Apostats de l'islam Index du Forum
Apostats de l'islam
La vraie nature de l'islam - Passer de l'ombre de l'obscurantisme à la lumière de la connaissance
 
FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 

 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Lydia GUIROUS
 
Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Apostats de l'islam Index du Forum >>> Apostats de l'islam >>> En vrac

Auteur Message
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 8 331
Masculin
Point(s): 28 080
Moyenne de points: 3,37

MessagePosté le: Mer 4 Oct - 13:59 (2017)    Sujet du message: Lydia GUIROUS Répondre en citant


 
Lydia Guirous, oh ! là, là ! la laïque
Par Luc Le Vaillant — 5 février 2016 à 18:11

Lydia Guirous. Photo Fred Kihn
Retours sur l’ascension express et la descente en vol de l’ex-porte-parole de LR, 31 ans, laïque intransigeante et républicaine autoritaire.

  • Lydia Guirous, oh ! là, là ! la laïque

Il n’est pas certain que Lydia Guirous soit la personne la plus entourée et la plus fêtée à l’heure qu’il est. On parierait même que cette femme de 31 ans, née en Kabylie et grandie à Roubaix, fille d’un commerçant et d’une mère au foyer, pourrait vivre de grands moments de solitude. Et ceci pour trois raisons.
PUBLICITÉ
inRead invented by Teads


1) Lydia Guirous fut, pendant l’année 2015, une fringante porte-parole de LR. Nicolas Sarkozy l’a bombardée à ce poste en raison de sa précocité, de son frais minois, de ses origines, et surtout pour s’être proclamée, dans un essai à succès, ardente républicaine, juste avant… Charlie. Trois mois après le Bataclan, la voilà débarquée par le même Sarko. Elle aurait pris trop de libertés avec sa mission, dit-on chez LR. «J’ai fait valoir mes convictions» au lieu d’ânonner servilement, se rengorge-t-elle. Elle se serait révélée «ingérable, incontrôlable, pas à niveau», grommelle-t-on du côté de la rue Vaugirard où le soulagement a des allures de bon débarras, même si elle siège toujours au bureau national et fait des appels du pied à Alain Juppé.
2) Lydia Guirous fait aussi l’unanimité contre elle car elle a la laïcité vigoureuse, agressive et abrasive. Elle est contre les menus de substitution, contre le voile à l’université, contre les mères en foulard accompagnant les sorties scolaires. Mais, soucieuse de cantonner toutes les religions dans la sphère privée, elle s’oppose aussi aux crèches de Noël dans les mairies. Pas facile avec ça de séduire une droite attachée à ses racines chrétiennes. Comme elle vient des quartiers populaires, elle n’a aucune difficulté à flinguer la posture victimaire. Et quand elle avance à visage découvert, c’est aussi pour bien signifier que le voile est une offense à l’égalité homme-femme. D’un autre côté, cette multidiplômée est la preuve vivante que l’on peut échapper au déterminisme social. Ce qui lui fait chanter les mérites de l’école sanctuaire, de l’enseignant héroïsé et de la culture classique antirap. Pas simple après ça d’être au mieux avec les islamos qui vous traitent d’apostat et de «collabeur», avec les observantes mises sous cape qui vous voient comme un reproche sautillant, sans compter les gauchos moralistes, les islamos féministes et les pédagogistes qui peuvent difficilement encadrer quelqu’un qui vénère la police, la loi et l’ordre et qui troquerait bien Sarkozy pour… Valls.
3) Lydia Guirous échappe aussi difficilement à ce qu’on pourrait appeler le syndrome Rachida Dati. Quand on est une femme jeune, d’origine arabe, et qu’on se voit propulsée en avant-scène par le seul fait du prince, il vous faut parer des attaques contradictoires. Une fois en place, il faudrait que vous ne soyez plus rien de ce qui a fait votre faveur. Vous devez donner des gages de haute élévation, comme cela est arrivé à Lydia Guirous, passée sous la toise du mépris culturel télévisé du professoral Yann Moix. A droite comme à gauche, il vous est fait un procès en illégitimité et en ambition outrancière. Et, souvent, grandeur et misère se succèdent à une cadence accélérée. Telle Rachida Dati, cette enfant d’une famille de sept a le culte de l’effort et le goût du paraître. Comme Jeannette Bougrab, l’admiratrice de Simone Veil et de Françoise Giroud s’étonne qu’on la traite d’intégriste de la laïcité quand l’intégrisme serait plutôt barbu par les temps qui courent. En tout cas, comme ses aînées, elle vit une destinée politique à embardées. Et, malgré ses bravades à menton haut et œil noir, ce n’est pas forcément facile à vivre. Un ami : «Elle n’a pas le cuir aussi tanné qu’elle en a l’air. Elle a aussi envie qu’on l’aime.»
Elle reçoit chez elle dans le XIIe arrondissement de Paris, dans un trois-pièces agréable. Le chat se nomme «Bébel» en hommage à Jean-Paul et se révèle très affectueux. Sa maîtresse, qui vénère aussi Gabin ou Delon, est une petite souris plus fantaisiste que sa sévère image publique ne pourrait le laisser penser. Elle est haut perchée sur talons et raccourcie de la jupe noire, histoire d’horripiler le moindre imam regardant. Elle voulait se rendre ainsi habillée chez Ruquier, histoire d’affirmer sa liberté, mais a fini par préférer le pantalon. Peu pressée d’avoir des enfants, elle s’est mariée en blanc avec un fonctionnaire hospitalier «breton, basque, guadeloupéen, etc.», manière de souligner que l’endogamie ne passera pas par elle. La bénédiction a eu lieu à l’église Saint-Augustin. Elle se félicite que l’antique saint patron soit né berbère. L’œcuménisme lui convient et peut-être aussi le conservatisme strict du penseur catholique. Pour autant, elle n’a rien contre le mariage pour tous. Peu friande d’unisexe, elle réécrit à sa manière le mot de Simone de Beauvoir. Elle le détourne ainsi : «Je suis née et je suis devenue femme.» Elle a la langue agile, et révèle ses talents de peste quand elle moque ses copines de collège passées du déluré en string au rachat de vertu et de tranquillité sous voile, façon madame de Maintenon à hijab.
Elle fatigue un peu de se retrouver renvoyée à ses traditions musulmanes. Elle croit en un Dieu modérément identifié. Elle concède : «Je n’ai rien d’une bouffeuse de curés.» Elle ajoute : «La religion, c’est quelque chose d’intime.» Cela lui serait venu après la mort de sa grand-mère. Elle mélange le Coran aux rites animistes, célèbre l’esprit des lieux et la mémoire des anciens. Elle ne fait pas le ramadan, n’a rien contre l’alcool. Et va répétant : «Je ne veux pas qu’on me mette dans une case.»
Au lycée, elle se souvient de sa lutte contre les conseillers d’orientation qui la destinait aux filières courtes. L’excellente élève brandit son master en gestion à Paris-Dauphine, sa formation à l’Institut des hautes études en Défense nationale (IHEDN), où elle a découvert et a apprécié l’univers militaire. Si elle n’est pas énarque, elle vient d’en terminer avec un master en finances à l’ESCP. Intitulé de son mémoire : «le Marché des utilities» qui pourrait lui ouvrir les portes du monde de l’énergie.
Elle a déjà bossé cinq ans dans le conseil en entreprise. Fourmis, elle a puisé dans son bas de laine pour financer le bénévolat de son année de porte-parolat chez LR. Que fera-t-elle demain ? Ses proches estiment qu’elle aura du mal à renoncer à la drogue de l’exposition publique après en avoir croqué. Elle parle de son envie d’être élue et de faire oublier son 0,77 % obtenu sous casaque du Parti radical valoisien dans l’arrondissement conquis par Cécile Duflot. Près de la fenêtre patientent quelques toiles abstraites qu’elle a badigeonnées. Elle aime le Gauguin de Tahiti, le Delacroix du Maroc et ceux qui ont peint les lointains. Elle évoque aussi le plaisir solitaire de l’écriture. Sur l’accoudoir du canapé, il y a une biographie de Voltaire, signée Max Gallo.
28 décembre 1984 Naissance en Algérie.
2010 Fonde Future au féminin.
Octobre 2014 Allah est grand, la République aussi (JC Lattès).
Janvier 2015 Secrétaire nationale de l’UMP.
Juin 2015-janvier 2016 Porte-parole LR.
Janvier 2016 #Je suis Marianne (Grasset).
Luc Le Vaillant




 

 
 

_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité







MessagePosté le: Mer 4 Oct - 13:59 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 8 331
Masculin
Point(s): 28 080
Moyenne de points: 3,37

MessagePosté le: Ven 6 Oct - 12:31 (2017)    Sujet du message: Lydia GUIROUS Répondre en citant


_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 8 331
Masculin
Point(s): 28 080
Moyenne de points: 3,37

MessagePosté le: Sam 7 Oct - 12:38 (2017)    Sujet du message: Lydia GUIROUS Répondre en citant

Laïcité Lydia Guirous (LR) souhaite « expurger le Coran »





L’ex-porte-parole du parti Les Républicains publie un nouveau livre Ca n'a rien à voir avec l'islam? Face à l'islamisme, réveillons-nous, réveillez-vous, et propose une refonte du Coran.

On commence à bien connaître Lydia Guirous. Pour plusieurs choses. Ses essais, dont le premier Allah est grand, la République aussi, publié en 2014, eu un écho retentissant, notamment après les attentats de Charlie Hebdo en janvier 2015. On l’avait ensuite croisée avec le statut de porte-parole chez Les Républicains à l'initiative de Nicolas Sarkozy puis l'essayiste, très portée sur les questions de laïcité, a repris la plume pour un nouvel ouvrage sur la place de l’Islam en France où elle n’hésite pas à dresser un constat alarmant. «On voit bien que c'est l'islamisme, l'islam des salafistes qui s'impose tous les jours et qui impose ses normes archaïques (…) La multiplication des signes ostentatoires, la multiplication le voilement des petites filles, cette volonté de vivre en scission complète avec le reste de la société. Il y a une contre société qui se met en place» a-t-elle expliqué au micro de Jean-Jacques Bourdin sur RMC, le 5 octobre.

Une position singulière qu’elle appuie en proposant une réécriture du Coran: « Expurger le Coran, c'est une urgence. J'appelle à ce qu'il y ait une vraie réforme du Coran avec un conclave européen qui pourrait faire enfin rentrer l'islam dans la modernité. J'aimerais que les autorités musulmanes européennes se rassemblement pour expurger le Coran de toute sa partie violente, rétrograde, homophobe, antisémite et misogyne» précise la fondatrice du club « Future au féminin » en dénonçant certains passages sur les femmes ou les homosexuels.
L’essayiste, clivante pour certains en raison de ses positions sur le port du voile à l’université ainsi que les repas de substitution, a reçu en 2016 des menaces de mort sur Twitter d’un individu de 21 ans dont le procès se tiendra le 30 janvier 2018. Pas simple de faire bouger les lignes...
Ca n'a rien à voir avec l'islam? Face à l'islamisme, réveillons-nous, réveillez-vous de Lydia Guirous aux Editions Plon.


Mots-clés :
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 8 331
Masculin
Point(s): 28 080
Moyenne de points: 3,37

MessagePosté le: Mar 7 Nov - 16:06 (2017)    Sujet du message: Lydia GUIROUS Répondre en citant

G-W Goldnadel: «Face à l'islamisme, réveillons-nous avec Lydia Guirous!»

    Par  Gilles William Goldnadel Publié le 06/11/2017 à 16:38


FIGAROVOX/TRIBUNE - Gilles-William Goldnadel livre son analyse du dernier livre de Lydia Guirous « Ça n'a rien à voir avec l'islam ». Il salue le courage et la force de conviction de l'auteur, qui exhorte à sortir de la complaisance avec l'islamisme.

Gilles-William Goldnadel est avocat et écrivain. Toutes les semaines, il décrypte l'actualité pour FigaroVox.

L'honneur me revient de faire la recension du dernier opus de Lydia Guirous: «Ça n'a rien à voir avec l'islam» (Plon), et rarement un brûlot n'aura été aussi terriblement en phase avec l'actualité brûlante.

    Il s'agit d'un brûlot, dans la meilleure acception du terme, d'un pamphlet enflammé écrit dans le chaud de la colère par une jeune femme musulmane qui ne craint pas remuer les braises.

Oui, il s'agit d'un brûlot, dans la meilleure acception du terme, d'un pamphlet enflammé écrit dans le chaud de la colère par une jeune femme musulmane qui ne craint pas remuer les braises.

Pour autant, chaque fait est documenté et la colère, l'indignation, le désespoir du cœur n'affectent pas le fonctionnement d'un cerveau bien structuré.

Quant à l'actualité, je le disais, divers événements marquants des derniers jours entrent directement en résonance avec les avertissements du livre de la jeune Française d'origine kabyle dont le sous-titre incantatoire se veut revigorant: «Face à l'islamisme, réveillons-nous, réveillez-vous!».

Ainsi de l'affaire Ramadan et des viols reprochés au théologien islamiste par plusieurs femmes musulmanes, dont l'une d'elles assure que son violeur putatif lui aurait déclaré qu'une femme non voilée pouvait bien être violée.

Le livre de Lydia Guirous permet de resituer le dossier dans son contexte culturel particulier. Il rappelle fort à propos les déclarations du frère de l'accusé, Hanni Ramadan , directeur du Centre islamique de Genève, invité à s'exprimer devant de jeunes élèves du centre de la transition professionnelle, Coulouvrière (Suisse), le jeudi 9 juin 2016: «Une femme est comme une perle dans un coquillage. Si on la montre, elle crée des jalousies. Ici, la femme sans voile est comme une pièce de 2 euros. Visible par tous, elle passe d'une main à l'autre…» (Marianne 12 juin 2016).

En outre, et bien avant les révélations embarrassantes contre l'imprécateur bien en cour islamo-gauchiste, côté Médiapart ou Inrockuptibles, Lydia Guirous évoque opportunément son flirt idéologique très poussé entretenu avec les féministes consentantes mais plus intransigeantes envers le mâle blanc.

C'est ainsi qu'elle rappelle comment Clémentine Autain diffusa sans vergogne un appel à se rendre à un meeting de Saint-Denis en décembre 2015, avec pour intervenants Tarik Ramadan et Marwan Mohamed, proches des frères musulmans.

Depuis les révélations contre le premier, la dame insoumise demeure aux abonnées féministes absentes.

Ainsi aussi de l'affaire Merah et de l'antisémitisme et de la christianophobie réunis. Ici encore, la jeune musulmane ne se dissimule pas derrière un voile de circonlocutions.

Qu'on en juge à la description qui vient de ce qu'elle nomme l' «islamo- communautarisme»: «Cette communauté religieuse transnationale est un agrégat d'hypocrites toujours prêts à montrer la paille du racisme dans l'œil de la France sans voir la poutre de la xénophobie dans la leur. Écrivons les choses sans détours: il existe un racisme profond, terrifiant chez certains Maghrébins, souvent hérité de la culture de leur pays d'origine, où la personne noire est rejetée (il n'y a qu'à voir comment les Africains de l'Afrique subsaharienne sont pourchassés en Algérie, au Maroc ou en Tunisie, souvent directement renvoyés aux frontières… qui sont le désert du Sahara!).

D'ailleurs, les unions interethniques sont rares dans ces pays. En France, dans les quartiers, le racisme sans complexe est dans une totale impunité: à l'encontre des juifs, qualifiés de «sales feujs» mais aussi contre «les sales français», les «faces de nems» (les Asiatiques) , les «paks -paks» (pour les Pakistanais). Le monopole des «victimes du racisme» serait-il détenu par seulement certaine communauté? En tout cas les associations antiracistes refusent d'évoquer le racisme décomplexé des «potes»».

Elle rappelle plus loin les gazouillis délicats de Mehdi Meklat et de son compère Badroudine Saïd Abdallah (alias Mehdi et Badrou, «les Kids» chers aux Inrockuptibles, à Pascale Clark de France Inter et au Bondy blog ): «J'encule la France» «Ce pays pue la gerbe, ce pays pue la merde» «Faites entrer Hitler pour tuer les juifs» «Sans les Arabes, nous n'aurions pas eu Mohamed Mérah et Smaïn».

J'ai déploré publiquement que le débat intellectuel sur le racisme d'une famille qui n'avait rien d'unique n'avait pas été élargi , par pure frilosité, lors du procès d' Abdelkader Mérah. Encore une occasion manquée.

Oui, Il eut fallu quelqu'un pour oser faire le procès du pseudo- antiracisme dévoyé des années 80 qui aura réussi l'exploit à coups de nazification pathologique de l'être français de transformer une partie de l'immigration en francophobe et islamiste, elle qui ne l'était pas à l'origine .

Il eut fallu , dans le prétoire, à l'instar dans son livre de Pierre-André Taguieff , dans les pas intellectuels

    Lydia Guirous , dans son intelligent brûlot ,a osé, elle, porté le fer pour que la honte, comment on le dit beaucoup ces temps-ci Et elle l'a écrit- « change de camp » . Pour libérer la parole… ?

desquels marche manifestement notre Guirous, oser porter le fer contre le racisme putride des Indigènes de la république dont la porte-parole bien en cour médiatique, Houria Bouteldja n'hésitait pas à écrire: «Mohamed Mérah c'est moi. Le pire c'est que c'est vrai. Comme moi, il est d'origine algérienne, comme moi il a grandi dans un quartier, comme moi il est musulman (…) Comme moi il sait qu'il sera traité d'antisémite s'il soutient les palestiniens colonisés…» (In Pierre-André Taguieff «l'islamisme et nous» (CNRS éditions (2017)).

Lydia Guirous , dans son intelligent brûlot ,a osé, elle, porté le fer pour que la honte, comment on le dit beaucoup ces temps-ci Et elle l'a écrit- «change de camp» . Pour libérer la parole…?

Il n'est jusqu'au scandale de la décision du Conseil d'État d'ordonner l'amputation de la croix de l'œuvre sculpturale dédiée à Jean-Paul II en plein pays catholique et breton qui trouve sa résonance dans le cri que pousse Guirous.

J'écrivais moi-même la semaine dernière dans ces colonnes, qu'à supposer même que la décision ne soit juridiquement hirsute (ce dont je doute), cette conception raide de la laïcité à l'égard de la croix contrastait singulièrement avec les accommodements déraisonnables auxquels nous ont habitués les institutions à l'égard du croissant.

Lisons donc notre musulmane éclairée qui voudrait voir un jour le Coran réformé: «la fermeté, le refus des compromissions, des pays musulmans tentent d'en faire leur ligne de conduite.

Le Maroc , par exemple, a interdit en 2016 la fabrication et la commercialisation de la burka. Quant au burkini, il est banni des piscines. Habib Bourguiba, premier président de la Tunisie moderne, avait dès janvier 1957, grâce au «Code du statut personnel» interdit le port du voile à l'école et dans les entreprises»…

«Le déclin de la France et de l'Occident pourrait-il, à l'aune de cet exemple, s'expliquer aussi, par le recul des droits, notamment des femmes que tentent d'imposer les islamistes? Je le crains, tant, ici, on tergiverse, paralysés par l'hésitation, alors que nous ne sommes en rien un pays musulman!»

Non. Alors que nous sommes un pays aux racines judéo-chrétiennes qui n'ose plus l'avouer.

Et que c'est à une musulmane superbement effrontée de devoir nous le rappeler.
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 8 331
Masculin
Point(s): 28 080
Moyenne de points: 3,37

MessagePosté le: Ven 8 Déc - 18:00 (2017)    Sujet du message: Lydia GUIROUS Répondre en citant

Islam politique: Lydia Guirous signe un audacieux manifeste républicain

 


Lydia Guirous propose non pas d'écraser l'islam ni les musulmans, mais de couper les racines coraniques de l'islamisme.
afp.com/BENJAMIN CREMEL
Lydia Guirous, ex-porte-parole LR, fustige, dans une charge enlevée, l'aveuglement répandu face à l'irrésistible expansion de l'islam politique. Courageux et salutaire.
"Je suis une femme, jeune, née à l'étranger, musulmane, laïque, et issue d'un milieu modeste."

Cette femme est kabyle. Elle est d'origine algérienne.

"Je suis arrivée en France en famille et mes parents n'avaient rien...", confie Lydia Guirous, qui signe un manifeste éclatant de courage, propre à réveiller le vent de la liberté: "Ça n'a rien à voir avec l'islam?". Son livre contient un diagnostic, un réquisitoire et un appel.
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé







MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:42 (2017)    Sujet du message: Lydia GUIROUS

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Apostats de l'islam Index du Forum >>> Apostats de l'islam >>> En vrac Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème réalisé par SGo