Apostats de l'islam Index du Forum
Apostats de l'islam
La vraie nature de l'islam - Passer de l'ombre de l'obscurantisme à la lumière de la connaissance
 
FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 

 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Ali Merad
 
Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Apostats de l'islam Index du Forum >>> Apostats de l'islam >>> Liens

Auteur Message
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 7 921
Localisation: Paradis d'Allah
Emploi: empêcheur de tourner en rond
Loisirs: amour toujours
Masculin
Point(s): 27 155
Moyenne de points: 3,43

MessagePosté le: Mer 24 Mai - 16:25 (2017)    Sujet du message: Ali Merad Répondre en citant

L’islamologue Ali Merad est mort

Le professeur Ali Merad, grand islamologue d’origine algérienne, est décédé, mardi 23 mai, à Lyon, à l’âge de 86 ans.


Ali Merad, figure de l’islamologie en France, est mort mardi 23 mai à Lyon, à l’âge de 86 ans.
Né à Laghouat sur les bords du Sahara algérien, en 1930, cet agrégé d’arabe étudia tout particulièrement le « réformisme musulman en Algérie », objet de sa thèse soutenue à la Sorbonne en 1968. Il est présenté comme l’un des spécialistes de la pensée réformiste musulmane contemporaine.
Enseignant et chercheur, islamologue reconnu, il est l’auteur de très nombreux ouvrages dont La tradition musulmane, L’exégèse coranique, ou encore Charles de Foucauld au regard de l’islam, coécrit avec le Père Michel Lelong, spécialiste du dialogue islamo-chrétien.
Il enseigna notamment à l’Institut des Études arabes et musulmanes de l’Université de Lyon 3, avant de s’installer à Paris, où il dispense des cours à l’université de la Sorbonne Nouvelle Paris-III. Il y dirigea le Centre des études de l’Orient contemporain, remplaçant à ce poste l’islamologue Mohamed Arkoun.

Voici un de ses articles:Mahomet Salah Stétié


par Ali Merad   

Diplomate de carrière, ayant longtemps représenté le Liban à l’Unesco, poète et penseur, Salah Stétié est aussi l’un des plus prestigieux représentants des lettres françaises au sein du monde arabe. Avec son Mahomet, c’est une plongée dans un univers de représentations médiévales, mais pour vérifier dans quelle mesure elles peuvent faire sens pour les hommes de notre temps. Le propos de l’auteur n’a rien de didactique ; il ne s’agit point de recomposer une Vie de Mahomet plus savante ou plus vraisemblable. En abordant la Sira (biographie du Prophète), il ne pouvait se contenter d’en revisiter sagement la thématique classique, trop lourdement anecdotique, trop naïvement hagiographique. Comment allier la modernité du verbe et la rationalité du discours à une telle thématique, consacrée par un conformisme plus que millénaire ? Assurément, il y avait matière à innover dans ce domaine, comme en d’autres secteurs de la culture islamique. la trame biographique sert de support à une réflexion sur les signes et les valeurs qui donnent un sens à la vie de Mahomet : une conception originale de Dieu, de la prophétie, de l’être féminin, un appel à la méditation sur les faiblesses et la grandeur de la condition humaine.

Ali Merad


 




 

_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité







MessagePosté le: Mer 24 Mai - 16:25 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 7 921
Localisation: Paradis d'Allah
Emploi: empêcheur de tourner en rond
Loisirs: amour toujours
Masculin
Point(s): 27 155
Moyenne de points: 3,43

MessagePosté le: Mer 31 Mai - 15:37 (2017)    Sujet du message: Ali Merad Répondre en citant

MERAD (Ali), L’Exégèse coranique
Paris, P.U.F., 1998, 128 p. (bibliogr., glossaire, tableaux) (Coll. « Que sais-je ? »)
Mohsine Elahmadi
p. 98-99
Référence(s) :

MERAD (Ali), L’Exégèse coranique, Paris, P.U.F., 1998, 128 p. (bibliogr., glossaire, tableaux) (Coll. « Que sais-je ? »)

Texte intégral


1A.M. tente ici de fournir aux lecteurs un guide pour une lecture « éclairée » et éclairante du livre sacré des musulmans : le Coran. Devant la montée des lectures restrictives du livre saint, l’auteur – qui se situe dans la lignée du courant rationaliste algérien (M. Bennabi, M. Arkoun et T. Ibrahimi) – tente de montrer le champ diversifié des lectures possibles de la parole divine. Au travers de cette diversité, une interprétation libérale et rationaliste se précise pour fonder une compréhension de type scientifique. Par science, il faut entendre seulement une objectivité qui se limite à la présentation de toutes les lectures qui ont été faites dans l’histoire de l’islam jusqu’aux temps modernes : mystiques, rationalistes, salafi, néo-salafi et ultra-fondamentalistes.
2L’A. explique que si la parole d’Allah nous est réellement venue du ciel, elle peut toutefois être comprise dans le sens wébérien du terme, à la lumière des données des sciences modernes, de la linguistique, de l’herméneutique et de la philologie notamment. Cette double attestation a marqué l’ensemble de la démarche de A.M. : ses analyses sont partagées entre sa foi personnelles (l’islam) et sa profession scientifique.
3En fait, l’Exégèse coranique essaye de répondre aux différentes demandes de sens formulées ça et là dans le monde islamique. Cette quête de sens a ouvert la porte à tous les types de lectures possibles, allant de la lecture savante des Anciens (celles de Baqalani, Tabari, Shafi’i, Ibn Hazm, etc.) à celles des Contemporains (M. ‘Abdu, R. Rida, A. Shari’aty), ou encore à celle du courant islamiste (H. al Banna, S. Qutb, M. ‘Iqbal et Mawdudy entre autres). Toutefois, l’A. est conscient du fait que la lecture du Coran peut ne pas être motivée par la recherche de sens mais répondre tout simplement à la curiosité intellectuelle.
4Une remarque s’impose : il ne suffit pas d’introduire la linguistique ou l’herméneutique dans les analyses du Coran pour prétendre à la condition de science. Mais il faut aussi et surtout adopter une véritable attitude critique à l’égard de tout type de discours religieux sur le Coran. Cela aurait dû être la devise de A.M. lorsqu’il s’est intéressé de plus près à la question épineuse de la compilation du Coran et aux étapes successives de l’établissement du corpus coranique, à savoir :
51) l’étape de l’oralité pure qui a débuté en 610 et s’est terminée en 632 avec la disparition de la personne porteuse du charisme : le prophète Muhammad,
62) l’étape de l’écriture qui a commencé avec les efforts des premiers califes de l’Etat musulman naissant. Il s’agit, en l’occurrence, d’Aboubaker (632-634) ; d’Omar (634-644) qui a entrepris de rassembler le premier corpus ; d’Hafsa (fille d’Aboubaker et veuve du prophète (qui avait déjà collecté les différents parchemins disponibles à l’époque de son mari ; et de Othman, qui s’est donné la peine de faire une recension intégrale et définitive du Coran.
7Loin de faire l’unanimité entre les différents chercheurs de la période, la collecte officielle des textes coraniques, ainsi que leur classification, ont fait l’objet de recherches sérieuses mais qui n’ont pas encore élucidé toutes les énigmes coraniques. En ce sens, le débat reste ouvert et demande l’implication de tous les chercheurs, notamment les sociologues qui sont tenus de fournir une lecture sociologique du Coran.
8A.M. distingue trois types de textes coraniques : les textes de spiritualité, les textes de narration et les textes normatifs qui concernent la loi sacrée des musulmans, appelée la Shari’a. De notre part, on ne peut éviter de remarquer que ces trois types de textes coraniques structurent aussi la subjectivité des musulmans et déterminent dans certaines limites les différents rapports que ces derniers établissent avec le monde : l’État, l’économie, la famille et la politique.
9Un autre point à apporter au crédit de A.M. est celui qui se rapporte à la redécouverte par les Occidentaux « ultramodernes » de la lecture soufi (spirituelle) du Coran et à travers cette dernière de l’islam en général. Elle peut s’expliquer par le besoin d’une modernité autre que matérielle.
10Dans un mouvement opposé, les sociétés musulmanes post-traditionnelles éprouvent un autre besoin, celui de la modernité matérielle. Pour cela, la recherche d’une rationalité adéquate permettant la modernisation matérielle est de plus en plus recherchée. L’A. le remarque à propos des différentes figures (interprétations) du Coran, qui favorisent une théologie du changement historique. Cependant, ce qui reste encore problématique pour la grande majorité des musulmans – qui sont toujours en quête d’un sens historiquement valable pour leur temps – c’est justement les lectures divergentes et parfois belliqueuses du Coran. Alors, et tandis que ceux qu’on appelle les réformateurs favorisent une lecture rationnelle et donc intelligente des textes sacrés, ceux qu’on appelle les littéralistes développent une lecture activiste et par voie de conséquence violente du Coran.
11En guise de conclusion, nous pouvons dire que la lecture de A.M. comme celle de tous les autres acteurs religieux, n’épuise pas la tragédie des conflits d’interprétations des textes coraniques. En ce sens, nous disons qu’une meilleure compréhension du Coran devrait favoriser une lecture sociologique susceptible de nous expliquer le drame des lectures antagonistes
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé







MessagePosté le: Aujourd’hui à 00:46 (2017)    Sujet du message: Ali Merad

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Apostats de l'islam Index du Forum >>> Apostats de l'islam >>> Liens Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème réalisé par SGo