma carrière universitaire.
1997: Publication du tome 1 de La Renaissance en Question. La dichotomie entre les récits inquiétants des chroniques d’époque, et les joliesses que transmettent les livres qu’on achète dans les musées et aux rayons “Beaux Livres”, m’a toujours questionnée, choquée. J’ai consacré des années de recherches à ce sujet. Quelle réalité politique, belle ou scabreuse, cachent tous ces beaux tableaux? Car la peinture était le média principal des publicistes avant l’invention de la photographie. La peinture ancienne valait ce que valent les affiches publicitaires et les informations télévisées aujourd’hui. Et chez certains, c’était tout politique, même quand cela avait l’air religieux.
2000 : Publication du tome 2 de La Renaissance en Question. Invitée à en parler sur LBC, j’ai apporté des posters des tableaux de Michel-Ange. Je dis plusieurs fois: “On va voir le poster”, et on ne voit pas. Pendant ce temps, le réalisateur crie dans l’oreille de May Matta: “Je ne peux pas les montrer, nous sommes sur satellite et ça va dans les pays arabes! Il y a des hommes nus!” C’est que la chaîne de télévision, en difficulté, a des financiers saoudiens et autres. Ils interdiront mon passage sur LBC pendant dix ans… alors que jusque-là, je passais aux informations sur cette chaîne quand je signais un livre ! Cela n’empêchera pas LBC de couvrir, dans son journal télévisé du 20h, ma manifestation pour le patrimoine, et en 2015, la signature de Fatwas et Caricatures.
En 1994, un étudiant m’a gênée en classe quand il m’a dit au sujet de Piero della Francesca: “Expliquez-nous ce qu’il y a de beau, faites-le nous aimer.” Comment pouvais-je faire aimer ce que je n’aimais pas? Je me plonge dans l’histoire de cet homme pour voir ce qu’il pouvait avoir de bon, et je tombe sur un rébus qu’il transmet dans plusieurs de ses œuvres. Compte tenu de la censure, c’est un message politique, car les Italiens, notamment les Florentins, sont avec les assassins qui ont envahi et islamisé Constantinople. Je me plonge plus profondément dans cette histoire en apprenant que Piero della Francesca était à Florence pendant le concile qui a rétabli l’union des Eglises orthodoxe et catholique. Je me dis: “S’il l’a supprimé, qu’est-ce qui l’a rétabli?” Je cherche, je lis, je me documente, je voyage à Istanbul pour y faire des recherches sur place sur la chute de Constantinople. D’abord durant trois semaines, puis durant trois autres semaines en été. Je passe des années à faire des recherches dans l’histoire des Turcs, des chrétiens, dans le Coran, les chroniques islamiques ou chrétiennes.
En 2001, je publie à Beyrouth le fruit de toutes ces recherches, un essai historique et non théologique, qui montre que c’est le sultan qui a rétabli le schisme orthodoxe, après avoir islamisé Constantinople. Et c’est par la coercition et les massacres qu’il l’a imposé, car une union des chrétiens aurait rendu ces derniers forts, et leur aurait permis éventuellement de reconquérir leur pays envahi.
2003 : Réédition de l’étude sur la chute de Constantinople, publiée sous le titre de 1453 : Mahomet II impose le schisme orthodoxe, Paris, F.-X. de Guibert (deux éditions épuisées)
En 2004, le réalisateur italien Eugenio Bongioanni, qui a lu Baalbek Monument Phénicien, demande à faire avec moi un film sur Baalbek et les réalisations d’Apollodore de Damas. Il vient d’Italie avec sa camionnette et son matériel, et nous travaillons trois semaines in situ à Baalbek et sur d’autres sites archéologiques libanais. Il me filme donnant des informations inédites, soulignant les sculptures en contre-dépouille, les sculptures inachevées et ce qu’elles prouvaient, et mille autres détails. Il fera, à partir de ces interviews et de mes livres sur Baalbek et sur la chute de Constantinople, son film Baalbek, l'inizio di Costantinopoli, où il me cite comme la conseillère scientifique du film, tout en prétendant que les Romains ont construit Baalbek ! Comme il a écrit mon nom faux (Lina Murr Nehmeh), je ne l’ai pas vu dans les moteurs de recherche, mais ce n’est pas grave : j’ai publié, en 2004 justement, Baalbek la Phénicienne, qui complète le livre précité, et se vend en trois langues, à plus de 10.000 exemplaires. La revue française Archéologia me demande à ce sujet un article de dix pages, qu’elle publiera en 2008 dans son n° 455 sous le titre: “Les temples de Baalbek: Qui a financé la construction de ces géants absolus de l'architecture antique ?”
2006 : Bernard Krouchner, en visite au Liban, annonce que sous Sarkozy, la France poursuivra la même politique que Chirac. Alors je décide de dire la vérité à Sarkozy. Et de la dire aussi non seulement à ses députés, mais à ceux de l’opposition, pour qu’ils aient des arguments contre lui au cas où. Mais une simple lettre ne servira à rien. Il faut un recueil de documents. Je ferai donc une lettre ouverte qui sera un livre, avec un format nouveau, des illustrations abondantes et des titres choc que ces hommes pressés qui ne veulent pas me lire, seront forcés de remarquer. Ce sera la série des livres sur la guerre du Liban: Le Liban assassiné, Du Règne de la Pègre au Réveil du Lion et Les Otages libanais dans les prisons syriennes. J’espère les obliger à voir la réalité de la guerre au Proche-Orient, car à cette époque déjà, j’annonçais la montée de l’islamisme et la gravité de ce qui arrivait en Irak.
En 2007 je publiai à Beyrouth le premier de ces livres : Le Liban assassiné, Lettre ouverte à M. Sarkozy. Le but étant de forcer les politiciens — Sarkozy et tous les députés français — à voir la réalité de la guerre au Proche-Orient, a exigé le format italien pour pouvoir mettre des documents historiques en largeur, des fac-similés, en plus de témoignages inédits, le tout annoncé par de gros titres. Sarkozy l’a reçu à l’ambassade quand il et venu à Beyrouth cette année-là, et tous les députés français sans exception l’ont reçu à la rentrée, chacun dans sa boîte aux lettres. Je les avais fait acheminer par bateau à mes frais, chaque exemplaire dédicacé dans son enveloppe. J’avais demandé et obtenu le permis de la Sûreté Générale, ce qui prouvait l’authenticité du contenu de mon livre. Je reçus une quarantaine de lettres de remerciement. La première à répondre fut Mme Taubira. Une lettre très courte, très gentille, très impersonnelle, qui arrivait beaucoup trop rapide pour que le livre puisse avoir été lu par elle.
2008 : Pour aider Ghazi Aad et les familles des otages libanais, j’ai publié Les Otages libanais dans les prisons syriennes - jusqu’à quand ?, Lettre ouverte au président Bachar el-Assad. Dans ce même livre, je montre que la guerre du Liban est en fait due à Khaddam, qui s’occupait du dossier libanais, et il y a un passage qui explique que si l’Occident n’aide pas Bachar el-Assad et ne le pousse pas à faire des réformes, Khaddam et les Frères Musulmans pourraient prendre le pouvoir, et les choses seraient bien pires. J’ignorais que le nom technique que se donnerait le mouvement issu des Frères Musulmans, serait alors DAECH et NOSRA. J’ignorais aussi que le rebut de l’armée syrienne, ceux qui ont commis ces horreurs au Liban et dans les prisons, allaient pour la plupart faire sécession sous le nom d’ASL. Ce sont eux qui ont fourni l’essentiel des troupes de Nosra. C’est pourquoi les tortures décrites dans ce livre et les décapitations commises au Liban par l’armée syrienne ou sous sa supervision, sont commises dès le début dans la guerre syrienne, par l’ASL.
2009 : Publication de Du Règne de la Pègre au réveil du Lion, Lettre ouverte à M. Sarkozy. Livre également envoyé à tous les députés français et bien entendu au président Sarkozy, qui m’a juste envoyé, dans les formes et par le biais de l’ambassadeur de France au Liban, un accusé de réception pour me dire qu’il avait pris connaissance de son contenu. (contrairement au message de remerciements que j’ai reçu de lui au sujet du livre précédent… la lettre ouverte à Bachar!).
2010 : Je tourne un documentaire en 4 épisodes sur les Phéniciens sur la base de mes recherches. Diffusé sur OTV.
2011 : Publication de Si Beyrouth parlait, sur les Phéniciens et le Liban au temps des Croisades.
Même année: je défends le général Fayez Karam, injustement accusé d’espionnage, en écrivant sur mon site un long article qui prouve son innocence.
2013 : Publication de La Palestine, l’argent et le pétrole.
En 2014, la montée de Daech suscite la terreur. En août, Daech et Nosra envahissent un village libanais, Ersal. Le commandant en chef de l’armée libanaise, Kahwaji, espérant être nommé président, consent à ordonner à l’armée libanaise qui avait le dessus, de permettre aux terroristes de partir sans conditions… et sans avoir rendu les otages libanais qu’ils avaient: soldats et gendarmes.
L’un de ces soldats otages, un musulman sunnite appelé Ali Sayyed, est égorgé par Daech, et la vidéo est diffusée partout. De jeunes Libanais brûlent les drapeaux de Daech et Nosra sur une place de Beyrouth. Les photos circulent sur Internet, mais les noms ne sont pas connus. Le ministre de la Justice, Achraf Rifi, porté par les islamistes, fait une enquête, remonte jusqu’aux auteurs et annonce qu’ils seront mis en prison, et qu’il demande pour eux “les peines les plus sévères” car ils ont brûlé des mots sacrés pour les musulmans. Comme je sais ce qu’est la prison, et comment un jeune peut s’y corrompre ou s’y faire tuer, je décide d’organiser une manifestation contre Rifi. Mais je n’y parviens pas. Alors je me mets à téléphoner à droite et à gauche pour demander aux gens de brûler le drapeau de Daech et de mettre la photo sur les réseaux sociaux. Je fabrique un drapeau de Daech, je l’agarfe sur un manche à serpillère, j’apporte un baquet d’eau pour le cas où cela tournerait mal, je colle un drapeau libanais sur les rideaux, et je me fais photographier brûlant le drapeau en question. Je mets la photo sur Facebook vers 10h environ, et tout le monde partage la photo. Je me disais que si je faisais la même chose que les jeunes, Rifi devrait, soit me mettre en prison, et cela ferait un scandale dans tout le pays, soit laisser les jeunes tranquilles. Ce qui arriva. Mais je fus privée de toute publicité dans les grands médias libanais établis, qui avaient peur de Rifi. Du reste, les critiques les plus acerbes me vinrent des chrétiens qui considéraient que mon acte n’était pas charitable. Il est vrai que je reçus des centaines de menaces de mort, dont beaucoup sont encore visibles sur Internet, y compris sur mes pages. Pourtant, ma défense la plus chaleureuse vint des musulmans, qui sont les pires ennemis de Daech et Nosra. C’est à eux que je dois d’être encore en vie. Non seulement les milliers qui m’ont défendue sur les réseaux sociaux ou qui ont répercuté mon histoire en citant mon nom dans tout le monde dit arabe, mais aussi, des célébrités sunnites libanaises comme le cheikh Maher Hammoud et le ministre de l’Intérieur, Nouhad Machnouk, qui défendirent “les brûleurs des drapeaux noirs” (c’est-à-dire moi, puisque j’étais la seule dont le nom soit connu) contre ceux qui les insultaient et voulaient leur mort.
2015 : Suite aux attentats de janvier 2015 à Paris, je reviens à Paris pour publier Fatwas et caricatures. La stratégie de l’islamisme, Salvator. Depuis, il y a eu beaucoup de livres qui disent la même chose. Mais à l’époque, j’étais la première.
2016 : Pour expliquer comment Daech n’est que la réalisation du califat promis par les Anglais au chérif Hussein en 1915, je publie Quand les Anglais livraient le Levant à l’Etat islamique, Paris, Salvator. C’est en fait une suite de La Palestine, l’Argent et le Pétrole.
2017 : Tariq Ramadan veut être français. Je décide de l’en empêcher en le dévoilant dans: Tariq Ramadan, Tareq Oubrou, Dalil Boubakeur. Ce qu’ils cachent, Paris, Salvator. Mais si j’abattais le seul Ramadan, j’aurais l’air d’innocenter Oubrou et Boubakeur. Or ils sont un trio et se complètent. Ou se complétaient. Maintenant, il y a des nouveaux qui s’apprêtent à compléter Oubrou et Boubakeur.
2017 : Le silence médiatique autour de l’affaire Sarah Halimi est plus que je ne puis supporter, après d’autres affaires que j’avais suivies ces dernières années. J’écris en hâte L’Islamisme et les femmes. Meurtre de Sarah Halimi, princesses saoudiennes séquestrées et autres scandales passés sous silence, Paris, Salvator


_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Back to top
Visit poster’s website
Publicité







PostPosted: Sat 1 Dec - 17:09 (2018)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
yacoub
Administrateur
Administrateur


Offline

Joined: 08 Feb 2014
Posts: 9,696
Masculin
Point(s): 30,736
Moyenne de points: 3.17

PostPosted: Sun 2 Dec - 15:31 (2018)    Post subject: Lina Murr Nehme Reply with quote

Je suis une historienne, je refuse de mentir au sujet des morts. George Bush père a tué le Liban pour pouvoir tuer l'Irak. Il a autorisé l'invasion de la région libre du Liban, celle qui avait résisté 17 ans parce qu'elle ne voulait pas se livrer à l'ennemi. Et pour la première fois dans l'histoire, le réduit chrétien a été envahi. La photo montre l'honorable spectacle des troupes syriennes, occupant Baabda, le palais présidentiel libanais, sur les ordres de deux hommes : Abdel-Halim Khaddam, vice-Président syrien, ministre des Affaires Etrangères et responsable de tout le dossier libanais, et Moustapha Tlass, ministre syrien de la Défense.
Cette occupation a eu lieu parce que Bush tenait à rallier Hafez Assad contre Saddam Hussein. Mais le plus criminel des deux était Hafez et non Saddam ! C'est Hafez qui avait sur les mains le sang du Liban, alors que Saddam n'avait presque pas combattu au Koweït. Car les Koweïtiens ne voulaient pas de cet émir, comme le prouve le fait qu'il ait dissous le parlement, aboli le système parlementaire et privé les Koweïtiens d'élections. Si les Koweïtiens l'avaient aimé, ils l'auraient défendu comme les Libanais ont défendu leur gouvernement à l'époque.
Crime mis à part, Saddam et Hafez étaient des frères jumeaux, et régnaient au nom du même parti Baas, chacun représentant une minorité qui régnait sur la majorité et exerçait une dictature féroce. Et Hafez avait déjà occupé une partie du Liban à l'époque. Si Bush avait vraiment voulu rétablir la justice, il aurait ordonné aux troupes de Hafez de sortir du Liban avant de dire à celles de Saddam de sortir du Koweït. Surtout que, comme je l'ai dit, les Koweïtiens ne voulaient pas de cet émir, et qu'ils ne sont pas allés le recevoir dans la rue quand il est revenu.
M. Macron a l'âge de mon fils, mais contrairement à ce dernier, il ne connaît pas l'histoire récente. Il ne sait pas quel criminel George Bush père était, ni ce qu'il a fait au Liban et à l'Irak, ni la famine qu'il a imposée à ce pays, ni les bombardements de civils. Moi, je connais tout ça parce que j'ai écrit des livres sur la guerre du Liban et sur cette période en particulier. Et parce que j'écris en ce moment un livre sur la guerre d'Irak. Si deux hommes sont responsables de la montée de Daech, ce sont bien les deux Bush, père et fils.
George Bush, père et fils, ainsi que leurs proches, notamment James Baker, étaient téléguidés par la soif du pétrole. Ils travaillaient dans le pétrole. Du moins le père, qui avait une société de pétrole, ce qui l'avait amené à être l'ami du roi d'Arabie. Je ne sais pas ce qu'il a fait de sa société de pétrole après être devenu Président. Mais c'est par elle qu'il s'était enrichi. Son milieu et celui de son fils au Texas, celui de leurs amis, est celui des sociétés de pétrole. L'invasion de l'Irak était due au pétrole et à rien d'autre : Bush voulait contrôler les cours du pétrole, et Saddam était le seul qui refusât de plier. Ce dernier avait besoin d'argent pour restaurer le pays après la terrible guerre menée contre l'Iran, guerre dont les Américains n'ont pas hâté la fin (ce qui augmenta le nombre de victimes, et maintint Khomeiny et les mollahs au pouvoir), parce qu'ils ne voulaient pas voir Saddam gagner, justement.
George Bush père a condamné l'Irak à la plus horrible des guerres, et c'est des malheurs de l'Irak qu'est né Daech. Car l'Irak était un pays laïque, où les chrétiens étaient très bien traités. Les grands massacres de Saddam ont surtout eu lieu après cette guerre américaine, parce que George Bush avait appelé les chiites et les Kurdes à la guerre civile. Ils ont répondu à ces appels, mais Bush ne les a pas aidés, et ils ont été massacrés.
Sachant tout cela (mais ce n'est pas le millionnième de ce que je pourrais dire), je trouve ridicule ce tweet dans lequel M. Emmanuel Macron dit:
"Au nom du Peuple français, j’adresse mes condoléances à la nation américaine suite au décès de l’ancien président américain George Bush père. C’était un grand dirigeant et un soutien sans faille de l’alliance avec l’Europe."
Un grand dirigeant ? En matière d'envergure, oui. Il a été l'homme le plus puissant de l'histoire, et le seul à donner des ordres à toute l'humanité : il n'y avait alors plus qu'un seul bloc, et tout le monde s'est soumis à lui.
Mais parler de soutien de l'alliance avec l'Europe ? Alliance unilatérale : il a obligé les chefs d'Etat d'Europe à entrer dans une guerre que leurs peuples refusaient — ou auraient refusée si on leur avait dit la vérité.
Pour connaître les dessous des relations entre la famille Bush et la famille Saoud, ainsi que les affaires de pétrole des Bush, lire : "House of Bush, House of Saud".
Concernant la guerre d'Irak, je recommande les rapports des organisations humanitaires.
Concernant l'occupation syrienne du Liban en relation avec la guerre d'Irak, je recommande la lecture de "Chronique du Liban rebelle" de Daniel Rondeau.
On pourra aussi trouver des documents dans mes livres "Le Liban assassiné", "Du règne de la Pègre au réveil du Lion", et "Les Otages libanais dans les prisons syriennes".
Je signale que les deux premiers de ces livres étaient des "lettres ouvertes à monsieur Sarkozy". J'avais compilé ces documents pour convaincre le gouvernement français de changer de politique au moment de l'avènement de M. Sarkozy, et j'ai expédié par bateau des exemplaires des deux premiers à tous les députés français ; j'ai même payé pour que des gens, en France, les mettent dans les boîtes aux lettres de ces députés. Maintenant, je me dis que j'ai perdu mon temps et mon argent. Je note que la première députée à m'avoir répondu — aussitôt que le livre était arrivé — était madame Taubira. Elle avait répondu si vite, en trois lignes stéréotypées, que je me suis dit qu'elle n'avait même pas eu le temps de le feuilleter, a plus forte raison de le lire.
Mais lit-elle seulement ?
Lina Murr Nehmé
------------------------
Michel Fayad Oubad Zwein Tamima Dahdah Francois Bacha Waad Soukarieh Chaib Aimée Thirion Amelie Myriam Chelly Monique Plaza Rychon Ragou Daniele Aramouni Gerges Katia Bassil
#EmmanuelMacron #Baabda #Koweit #Iraq #ISIS #Taubira #NicolasSarkozi #GeorgeBush #GeorgeHWBush #GeorgeWBush #Europe #ChristineTaubira #Liban #LinaMurrNehme #JamesBaker #Kurdes #pétrole #DickCheney #FrançoisMitterrand #JacquesChirac


_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Back to top
Visit poster’s website
yacoub
Administrateur
Administrateur


Offline

Joined: 08 Feb 2014
Posts: 9,696
Masculin
Point(s): 30,736
Moyenne de points: 3.17

PostPosted: Sun 2 Dec - 16:42 (2018)    Post subject: Lina Murr Nehme Reply with quote

Les Anglais, le Levant, l’EI, l’or et les convoitises, selon Lina Murr Nehmé

Chacun de ses ouvrages est un coup de poing. Lina Murr Nehmé fouille inlassablement notre histoire contemporaine et celle un peu plus ancienne pour dénoncer les injustices et mettre en avant une vérité souvent camouflée par les vainqueurs. Lina Murr n'a pas peur de bousculer les idées reçues et les versions officielles : elle cherche, consulte, écoute et lit entre les lignes les non-dits de l'histoire officielle, pour montrer des faits implacables sans la moindre complaisance et sans craindre de choquer l'establishment. Son avant-dernier livre, Fatwas et caricatures, avait mis l'accent sur une certaine complicité occidentale dans la naissance et l'expansion de l'État islamique. Aujourd'hui, elle revient sur le rôle de l'Occident, des Britanniques en particulier, dans la création des États musulmans dans la région à partir de 1860 et jusqu'au début du XXe siècle.
Tout commence en réalité par la volonté de l'Empire britannique de passer du charbon au pétrole, et pour cela, il lui fallait mettre la main à la fois sur le pétrole des pays du Golfe et de l'Iran, mais aussi sur la route qui y mène. Les Libanais, les Palestiniens, les Syriens et les Mésopotamiens vivaient sur cette route. Soit il fallait créer des États indépendants, avec le risque toutefois qu'ils prennent des décisions souveraines sur le passage du pétrole, soit on crée un État islamique gouverné par la charia, avec lequel on conclut un accord une fois pour toutes qui garantit la route du pétrole et en même temps coupe la voie à d'autres pays européens influents dans la région, comme la France...
Mais ces plans bien étudiés et leurs machines bien huilées se heurtent toujours à des petits grains de sable imprévus qui peuvent les bloquer, les retarder ou les modifier. Pour Lina Murr Nehmé, le Liban qu'elle chérit est un de ces grains de sable puisqu'aucun étranger, arabe, musulman ou européen, n'a réussi à le contrôler totalement à travers les multiples étapes de son histoire.
Dans cet ouvrage intitulé Quand les Anglais livraient le Levant à l'État islamique : or, corruption et politique étrangère britannique, l'auteure voyage à travers une partie passionnante de notre histoire et de celle de la région entre 1860 et 1973, la fin de l'Empire ottoman, le partage des influences dans la région et la naissance du royaume des Saoud puis celle de l'entité israélienne, jusqu'à l'éclatement de la guerre au Liban, dû au fait que les Occidentaux n'avaient pas de solution pour le conflit israélo-arabe et qu'ils ont choisi de le jeter sur le Liban, seul pays de la région où il y avait encore une présence chrétienne majoritaire.
Documents et références à l'appui (notamment des coupures de presse de l'époque avec des témoignages poignants, ainsi que des extraits de discours marqués par des illustrations), l'auteure relate l'étrange collusion au début du siècle dernier entre les islamistes et les sionistes qui ont, à eux deux, confisqué en quelque sorte l'identité des peuples de la région. Cet ouvrage est d'ailleurs le fruit d'un travail de recherche minutieux et passionnant, construit comme un puzzle où chaque élément prend sa place naturellement, sans grandiloquence ni rigidité idéologique. Les faits parlent simplement d'eux-mêmes.
Avec des mots simples et un style élégant qui transforme la lecture des réalités historiques en un roman et même en une aventure palpitante, Lina Murr Nehmé raconte, comme elle le dit, « une histoire d'or et de convoitise, de pétrole et de voies de communication » qui a transformé la région et modifié le sort de ses habitants. Elle le précise d'ailleurs : « Ce livre est rempli de la douleur et des larmes de nos ancêtres. » Parce que, selon elle, le Liban est quelque part la victime de grands enjeux régionaux et internationaux, faits de cynisme et d'intérêts énergétiques et autres. Pour elle, ce pays est une cible non seulement parce que son tissu social est fragile, mais surtout parce que la présence des chrétiens y est une donnée qui dérange. Mais c'est aussi l'ensemble de la région qui est un objet de convoitise pour les Occidentaux, depuis la découverte du pétrole et même bien avant. Ils y ont donc encouragé la montée des extrémismes religieux pour maintenir leur mainmise et compromettre la naissance d'États nationaux et souverains. Mais grâce à cet ouvrage, il ne s'agit plus de simples théories politiques, mais bien de réalités documentées.
Lina Murr Nehmé signera son livre à la Librairie Antoine de l'ABC-Achrafieh le 8 décembre de 17h30 à 20h30.
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Back to top
Visit poster’s website
yacoub
Administrateur
Administrateur


Offline

Joined: 08 Feb 2014
Posts: 9,696
Masculin
Point(s): 30,736
Moyenne de points: 3.17

PostPosted: Tue 4 Dec - 17:30 (2018)    Post subject: Lina Murr Nehme Reply with quote

George Bush a tué le Liban pour pouvoir tuer l’Irak
December 2, 2018 Lina Murr Nehme
Email https://twitter.com/intent/tweet?url=%2F&text=George%20Bush%20a%20tu%C3…http://www.linkedin.com/shareArticle?mini=true&url=https%3A%2F%2Flinamu…

Je suis une historienne, je refuse de mentir au sujet des morts.
George Bush père a tué le Liban pour pouvoir tuer l’Irak. Il a autorisé l’invasion de la région libre du Liban, celle qui avait résisté 17 ans parce qu’elle ne voulait pas se livrer à l’ennemi. Et pour la première fois dans l’histoire, le réduit chrétien a été envahi. La photo montre l’honorable spectacle des troupes syriennes, occupant Baabda, le palais présidentiel libanais, sur les ordres de deux hommes : Abdel-Halim Khaddam, vice-Président syrien, ministre des Affaires Etrangères et responsable de tout le dossier libanais, et Moustapha Tlass, ministre syrien de la Défense.
Cette occupation a eu lieu parce que Bush tenait à rallier Hafez Assad contre Saddam Hussein. Mais le plus criminel des deux était Hafez et non Saddam ! C’est Hafez qui avait sur les mains le sang du Liban, alors que Saddam n’avait presque pas combattu au Koweït. Car les Koweïtiens ne voulaient pas de cet émir, comme le prouve le fait qu’il ait dissous le parlement, aboli le système parlementaire et privé les Koweïtiens d’élections. Si les Koweïtiens l’avaient aimé, ils l’auraient défendu comme les Libanais ont défendu leur gouvernement à l’époque.
Crime mis à part, Saddam et Hafez étaient des frères jumeaux, et régnaient au nom du même parti Baas, chacun représentant une minorité qui régnait sur la majorité et exerçait une dictature féroce. Et Hafez avait déjà occupé une partie du Liban à l’époque. Si Bush avait vraiment voulu rétablir la justice, il aurait ordonné aux troupes de Hafez de sortir du Liban avant de dire à celles de Saddam de sortir du Koweït. Surtout que, comme je l’ai dit, les Koweïtiens ne voulaient pas de cet émir, et qu’ils ne sont pas allés le recevoir dans la rue quand il est revenu.
M. Macron a l’âge de mon fils, mais contrairement à ce dernier, il ne connaît pas l’histoire récente. Il ne sait pas quel criminel George Bush père était, ni ce qu’il a fait au Liban et à l’Irak, ni la famine qu’il a imposée à ce pays, ni les bombardements de civils. Moi, je connais tout ça parce que j’ai écrit des livres sur la guerre du Liban et sur cette période en particulier. Et parce que j’écris en ce moment un livre sur la guerre d’Irak. Si deux hommes sont responsables de la montée de Daech, ce sont bien les deux Bush, père et fils.
George Bush, père et fils, ainsi que leurs proches, notamment James Baker, étaient téléguidés par la soif du pétrole. Ils travaillaient dans le pétrole. Du moins le père, qui avait une société de pétrole, ce qui l’avait amené à être l’ami du roi d’Arabie. Je ne sais pas ce qu’il a fait de sa société de pétrole après être devenu Président. Mais c’est par elle qu’il s’était enrichi. Son milieu et celui de son fils au Texas, celui de leurs amis, est celui des sociétés de pétrole. L’invasion de l’Irak était due au pétrole et à rien d’autre : Bush voulait contrôler les cours du pétrole, et Saddam était le seul qui refusât de plier. Ce dernier avait besoin d’argent pour restaurer le pays après la terrible guerre menée contre l’Iran, guerre dont les Américains n’ont pas hâté la fin (ce qui augmenta le nombre de victimes, et maintint Khomeiny et les mollahs au pouvoir), parce qu’ils ne voulaient pas voir Saddam gagner, justement.
George Bush père a condamné l’Irak à la plus horrible des guerres, et c’est des malheurs de l’Irak qu’est né Daech. Car l’Irak était un pays laïque, où les chrétiens étaient très bien traités. Les grands massacres de Saddam ont surtout eu lieu après cette guerre américaine, parce que George Bush avait appelé les chiites et les Kurdes à la guerre civile. Ils ont répondu à ces appels, mais Bush ne les a pas aidés, et ils ont été massacrés.
Sachant tout cela (mais ce n’est pas le millionnième de ce que je pourrais dire), je trouve ridicule ce tweet d’Emmanuel Macron:




https://linamurrnehme.com/wp-content/uploads/2018/12/47084955_5069663098228…
Un grand dirigeant ? En matière d’envergure, oui. Il a été l’homme le plus puissant de l’histoire, et le seul à donner des ordres à toute l’humanité : il n’y avait alors plus qu’un seul bloc, et tout le monde s’est soumis à lui.
Mais parler de soutien de l’alliance avec l’Europe ? Alliance unilatérale : il a obligé les chefs d’Etat d’Europe à entrer dans une guerre que leurs peuples refusaient — ou auraient refusée si on leur avait dit la vérité.
Pour connaître les dessous des relations entre la famille Bush et la famille Saoud, ainsi que les affaires de pétrole des Bush, lire : House of Bush, House of Saud de Craig Unger.

Concernant la guerre d’Irak, je recommande les rapports des organisations humanitaires.
Concernant l’occupation syrienne du Liban en relation avec la guerre d’Irak, je recommande la lecture de Chronique du Liban rebelle (Grasset, 1991) de Daniel Rondeau.


https://linamurrnehme.com/wp-content/uploads/2018/12/9782246446415-T.jpg
On pourra aussi trouver des documents dans mes livres Le Liban assassiné, Du règne de la Pègre au réveil du Lion, et Les Otages libanais dans les prisons syriennes.



 
Je signale que les deux premiers de ces livres étaient des “lettres ouvertes à monsieur Sarkozy”. J’avais compilé ces documents pour convaincre le gouvernement français de changer de politique au moment de l’avènement de M. Sarkozy, et j’ai expédié par bateau des exemplaires des deux premiers à tous les députés français ; j’ai même payé pour que des gens, en France, les mettent dans les boîtes aux lettres de ces députés. Maintenant, je me dis que j’ai perdu mon temps et mon argent. Je note que la première députée à m’avoir répondu — aussitôt que le livre était arrivé — était madame Taubira. Elle avait répondu si vite, en trois lignes stéréotypées, que je me suis dit qu’elle n’avait même pas eu le temps de le feuilleter, a plus forte raison de le lire.
Mais lit-elle seulement ?
Lina Murr Nehmé, 2 décembre 2018
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Back to top
Visit poster’s website
yacoub
Administrateur
Administrateur


Offline

Joined: 08 Feb 2014
Posts: 9,696
Masculin
Point(s): 30,736
Moyenne de points: 3.17

PostPosted: Thu 6 Dec - 18:39 (2018)    Post subject: Lina Murr Nehme Reply with quote

Lina Murr Nehme
9 h ·

Je ne vois pas du tout une similitude entre ce qui arrive en France et le "Printemps arabe", que j'ai vu de près, puisque j'ai vécu toutes ces choses en étant au Liban et en regardant notamment la chaîne de télévision al-Jazeera.
Al-Jazeera et une fraction infime de la presse arabe parlent d'un "Printemps Parisien". Ce n'est pas à prendre à la lettre. Le danger existe, et il existe parce qu'al-Jazeera, qui est la source majoritaire de la presse arabe, fabrique les révolutions. Si elle dit qu'il y a un "Printemps Parisien", c'est qu'elle est en train de le fabriquer. Lancer de telles affirmations est une des techniques de propagande utilisées pour fabriquer les guerres. En effet qui, en France, aurait jamais eu l'idée de comparer ces manifestations au Printemps arabe? Certainement pas moi. Cela ne ressemble en rien à ce qui a lieu en Orient, où c'étaient surtout des manifestations et non de la casse. La casse est venue après
Lina Murr Nehmé


_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Back to top
Visit poster’s website
georges_09



Offline

Joined: 17 May 2016
Posts: 312
Localisation: Paris
Emploi: employé
Loisirs: internet
Masculin
Point(s): 1,012
Moyenne de points: 3.24

PostPosted: Fri 4 Oct - 00:47 (2019)    Post subject: Lina Murr Nehme Reply with quote

Lina Murr Nehme
5 minutes · 







Encore une attaque au couteau. Cette fois, dans un lieu particulièrement symbolique: au cœur de Paris, à la préfecture de police. Quatre policiers poignardés au couteau par un de leurs collègues, âgé de 45 ans et né en Martinique, converti à l’islam depuis un an et demi.
Il ne présentait pas de problèmes comportementaux, nous dit-on, mais avait une relation conflictuelle avec sa cheffe. Aurait-il tué quatre personnes pour autant?
On dit qu’il refusait de saluer une collègue. Ce n’est pas nécessairement un signe de radicalisation: saluer oralement une personne de l’autre sexe n’est pas interdit chez les islamistes. Seul le contact physique l’est.
Il est possible que la conversion de ce policier n’ait rien à voir avec son crime. Mais cela fait trop d’agressions, notamment au couteau, qu’on attribue à des déséquilibrés, pour qu’a priori, je puisse me contenter de ces escapades intellectuelles. Ma dernière vidéo comptait quatre agressions très inquiétantes en deux ans, ne citant que celles qui n’ont pas été considérées terroristes alors qu’elles l’étaient visiblement (1). A ajouter aux meurtres de Villeurbanne, également au couteau, mais dont j’avais parlé dans une vidéo précédente.
Comprenez. Qui écume les quartiers pour convertir les gens? Les personnes respectueuses de la liberté de pensée? ou les islamistes? Et quelle est la littérature de prédilection de ces derniers? Moi, j’ai entendu de mes oreilles à la Bibliothèque Nationale de Paris, dans un des clubs il y a quinze ans, une conversation entre une jeune fille voilée et une jeune homme, et elle lui demandait avec admiration s’il allait faire le djihad.
C’est une conversation normale chez eux et chez les convertis. C’est une mode. L’effet de foule, c’est contagieux
Et les vidéos qu’ils regardent, et qu’ils montrent à leurs amis qui viennent les voir, savez-vous ce qu’elles contiennent? Il y a une chanson d’al-Qaïda/Nosra qui dit: “Nous venons à vous avec l’égorgement”. C’est la phrase que, d’après la biographie de Mahomet, ce dernier a dite aux gens de sa tribu, les Qoraych.
Et la biographie de Mahomet est prise par eux pour parole d’évangile! On trouve cette phrase dessinée sur des couteaux utilisés par Daesh contre l’armée libanaise, et trouvés par celle-ci quand elle a gagné la bataille.
C’est une phrase qui pullule sur les réseaux sociaux. Vous ne la connaissez pas. Mais ceux qui convertissent les Français, eux, la connaissent. Au Liban, ils l’écrivaient sur les murs: “O adorateurs de la croix, nous venons à vous avec l’égorgement”. L’ironie, c’est quand j’ai vu un musulman libanais mettre cette photo sur son mur FB, et écrire: “Et les portes de l’enfer ne pourront rien contre nous.” Car si les chrétiens se convertissent à l’islam en France, les musulmans se convertissent tout seuls au christianisme en Orient.
Dans l’ambiance actuelle en France, la plupart des convertis occidentaux sont radicalisés, sauf dans des cas rares comme le mariage. Pour eux, le tueur de Villeurbanne est un héros, car il applique la phrase “Nous venons à vous avec l’égorgement”, et il faut l’imiter.
Vous, vous voyez l’horreur. Eux voient l’exploit.
Même si ce policier tueur se révèle être malade, même s’il se révèle être en crise, comprenez que ce comportement n’est pas instinctif chez un Français. Malheureusement, on a tellement vu de vidéos de Daesh qui glorifient l’égorgement comme un châtiment de la mécréance… Dans cette capture d’écran, le djihadiste anglais Emwazi, surnommé Jihadi John, points son couteau et “jure” que Rome sera conquise.
Il n’est pas normal non plus de voir autant de gens utiliser des couteaux pour des crimes en France. Ce n’est certainement pas un réflexe de policier. Surtout quand il veut tuer plusieurs personnes. En France, les policiers qui tuent le font avec une arme à feu ou d’autres armes rapides. Il ne pense pas facilement à l’arme blanche qui est beaucoup plus dangereuse à utiliser! On n’est plus au temps des couteaux et des baïonnettes!
Vous qui n’avez pas connu la guerre, vous ne savez peut-être pas la différence. Mais posez la question à un soldat ou à un policier, et il vous le dira. Il y a quelque chose d’inhumain à tuer avec un couteau ou un cutter. Ce sont des idées venues d’ailleurs. Même si ce policier se révélait avoir des problèmes, qui lui a donné l’idée d’utiliser un couteau?
Et ne pensez-vous pas que cela fait trop d’attaques au couteau, en très peu de temps, en France? Trop d’attaques que les autorités classent, même quand l’assassin dit qu’il a tué pour une caricature de Mahomet?
Que doit faire le tueur pour les convaincre qu’il est un terroriste? Doit-il s’accrocher à leur cou et les supplier de l’écouter? Mais comprenez que cette attitude est dangereuse, et que plus le temps passe, plus ce genre d’enseignement se répand! Si la justice sévissait, il n’y aurait pas cette contagion! Pitié pour les victimes!
(1) https://www.youtube.com/watch?v=rHWQdyKaPK8
Lina Murr Nehme, 3 octobre 2019
https://linamurrnehme.com/2019/2789/
_________________
"Rien n'est plus dangereux au monde que la véritable ignorance et la stupidité consciencieuse".
Martin Luther King


Back to top
Visit poster’s website
Display posts from previous:   

Post new topic   Reply to topic    Apostats de l'islam Forum Index >>> Apostats de l'islam >>> Liens All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Portal | Index | Create own forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group

Thème réalisé par SGo