Apostats de l'islam Index du Forum
Apostats de l'islam
La vraie nature de l'islam - Passer de l'ombre de l'obscurantisme à la lumière de la connaissance
 
FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 

 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

vendredi 13, un mythe aux origines chrétiennes
 
Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Apostats de l'islam Index du Forum >>> Apostats de l'islam >>> En vrac

Auteur Message
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 7 864
Localisation: Paradis d'Allah
Emploi: empêcheur de tourner en rond
Loisirs: amour toujours
Masculin
Point(s): 27 032
Moyenne de points: 3,44

MessagePosté le: Ven 13 Jan - 16:24 (2017)    Sujet du message: vendredi 13, un mythe aux origines chrétiennes Répondre en citant

 Le vendredi 13, un mythe aux origines chrétiennes
GenèveLes superstitions offrent une prise différente sur la réalité. Tentative de démystification avec un historien des religions.
C’est le moment ou jamais de croiser les doigts... Ça ne fait pas de mal, ça peut même être rassurant!

C’est le moment ou jamais de croiser les doigts... Ça ne fait pas de mal, ça peut même être rassurant! Image: GERALYN PILI/EYEEM
Par Julien de Weck@JuldeWeck Mis à jour à 07h12
   

Jour de chance ou de malédiction? Quoi qu’il en soit, le vendredi 13 marque l’inconscient collectif. Il a même une phobie à son nom, la paraskevidékatriaphobie. De quoi relèvent cette date et plus largement les superstitions? Eclairage avec l’historien des religions Youri Volokhine, maître d’enseignement et de recherche à l’Université de Genève.

D’où vient le vendredi 13?

Cette date entourée de malheur n’existe que dans la culture chrétienne. L’Occident a imposé au reste du monde son calendrier et ses jours. Il est admis que le Christ a été crucifié un vendredi. Quant au symbolisme du chiffre 13, il provient de la Cène. Jésus avait à sa table douze convives.

Comment définissez-vous une superstition?

Il s’agit avant tout d’une croyance, mais celle-ci a été catégorisée en superstition, car les autorités de l’époque ont estimé qu’elle avait moins de valeur. Dans le monde chrétien, les superstitions représentaient des pratiques ou croyances contraires à celles établies par les autorités religieuses. La catégorie de la «superstition» existait cependant déjà dans le monde romain préchrétien: elle désignait alors un ensemble diffus d’opinions, que l’on distinguait de la pratique civique et «sérieuse» de la religion. Ajoutons que dans les sociétés anciennes, chaque corporation – tailleurs, bouchers, meuniers,… – avait son propre réseau de croyances. De là découle un fonds inépuisable de dictons et proverbes. De cette pensée collective, diffuse et jamais clairement écrite, émerge ce que nous appelons aujourd’hui la superstition.

Est-elle forcément collective?

Souvent. Mais développer des superstitions personnelles est courant et intéressera vivement le psychanalyste qui y voit parfois des formes de névroses. Cela dit, quoi qu’on fasse, on tend toujours à imiter quelqu’un ou quelque chose. Chacun prend des éléments épars captés dans le collectif pour se construire.

Quels avantages en retirons-nous?

Les superstitions apportent peut-être un peu de sens aux flux désordonnés des événements. Elles agissent comme des balises et offrent une prise sur les choses. Une personne qui s’entoure d’une multitude de croyances s’imagine qu’elles vont l’aider, or elles vont probablement le plonger dans une complexité folle.

A notre époque, la superstition amuse, voire provoque la raillerie…

Le monde ancien la condamnait. Aujourd’hui, la société laïque estime avoir pris une distance par rapport à l’imaginaire religieux et vivre dans un monde rationnel. Or, ce dernier est tout autant irrationnel qu’avant. Au XXe siècle, on pensait volontiers que la science avait relégué la religion aux marges. On s’est complètement trompé. Cela reposait sur une définition restrictive de ce qu’est une religion. Pour certains, le véganisme en est devenu une. Pour d’autres, il s’agit du trotskisme ou du naturisme. Une religion n’est pas seulement le fait d’aller prier un certain jour de la semaine dans une église ou une mosquée.

Pour revenir aux petites superstitions du quotidien, comme le vendredi 13 ou mille autres petites manies, elles permettent d’avoir une prise différente sur la réalité. Cela semblerait avoir un effet rassurant pour certains. (TDG)
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité







MessagePosté le: Ven 13 Jan - 16:24 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Apostats de l'islam Index du Forum >>> Apostats de l'islam >>> En vrac Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème réalisé par SGo