Apostats de l'islam Index du Forum
Apostats de l'islam
La vraie nature de l'islam - Passer de l'ombre de l'obscurantisme à la lumière de la connaissance
 
FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 

 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Gambie
 
Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Apostats de l'islam Index du Forum >>> Apostats de l'islam >>> Histoire et géopolitique des religions

Auteur Message
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 7 864
Localisation: Paradis d'Allah
Emploi: empêcheur de tourner en rond
Loisirs: amour toujours
Masculin
Point(s): 27 032
Moyenne de points: 3,44

MessagePosté le: Ven 2 Déc - 18:37 (2016)    Sujet du message: Gambie Répondre en citant

Le président gambien décrète l’interdiction immédiate de l’excision


Mardi, 24 novembre 2015 16:11 MISE à JOUR Mardi, 24 novembre 2015 16:59




Le président gambien Yahya Jammeh a décrété l’interdiction de l’excision, avec effet immédiat, soulignant que cette pratique très répandue dans le pays n’était pas dictée par l’islam et devait par conséquent être abolie, a annoncé mardi le ministre de l’Information.
Le président Jammeh «a déclaré il y a quelques minutes que la mutilation sexuelle féminine (FGM en anglais, excision, NDLR) était interdite avec effet immédiat», a écrit le ministre, Sherrif Bojang, sur sa page Facebook, dans la nuit de lundi à mardi.
«Le président a fait cette déclaration la nuit dernière (lundi) lors d’un rassemblement à Kanilai», sa localité natale, sous les applaudissements des femmes de l’assistance, a précisé mardi le ministre, interrogé par l’AFP.
Cette décision vise à «la protection des fillettes», a assuré M. Bojang, soulignant que le chef de l’État l’avait motivée par l’absence de justification religieuse de cette pratique dans l’islam.
M. Jammeh a prévenu les parents et les autorités locales qui ne respecteraient pas cette interdiction qu’ils subiraient des sanctions.
Selon les commentateurs, les peines devraient être alignées sur celles prévues par la loi en cas de coups et blessures volontaires.
Le quotidien britannique The Guardian, qui a lancé en 2014 une campagne mondiale contre l’excision, avec notamment, en coopération avec le Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP), un prix de reportages sur l’excision en Afrique en 2015, cite mardi la réaction enthousiaste d’une militante de l’abolition de cette pratique en Gambie.
«Je suis vraiment impressionnée que le président ait fait ça. Je ne m’y serais jamais attendue en un million d’années», a déclaré Jaha Dukureh au journal, se disant «fière de (son) pays».
Selon le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), la Gambie est l’un des dix pays, tous africains, où l’excision est le plus pratiquée, touchant environ trois quarts de la population féminine.
Parvenu au pouvoir par un coup d’État sans effusion de sang en 1994 puis constamment réélu depuis 1996, Yahya Jammeh dirige d’une main de fer la Gambie, petit État anglophone d’Afrique de l’Ouest enclavé dans le territoire du Sénégal, hormis sa façade atlantique.
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité







MessagePosté le: Ven 2 Déc - 18:37 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 7 864
Localisation: Paradis d'Allah
Emploi: empêcheur de tourner en rond
Loisirs: amour toujours
Masculin
Point(s): 27 032
Moyenne de points: 3,44

MessagePosté le: Ven 2 Déc - 18:39 (2016)    Sujet du message: Gambie Répondre en citant

En Gambie, défaite historique du président autocrate Yahya Jammeh
Après une nuit très tendue de décompte des résultats, la Commission électorale annonce que M. Jammeh est battu et va reconnaître sa défaite.
Par Amadou Ndiaye et Amaury Hauchard (Banjul, envoyés spéciaux)



image: http://s2.lemde.fr/image/2016/12/02/768x0/5042310_7_a54a_le-president-yahya…



Coup de tonnerre dans la politique gambienne. Yahya Jammeh, au pouvoir depuis vingt-deux ans, a été battu à l’élection présidentielle de Gambie, face au candidat de l’opposition unie, Adama Barrow, 51 ans. Depuis la fermeture des bureaux de vote, jeudi soir à 17 heures, la rumeur de sa défaite enflait, mais rien d’officiel ne venait la confirmer. C’est chose faite, vendredi 2 décembre, peu avant midi, heure locale : le responsable de la Commission électorale indépendante, Alieu Momarr Njai, annonce devant des visages ébahis que le président reconnaît sa défaite. Une page de l’histoire de la Gambie se tourne.
Lire aussi :   Comment faire l’éloge d’un autocrate ? Réponse dans un meeting du Gambien Yahya Jammeh
Il faudra à M. Njai une heure de plus pour annoncer les résultats : sur les 577 683 « bulletins » comptés sous forme de billes versées par les électeurs dans des bidons de couleur correspondant à chaque candidat, M. Barrow l’emporterait avec 45,6 % des voix, devant M. Jammeh à 36,7 % et Mama Kandeh, ancien député du parti au pouvoir et candidat d’une nouvelle formation, à 17,6 %.
Vingt-deux ans de pouvoir sans partage
Quelque 890 000 électeurs, sur près de 2 millions d’habitants de ce pays d’Afrique de l’Ouest enclavé dans le territoire sénégalais étaient appelés aux urnes jeudi pour départager les trois candidats. Porté au pouvoir par un coup d’Etat en 1994, Yahya Jammeh, élu pour la première fois en 1996 puis réélu tous les cinq ans depuis, briguait un cinquième mandat à la tête de la Gambie.
La nuit a été longue, à Banjul, avant ce dénouement historique. A l’issue d’une journée de vote calme sous un cagnard qui a fait s’évanouir plus d’un votant, les premiers résultats devaient être publiés à 19 heures. A la Commission électorale, les observateurs étaient tendus. « M. Barrow a déclaré qu’il n’accepterait pas la défaite, et on connaît Jammeh… Ça va être une nuit dangereuse pour la Gambie », explique l’un des 18 observateurs étrangers qui ont réussi à joindre la Gambie, alors que ni l’Union européenne, ni la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) n’ont reçu le feu vert de la présidence pour envoyer des observateurs. L’Union africaine, elle, a pu envoyer six experts électoraux, mais aucun observateur.
image: http://s1.lemde.fr/image/2016/12/02/768x0/5042347_6_9847_adama-barrow-51-an…


« Il faut qu’on occupe la rue dès les premiers résultats, avant que la majorité ne le fasse, sinon c’est fini pour nous, quelle que soit l’issue du scrutin », explique en début de soirée Boubakar Sanneh, l’un des trois députés de l’opposition dans une Assemblée nationale aux 46 élus acquise au parti au pouvoir, l’APRC. Il a appelé ses militants à prendre la rue dès 22 heures, et à commencer le jubilé prévu pour fêter une victoire que le clan Barrow voit inéluctable. « Regardez la foule qui nous a suivis durant cette campagne, expliquait le candidat de l’opposition dans la matinée en sortant de son bureau de vote. Jammeh ne va pas résister, car le pouvoir appartient au peuple, et aujourd’hui, nous avons l’appui du peuple entier. »
Lire aussi :   La Gambie vote, privée d’Internet, de téléphone et de suspense
Mais à 22 heures, les choses sont différentes. Les rues de la capitale et de sa banlieue se sont vidées de leurs habitants, calmes, alors que seuls battent le pavé les militaires à bérets rouges de l’armée gambienne, lourdement armés mais professionnels. Les résultats ont commencé à arriver, certes, mais au compte-gouttes : seulement une dizaine de régions sont pour l’instant tombées, les moins importantes du pays. « Je ne comprends pas comment ils peuvent publier les résultats de l’autre bout du pays alors que ceux d’ici ne sont pas encore là », se demande un journaliste gambien, alors que les régions de Serrekunda et Brikarama, épicentres démographiques du petit pays et banlieues de la capitale Banjul, n’ont pas encore donné leur vainqueur.
Il faudra attendre sept heures du matin vendredi pour connaître ces importants résultats, et midi pour l’annonce de la Commission électorale indépendante. La raison ? « Jammeh a refusé qu’on diffuse ces grosses villes dans lesquelles il a perdu, il ne voulait pas partir, explique une source bien informée à la présidence. Mais ses proches sont venus lui parler, et il semble qu’il ait maintenant accepté sa défaite. » Tout cela se passe en interne, mais la publication desdits résultats, diffusés un à un dans la matinée par le président de la Commission sur la télévision nationale, corrobore l’hypothèse.
Dans la banlieue de Banjul, Sheriff, 74 ans, vient acheter son pain du matin : « C’est fini, Brikarama est tombé, Barrow a gagné ! » L’oreille penchée sur le poste radio qu’il a accroché à l’arrière de son vélo, il exulte. « Qui gagne Brikarama, la plus large ville du pays, gagne la Gambie, Jammeh a perdu ! »
« Jamais personne n’a fait ça »
Enfin, à 11 h 30, alors que le président de la Commission électorale indépendante, Alieu Momarr Njai, devait annoncer les résultats au siège de ladite Commission en présence de la presse internationale, un coup de fil vient retarder l’annonce. Interrogations dans la salle. Que se passe-t-il ? Le visage d’un confrère gambien devient grave, les Gambiens ont peur d’un énième retournement de son président, réputé imprévisible. Après plusieurs minutes de flottement, M. Njai prend la parole : « Conférence de presse reportée, M. Jammeh va prendre la parole. C’est incroyable ! Jamais personne n’a jamais fait ça avant, accepter sa défaite avant même que la Commission ne l’annonce ! » Cette prise de parole du bientôt ex-président est finalement elle-même décalée à 17 heures, alors que reprend l’allocution de M. Njai, qui va de pair avec le rétablissement des télécommunications dans le pays.
Lire aussi :   Présidentielle en Gambie : l’opposition a choisi son candidat
Dans une Gambie coupée du monde – Internet, les communications internationales et les SMS ayant été suspendus –, cette élection est un tournant pour le plus petit pays d’Afrique continentale. Adama Barrow, ancien trésorier du Parti de l’unité démocratique (UDP) et homme d’affaires, avait été nommé à la tête de la coalition de l’opposition le 8 novembre, faisant alors ses premiers pas dans la lumière pâle de la politique gambienne. Depuis son indépendance, les Gambiens n’avaient connu que deux présidents, Daouda Jawara et Yahya Jammeh, le second ayant renversé le premier d’un coup d’Etat en 1994.
Les Gambiens réalisent soudain que le candidat de l’opposition Adama Barrow a réussi ce que personne n’avait réussi à faire depuis l’indépendance de la Gambie, en 1965 : une alternance démocratique


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/12/02/gambie-defaite-historique-…
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé







MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:27 (2017)    Sujet du message: Gambie

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Apostats de l'islam Index du Forum >>> Apostats de l'islam >>> Histoire et géopolitique des religions Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème réalisé par SGo