Apostats de l'islam Index du Forum
Apostats de l'islam
La vraie nature de l'islam - Passer de l'ombre de l'obscurantisme à la lumière de la connaissance
 
FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 

 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Aïd el-Kébir/Aïd el-Séghir/halal/haram
 
Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Apostats de l'islam Index du Forum >>> Apostats de l'islam >>> Religion: Islam

Auteur Message
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 7 866
Localisation: Paradis d'Allah
Emploi: empêcheur de tourner en rond
Loisirs: amour toujours
Masculin
Point(s): 27 038
Moyenne de points: 3,44

MessagePosté le: Mar 13 Sep - 12:43 (2016)    Sujet du message: Aïd el-Kébir/Aïd el-Séghir/halal/haram Répondre en citant

Qu’est-ce que l’Aïd el-Kébir, la grande fête des musulmans ?

Les musulmans du monde entier célèbrent à partir de ce lundi 12 septembre l’Aïd el-Kébir, littéralement la « grande fête », également appelée Aïd el-Adha (« fête du sacrifice ») ou Tabaski, qui correspond aussi à la fin du pèlerinage à La Mecque, le hadj.
Lire aussi :   Le pèlerinage à La Mecque s’ouvre sous haute tension
Une date qui change chaque année
L’Aïd el-Kébir est célébré à partir du dixième jour du mois lunaire de dhou al hijja, et dure trois jours. Les célébrations étant déterminées par observation de la lune, le Conseil français du culte musulman n’a confirmé que le 2 septembre la date officielle de l’Aïd el-Kébir au 12 septembre, s’alignant sur la date donnée par l’Arabie saoudite. La date est décalée de onze jours environ chaque année, car le calendrier de l’hégire, qui considère que nous sommes en 1437, ne comporte que 354 ou 355 jours. Pour l’année 2017, la célébration se déroulera autour du 1er septembre.
Cette fête, aussi importante que le Noël chrétien ou Hanoukka pour les juifs, est à distinguer de l’Aïd el-Fitr, ou « fête de la rupture du jeûne », qui marque la fin du mois de ramadan. Elle n’est pas fériée sur le territoire français, qui compte entre 3 et 5 millions de musulmans. En revanche, aux Etats-Unis, le maire de New York, Bill de Blasio, a décidé depuis l’année dernière de fermer les écoles de la ville pour cette célébration, qui tombe cette année au lendemain des commémorations du 11-Septembre.
Lire aussi :   Quel est le poids de l'islam en France ?
image: http://s2.lemde.fr/image/2016/09/12/534x0/4996446_6_0ed9_fete-de-l-aid-el-k…
Fête de l’Aïd el-Kébir lundi à Marseille. Claude Paris / AP Commémorer le sacrifice d’Abraham
La « fête du sacrifice » célèbre un épisode relaté à la fois dans le Coran et dans l’Ancien Testament (livre sacré des juifs et des chrétiens), sous une forme un peu différente. Selon le texte musulman, Dieu demanda à Abraham (ou Ibrahim) de sacrifier son fils, Ismaël, pour éprouver sa foi. Alors que l’homme s’apprêtait à immoler l’enfant à l’aide d’un couteau, l’ange Gabriel (ou Jibril) arrêta son geste et remplaça le corps de l’enfant par un bélier. Cet événement est commémoré par les musulmans sous la forme d’un sacrifice animal.
Comme l’explique le site Saphir, les fidèles, habillés de leurs plus beaux vêtements, se rassemblent tôt le matin dans des lieux de prière. A l’issue de l’office, ceux qui en ont les moyens égorgent ou font abattre par un sacrificateur une bête (mouton, vache, chèvre…) dont la viande sera partagée en trois : un tiers pour la famille, un tiers pour les amis et le dernier pour les pauvres.
L’expression « aïd mabrouk » ou « aïd moubarak » est utilisée pour féliciter et souhaiter ses vœux à ses proches, comme on dirait « joyeux Noël » ou « meilleurs vœux » dans la tradition française.
Un abattage rituel très encadré en France
Traditionnellement, c’est le chef de famille qui accomplissait le sacrifice de l’animal, mais pour des raisons sanitaires et de bien-être animal, l’abattage rituel a été progressivement encadré, et est désormais interdit en dehors des abattoirs.
Un guide pratique publié en 2016 par les ministères de l’intérieur et de l’agriculture, après la création d’une instance de dialogue avec les responsables musulmans, rappelle les sanctions encourues : 450 euros pour la détention non déclarée d’animaux vivants, 7 500 euros et six mois de prison pour le transport d’animaux vivants, et jusqu’à 15 000 euros d’amende et six mois de prison pour l’abattage clandestin hors de structures agréées. Une circulaire envoyée en juillet 2016 demande aux préfets de « renforcer des contrôles » et d’appliquer les sanctions avec « la sévérité la plus grande ».
En France, en 2015, 123 000 ovins (moutons et chèvres) et 6 000 bovins ont été abattus pour l’Aïd, sur une période d’un à trois jours. Un surcroît d’activité qui entraîne la mise en place d’abattoirs temporaires : en 2015, 65 structures (privées ou associatives) ont été agréées pour les trois jours de la fête, en plus des 125 abattoirs pérennes sur le territoire. Il reste toutefois de larges pans du territoire qui en sont dépourvus, comme le montre la carte diffusée par le ministère.
image: http://s1.lemde.fr/image/2016/09/12/534x0/4996445_6_c774_2016-09-12-fcff988…
Des pratiques de substitution possibles
La célébration de l’Aïd, et en particulier le sacrifice animal, est une tradition bien ancrée chez les musulmans. Toutefois, elle ne constitue pas un des cinq piliers de l’islam, contrairement à la prière, au pèlerinage à La Mecque ou au jeûne du ramadan (les deux derniers étant la charité et la profession de foi).
Si les musulmans de Turquie considèrent ce rituel comme obligatoire, d’autres branches précisent que le sacrifice doit être réalisé dans la mesure des moyens des croyants. Un mouton coûte environ 200 à 250 euros et peut être abattu pour une à sept familles.
Pour des raisons d’organisation (manque d’abattoirs), il est possible d’acheter en boucherie halal des moutons sacrifiés après la prière de l’Aïd. Par ailleurs, en signe de fraternité et de solidarité, des responsables musulmans proposent des alternatives au sacrifice, par des dons aux pauvres ou aux migrants. Le Conseil français du culte musulman a rappelé que « le sacrifice par délégation est autorisé de façon unanime ».



En savoir plus sur

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/09/12/qu-est-ce-que-l-aid-…
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Dernière édition par yacoub le Mar 10 Jan - 13:54 (2017); édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité







MessagePosté le: Mar 13 Sep - 12:43 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Amada
Membres d'honneur


Hors ligne

Inscrit le: 07 Fév 2014
Messages: 1 228
Localisation: Marseille
Féminin
Point(s): 7 467
Moyenne de points: 6,08

MessagePosté le: Mar 13 Sep - 14:56 (2016)    Sujet du message: Re: Aïd el-Kébir/Aïd el-Séghir Répondre en citant

yacoub a écrit:
Qu’est-ce que l’Aïd el-Kébir, la grande fête des musulmans ?

Les musulmans du monde entier célèbrent à partir de ce lundi 12 septembre l’Aïd el-Kébir, littéralement la « grande fête », également appelée Aïd el-Adha (« fête du sacrifice ») ou Tabaski, qui correspond aussi à la fin du pèlerinage à La Mecque, le hadj.
Lire aussi :   Le pèlerinage à La Mecque s’ouvre sous haute tension
Une date qui change chaque année
L’Aïd el-Kébir est célébré à partir du dixième jour du mois lunaire de dhou al hijja, et dure trois jours. Les célébrations étant déterminées par observation de la lune, le Conseil français du culte musulman n’a confirmé que le 2 septembre la date officielle de l’Aïd el-Kébir au 12 septembre, s’alignant sur la date donnée par l’Arabie saoudite. La date est décalée de onze jours environ chaque année, car le calendrier de l’hégire, qui considère que nous sommes en 1437, ne comporte que 354 ou 355 jours. Pour l’année 2017, la célébration se déroulera autour du 1er septembre.
Cette fête, aussi importante que le Noël chrétien ou Hanoukka pour les juifs, est à distinguer de l’Aïd el-Fitr, ou « fête de la rupture du jeûne », qui marque la fin du mois de ramadan. Elle n’est pas fériée sur le territoire français, qui compte entre 3 et 5 millions de musulmans. En revanche, aux Etats-Unis, le maire de New York, Bill de Blasio, a décidé depuis l’année dernière de fermer les écoles de la ville pour cette célébration, qui tombe cette année au lendemain des commémorations du 11-Septembre.
Lire aussi :   Quel est le poids de l'islam en France ?
image: http://s2.lemde.fr/image/2016/09/12/534x0/4996446_6_0ed9_fete-de-l-aid-el-k…
Fête de l’Aïd el-Kébir lundi à Marseille. Claude Paris / AP Commémorer le sacrifice d’Abraham
La « fête du sacrifice » célèbre un épisode relaté à la fois dans le Coran et dans l’Ancien Testament (livre sacré des juifs et des chrétiens), sous une forme un peu différente. Selon le texte musulman, Dieu demanda à Abraham (ou Ibrahim) de sacrifier son fils, Ismaël, pour éprouver sa foi. Alors que l’homme s’apprêtait à immoler l’enfant à l’aide d’un couteau, l’ange Gabriel (ou Jibril) arrêta son geste et remplaça le corps de l’enfant par un bélier. Cet événement est commémoré par les musulmans sous la forme d’un sacrifice animal.
Comme l’explique le site Saphir, les fidèles, habillés de leurs plus beaux vêtements, se rassemblent tôt le matin dans des lieux de prière. A l’issue de l’office, ceux qui en ont les moyens égorgent ou font abattre par un sacrificateur une bête (mouton, vache, chèvre…) dont la viande sera partagée en trois : un tiers pour la famille, un tiers pour les amis et le dernier pour les pauvres.
L’expression « aïd mabrouk » ou « aïd moubarak » est utilisée pour féliciter et souhaiter ses vœux à ses proches, comme on dirait « joyeux Noël » ou « meilleurs vœux » dans la tradition française.
Un abattage rituel très encadré en France
Traditionnellement, c’est le chef de famille qui accomplissait le sacrifice de l’animal, mais pour des raisons sanitaires et de bien-être animal, l’abattage rituel a été progressivement encadré, et est désormais interdit en dehors des abattoirs.
Un guide pratique publié en 2016 par les ministères de l’intérieur et de l’agriculture, après la création d’une instance de dialogue avec les responsables musulmans, rappelle les sanctions encourues : 450 euros pour la détention non déclarée d’animaux vivants, 7 500 euros et six mois de prison pour le transport d’animaux vivants, et jusqu’à 15 000 euros d’amende et six mois de prison pour l’abattage clandestin hors de structures agréées. Une circulaire envoyée en juillet 2016 demande aux préfets de « renforcer des contrôles » et d’appliquer les sanctions avec « la sévérité la plus grande ».
En France, en 2015, 123 000 ovins (moutons et chèvres) et 6 000 bovins ont été abattus pour l’Aïd, sur une période d’un à trois jours. Un surcroît d’activité qui entraîne la mise en place d’abattoirs temporaires : en 2015, 65 structures (privées ou associatives) ont été agréées pour les trois jours de la fête, en plus des 125 abattoirs pérennes sur le territoire. Il reste toutefois de larges pans du territoire qui en sont dépourvus, comme le montre la carte diffusée par le ministère.
image: http://s1.lemde.fr/image/2016/09/12/534x0/4996445_6_c774_2016-09-12-fcff988…
Des pratiques de substitution possibles
La célébration de l’Aïd, et en particulier le sacrifice animal, est une tradition bien ancrée chez les musulmans. Toutefois, elle ne constitue pas un des cinq piliers de l’islam, contrairement à la prière, au pèlerinage à La Mecque ou au jeûne du ramadan (les deux derniers étant la charité et la profession de foi).
Si les musulmans de Turquie considèrent ce rituel comme obligatoire, d’autres branches précisent que le sacrifice doit être réalisé dans la mesure des moyens des croyants. Un mouton coûte environ 200 à 250 euros et peut être abattu pour une à sept familles.
Pour des raisons d’organisation (manque d’abattoirs), il est possible d’acheter en boucherie halal des moutons sacrifiés après la prière de l’Aïd. Par ailleurs, en signe de fraternité et de solidarité, des responsables musulmans proposent des alternatives au sacrifice, par des dons aux pauvres ou aux migrants. Le Conseil français du culte musulman a rappelé que « le sacrifice par délégation est autorisé de façon unanime ».



En savoir plus sur

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/09/12/qu-est-ce-que-l-aid-…


A vomir. Une fête stupide et une vraie boucherie. C'est le cas de le dire.
Tout est stupide dans cette secte absurde!
Merci Yacoub.  :laughing)


Revenir en haut
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 7 866
Localisation: Paradis d'Allah
Emploi: empêcheur de tourner en rond
Loisirs: amour toujours
Masculin
Point(s): 27 038
Moyenne de points: 3,44

MessagePosté le: Mar 10 Jan - 13:52 (2017)    Sujet du message: Aïd el-Kébir/Aïd el-Séghir/halal/haram Répondre en citant

L’invention de la tradition halal
La certification halal, née dans les années 1980, n’est pas une tradition religieuse mais un fait économique, explique l’anthropologue Florence Bergeaud-Blackler.
LE MONDE IDEES | 05.01.2017 à 18h28 • Mis à jour le 06.01.2017 à 13h21 | Propos recueillis par Julie Clarini




Anthropologue, chargée de recherche au CNRS, Florence Bergeaud-Blackler signe Le Marché halal ou l’invention d’une tradition (Seuil, 20 euros, 272 pages), un ouvrage qui résume des années de recherche sur l’extension du halal dans les pays musulmans et les diasporas. Bien qu’elle ait pris place dans le débat public en France, cette notion issue du domaine religieux reste mal connue.
On découvre dans votre livre que manger halal n’est pas une stricte obligation religieuse, ce qu’ignorent la plupart des Français, y compris ceux de culture musulmane. D’après l’Institut Montaigne, 40 % de ces derniers prennent cette recommandation alimentaire pour un pilier de l’islam. Comment expliquer ces confusions ?
Comme dans toutes les religions, tout est question d’interprétation. Pour certains musulmans, qui s’appuient sur le verset 5 de la sourate 5 du Coran, il n’est pas nécessaire de manger halal, puisque la nourriture des gens du Livre est dite licite pour les musulmans. Ils s’abstiennent simplement de manger du porc. Ce modèle était dominant jusqu’aux années 1980, puis on a observé un mouvement de clôture de l’espace alimentaire sous la pression de deux forces, le marché et l’influence des mouvements intégristes, d’abord les Frères musulmans, puis les salafistes.
On est passé d’une conception ouverte, où halal signifiait ce qui peut être mangé, à un halal qui signifie ce qui doit être mangé. Ces confusions proviennent de ce que « manger licite » n’est pas forcément ­ « consommer des produits labellisés halal ». Cela nous amène...


En savoir plus sur

http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/01/05/l-invention-de-la-tradition-…
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 7 866
Localisation: Paradis d'Allah
Emploi: empêcheur de tourner en rond
Loisirs: amour toujours
Masculin
Point(s): 27 038
Moyenne de points: 3,44

MessagePosté le: Mar 10 Jan - 14:16 (2017)    Sujet du message: Aïd el-Kébir/Aïd el-Séghir/halal/haram Répondre en citant

Florence Bergeaud-Blackler : «Le halal est né industriel, fruit du néolibéralisme et du fondamentalisme»


Pour l’anthropologue, qui publie «le Marché halal ou l’invention d’une tradition», l’apparition de ces produits «licites» est récente et sert les intérêts des industriels et des franges rigoristes de l’islam. Un «vent mauvais» pour la démocratie, estime la chercheuse.
Selon une enquête publiée par l’Institut Montaigne en septembre, 70 % des musulmans interrogés déclaraient «toujours» acheter de la viande halal, et seulement 6 % ne jamais le faire. «Le marché est en pleine expansion depuis les années 90, mais il y a pourtant une réticence française à l’étudier», regrette l’anthropologue au CNRS Florence Bergeaud-Blackler. Son livre le Marché halal ou l’invention d’une tradition (Seuil), qui paraît cette semaine, est le résultat de vingt ans de recherches, le plus souvent financées par des subventions européennes, faute d’en obtenir en France. Pour elle, l’alliance entre néolibéralisme et fondamentalisme religieux a accouché d’un marché inquiétant : le halal s’étend sans cesse et devient un moyen de contrôle des comportements des consommateurs. Dans cette vision très déterministe de la société, l’islamic way of life peut jouer contre la démocratie, conclut-elle à la fin de son ouvrage. Des affirmations qui peuvent être récupérées par tous ceux qui s’alarment de l’essor de l’islam en France, extrême droite en tête. La chercheuse le sait bien et le redoute.

Qu’est-ce que le halal ?
Halal signifie «licite» ou «permis» en arabe, c’est l’antonyme de haram, illicite. L’usage théologique du mot désigne la liberté du permis, ce que le musulman peut faire. Mais le marché a transformé le sens du halal, en définissant halal comme le prescrit, pour être un «bon» musulman. Il n’existe pas de norme halal. Chacun reconnaît qu’il existe du halal, aussi bien les religieux, les marchands que les politiques, mais personne n’est capable de dire ce que c’est. J’appelle cela une «convention» du halal.
Pourquoi dites-vous que le halal est une tradition inventée récemment ?
Je parle d’invention du «marché halal» dans le sens où l’on n’a pas affaire à une coutume ancienne importée des pays musulmans. Ce marché n’a jamais existé dans le monde musulman avant que les industriels ne l’y exportent. La convention du halal naît au tournant des années 70-80. Deux idéologies triomphent sur la scène internationale : d’un côté, le fondamentalisme musulman, avec notamment la proclamation de la République islamique d’Iran en 1979, et, de l’autre, le néolibéralisme, avec Thatcher et Reagan. Cette rencontre, qui n’était pas programmée, va permettre à ces deux idéologies de travailler de concert à la fixation d’un protocole industriel halal. L’agence de certification de la viande halal, un hybride économique et religieux, en est l’acte de naissance : elle dit le licite et l’illicite à la place de la tradition jurisprudentielle islamique bien plus complexe. Elle institutionnalise le contrôle par les musulmans de l’abattage industriel dans les pays occidentaux.

Comment les industries occidentales ont-elles accepté ce contrôle ?
Lorsque Khomeiny arrive au pouvoir en Iran, il interdit toutes les viandes importées d’Occident au motif qu’elles sont illicites. Mais sa décision menace l’équilibre alimentaire de son pays.
Ce chef d’Etat se ravise et impose un contrôle halal. Concrètement, l’Iran envoie des mollahs pour mettre en place un protocole islamique sur des chaînes industrielles tayloristes de Nouvelle-Zélande ou d’Australie. D’autres pays musulmans, comme l’Egypte ou l’Arabie Saoudite, vont eux aussi imposer leur contrôle «islamique» pour ne pas être en reste. Le principe d’un abattage halal est créé, ce que les classiques n’avaient jamais fait : ils se contentaient de discuter à partir du corpus religieux des façons d’abattre qui plaisent à Dieu et de proscrire les autres. Là, l’abattage halal industriel est rationalisé : il consiste en la section des jugulaires et carotides de l’animal tourné vers La Mecque par un musulman. Il y a ensuite des variations.
Dans un nombre croissant de cas, l’animal ne doit pas être étourdi.
D’autres pays ont tenté de fixer leur norme pour accroître leur autorité dans le monde musulman…
La Malaisie est devenue un centre du halal mondial dans les années 90. Des ingénieurs de l’agroalimentaire travaillant pour Nestlé l’ont aidée à mettre en place l’ingénierie nécessaire. Le pays a aussi élargi le périmètre du halal en travaillant à la publication, en 1997, des «directives halal» du Codex alimentarius, un organe néolibéral qui codifie les normes alimentaires pour permettre leur circulation dans le monde. La Malaisie fait entrer le principe de pureté : seuls les aliments qui ne contiennent ou ne sont pas contaminés par des produits interdits (porc, alcool, protéines qui ne sont pas issues d’un abattage selon la loi islamique) peuvent être halal. Cela exclut une grande partie des aliments industriels qui comportent des colorants, exhausteurs de goûts et autres additifs ! Presque toute l’industrie alimentaire devient halalisable. Parallèlement, la Turquie développe le tourisme halal et la mode islamique. Puis, à partir de 2010, les Emirats arabes unis établissent un lien avec la finance islamique pour promouvoir l’«économie globale islamique».
Et en France, comment s’est constitué le marché ?
Il a d’abord adapté ses chaînes d’abattage pour exporter vers les pays musulmans. Puis cette offre s’est tournée vers le marché intérieur dans les années 90, au moment même où des crises sanitaires importantes comme l’encéphalopathie spongiforme bovine et la fièvre aphteuse frappaient l’industrie. En surproduction de carcasses, la filière viande a commencé à convoiter les millions de musulmans de France.
L’offre, plutôt que la demande des consommateurs, a créé le marché ?
Non, les deux vont de pair. Ce que j’appelle l’espace alimentaire musulman a longtemps été marqué par le seul interdit du porc. L’abattage rituel était surtout pratiqué lors des cérémonies.
Les boucheries islamiques se sont développées assez tardivement à la suite de la réislamisation des années 80. L’offre de halal va rencontrer la demande de la diaspora, pour laquelle la cuisine est une façon de protéger l’intégrité de sa culture, et la stratégie des groupes fondamentalistes qui voient bien que la clôture alimentaire peut aussi être une clôture communautaire. J’ai mené une enquête en 2005 (1) lors du rassemblement de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF) au Bourget (Seine-Saint-Denis) : 85,9 % déclaraient manger de la viande et des produits carnés exclusivement halal. Le congrès de l’UOIF n’est certes pas représentatif de l’ensemble des musulmans, mais il réunit une population familiale qui dépasse largement l’audience des seuls Frères musulmans. A une époque où l’on croyait que la sécularisation ferait disparaître ces pratiques, ces chiffres considérables ont suscité le scepticisme. D’autres études l’ont confirmé. Une étude de l’Institut Montaigne a montré en 2016 que plus de 40 % de musulmans pensent que manger halal est l’un des cinq piliers de l’islam… ce qui est inexact.
Comment le droit français a-t-il fait une place au halal ?
Il n’existe pas dans la législation française de reconnaissance stricto sensu de l’abattage rituel – qu’il soit casher ou halal. Mais, en 1964, la loi a instauré une dérogation à l’étourdissement des bêtes pour des raisons religieuses, à l’origine pour le casher. Même si ces pratiques semblent se réduire, des abattoirs européens font du «tout halal» pour faire des économies. Ils évitent les changements de chaîne et peuvent indifféremment distribuer du halal à leurs clients musulmans ou à des grossistes conventionnels. La réglementation européenne n’oblige pas d’étiquetage particulier.
Vous vous inquiétez de l’émergence d’une nouvelle génération de halal, que vous appelez le «halal ummique». Qu’est-ce que c’est ?
Jusqu’aux années 2000, le halal reposait sur un modèle «inclusif» : les produits peuvent être fabriqués par des non-musulmans à condition qu’ils respectent certaines normes et certifications. Puis, sous la pression de pays comme la Turquie, les pays du Golfe ou les Emirats arabes unis, le modèle ummique a commencé à s’imposer : il faut que la production soit sous le contrôle et la responsabilité des musulmans. Dans le premier cas, on a un halal pour les musulmans. Dans le second cas, un halal par les musulmans. Le halal devient peu à peu un moyen de contrôler non seulement des objets, mais aussi des comportements. En France, à partir de 2007-2008, des associations de consommateurs musulmans voient le jour : certaines véhiculent une «éthique musulmane» de la consommation.
Le halal est-il selon vous forcément fondamentaliste ?
Le fondamentalisme se caractérise par un rapport littéral aux textes et par le fait qu’il se définit comme l’orthodoxie : toutes les autres formes religieuses sont pour lui des déviances. C’est cette logique qui a permis à la convention halal d’exister : l’idée qu’il n’existe qu’une seule façon d’abattre un animal. Dès le départ, cette pratique est donc une idée fondamentaliste, qui va devenir, dans son développement ultérieur, quasi totalitaire : elle doit gouverner l’ensemble de la vie du croyant. Bien sûr, ce n’est pas toujours dit de cette façon, les manuels de marketing islamique parlent plutôt de halal way of life.
Certains chercheurs comme Olivier Roy estiment que le halal est le signe d’une sécularisation de l’islam. Vous pensez au contraire qu’il amène les musulmans à se couper des autres…
Olivier Roy et d’autres disent plutôt, mais je résume, que la norme halal est une sorte d’avatar occidental. Ce serait vrai si ces produits de consommation étaient inertes. Or, ils sont accompagnés tout au long du processus marchand par un discours religieux fondamentaliste, et ceci dans les domaines alimentaire, vestimentaire, cosmétique. Ce discours religieux peut être euphémisé pour mieux s’exporter, la pudeur transformée en «modestie», un terme plus flatteur.
Vous dites que les personnes qui consomment halal sont dans «l’évitement social». Pourquoi ?
Diviser en deux l’espace entre le permis et l’interdit crée une certaine anxiété sociale et conduit à des conduites d’évitement. Quand vous mangez exclusivement halal, vous pouvez éviter d’inviter quelqu’un qui ne mange halal chez vous par crainte qu’il vous invite à son tour. C’est d’autant plus vrai que ces conduites d’évitement sont accompagnées d’un discours de rejet de la nourriture «impure». La confusion entre halal et pureté est préoccupante. Heureusement, ce n’est pas toujours le cas.
Le marché casher ne pose pas tant de problèmes à vos yeux ?
Les deux marchés ne sont pas comparables. La casherout est née il y a plusieurs siècles, avant l’industrialisation. La séparation entre fonctions marchande et religieuse est instituée, même si elle peut être transgressée, et elle a fonctionné pendant des siècles. Le marché halal, lui, est né industriel, fruit du néolibéralisme et du fondamentalisme, il n’y a pas de séparation claire. La norme halal est prise dans une surenchère marchande et religieuse. Personne ne contrôle l’extension du halal, mais elle intéresse beaucoup les promoteurs de l’«économie globale islamique» !
Ne craignez-vous pas que votre livre alimente la psychose anti-musulmans ?
Cette politisation de l’islam est doublée d’une marchandisation du patrimoine culturel et intellectuel musulman. C’est un phénomène très inquiétant. Parce que ceux qui en profitent sont, outre les marchands spéculateurs, les fondamentalistes qui ont pour projet d’imposer cette forme dogmatique de l’islam dont se nourrissent les groupes identitaires d’en face pour organiser cette peur des musulmans. Mon livre veut donner les outils de compréhension à tous les autres, musulmans ou non, pour résister à ce mauvais vent qui peut tourner très mal. Lors d’une récente enquête du côté de Bordeaux, où j’ai fait mes premiers pas d’ethnographe il y a vingt ans, des jeunes mères turques m’ont confié : «Avant, on ne mangeait pas halal, nos parents ne savaient pas, ils se trompaient.» C’est contre la perte de mémoire, contre la haine de soi et du passé que sèment les fondamentalistes que j’ai écrit ce livre.
(1) Auprès de 576 hommes et femmes musulmans résidant en France.
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé







MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:30 (2017)    Sujet du message: Aïd el-Kébir/Aïd el-Séghir/halal/haram

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Apostats de l'islam Index du Forum >>> Apostats de l'islam >>> Religion: Islam Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème réalisé par SGo