Apostats de l'islam Index du Forum
Apostats de l'islam
La vraie nature de l'islam - Passer de l'ombre de l'obscurantisme à la lumière de la connaissance
 
FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 

 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Afrique du Nord/Maghreb
 
Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Apostats de l'islam Index du Forum >>> Apostats de l'islam >>> Histoire et géopolitique des religions

Le mot berbère est péjoratif, ça signifie barbare, c'est la France qui l'a adouci en remplaçant le a par e
vrai
100%
 100%  [ 1 ]
faux
0%
 0%  [ 0 ]
Total des votes : 1


Auteur Message
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 7 864
Localisation: Paradis d'Allah
Emploi: empêcheur de tourner en rond
Loisirs: amour toujours
Masculin
Point(s): 27 032
Moyenne de points: 3,44

MessagePosté le: Ven 13 Mai - 13:31 (2016)    Sujet du message: Afrique du Nord/Maghreb Répondre en citant

SALIH' et H'AMIM : Des prophétes Amazighes   
SALIH' et H'AMIM   
Hérétiques berbères, qui se présentèrent comme prophètes et fondèrent, à partir du 10 eme siècle des religions inspirées de l'Islam   

C'est au l0ème siècle que fut fondé par les Berghwata, confédération de tribus masmoudiennes, installées dans l'ouest du Maroc, le premier royaume hérétique berbère. C'est la politique d'exploitation et d'humiliation menée à l'égard des Berbères par les gouverneurs arabes qui les poussa à s'allier d'abord avec les Kharéjites, hérétiques venus d'Orient, qui prêchaient, contre la prétention des Arabes à gouverner seuls, l'égalité des Musulmans, en dehors de tout critère social ou racial. Par la suite, les Berbères, pour mieux affirmer leur indépendance et leur aspiration à fonder une nation, voulurent se donner une religion propre. Ils n'abandonnaient pas entièrement l'Islam, mais ils le transformaient profondément de manière à l'adapter à leurs croyances et à leurs traditions.

Profitant de la révolte kharédjite, les Berghwata prirent les armes contre les Arabes, sous la direction de Maysara, un porteur d'eau de Tanger. Leur roi, à l'époque, s'appelait Tarîf Abû Salih' : c'est son fils, Salih' qui aurait fondé la nouvelle religion, mais celle-ci fut gardée secrète pendant deux générations. C'est son petit-fils Yunus qui la révéla, en proclamant son grand père le Salih' al Mu'minîn, "le vertueux d'entre les croyants", dont parle le Coran (sourate 66, verset 4). Il prétendait avoir reçu la révélation, en berbère, d'un livre qui contenait quatre-vingt sourates, portant, comme le Coran, des noms de prophètes (Job, Jonas, Saül) ou d'animaux (le coq, la perdrix, la sauterelle). En plus de ce livre que l'on devait réciter à toutes les prières, Salih' avait donné à son peuple un code de lois religieuses spécifiques : le nombre des prières canoniques était de dix et non de cinq comme chez les autres musulmans, le mois de jeûne n'était ramadhan mais radjab, la prière publique avait le jeudi et non le vendredi, la magie et la divination étaient autorisées etc. Les interdictions alimentaires étaient plus sévères que celles de l'lslam : Salih' interdisait les oeufs, les têtes d'animauw licites comme le mouton, et la chair du coq, tenu pour un animal sacré. Des historiens pensent c'est Yunus lui-même quia élaboré ces doctrines. D'ailleurs, il s'en est fait l'ardent propagandiste convertissant de force ceux qui refusaient l'hérésie. Les Musulmans orthodoxes, Arabes Berbères, appelèrent à la guerre sainte contre les hérétiques, mais ceux-ci, retranchés dans leur territoire, ont pu se défendre et protéger longtemps leur religion.
H'a Mîm est un autre "prophète" qui prétendait détenir une révélation en berbère et fonda une religion propre.


Selon les sources arabes, il avait pour surnom Muh'ammad (il aurait donc eu un fils nommé ainsi) son père s'appelait Abû Khalaf Mann Allah. Quant au curieux nom de H'a Mîm, il est tiré du Coran, plus exactement des deux le mystérieuses, H. M., qui figurent à la tête de certaines sourates.

Il appartenait à la grande tribu berbère des Ghomara et c'est dans cette tribu, plus exactement dans les environs de Tétouan, au Maroc, commença à prêcher vers 925. On ne connaît pas grand chose de la vie de H'a Mîm ni de sa religion. Les quelques renseignements dont nous disposons proviennent essentiellement de l'historien arabe AI Bekri, un auteur sunnite qui ne cache pas son hostilité à l'hérésie et qui, par conséquent, n'est pas objectif.

H'a Mîm se prétendait prophète et se disait envoyé par Dieu pour réformer la religion musulmane que les Arabes avaient altérée. Il composa, en berbère, un Coran où figure notamment, d'après Al-Bekrî, la profession de foi suivante : "Il n ' y a de Dieu que Dieu...Je crois en H'a Mîm, en Abû Khalaf et en Tangit"


Abû Khalâf (ou Abû Yaklût) était le père de H'a Mîm et Tangit (ou Tanqit) sa tante qui était, toujours selon AI Bakrî, une magicienne. La soeur de H'a Mîm, Dadjdju ou Dâbbu, était également une magicienne et les fidèles sollicitaient son secours. H'a Mîm avait conservé les principales obligations religieuses de l'Islam comme la prière et le jeûne mais il transforma la plupart d'entre elles pour les conformer aux traditions des Berbères ou alors pour se distinguer des orthodoxes. Ainsi, il imposait le jêune annuel mais seulement les trois derniers jours du ramadhan et non le mois entier, la fête de la rupture du jeune n'avait pas lieu le jour de la rupture mais le lendemain. A l'inverse, H'a Mîm avait instauré un jeune hebdomadaire d'une demi journée le mercredi et d'une journée entière le jeudi. Le nombre de prières quotidiennes était réduit à deux: la prière du lever du soleil et celle du coucher. La zakat ou impôt légal sur la fortune étai fixée au dixième de chaque chose possédée. Le pèlerinage à la Mecque était supprimé. La consommation de viande de sanglier était autorisée, quant au poisson, il ne pouvait être consommé que si on l'égorgeait rituellement. Enfin, la chair des oiseaux, y compris celle des gallinacés, ainsi que les oeufs, jugés impurs, étaient prohibés.

Une telle hérésie souleva l'hostilité des musulmans orthodoxes, arabes et berbères, qui la combattirent. H'a Mîm mourut d'ailleurs au cours d'un combat, en 928 ou 931.


Sa religion lui survécut jusqu'au 11ème siècle, date à laquelle ses adeptes furent convertis de force à l'orthodoxie par les Almoravides.


M. A. Haddadou
Source : Livre de A.HADDADOU
   

_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité







MessagePosté le: Ven 13 Mai - 13:31 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 7 864
Localisation: Paradis d'Allah
Emploi: empêcheur de tourner en rond
Loisirs: amour toujours
Masculin
Point(s): 27 032
Moyenne de points: 3,44

MessagePosté le: Jeu 7 Juil - 15:38 (2016)    Sujet du message: Afrique du Nord/Maghreb Répondre en citant


 


 

_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 7 864
Localisation: Paradis d'Allah
Emploi: empêcheur de tourner en rond
Loisirs: amour toujours
Masculin
Point(s): 27 032
Moyenne de points: 3,44

MessagePosté le: Sam 9 Juil - 15:10 (2016)    Sujet du message: Afrique du Nord/Maghreb Répondre en citant

Les grandes dates du christianisme en Afrique du Nord




150-160 : Naissance de Tertullien (amazigh) à Carthage.

180 (17 juillet) : Décapitation à Carthage de douze chrétiens originaires de Kasserine (martyrs scillitains).

197 : Persécution des Chrétiens.

198 : Victor Ier (amazigh) est pape.

200 : Naissance de Cyprien de Carthage (amazigh).

202 : Édit interdisant la conversion au christianisme.

203 (7 mars) : Martyre de Perpétue et Félicité livrés aux lions de l’amphithéâtre de Carthage.

249 : Édit obligeant les Chrétiens à prier pour le salut de l'empereur et à sacrifier des animaux. (Persécution de Dèce).

256 : Concile de Carthage proposant de rebaptiser les fauteurs qui ont cédé lors des persécutions de Dèce.

257 : Édit de Valérien, persécution des Chrétiens, exil d'évêques et de clercs récalcitrants.

258 : Décapitation de Cyprien, évêque de Carthage.

260 : Édit de tolérance promulgué par Gallien.

295 : Maximilien de Theveste, martyr numide qui refusa de servir dans l'armée romaine. Il fut décapité le 12 mars 295.

303-305 : Persécutions des Chrétiens d’Afrique.

303-312 : Premiers écrits donatistes.

304 : Manifeste des martyrs donatistes d'Abitina.

305 : Sylvanus (donatiste) élu évêque de Constantine.

311-314 : Miltiade (amazigh) est pape.

312 : Caecilianus nommé évêque de Carthage contestée par l’évêque Donat.

317 : Répression accrue des donatistes.

321 : Suspension des mesures répressives à l’égard des donatistes.

336 : Concile de 270 évêques donatistes à Carthage.

340 : Révolte des circoncellions (ouvriers agricoles) contre les propriétaires terriens.

354 : Naissance de Saint Augustin (de père romain et de mère amazigh)

355 : Mort de l’évêque Donat.

362 : Julien met fin à l'exil des donatistes qui récupèrent leurs lieux de culte.

372-375 : Les donatistes sont mêlés à la révolte du chef maure Firmus.

376 : Nouvelle interdiction de l’église et du culte donatiste.

385-397 : Soutien du comte d’Afrique Gildon aux donatistes.

373 : Valentinien Ier interdit aux donatistes la pratique du « rebaptême ».

412 : Concile de Carthage réunissant 286 représentants catholiques et 279 représentants donatistes.

429-439 : Invasion du Maghreb par les Vandales (peuple germanique de confession chrétienne arienne).

431 : Mort de Saint Augustin, évêque d’Annaba.

439 : Fondation du royaume vandale arien d'Afrique (Carthage, Sardaigne et Corse).

439 : Début de la persécution des catholiques (flagellation, exil, décapitation)

442 : Les Vandales rendent la Sicile en échange de la Numidie et les deux provinces de Maurétanie (Maroc et Algérie) ; ils reçoivent un traité pour diriger la province romaine d'Afrique (Tunisie et Libye occidentale).

449 : Alliance des Vandales et d’Attila contre Rome.

455 : Pillage de Rome par les Vandales.

456 : Domination vandale en Sardaigne.

468 : Domination vandale en Sicile.

468 : Victoire des Vandales sur la flotte byzantine au Cap Bon.

477 : Mort de Genséric après un demi-siècle de règne sur les Vandales.

484 : Réduction du nombre d’évêchés, passant de 600 à 470

492 : Gélase Ier (amazigh) est pape.

523 : Décès du roi Thrasamund. Edit royal mettant fin à la persécution de Catholiques.

523 : Hildéric, fils de la princesse romaine Eudocia, pro-byzantin, devient roi des Vandales malgré son impopularité et son grand âge.

530 : Hildéric est renversé par Gélimer

533 : Les Byzantins (conduits par Bélisaire) battent les Vandales à deux reprises près de Carthage et entrent dans la ville en octobre.

534 : Reddition de Gélimer. Déportation des survivants à Byzance puis en Galatie, fuite des autres rescapés en Kabylie dans ce qui reste du royaume Vandale.

535 : Interdiction des cultes donatiste, juif, païen et arien.

647 : Raid arabe sur Sbeïtla.

698 : Prise de Carthage par les Musulmans.

VIIIe siècle : Il subsiste une quarantaine d’évêchés au Maghreb.

793 : Construction d’une église à Kairouan.

875 : Le cadi de Kairouan impose le tamyiz (port de vêtements spécifiques pour les Chrétiens et les Juifs)

Xe siècle : Exode des Chrétiens vers l’Europe et dans les oasis du sud.

983 : Persistance d’une communauté chrétienne à Carthage et à Kairouan.

1050 : Invasion hilalienne. Mention de communautés chrétiennes à Tlemcen, Alger, au Kef, etc.

Accélération du processus d'extinction du christianisme en Afrique du Nord.

1053 : Il ne subsiste que cinq évêchés dans le Maghreb.

XIe siècle : Installation de comptoirs chrétiens italiens sur le littoral maghrébin.

1191 : Mention d’une église à El Kala.

1192 : Mention d’un archevêque à Carthage.

1270 : Croisade de Tunis où Saint-Louis trouve la mort.

XIVe siècle : Ibn Khaldoun atteste la présence de chrétiens parmi les Berbères (Garawa et Nefusa, qui sont des Zénètes)
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 7 864
Localisation: Paradis d'Allah
Emploi: empêcheur de tourner en rond
Loisirs: amour toujours
Masculin
Point(s): 27 032
Moyenne de points: 3,44

MessagePosté le: Mar 30 Aoû - 18:52 (2016)    Sujet du message: Afrique du Nord/Maghreb Répondre en citant

Les cavaliers d'Allah - Comment les Arabes soumirent l'Afrique du Nord byzantine

Verneuil-sur-Avre. L’historienne et photographe Geneviève Chauvel retrace dans « Les cavaliers d’Allah » le récit du premier djihad. Rencontre.



Geneviève Chauvel, installée depuis quelques années en pays vernolien, a grandi en Syrie puis en Algérie. Photographe de guerre dès 1967 pour les agences Gamma et Sygma, elle réalise pour la presse et la télévision des interviews des principaux chefs d’États du Moyen-Orient. Spécialiste du monde arabe, de sa culture et de son histoire, la Vernolienne signe un livre passionnant sur la conquête du Maghreb par les Arabes.

Au début du VIIe siècle, toute l’Arabie est islamisée. Par la voix du prophète Mahomet, l’islam impose le strict respect d’Allah dans une adhésion totale à sa foi. Cette nouvelle religion d’un Dieu unique se répand vite et autour du prophète se crée une société, « l’Oumma », avec ses codes, ses règles et sa propre armée.

Unification et arabisation

En 632, le Prophète meurt et les « cavaliers d’Allah » décident de conquérir le monde pour le convertir à leur foi. C’est le début du premier djihad, en traduction, « le combat armé pour étendre et défendre l’islam ».

Dès 633, le premier successeur du Prophète, Abou Bakr, envahit l’Irak et une partie de la Syrie. Omar, le second héritier, répand la loi musulmane jusqu’en Méditerranée. Tour à tour, les califes n’obéiront qu’à la conquête, allant jusqu’en Ifrikiya, l’actuelle Tunisie (647) et en Espagne (711). Seuls les Berbères, peuple originel de l’actuel Maghreb, résisteront avec à leur tête La Kahona, surnommée la « Jeanne d’Arc de l’Aurès ».

Pendant un demi-siècle, toutes les tribus berbères, qu’elles soient chrétiennes ou judaïsées, combattront l’avancée arabe, pour finir vaincues et soumises en 703. Cette conquête fulgurante de l’Afrique septentrionale a permis aux Arabes de ravir à des empires séculaires comme Byzance ou la Perse, des espaces immenses, du littoral atlantique aux déserts d’Asie centrale.

Le VIIIe siècle est marqué par l’unification et l’arabisation des territoires conquis, par la langue - l’arabe étant la seule langue reconnue pour lire le Coran -, la monnaie et l’administration.

Avec toute la rigueur de l’historienne, Geneviève Chauvel s’est appuyée sur de nombreuses sources bibliographiques. Mais surtout, l’auteur raconte avec le talent d’une romancière cette épopée passionnante.



INFORMATIONS PRATIQUES

« Les cavaliers d’Allah », de Geneviève Chauvel, éditions l’Archipel, 260 pages, 20 €.

  


http://youtu.be/hPj_HJ2hIyM


 

Paris-Normandie

Compte-rendu d'un lecteur:

L’HISTOIRE
Au début du VIIe siècle, tandis que l’Occident s’assoupit, au cœur de l’Orient, en Arabie, naît une doctrine qui se répand à la vitesse du vent : l’islam. Par la voix du Prophète, elle séduit et s’impose. Ses cavaliers n’auront désormais qu’un but : conquérir et répandre la révélation du Tout-Puissant.
Lorsque Muhammad s’éteint en 632, toute la péninsule arabique est islamisée. Les califes successeurs s’élancent hors des frontières pour clamer le nom d’Allah. Force est de constater avec quelle rapidité les Arabes ont imposé l’islam : en soixante ans à peine, les habitants d’Afrique du Nord ont oublié cinq siècles de latinisation et de rites chrétiens pour adopter la doctrine musulmane.
La célèbre Kahéna, Jeanne d’Arc berbère à la tête de cent mille hommes, n’a pu empêcher le général Hassan Ibn Noman de s’imposer par les armes et par la ruse. C’est en arabe, désormais, que l’histoire du pays va s’écrire.
Dans un style épique, Geneviève Chauvel retrace la chevauchée des cavaliers d’Allah, des abords de La Mecque à la bataille de Poitiers (732). Des guerriers qui ont lancé le monde arabe sur sa trajectoire actuelle.

MON RESSENTI

Un livre que j’ai mis un peu de temps à lire car il est dense. Il est très intéressant et donne un éclairage nécessaire sur la manière dont l’Afrique du Nord après avoir été latine et donc chrétienne est devenue musulmane. L’auteur s’attarde sur les différents chefs de guerre qui ont jalonnés les nombreuses conquêtes, et d’ailleurs, les chefs berbères ne sont pas oubliés alors que c’est souvent le cas dans les récits sur les croisades.  Il est intéressant de constater avec quelle rapidité l’Islam s’est répandue un peu comme le christianisme avant lui (et ça certains l’ont oublié un peu vite). J’ai aimé le fait que ce soit romancé et une écriture très aérienne, très épique qui va bien avec le propos.

J’aurais toutefois souhaité trouver des cartes au fur et à mesure des conquêtes afin de mieux situer et puis aussi parce que j’aime les cartes tout simplement. Il n’y a pas d’illustration et cela aurait ajouter quelque chose. J’ai beaucoup aimé et j’ai beaucoup appris aussi. Attention, cela couvre la période de 647 à 732 , je suis donc restée sur ma faim car j’aurai voulu que cela continue et peut être aussi plus de parallélisme avec ce qui se passe actuellement.

Un bel ouvrage qui n’est toutefois pas pour tous, je pense qu’il faut aimer l’histoire et particulièrement l’histoire d’un point de vue religieux et avoir la curiosité de ce qui attrait à l’Islam.

J’espère que l’auteur continuera sur cette lancée. En tout cas, je lirai volontiers d’autres livres .

VERDICT

Devrait ravir tout les fanas d’histoire et d’histoire de la religion. A offrir, pour éclairer les consciences et trouver des éléments de réponses à ce qui se passe actuellement.

https://revezlivres.wordpress.com/2016/02/21/les-cavaliers-dallah-comment-l…
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 7 864
Localisation: Paradis d'Allah
Emploi: empêcheur de tourner en rond
Loisirs: amour toujours
Masculin
Point(s): 27 032
Moyenne de points: 3,44

MessagePosté le: Mar 17 Jan - 17:43 (2017)    Sujet du message: Afrique du Nord/Maghreb Répondre en citant

Composition ethnique de l’Afrique du Nord/ Le mythe de l’arabité mis à nue


Composition ethnique de l’Afrique du Nord/ Le mythe de l’arabité mis à nue
Société, Une janvier 17, 2017 Abdou Semmar

La domination du génome arabe dans les territoires conquis suite aux invasions musulmanes serait un pur fantasme idéologique. Cette affirmation n’est nullement une émanation d’un quelconque esprit partisan, mais une réponse scientifique apportée par une étude très sérieuse menée dans le cadre du “Genographic projet” mené par la National Geographic Corporation.
La suprématie du génome arabe dans plusieurs pays dits “arabes” n’est en fin de compte que pur fantasme. L’étude menée dans le cadre du Géographic Project, qui s’est intéressé aux composantes ethniques sur les quatre continents durant plusieurs années, vient de démontrer que les modèles idéologiques dominants sont aux antipodes des vérités scientifiques. En tout cas en ce qui concerne l’Afrique du Nord.
L’étude s’est ainsi intéressée à la Tunisie dont la composante ethnique est similaire aux autres pays de la région. Selon les résultats obtenus, l’arabité de la Tunisie et par extension celle du Maghreb est une projection idéologique fantaisiste, l’ADN arabe ne dépassant guère les 4%, alors que le génome nord-africain est dominant avec 88%, suivi du génome européen avec 5%.




L’autre surprise de taille concerne l’Égypte. Se réclamant ethniquement, culturellement et officiellement arabe, l’Égypte ne l’est, en fait, que très peu.  Les données génétiques révèlent que le génome de sa population est nord-africain à 68%. Au pays des pharaons, le génome arabe est très minoritaire, 17% seulement.
Plus, le génome arabe est inexistant dans les régions se trouvant au nord et au sud du Maghreb, ayant presque toutes fait l’objet de conquêtes qualifiées à tort d’arabes. Dans des pays comme l’Espagne, le Portugal, la France, le Sénégal et le Nigeria, le génome arabe est inscrit dans la case “néant” de cette étude. Par contre,  le génome nord-africain est bien représenté avec 9% dans les pays  ibériques. En Sardaigne,en Italie, le génome nord-africain atteint les 11%, alors qu’il tourne autour de  12 % au Sénégal, et 3%au Nigeria.
Le génome nord-africain a été retrouvé dans des contrées lointaines. Ainsi, 5% des Argentins et 6% des Colombiens ont des origines nord-africaines. Le génome Nord-Africain a également été décelé chez 3% de la population des Bermudes, du Mexique, du Pérou et de Porto Rico.
Une partie plus infime de la population de Grèce, de l’Iran, de Toscane (Italie), du Kenya et d’Éthiopie, avec 4% pour chaque pays a, elle aussi, des origines nord-africaines.
Massi M.
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 7 864
Localisation: Paradis d'Allah
Emploi: empêcheur de tourner en rond
Loisirs: amour toujours
Masculin
Point(s): 27 032
Moyenne de points: 3,44

MessagePosté le: Mer 22 Mar - 15:35 (2017)    Sujet du message: Afrique du Nord/Maghreb Répondre en citant

Nouveaux chrétiens au Maghreb.
 
 
Myriam, Farid, Abou Ghali  : ils ont quitté l'islam pour le christianisme.
Qui sont ces convertis, qui, en Kabylie ou au Maroc, vivent leur nouvelle foi dans une quasi-clandestinité ?
La poussée inédite du protestantisme évangélique, même marginal, suscite la controverse.
La première moitié de sa vie, Myriam a été musulmane. Une vraie de vraie.
Ses parents, des gens "pieux", originaires de Grande Kabylie, lui ont inculqué les bases. Née en pleine guerre d'Algérie (1954-1962), à une époque où le hidjab et les barbus du Front islamique du salut (FIS) n'avaient pas encore été inventés, la jeune Myriam demeure, jusqu'à sa vingt-cinquième année, une croyante irréprochable.
De sa nombreuse fratrie, elle est même la "seule pratiquante".
L'islam, explique-t-elle, "on s'y sent confortable. On est au-dessus des autres, puisqu'on a la religion suprême".
Elle n'imagine pas, alors, les vertiges qui l'attendent. Ni les menaces de mort qu'elle et les siens, devenus chrétiens, vont récolter. Myriam est une convertie. Une de ces "m'tournis" (de "tourner sa veste"), accusés d'avoir quitté Mohamed pour Jésus-Christ et le protestantisme évangélique. Et qui font scandale aujourd'hui, de manière inédite, en Algérie et au Maroc.
Ce prénom de Myriam, elle l'a choisi elle-même, dès la fin des années 1980, contrainte, comme d'autres, de pratiquer sa religion de manière clandestine. Un prénom-pseudonyme, qu'elle préfère continuer à utiliser aujourd'hui.
C'est en 1985, à l'école normale de Kouba, à la périphérie d'Alger, que la jeune femme, licenciée en biologie, se lie d'amitié avec une autre élève, très pieuse et kabyle, comme elle.
"On parlait beaucoup de Dieu, mais on n'en parlait pas pareil : ça faisait de grands débats entre nous. Elle a mis beaucoup de temps à m'avouer qu'elle était chrétienne. J'étais effondrée", raconte-t-elle, le visage pâle, bouleversée par ce souvenir. "Pour une musulmane, devenir chrétienne, ça veut dire que vous reniez tout. Chez nous, l'histoire, la culture et la foi sont mêlées : c'était son identité et Dieu lui-même que mon amie avait trahis", insiste-t-elle. Aux yeux de Myriam, cette renégate est devenue "impure".
Tout contact doit être banni. Plus question de la recevoir chez elle, plus question même de lui parler. Pis : si Myriam avait suivi son "devoir de musulmane", elle aurait dû la dénoncer. "Quelqu'un qui quitte l'islam devient comme une souillure et mérite la mort - cela se pratique dans certains pays", assure-t-elle.
Mais l'Algérie n'est pas l'Arabie saoudite.
Au lieu de rompre avec sa copine, Myriam se met à prier pour elle. "Je la voyais perdue, égarée. Je priais pour qu'elle revienne à l'islam, c'est-à-dire, dans mon esprit, à la raison", explique-t-elle.
Le mari de Myriam - "un musulman de Kabylie, pas trop rigide, ni très pratiquant", note-t-elle - lui conseille d'inviter l'" égarée" chez eux, afin de trouver " un moyen de l'aider". L'amie espère, de son côté, que Myriam, "grâce à Dieu", finira par l'accepter telle qu'elle est. Les discussions, un temps interrompues, reprennent donc de plus belle. La partie se révèle inégale. "J'essayais de la convaincre. Mais comment critiquer une religion dont je ne savais pratiquement rien ? Mon amie connaissait le Coran et la Bible. Pas moi", sourit Myriam. Inévitable, arrive le jour où son amie lui propose de lire "le livre des chrétiens". Myriam est effrayée. "Le simple fait de toucher la Bible, c'était un péché, un blasphème. Finalement, j'ai quand même dit oui. Toujours pareil : avec cette idée d'aller voir, de vérifier et de faire revenir mon amie dans le droit chemin."
La suite, c'est un peu l'arroseur arrosé, version religieuse.
Durant l'été 1987, "l'été le plus terrible que j'aie jamais vécu", Myriam se plonge dans les Évangiles. "Chercher autre chose, aller en dehors de Mohamed, c'est interdit. Surtout quand on vous a inculqué l'image d'un Dieu redoutable, un Dieu du Jugement - un Dieu qui, dans l'islam, n'est jamais totalement d'amour : il est bourreau aussi, l'un n'allant pas sans l'autre. Surtout quand on vous a appris l'interdiction absolue de questionner le Coran", s'exclame Myriam, qui vit cette transgression avec beaucoup d'angoisse. "Jusque-là, ajoute-t-elle, Jésus était un prophète parmi d'autres. Et là, tout d'un coup, il me fascinait. En lisant le Nouveau Testament, je découvrais un texte facile d'accès - malgré quelques écueils. Cette simplicité m'émerveillait." La "crise" qu'elle vit est telle que la jeune femme en perd l'appétit et le sommeil. Jusqu'à cette nuit, décisive, où elle se met à "parler avec Dieu". Elle s'adresse à lui sans détour : " De ces deux livres, le Coran et la Bible, lequel dois-je suivre ? Où es-tu ? Dans quel Livre ? Dis-le moi et j'irai." Myriam ne parle pas de "révélation". Elle explique simplement qu'" une clarté" s'est faite en elle, "comme un voile qui se levait, quelque chose d'instantané : tout d'un coup, j'étais apaisée et heureuse. Jésus-Christ était le chemin".
Myriam, à son tour, est devenue apostate. La pire des choses en islam - qui est religion d'État, en Algérie comme au Maroc.
Alger, février 2005. Le pasteur méthodiste Huc Johnson, âgé de 71 ans, a bien connu Myriam. Elle, l'Algérienne, a finalement quitté son pays natal en 1994 ; après une solide formation en théologie, elle vient, à l'âge de 45 ans, d'être nommée pasteur dans le sud de la France. Lui, l'Américain natif du Kentucky, est resté à Alger. Il y vit depuis quarante-trois ans et a bien failli y mourir. Le matin du mercredi 19 janvier, "veille de l'Aïd el-Kebir", comme l'a relevé la presse locale, le vieil homme a été poignardé en pleine rue, devant l'église protestante de la rue Reda-Houhou, dans le centre de la capitale.
Un coup de couteau dans le dos, à la hauteur des reins. Le pasteur a été sauvé de justesse. Son agresseur, un "illuminé islamiste" selon certaines sources, un " aliéné mental"selon d'autres, n'a pas été arrêté. "C'est un avertissement, estime Hugh Johnson. Si j'étais mort, l'avertissement aurait été plus radical", ironise-t-il. Deux autres chrétiens avaient déjà été agressés, de la même manière, à Alger, à la fin de l'année 2004. Ils avaient toutefois été moins grièvement atteints. Le visage rond, la barbe blanche, visiblement remis de sa blessure, le vieil Américain assure qu'il ne se sent "ni amer, ni craintif". Mais "peut-être suis-je bête ?", plaisante-t-il, en recevant ses visiteurs dans le petit salon de lecture de la Société biblique, officiellement baptisée Société algérienne du livre culturel.
Le pasteur Johnson est une manière de dinosaure. L'un des derniers Mohicans protestants que compte l'Algérie. Les pasteurs de nationalité étrangère ne sont plus que "cinq ou six" aujourd'hui, assure-t-il. Une ou deux fois par an, la Société biblique importe, "à la seule demande des églises et avec le tampon du ministère des affaires religieuses", une moyenne de "mille à deux mille cinq cents ouvrages bibliques en arabe et mille à deux mille en français". Un chiffre "à peu près stable", ces dix dernières années. Le pasteur méthodiste, officiellement à la retraite depuis décembre 2004, n'a pas encore été remplacé. Vu l'environnement algérien, les candidats sont rares. Le départ du pasteur Johnson marquera la fin d'une histoire.
Débarqués en Algérie, à la fin du XIXe siècle, en même temps que les catholiques, les premiers protestants ont d'abord été des colons, qui se sont installés à travers le pays dans le sillage de l'armée française. Très vite vient le temps des prêtres et des pasteurs - ces derniers étant presque aussi souvent britanniques que français. Si l'implantation des Églises est permise, le prosélytisme est en revanche formellement interdit : une clause en ce sens a été introduite dans l'acte de capitulation signé, en 1830, entre le dey d'Alger et le gouvernement français, soucieux de ne pas susciter l'hostilité des autorités musulmanes. D'emblée, les églises chrétiennes sont des églises pour étrangers.
Au Maroc, l'histoire se déroule de façon similaire : ce sont les populations coloniales, françaises ou espagnoles, que les religieux catholiques et protestants viennent suivre et évangéliser.
Quant aux "indigènes", qui sont tous, à l'exception des juifs, de religion " mahométane", selon le vocabulaire de l'époque, pas question d'y toucher.
En Algérie, malgré les efforts missionnaires plus ou moins souterrains, principalement menés en Kabylie, région historiquement rebelle, le nombre des Algériens convertis demeure proche de zéro. "Nous ne pouvons citer de chiffres, ce serait peut-être humiliant : si l'on veut un ordre de grandeur, j'indiquerai qu'en trente ans nous avons administré une quarantaine de baptêmes d'adultes à Tizi-Ouzou et que les deux tiers vivent comme des chrétiens", reconnaissait le pasteur Alfred Rolland, dans le rapport Eglise et mission en Algérie, qu'il présenta, en novembre 1956, à Oran. Les temps ont-ils changé ?
Au lendemain de l'indépendance, il y a bel et bien eu, en Algérie, un ministre des finances chrétien, Pierre Smaïn Maghroug, aujourd'hui installé en France, rappelle le Père Pierre Boz, aumônier catholique, qui dirige, à Paris, la Communauté des chrétiens originaires de Kabylie.
En 1992, le nombre de ces derniers oscillait "entre quatre mille et six mille personnes", en majorité catholiques, la plupart exilées en France. "Le nombre des protestants n'est pas négligeable", relevait alors l'association. Treize ans plus tard, le paysage n'est plus le même.
Est-ce, comme le pense cette Algérienne chrétienne, rencontrée dans la capitale, à cause des violences terroristes perpétrées au nom de l'islam, dans les années 1990, que beaucoup de croyants ont laissé tomber le Coran ? "Les gens étaient tellement choqués. L'islam est donc capable de faire ça ? Ces massacres ? Ces enfants égorgés ? Ces femmes violées ? Beaucoup se sont demandé : qui est Dieu ? où est-il ? Certains se sont suicidés ou sont devenus athées. D'autres ont choisi Jésus."
Elle fait partie de ceux-là. "Dieu a tourné le Mal en Bien : il n'y a jamais eu autant de conversions en Algérie que pendant le terrorisme ! Même à l'époque de saint Augustin, il n'y en a pas eu tant !", s'échauffe-t-elle.
Une jubilation que la majorité des Algériens est loin de partager. "Contrairement aux Églises historiques - catholique et protestante, reconnues par les autorités - les missions méthodistes, évangéliques et charismatiques, implantées depuis les années 1990, sont ouvertement prosélytes", écrit, dans son numéro du mois de mars, le mensuel protestant français Mission, qui consacre un important dossier à ces drôles de paroissiens du Maghreb, ces "musulmans, devenus chrétiens". Selon Linda Caille, rédactrice en chef de Mission, le nombre des conversions en Algérie serait de "mille par an", principalement en Kabylie. Sur une population nationale de plus de 32 millions d'habitants, mille conversions par an ne représentent pas grand-chose.
MÊME si elle se vérifiait sur dix ans, cette poussée du christianisme serait numériquement marginale. Il n'empêche ! En Algérie, les chiffres les plus délirants circulent.
Croisade contre djihad ?
"L'évangélisation en Kabylie (...) est le résultat d'un prosélytisme organisé et financé par une stratégie mondiale d'évangélisation des peuples musulmans", tonne, le 26 juillet, un journaliste du quotidien El Watan, cité par Mission.
Selon ce pamphlétaire, il serait "de notoriété publique que la Maison Blanche, le Congrès et la CIA suivent et gèrent avec un grand intérêt l'expansion des Églises évangéliques" dans le monde. Le reste de la presse fait chorus. "On m'a même accusé de payer 7 000 euros par conversion !", s'agace le pasteur Johnson. C'était avant son agression. Les cris des uns, fustigeant "une évangélisation qui agresse l'islam dans sa propre maison", ont-ils armé le bras des autres ? En tout cas, les députés islamistes ne sont pas en reste, ni le Haut Conseil islamique (organisme gouvernemental) qui décide, fin 2004, de diligenter une enquête afin de "mesurer l'ampleur" du phénomène. On en attend les résultats.
Coïncidence ? Au Maroc, c'est aussi au début de l'été qu'un député du parti nationaliste Istiqlal s'est alarmé, devant le Parlement, d'un supposé déferlement de missionnaires américains à travers le royaume, notamment du côté de Ouarzazate.
Une série d'articles de presse a suivi. Églises reconnues et groupes clandestins sont jetés dans le même sac, pasteurs et missionnaires sont souvent confondus, une avalanche de chiffres fantaisistes et de formules à l'emporte-pièce achèvent de dramatiser le débat. Ces "néoprotestants évangéliques marocains, peut-on lire dans l'hebdomadaire Le Journal du 8 janvier, ont été convertis sur les flancs des tanks américains, dans le cadre de la grande offensive US mondiale". Ce qui n'empêche pas l'hebdomadaire de s'interroger sur le sens de ce phénomène, signe possible de " l'incapacité de l'islam officiel (...) à rejoindre le train de la modernité".
Yacine, la trentaine, applaudit : "L'essentiel, c'est qu'on parle au grand jour des Marocains chrétiens. C'est donc que ça existe, que c'est possible. Peu importe ce qu'on raconte sur nous. Le tabou est tombé", commente ce jeune cadre, vêtu d'un élégant costume-cravate, converti au protestantisme alors qu'il faisait ses études à Paris.
Yacine fréquente une "église maison". Son groupe est "100 % arabophone" et se réunit chaque dimanche, discrètement, chez l'un ou chez l'autre de ses membres, pour des lectures bibliques et des séances de prière. "On n'est jamais plus de dix ou quinze : la capacité d'un salon ", explique-t-il. Si les chrétiens marocains se cachent, "ce n'est pas tant, dit-il, du fait de persécutions de la police. On ne représente pas un danger pour le régime. Mais la stigmatisation sociale reste forte : la famille, l'employeur, les collègues, les voisins sont plus tyranniques que le gouvernement !".
Pour leur part, les parents de Yacine ont fini par s'y faire. "Au début, ils ont été choqués. Ils ont pris ma conversion au christianisme pour un rejet de la culture marocaine. Je leur ai expliqué qu'ils se trompaient : la seule chose qui a changé, chez moi, c'est mon rapport à Dieu. D'ailleurs, si je n'aimais plus le Maroc et les miens, pourquoi serais-je revenu y vivre ? Pour mes parents, ç'a été dur à avaler. Avec le temps, ils ont accepté."
Abou Ghali est à peine plus jeune que Yacine. Il se présente comme "un chrétien marocain, deuxième génération".
Ses parents se sont eux-mêmes convertis dans les années 1970 - des "années noires pour tout le pays", estime-t-il, évoquant le règne d'Hassan II. C'est pourtant à la fin de ce règne que la situation des chrétiens marocains a commencé de s'améliorer.
Abou Ghali date la naissance de "l'Eglise marocaine" du début des années 1990 : "Les Marocains ont pris les choses en main, ils se sont organisés entre eux. L'existence d'une Église marocaine représente un changement immense. En qualité, c'est-à-dire en maturité - car les conversions se font désormais majoritairement de Marocain à Marocain. Mais aussi en quantité : il y a cinq ans, on devait être trois cents chrétiens à tout casser. Je parle des vrais chrétiens, insiste-t-il, pas de ceux qui se convertissent pour avoir le visa ou une situation. Aujourd'hui, on doit être autour de huit cents". Soit plus du double qu'en 2000.
Même si la progression est nette, le total, comme en Algérie, demeure microscopique : que pèsent huit cents chrétiens sur une population marocaine, forte de plus de 32 millions d'habitants ? "Je ne me considère pas comme un renégat ni un apostat. Je me suis tourné vers un autre visage de Dieu, voilà tout", écrivait, à Paris, Mohamed-Christophe Bibb dans un essai autobiographique Un Algérien pas très catholique (éditions du Cerf, 1999).
Aujourd'hui, ce sont des Maghrébins du Maghreb qui parlent. Et leurs paroles ont un tout autre poids, même s'ils doivent, aujourd'hui encore, s'exprimer anonymement.
"Durant des siècles, le monde arabo-musulman a vécu fermé sur lui-même, en faisant pression sur les siens pour que personne n'échappe à ce huis clos. Seulement, ça ne marche plus. Il y a eu la colonisation, les migrations, les gens ont commencé à bouger, explique Abou Ghali. Aujourd'hui, avec la mondialisation de l'information, le recul de l'analphabétisme, les satellites et Internet, nous sommes... comment dire ? exposés à l'Autre. Si les Marocains ont l'occasion de comparer, de choisir, vous verrez qu'il y en aura plein qui vont aller vers le christianisme. Les autres se feront athées."
L'avenir de l'islam ?
 "L'islam n'est pas un message de Dieu, tranche le jeune homme.
C'est une production humaine, un ensemble de conventions et de contraintes, ce n'est plus une croyance. Les gens commencent à le comprendre. Ils savent bien aussi que l'islam est un "package", un truc homogène : soit on prend tout, soit on laisse. Ceux qui parlent de l'aménager se trompent. On peut lui couper les ongles, d'accord. Mais les ongles, ça repousse !"
Aux yeux de ce chrétien radical, les seuls "vrais musulmans, ceux qui suivent la logique de l'islam, ce sont Ben Laden et les talibans".
Pourtant, "j'aime les musulmans et le Maroc, ajoute-t-il, je prie chaque jour pour le roi. Ce que je n'aime pas, c'est l'islam : c'est une idéologie qui tue l'être humain".
Ces propos, extrêmement choquants pour les croyants musulmans, le pasteur américain Jack Wald et son compatriote Jack Rusenko les ont certainement entendus plus d'une fois. Le premier, qui a quitté le New Jersey pour le Maroc en 1999, officie chaque dimanche à l'église anglicane de Rabat et dirige une association protestante, RPF International Church. Le second, installé à Casablanca depuis 1992, dirige une ONG "à financements américains", Global Education, et préside le Conseil de l'Église anglicane (anglophone) au Maroc. "Notre objectif n'est pas de convertir les musulmans. Même si on le voulait, on ne le pourrait pas : c'est Dieu qui les convainc, pas nous. En tant que chrétien, mon seul but est d'aimer les gens au nom de Jésus", assure le pasteur Wald, de formation presbytérienne. La récente campagne de presse à propos des chrétiens ne l'a pas surpris : "Cette réaction est naturelle. Les Marocains aiment les États-Unis, mais ils sont déchirés. Car l'islam n'a jamais été à l'aise avec l'idée de pluralité de religions, il n'y est pas favorable, pointe-t-il. Culturellement, le Maroc reste musulman ; politiquement, il veut être moderne : c'est ce combat qui se livre aujourd'hui en son sein."
Jack Rusenko, qu'une photo de 1998, accrochée dans son bureau, montre aux côtés d'Hassan II, loue les capacités d'"ouverture" du royaume chérifien. Ainsi s'expliquerait, en partie, l'augmentation, non seulement des conversions, mais également du nombre de missionnaires étrangers, souvent américains, qui sillonnent le Maroc. "On pense qu'ils sont quelques centaines. Deux cents, peut-être trois cents ? ", avance-t-il, avec une moue prudente. "Dans la mesure où l'activité missionnaire demeure clandestine, il est difficile de la mesurer ", estime Karen Thomas Smith, qui fait partie des quatre pasteurs américains officiellement enregistrés au Maroc. "D'après mes observations, il me semble pourtant que le nombre des missionnaires étrangers est en augmentation ces cinq dernières années", admet la jeune femme, en poste à Ifrane depuis huit ans. Elle regrette, au passage, la nature souterraine de cette propagande évangélique : "Ces missionnaires, qui se cachent sous les habits d'hommes d'affaires ou de patrons d'ONG, donnent l'impression que les chrétiens sont des gens malhonnêtes, qui vivent dissimulés. Cela me trouble, car, en menant cette "double vie", ils trahissent l'esprit de Jésus - si transparent et si honnête, justement. "
Sans être aussi virulents qu'en Algérie, les commentaires de la presse marocaine concernant les chrétiens, autochtones ou étrangers, ont eu, entre autres mérites, celui d'amorcer le débat sur la liberté de conscience et, en particulier, la liberté de croyance religieuse. "Si nous nous sommes toujours interdit toute forme de prosélytisme, il est cependant douloureux de devoir refuser d'accueillir les Marocains qui le souhaiteraient dans nos Églises", souligne le pasteur Jean-Luc Blanc, représentant de l'Église évangélique au Maroc (ex-Église réformée de France au Maroc).
La question n'est pas nouvelle. Le pasteur Blanc avait eu l'occasion de l'aborder, en novembre 2002, lors d'une rencontre, organisée par l'intermédiaire de l'ambassade de France, avec certains conseillers et ministres. "Notre position n'a pas changé, insiste le pasteur français. En continuant d'interdire aux Marocains d'aller vers nous, les Églises historiques officielles, on risque de voir ces mêmes Marocains se tourner vers les missionnaires fondamentalistes, les gourous délirants, les sectes de tous bords." Le ministre des affaires religieuses, Ahmed Tawfiq, n'aurait " pas été insensible" à l'argument, assure-t-il. La question est maintenant sur la place publique. Elle risque de rebondir, dans les semaines qui viennent. Au Parlement d'abord, où les islamistes du Parti de la justice et du développement (PJD), prenant le relais des nationalistes de l'Istiqlal, auraient l'intention d'intervenir. A Marrakech, ensuite, où le révérend Harry Thomas, membre de l'Église charismatique américaine, aurait prévu d'organiser, avec l'accord des autorités marocaines, un festival de musique chrétienne - au début du mois de mai. Si "le géant américain pèse lourd, au Maghreb comme ailleurs, ce n'est pas un rouleau compresseur", tempère Sébastien Fath, chercheur au CNRS, spécialiste du protestantisme. Contacté par e-mail, l'auteur de Dieu bénisse l'Amérique, la religion de la Maison Blanche (Seuil, 2004) précise : "En 1972, 65 % des missionnaires chrétiens outre-mer étaient américains. En 2001, ils n'étaient plus que 47 % seulement et la tendance à la décroissance se poursuit."
Au-dessus de Tizi-Ouzou, les montagnes de Kabylie sont blanches. La neige, tombée en abondance, n'a pas empêché les fidèles de se presser vers les lieux de culte. Celui que dirige Farid est un simple garage, aménagé en temple. "Ce vendredi, vingt et une personnes sont venues des villages alentour jusqu'ici", annonce-t-il fièrement. Farid préfère lui aussi qu'on ne donne pas son nom ni celui de son bourg. Même si, "ici, en Kabylie, les gens sont tolérants. Tout le monde ferme les yeux, même la police. Si je devais travailler à Alger, je ferais vraiment attention", ajoute-t-il. Parmi ses ouailles, on trouve quelques hommes et beaucoup de femmes. L'un est plâtrier peintre, une autre est secrétaire, une troisième ouvrière au chômage - contrainte de démissionner de l'usine où elle travaillait, "après que la direction a appris - qu'elle était - chrétienne", assure-t- elle. Tous sont persuadés que la Kabylie est en train de connaître ce qu'en jargon protestant on appelle un "réveil"- c'est-à-dire une expansion des conversions, survenant après une longue période de "sommeil". Il est vrai que le nombre des églises affiliées à l'Église protestante d'Algérie (EPA, représentée par le pasteur Johnson) est passé, en cinq ans, de quatre à treize - sans compter une "liste d'attente de quinze demandes", précise-t-on à Alger. Farid et les siens sont résolument optimistes. "On a tous vécu des miracles", insistent-ils. Signe des temps : en 2004, pour la première fois, "une dizaine de missionnaires algériens"sont partis évangéliser "au Niger, au Tchad et en Mauritanie". Et pour la première fois aussi, un groupe de "trois missionnaires algériens" s'est rendu en France, ajoute Farid, pour "porter la bonne parole en Alsace, à Lille, à Lyon et à Marseille".
Sébastien Fath, lui, ne croit pas aux miracles. "Ces phénomènes ne tombent pas du ciel, contrairement aux interprétations de la littérature pieuse. Ils s'expliquent par une longue évolution des sociétés musulmanes", souligne l'historien. Il conclut :
"En plus de quarante ans d'indépendance, le Maghreb a testé le nationalisme, l'islam politique et la dictature débonnaire. On peut faire l'hypothèse d'une déception chez une partie des Maghrébins, face à ces grands récits qui n'ont pas tenu leurs promesses. Les progrès du protestantisme s'inscrivent dans ce mouvement qui intègre le religieux dans la problématique plus vaste de la culture démocratique."
Catherine Simon


_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 7 864
Localisation: Paradis d'Allah
Emploi: empêcheur de tourner en rond
Loisirs: amour toujours
Masculin
Point(s): 27 032
Moyenne de points: 3,44

MessagePosté le: Mer 5 Avr - 15:06 (2017)    Sujet du message: Afrique du Nord/Maghreb Répondre en citant

Quand les Musulmans égorgeaient les Nord-Africains - ou les exploits de celui que D. Boubakeur appelle avec respect "Sidi Ouqba"

"Ouqba appela ses enfants et leur dit : "J'ai vendu mon âme à Allah (Coran 9.111), puissant et exalté, et j'ai pris la décision de faire le jihad contre tout mécréant, que je sois tué ou que je le poursuive. J'ignore si vous me reverrez, car mon espérance est d'être tué dans la voie d'Allah."" (Raqiq Kairawani, Histoire de l'Ifriqiya et du Maghreb (arabe).)

"Il arriva en Ifriqiya avec 10 000 musulmans. Il la conquit et y pénétra. Et il frappa ses habitants avec l'épée, exterminant ses habitants chrétiens.

"Et il partit, Allah le prenne en miséricorde, razzier les Roums et les Berbères, qui étaient alors zoroastriens [sic : animistes] et chrétiens. Il fit cela dans les deux villes de Baghaya et Carthage et les territoires qui dépendaient d'elles. Il les vainquit et les massacra, et les musulmans s'emparèrent d'une très grande quantité de personne - qu'ils prirent en esclavage - et de chevaux. Puis il razzia Baghaya et fit chez eux un carnage...

[...]

"Ouqba razzia une seconde fois les Roums dans la ville de Monastir... Allah les vainquit, et ils furent totalement massacrés. Il y eut là un butin [femmes et enfants pris en esclavage, animaux, etc.] 
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 7 864
Localisation: Paradis d'Allah
Emploi: empêcheur de tourner en rond
Loisirs: amour toujours
Masculin
Point(s): 27 032
Moyenne de points: 3,44

MessagePosté le: Jeu 13 Juil - 11:52 (2017)    Sujet du message: Afrique du Nord/Maghreb Répondre en citant


_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé







MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:57 (2017)    Sujet du message: Afrique du Nord/Maghreb

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Apostats de l'islam Index du Forum >>> Apostats de l'islam >>> Histoire et géopolitique des religions Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème réalisé par SGo