Apostats de l'islam Index du Forum
Apostats de l'islam
La vraie nature de l'islam - Passer de l'ombre de l'obscurantisme à la lumière de la connaissance
 
FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 

 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Une autre société: Humanisme, égalité...
Aller à la page: 1, 2, 3  >  
Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Apostats de l'islam Index du Forum >>> Apostats de l'islam >>> Sujets de société

Auteur Message
Neverime
Membres d'honneur


Hors ligne

Inscrit le: 29 Juil 2015
Messages: 162
Localisation: Entre deux univers
Emploi: écrire quand c'est possible
Loisirs: faire le no life... (sortir parfois.)
Masculin
Point(s): 660
Moyenne de points: 4,07

MessagePosté le: Jeu 21 Jan - 18:00 (2016)    Sujet du message: Une autre société: Humanisme, égalité... Répondre en citant

Bonsoir à vous.

La question se pose alors j'essaie d'y répondre par des textes.

À quoi pourrait ressembler une société réellement Humaniste et vraiment égalitaire?


Voici un petit quelque chose, je sais pas ce que vous en penserai.

Je sais plus si j'avais mis un autre texte ailleurs... faudra me le dire car je trouve pas le topic si je l'ai fais...

Merci.


J'ignore ce que vous en penserez, ce que vous trouverez comme éventuels "messages" dedans ou valeurs? Ce que cela vous fera aussi ressentir?

Merci à vous... :embarras)







Un amour, une famille, un autre pays… une alternative...  


  
Évie, tel est le nom de cette femme si différente avec son teint mate.  
Je suis une humaine, elle est une Névérime et tout devrait nous séparer.  
Notre bel univers ne connaît ni dérives ni toute cette violence,  
Qui jour après jour tourmente terriblement l'humanité.  

  
Quand nos regards doux se croisent, nos êtres se parlent en silence,  
Nos cœurs s'emballent, battent ensembles, délivrent une douce chaleur,  
Qui vient se répandre en nous et doucement réchauffer nos corps,  
Comme toujours depuis tant de nuits et de délicieuse passion.  

  
Je vibre quand ses beaux yeux ambrés se posent tendrement sur moi,  
Avec toujours autant de douceur, d'amour et de bienveillance,  
Depuis tant et tant d'années passées à vivre toutes les deux,  
Dans un pays libre prisonnier d'un monde terrifiant,  
Incapable de comprendre notre belle patrie,  
Qui laisse nos sentiments s'exprimer  
Librement, sans entrave,  
Sans nous juger…  

  
Nous vieillissons toutes les deux en veillant affectueusement l'une sur l'autre.  
Même éloignés, nos quatre enfants, deux chacune, sont toujours à nos côtés.  
Deux de nos trois filles nous ont honoré de petits fils et petites filles.  
Notre fils et notre dernière fille nous honorent de leur choix.  
Leur choix reste indiscutable en tous points,  
Car abuser d'eux nous est intolérable.  

  
Ils n'auront aucun enfant ce qui ne les empêche pas d'êtres heureux.  
Nous avons la cinquantaine aujourd'hui pourtant la vie continue.  
Nous sommes en couple depuis vingt-cinq ans de bonheur.  
Pourquoi nous aimer serait un crime comme ailleurs,  
Là où c'est une si belle chose sur cette terre,  
Et ceci en dépit de nos différences ?  

  
Parfois un simple et tendre câlin, d'autres fois une douce étreinte passionnée,  
Ou encore de petites attentions quotidiennes, presque anodines, mais si importantes,  
Font paisiblement durer notre couple et perdurer nos joies avec tant de tendresse  
Et nous rendent heureuses ici dans ce beau pays qui nous accepte,  
Sans jamais faire preuve d'hostilité à notre égard,  
Toujours respectueux et bienveillant pour nous.  

  

  
Le monde est sombre mais notre nation est une belle lumière. Elle est pour nous une puissante raison d'être avec nos passions, nos proches, ceux que nous aimons, l'envie et le besoin d’œuvrer pour autrui ainsi que le bien de tous comme beaucoup d'autres le font dans notre si beau pays.  

  
Nous sommes différentes l'une de l'autre et sommes de même sexe mais cela ne nous a en rien empêché d'êtres égales aux habitants de notre mère patrie, d'y vivre épanouies en prospérant dans la paix sans jamais subir jugement, rejets et haines contre notre couple. Nous avons aussi le droit d'aimer, de fonder une famille, de vivre heureuses et d'êtres respectées…   
  


Revenir en haut
Publicité







MessagePosté le: Jeu 21 Jan - 18:00 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Amada
Membres d'honneur


Hors ligne

Inscrit le: 07 Fév 2014
Messages: 1 228
Localisation: Marseille
Féminin
Point(s): 7 467
Moyenne de points: 6,08

MessagePosté le: Ven 22 Jan - 08:47 (2016)    Sujet du message: Re: Une autre société: Humanisme, égalité... Répondre en citant

Neverime a écrit:
Bonsoir à vous.

La question se pose alors j'essaie d'y répondre par des textes.

À quoi pourrait ressembler une société réellement Humaniste et vraiment égalitaire?


Voici un petit quelque chose, je sais pas ce que vous en penserai.

Je sais plus si j'avais mis un autre texte ailleurs... faudra me le dire car je trouve pas le topic si je l'ai fais...

Merci.


J'ignore ce que vous en penserez, ce que vous trouverez comme éventuels "messages" dedans ou valeurs? Ce que cela vous fera aussi ressentir?

Merci à vous... :embarras)







Un amour, une famille, un autre pays… une alternative...   


   
Évie, tel est le nom de cette femme si différente avec son teint mate.   
Je suis une humaine, elle est une Névérime et tout devrait nous séparer.   
Notre bel univers ne connaît ni dérives ni toute cette violence,   
Qui jour après jour tourmente terriblement l'humanité.   

   
Quand nos regards doux se croisent, nos êtres se parlent en silence,   
Nos cœurs s'emballent, battent ensembles, délivrent une douce chaleur,   
Qui vient se répandre en nous et doucement réchauffer nos corps,   
Comme toujours depuis tant de nuits et de délicieuse passion.   

   
Je vibre quand ses beaux yeux ambrés se posent tendrement sur moi,   
Avec toujours autant de douceur, d'amour et de bienveillance,   
Depuis tant et tant d'années passées à vivre toutes les deux,   
Dans un pays libre prisonnier d'un monde terrifiant,   
Incapable de comprendre notre belle patrie,   
Qui laisse nos sentiments s'exprimer   
Librement, sans entrave,   
Sans nous juger…   

   
Nous vieillissons toutes les deux en veillant affectueusement l'une sur l'autre.   
Même éloignés, nos quatre enfants, deux chacune, sont toujours à nos côtés.   
Deux de nos trois filles nous ont honoré de petits fils et petites filles.   
Notre fils et notre dernière fille nous honorent de leur choix.   
Leur choix reste indiscutable en tous points,   
Car abuser d'eux nous est intolérable.   

   
Ils n'auront aucun enfant ce qui ne les empêche pas d'êtres heureux.   
Nous avons la cinquantaine aujourd'hui pourtant la vie continue.   
Nous sommes en couple depuis vingt-cinq ans de bonheur.   
Pourquoi nous aimer serait un crime comme ailleurs,   
Là où c'est une si belle chose sur cette terre,   
Et ceci en dépit de nos différences ?   

   
Parfois un simple et tendre câlin, d'autres fois une douce étreinte passionnée,   
Ou encore de petites attentions quotidiennes, presque anodines, mais si importantes,   
Font paisiblement durer notre couple et perdurer nos joies avec tant de tendresse   
Et nous rendent heureuses ici dans ce beau pays qui nous accepte,   
Sans jamais faire preuve d'hostilité à notre égard,   
Toujours respectueux et bienveillant pour nous.   

   

   
Le monde est sombre mais notre nation est une belle lumière. Elle est pour nous une puissante raison d'être avec nos passions, nos proches, ceux que nous aimons, l'envie et le besoin d’œuvrer pour autrui ainsi que le bien de tous comme beaucoup d'autres le font dans notre si beau pays.   

   
Nous sommes différentes l'une de l'autre et sommes de même sexe mais cela ne nous a en rien empêché d'êtres égales aux habitants de notre mère patrie, d'y vivre épanouies en prospérant dans la paix sans jamais subir jugement, rejets et haines contre notre couple. Nous avons aussi le droit d'aimer, de fonder une famille, de vivre heureuses et d'êtres respectées…    
   



Bonjour Neverime,

C'est de la pure poésie.
Mais un monde de rêve et de poésie est-il possible...?

Il est difficile de répondre à ta question.

Et puis, ce n'est pas habituel, ici, sur ce forum particulier.
Ce n'est pas un reproche, bien sûr. Tu peux continuer, j'en serai ravie.
Mais personnellement, je ne me sens pas en mesure de t'apporter une réponse.
A part que nous vivons certainement dans un monde de fous, de haine, de violence et d'injustice...

Bonne journée à toi.   :smile)


Revenir en haut
Neverime
Membres d'honneur


Hors ligne

Inscrit le: 29 Juil 2015
Messages: 162
Localisation: Entre deux univers
Emploi: écrire quand c'est possible
Loisirs: faire le no life... (sortir parfois.)
Masculin
Point(s): 660
Moyenne de points: 4,07

MessagePosté le: Ven 22 Jan - 13:41 (2016)    Sujet du message: Une autre société: Humanisme, égalité... Répondre en citant

Merci... j'ignorais que c'était autant de la poésie...

Mais en quoi est-ce de la "pure poésie?"^^

Ou plutôt, qu'as-tu trouvé de si poétique, de si "pur?"

(je demande souvent, c'est toujours sympa le ressentis des personnes.^^)

Après, dans son contexte, ça parle d'une nation utopique dans notre monde, confrontée à notre monde complètement taré...


Deux femmes s'aiment, sont amoureuses, forment une famille avec leurs enfants dans une société qui les respecte, ne le juge pas.

Mais le monde autour leur crache dessus, les jalouse car ils ont réussis partout où les autres ont échoué.


Merci en tout cas, content que ça t'ait plu.^^

Je mettrai quelque chose d'autre plus tard... j'espère que ce sera déjà assez "offensif" contre les intégristes et que ça dira des trucs qui dérangent pour la france... ou même l'occident... on verra bien.^^

Enfin ça pourrait aussi et peut-être déranger les milieux musulmans communautaristes...


Revenir en haut
Amada
Membres d'honneur


Hors ligne

Inscrit le: 07 Fév 2014
Messages: 1 228
Localisation: Marseille
Féminin
Point(s): 7 467
Moyenne de points: 6,08

MessagePosté le: Ven 22 Jan - 15:28 (2016)    Sujet du message: Une autre société: Humanisme, égalité... Répondre en citant

Neverime a écrit:
Merci... j'ignorais que c'était autant de la poésie...

Mais en quoi est-ce de la "pure poésie?"^^

Ou plutôt, qu'as-tu trouvé de si poétique, de si "pur?"

(je demande souvent, c'est toujours sympa le ressentis des personnes.^^)

Après, dans son contexte, ça parle d'une nation utopique dans notre monde, confrontée à notre monde complètement taré...


Deux femmes s'aiment, sont amoureuses, forment une famille avec leurs enfants dans une société qui les respecte, ne le juge pas.

Mais le monde autour leur crache dessus, les jalouse car ils ont réussis partout où les autres ont échoué.


Merci en tout cas, content que ça t'ait plu.^^

Je mettrai quelque chose d'autre plus tard... j'espère que ce sera déjà assez "offensif" contre les intégristes et que ça dira des trucs qui dérangent pour la france... ou même l'occident... on verra bien.^^

Enfin ça pourrait aussi et peut-être déranger les milieux musulmans communautaristes...

Je ne suis pas une experte, cher Neverime.
Plutôt une béotienne.
Mais je crois que la poésie se ressent plus qu'elle ne peut être définie avec des mots cartésiens.

Je trouve que ce que tu écris est beau par sa dimension onirique.
Mais tu poses aussi de bonnes questions.
Pourquoi ne peut-on pas vivre dans un monde de paix et d'amour, loin de tous les regards de haine?

Deux femmes qui s'aiment ou deux hommes qui s'aiment, cela a toujours été une abomination dans nos sociétés.
Cette liberté est relativement récente et encore bien fragile.
Dans le monde musulman, par contre, ça reste une abomination punie de mort.

Pour ma part, je suis juste hétérosexuelle et je me pose toujours la question de savoir si l'homosexualité est une chose normale... Je ne sais pas pourquoi certains sont homosexuels et pas d'autres.
Si je me réfère à la biologie et à la nature, l'homosexualité semble être un bug.
Parce qu'elle est stérile. Et la nature veut à toute force que le vie continue et la vie trouve toujours son chemin.
La réponse à une question de ce genre ne trouve généralement de réponse que dans la bienpensance et l'hypocrisie. Les gens ont peur des mots qu'ils pourraient dire et que d'autres pourraient leur reprocher.

Enfin, c'est un problème qui n'est pas le mien.
Mais on dit souvent que pour vivre heureux vivons cachés et je dirai la même chose aux homosexuels si ils veulent vivre heureux et dans la paix.
Exhiber ses penchants homosexuels est dangereux.

A bientôt.


Revenir en haut
Neverime
Membres d'honneur


Hors ligne

Inscrit le: 29 Juil 2015
Messages: 162
Localisation: Entre deux univers
Emploi: écrire quand c'est possible
Loisirs: faire le no life... (sortir parfois.)
Masculin
Point(s): 660
Moyenne de points: 4,07

MessagePosté le: Ven 22 Jan - 22:00 (2016)    Sujet du message: Une autre société: Humanisme, égalité... Répondre en citant

Oui l'homosexualité est une chose normale présente dans la nature et sans impact sur les êtres vivants, les espèces concernées.

Ça ne leur a pas été nuisible donc pourquoi le condamner?

Si c'était "contre nature" alors ça n'existerait pas dans la nature.

S’exhiber? Non.

Vivre normalement comme tout le monde, sans redouter les regards à s'aimer...


Ce n'est pas dans les habitudes des sociétés, toutes sont des échecs et vu leur passé très lourd je ne suis pas surpris de ce qui se passe de nos jours...

Puis-je poster un autre texte nettement plus long et d'un genre différent?^^


Revenir en haut
Amada
Membres d'honneur


Hors ligne

Inscrit le: 07 Fév 2014
Messages: 1 228
Localisation: Marseille
Féminin
Point(s): 7 467
Moyenne de points: 6,08

MessagePosté le: Sam 23 Jan - 11:03 (2016)    Sujet du message: Une autre société: Humanisme, égalité... Répondre en citant

Neverime a écrit:
Oui l'homosexualité est une chose normale présente dans la nature

Puis-je poster un autre texte nettement plus long et d'un genre différent?^^

Je ne suis pas sure que que soit naturel.
La nature ne veut que la reproduction. Le reste n'est pas naturel. C'est juste quelque chose d'imprévu.

Oui, bien sûr, tu peux publier ici librement.
Pas contre, si tu le fais dans le cadre du forum c'est encore mieux (apostasie et libération des musulmans) 

Bon week-end. :smile)


Revenir en haut
Neverime
Membres d'honneur


Hors ligne

Inscrit le: 29 Juil 2015
Messages: 162
Localisation: Entre deux univers
Emploi: écrire quand c'est possible
Loisirs: faire le no life... (sortir parfois.)
Masculin
Point(s): 660
Moyenne de points: 4,07

MessagePosté le: Sam 23 Jan - 13:25 (2016)    Sujet du message: Une autre société: Humanisme, égalité... Répondre en citant

Merci.

Je pense que ce qui va suivre sera plus dans le thème du forum... pas sûr...

Pour l'homosexualité, au final, naturel ou pas, pourquoi s'en soucier et pourquoi les haïr?

Il en a toujours existé. Les tuer n'y changera rien.


C'est pour ça que la religion c'est mauvais. On peut trouver des excuses du genre "faut lire les textes" seulement, même avec les prétentions "oui mais c'est dé la compassion" et tout le blablatage derrière... aucune société construite sur une religion ne peut être bonne.

Une religion je le dis toujours, c'est tout ou rien. Tu as les modérés qui ne veulent pas du mal que représente leur doctrine, qui sont dans une fuite en avant et je trouve ça triste, tragique, que les gens soient tellement trompés, manipulé, qu'on leur a tellement mentis et montré de fausses "vérités" qu'ils se raccrochent à une religion et la croyance que c'est "bien."

C'est terrible je trouve... car avec une Vérité enfin révélée, établie... il pourrait y avoir de plus gros changements, plus vite et de plus grands mouvement de foules, de plus grands groupes de personnes qui agiraient et alerteraient les autres...

Voici le texte qui suit, je sais pas trop ce qui va en ressortir, les éventuels thème que tu peux trouver dedans ou que d'autres personnes peuvent y voir...

J'ignore si ce sera plus en lien avec le forum...?



p { margin-bottom: 0.25cm; line-height: 120%; }
Les Seuls Humanistes. 

 

 

 

 
Année 2008 du calendrier illégitime. 
Année 72 du vrai calendrier légitime. 

 

 

 

 

 

 
Asmina vivait en France en attendant que son amoureux obtienne la nationalité de son pays. Elle ne s'était jamais sentie exclue sur sa terre natale. Troisième génération née sur le sol de sa mère patrie qu'elle aimait, il s'agissait d'une fière patriote prête à se battre pour défendre ses valeurs. La jeune femme haïssait ses ennemis qui voulaient s'imposer sur son territoire et lui voler sa terre.  

 
Alex, son aimé, devait faire face à sa famille car sa femme n'était pas blanche, une « française de souche » une « bonne chrétienne. » Ce qui le touchait d'autant plus que du côté de sa dulcinée ils l'acceptaient sans encombre et l'adoptèrent même très vite. La question demeura longtemps dans sons esprit avant de comprendre les réponses. Il saisissait mieux les différences fondamentales entre la France, l'occident, le reste du monde et cette nation ainsi que ses alliés. 

 
Le fort soleil du sud se faisait déjà sentir autant que l'été. Ils louaient une modeste habitation non loin d'une ville. Ils avaient un petit jardin où ils y cultivaient quelques fruits et légumes. Alors que sa chère Asmina préparait une salade « Ancienne » faite de diverses plantes, de maïs multi-variétal et de deux vers différents, on sonna à la porte de leur appartement. 

 
Son compagnon partit ouvrir tandis qu'elle ne put s'empêcher de prendre une tranche de saucisson pur porc. Alex se retrouva nez à nez avec son frère ainsi que sa mère toujours sévère dans son attitude. Tendus, ils le saluèrent de leur mieux tandis que le jeune homme les laissa entrer.  

 
Je vais mettre deux couverts si vous souhaitez prendre un repas. 

 
Elle eut une vive envie de refuser mais voir la compagne de son fils s'interrompre à leur arrivée avec la tranche de saucisson à moitié entamée la surprit. 

 
C'est du porc ? 

 
Bonjour… c'est produit localement chez nous. Un élevage en plein air où ils ont pris le temps pour que la viande se fasse bien. Ceux qui m'insultent parce que j'en mange sont des bêtes immondes qui ne méritent que mon mépris. Ils ne valent rien et ils en sont rien pour dire ce que je dois faire. 

 
Je ne savais que pas ta… femme, était aussi extrême… 

 
Maman… je comprends Asmina. Elle n'a pas tort de se défendre contre ses ennemis. Pourquoi devrait-elle se soumettre à ces êtres répugnants ? Installez-vous, nous aurons du temps pour en. Par contre, je vais préparer une autre salade, je doute que les vers de palmier vous feront envie. 

 
Son frère, plus jeune mais plus grand de quelques centimètres, cheveux nettement plus courts que les siens, un visage davantage carré, des yeux bruns, avait du mal à le reconnaître. Alex ajouta deux couverts puis les dessous de plats. 

 
Nous allons trier, inutile d'en faire un autre. Mon fils tu… tu as tellement changé après ton départ. On ne te reconnaît plus. Toi qui aimais la France chrétienne et la défendait… 

 
Je ne vous ai pas trahis. J'ai juste trouvé mon chemin. Maintenant, parler des communautarismes islamistes et faire ce que vous leur reprochez est hypocrite. Parce que je suis né en France, un « français de souche » comme vous dites alors je devrais forcément vous suivre ? Et que devrait dire Asmina ? Parce que ses arrières grand-parents étaient musulmans alors elle devrait se convertir?  

 
Son aimée apporta les mets sur la table puis l'eau et le vin, un rosé vivement coloré. Avant de continuer ils se servirent tour à tour. Son frère et sa mère évitèrent de prendre les vers de palmier.  

 
Tu es quand même français et on ne change pas de couleur que je sache... 

 
Julien… crois-tu que les gens se limitent à ça chez Asmina ? Sa mère est métissée, elle est à moitié névérime. Il faudrait un jour se poser les bonnes questions ou alors chercher les bonnes réponses. Ils les ont trouvés puisque, visiblement, chez eux l'intégration n'est pas un problème, c'est carrément de l'assimilation et autant dire que je m'y sens comme chez moi là-bas sans y être né.  

 
Ils parlaient et mangeaient leur salade en même temps. Chacun se servait des huiles végétales et du du vinaigre disposés sur la table afin d'accompagner leur assiette. Mais ses paroles les crispait, ils les recevaient comme des attaques. Asmina répondit également. 

 
Je ne serais pas à ma place, ni chez moi, si j'avais rejeté mon pays, ma culture autant que toutes ses belles valeurs que j'aime et qui me sont si chères. Mes parents ne sont pas musulmans et nous ne reconnaissons qu'une seule culture comme étant à nous. Pourquoi je devrais adhérer à quelque chose qui m'est étranger et me dégoûte quand j'apprends ce que ça fait ailleurs ? Pourquoi faudrait-il m'y résoudre alors que mes valeurs, la culture que je connais, est si opposée, tellement meilleure, tellement plus belle et honorable ? Alex ne veut pas être contre vous ni devenir l'ennemi du monde mais juste vivre en paix. Pourtant les agressions viennent presque toujours de l'extérieur, il est extrêmement rare que ce soit l'inverse. 

 
Vous préférez me voir vivre là-bas et avoir un avenir ou survivre ici avec un avenir incertain ? J'étais venu chez eux avec des préjugés, toutes sortes de clichés et d'idées reçues. Asmina travaillait dans un petit restaurant quand on s'est rencontrés. Quatre ans se sont écoulées… elle m'a aidé à trouver un travail pour que je reste plus longtemps puis je suis revenu dès que j'ai pu après mes retours en France. 

 
Son frère essayât de détendre un peu l'atmosphère, de désamorcer la situation car il voyait sa mère tendue, animée par une colère qui pouvait exploser à tous moments. 

 
Je veux bien goûter ces… vers. Vous semblez vous régaler avec ces bestioles... 

 
Engloutissant une fourchette de cette nourriture inhabituelle avec une indifférence étonnante, il conseilla son frère toujours curieux envers les aliments même aussi… « exotiques. » 

 
Mmm… ils sont pas mal ou alors tu en as d'autres. Là ce sont des larves d'origines africaines dans ce petit bol que nous avons mis à part. Ils ont refait des environnements sous serres pour en faire des élevages. On peut les produire sur place. Elles sont presque autonomes pour toutes leurs ressources ce qui limite leur impact environnemental qui souvent est infime voir nul. 

 
Je vous rassure, nous ne sommes pas ces prétendus « écolos. » Notre politique a pour principal objectif de permettre aux générations futures de pouvoir vivre de façon descente, de leur transmettre le meilleurs habitat possible. Alex ? 

 
Oh, oui, c'est vrai, il faudrait leur en parler. Nous aimerions fonder un foyer. La nouvelle ne doit pas vous enchanter...  

 
Sa mère prit ses grands airs, braquée contre lui. Elle le jaugeait d'un air suspicieux comme s'il faisait partie d'un groupe nuisible et dangereux, comme s'il était un « traître. » 

 
Tu n'es pas devenu athée quand même ! Jusqu'à quel point ils vont t'égarer ! Tu dois arrêter tout ça, c'est de la folie, tu n'as pas le droit de renier notre religion catholique ! Nous t'avons élevé dans le droit chemin… 

 
J'ai trouvé mon propre chemin, je ne suis pas perdu bien au contraire. Ma voix est saine, pleine de vie, de lumière. Je ne suis plus dans ta communauté hostile au vrai progrès, anti humanisme et je te parle bien de progrès réel, pas de ce que ces salopards avancent comme tel alors que ça ne sert qu'à tout détruire. Vendre et consommer toujours plus même au détriment de l'être humain, de toutes vies, même si ça nous fait tout perdre. Je sais de quoi je parle, j'y suis allez, j'y ai passé du temps, je les ai vu, entendu et côtoyé. Ces gens n'ont pas de dieu, ne tolèrent pas de religions chez eux mais ils ont une morale, une éthique, des valeurs, une culture. Pourquoi ont-ils si peu de problèmes alors que l'occident est aussi malade ? 

 
Ils vouent un culte au diable !  

 
Vraiment, nous sommes si monstrueux que vous le prétendez ? Avons-nous colonisé les autres, fait des esclaves, des trafiques humains ? Qui laisse les réseaux de prostitution les envahir avec toutes les dérives et les ignominies que cela sous-entend ? Qui laisse toutes sortes de sites porno les envahir même les plus ignobles ? Qui se fait envahir physiquement et idéologiquement par l'usure ou les religions de haine et de guerre ? Pour en venir à ça vos sociétés doivent vraiment êtres perdues et à la dérive. Sommes-nous liés à l'usure ou est-elle pratiquée directement ou de façon détournée comme avec les banques islamistes ? Non, rien de tel n'est tolérer chez nous. 

 
Alex préférait laisser faire, comprenant qu'il ne serait jamais possible qu'ils puissent un jour s'ouvrir ou comprendre ce qu'on leur disait. Sa mère se leva de table, un regard fou de colère dans lequel brûlait un feu haineux, mauvais et méprisant. Dans son ultime et lâche fuite en avant, se retranchant dans ses convictions insensées et infondées, elle lançât avant de partir : « tout est marqué dans les saintes écritures et tout vous décrit parfaitement, c'est tout ! » 

 
Nous attendons toujours vos prétendues preuves et vos arguments qui sont juste inexistants. Vos échecs sont la preuve de vos erreurs. Nos réussites sont les preuves que nous avons raison. 

 
Un air désolé, son frère paraissait tout à coup troublé, tiraillé entre rester pour discuter ou suivre sa mère monarchiste qui ne voulait rien entendre. Il décidât de faire un pas, serrant la main de la jeune femme et celle de son frère, acquiesçant comme pour dire « je reviendrai. » 

 
Deux heures plus tard, ils sortaient en ville pour une marche dont leur corps avait besoin pour se détendre. Vêtue d'une ample robe bleu marine arrivant à mi-cuisses, ni vulgaire ni provocante, elle marchait d'un pas assuré, fière, tenant son homme main dans la main, bras croisés. Plutôt élégante dans sa tenue, élancée, son corps fin dégageait force et santé et elle regardait souvent les filles maigres présentées comme « top modèles » avec un sentiment de répulsion non dissimulé. 

 
Elle se portait nettement mieux que les victimes d'un système dénaturé, déshumanisé, qui n'avait aucune limite. La jeune femme appréciait beaucoup sa poitrine quelque peu menue, se mettait en avant avec ce qui pour elle était un atout. Alex comprenait son aimée.  

 
Il se savait aussi en sécurité aux côtés de sa femme. S'en prendre à l'un de deux reviendrait à attaquer toute leur famille. Menacer ces gens était la pire chose à faire, voir une idée suicidaire. Tant qu'on ne les agressait pas ils se montraient neutres ou sympathiques mais une fois menacés, une fois agressé, ils ripostaient impitoyablement contre leurs agresseurs devenus leurs ennemis. La robe de son aimée arborait un léger décolleté qui était bien loin de l'exhibition qui agressait. Ses doux et longs cheveux sombres suivaient son avancée. 

 
Des fantômes les croisèrent à certains moments, suscitant un regard courroucé de la part d'Asmina qui suivait ces spectres avec une vive intention de déchirer ces choses salissantes qui les couvraient avant de les brûler. Alex finit par s'inquiéter. Des furies seins nus virent les provoquer et plusieurs furent tuées par une foule en colère qui ripostait contre une invasion, une agression.  

 
Une femme voilée vint les provoquer à son tour et connut le même sort que les furies seins nus. Quand la France et d'autres pays d'Europe commencèrent à s'en mêler, les représentants de la nation d'Asmina ne donnèrent à la France que le choix entre se taire ou une guerre.  

 
Après leur marche le frère de son aimé appela pour revenir. Un quart d'heure plus tard, il toquât à la porte puis une fois assis autour d'une table, discutèrent durant plus de deux heures. Ils essayaient de lui ouvrir l'esprit, d'élargir son champ de vision, sur une nation et ses alliés dont il ne connaissait d'eux que des mensonges, des propagandes, des insultes et des accusations infondés. 

 
Est-ce vrai… que vous ne tolérez pas l'usure dans vos pays ? 

 
Oui, c'est exact. Vous comprenez mieux pourquoi l'occident ne veut pas nous rejoindre ? 

 
J'en sais rien… c'est sûr que les intérêts de certains sont menacés. Dans ces conditions, comment ne pas comprendre. Je comprends aussi pourquoi les sionistes vous haïssent plus que tous les autres. Ils ne peuvent rien faire contre vous. Ils n'ont aucune emprise et le nombre de ceux qui vous suivent ne cesse d'augmenter. 

 
Je voulais savoir, le mariage pour tous n'existe pas chez vous ? Pourquoi vous êtes contre ? Les couples homosexuels peuvent pourtant vivre ensemble, adopter et les femmes peuvent êtres mères avec une tutrice légale à ses côtés, sa compagne. 

 
C'est une humiliation pour les homosexuels, un affront qui leur est fait. Encore une foi, il faut faire quelque chose qui est à part, juste pour eux, comme s'ils étaient en marge d'une société. Les lois sur l'égalité sont une absurdité, stupides et insensées. Notre modèle égalitaire et humaniste n'a pas besoin de ça. Les lois établies prennent hommes et femmes en considération égale ou équivalentes, adaptées dans certains cas puisque les femmes ne sont pas des hommes et les hommes ne sont pas des femmes. Il n'y a pas de mariage de notre côté. C'est contre nature, anti naturel. 

 
La virilité est mal vue chez vous, c'est une vérité ou un mensonge ? 

 
C'est une chose qui nous échappe, qui n'a pas sa place en plus d'être sans intérêt. Est-ce pour autant que les hommes se féminisent ou que les femmes masculinisent ? Non, nous gardons nos identités de femmes et d'hommes. Bien que femmes et hommes aient une forme d'intelligence plus ou moins différentes elles sont parfaitement comparables, elles se complètent ou se compensent. Cette différence est une de nos forces. Aucune des deux intelligence n'est supérieure à l'autre et l'on peut avoir des très bons résultats des deux côtés dans des proportions qui varient selon divers paramètres. 

 
Je ne comprends pas… vous êtes pour l'égalité alors pourquoi vous dites ne pas êtres féministes ? 

 
Parce que c'est une porte ouverte à des dérives intolérables comme le matriarcat, la théorie du genre ou encore la haine contre les hommes ainsi que l'anti famille. Il n'existe pas de valeurs réellement compatibles avec les nôtres, harmonie dans la famille, complicité et communication entre hommes et femmes dans les couples sont une réalité chez nous. Parce que nous sommes avant tout des êtres humains, que cette humanité est notre nature commune, un pont entre les individus, les hommes et les femmes, tout fonctionne nettement mieux dans nos sociétés que n'importe où ailleurs et il n'existe aucune sociétés autres que les nôtres qui soient égales ou s'en rapprochent. 

 
Je vois… ça explique pourquoi certains disent que vos sociétés sont les plus saines et les plus stables que l'humanité ait connu. Vous n'êtes pas orgueilleux en le disant. Vous seriez vraiment le seul chemin à suivre ? Je voudrais venir voir par moi-même. Ça paraît dingue de ma part, en plus avec ma remarque de tout à l'heure, mais je me suis dis que ça n'était pas possible, qu'il y avait forcément une erreur quelque part, que j'ai loupé quelque chose. 

 
Nous détestons l'orgueil comme celui des fanatiques religieux qui n'ont jamais dit aucune vérité et toujours faits que mentir. Nous préférons les faits irréfutables plutôt que la propagande infâme des ignares incultes qui s'imposent avec violence, intolérance et beaucoup de haine. Ils ne font que récolter ce qu'ils sèment donc qu'ils cessent de se plaindre. Si demain je me drogue et bois beaucoup trop en conduisant après et que je roule à une allure très élevée pour finir dans un mur, je n'aurais pas le droit de me plaindre. Nous sommes juste le seul chemin à suivre mais ça ne veut pas dire qu'un autre ne peut être envisagé. On peut même penser par la suite à créer une autre voix. C'est ce que l'on appel rester humble, simple et ouvert dans l'acceptation de nos éventuelles erreurs. 

 
Si tout ce que tu dis est vrais… les peuples fiers, orgueilleux, envahisseurs, agresseurs, ne peuvent que se briser contre vos frontières. C'est d'ailleurs ce qui s'est toujours passé,non ? Vos lois datent du temps où de plus en plus de catholiques, fervents conservateurs monarchistes et traditionalistes, sont venus chez vous dans le but de vous convertir. J'ai toujours une haine contre votre pays pour nous avoir fichus dehors. Nous vous haïssons parce que vous n'avez pas tolérés que l'on viennes dans un de vos pays pour le noyauter, l'envahir, le détruire. C'était une guerre et c'est toujours d'actualité dans nos mentalités. Du moins, pour les conservateurs et surtout, les monarchistes. 

 
Tu connais l'histoire sur la version officielle de groupes obscurantistes qui se sont faits passer pour des victimes alors qu'ils sont venus en tant qu'envahisseurs, en tant qu'agresseurs. Que dirais-tu un jour de connaître la version véritable des faits, ni officielle ni officieuse, directement issues des archives, des témoignages, de la source même des informations ? Rie ne presse, prends ton temps. 

 
Très bien, je vais y réfléchir… en tout cas, vos lois datent de cette époque et vous protègent désormais de vos ennemis qui voudraient… prendre votre pays avec le ventre des femmes pour remplacer les fusils. 

 
Piquée au vif, Asmina réagit au quart de tour, son instinct territorial, patriotique, prenant le dessus car savoir ce qui se passait ailleurs la poussait à se retrancher encore plus sur ses positions. 

 
Ce sont nos fusil qui les abattent quand ils essaient de nous détruire. Si la loi de l'état n'est pas suffisante, alors la loi de Légitime Défense et de Justice prend le relais avec celle de l'état derrière et bien sûr la nation qui s'engage également. Qu'ils soient stérilisés ou exterminés. Nous ne sommes pas l'Occident, nous ne cédons rien à nos ennemis peu importe ce qu'ils sont. 

 
Concluant la discussion avant de partir, adressant un sourire confiant à son frère, il lui serra la main et vint faire la bise à une femme qu'il ne pouvait que respecter en dépit de leurs différences. 

 
Je vous dis à plus tard et surtout, soyez heureux, fondez une famille et… défendez ce qui vous est cher, ce qu'on veut vous prendre. Tues vos ennemis où qu'ils soient, sans pitié et sans répit. 

 

 

 
... 


Revenir en haut
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 7 864
Localisation: Paradis d'Allah
Emploi: empêcheur de tourner en rond
Loisirs: amour toujours
Masculin
Point(s): 27 032
Moyenne de points: 3,44

MessagePosté le: Dim 6 Mar - 19:08 (2016)    Sujet du message: Une autre société: Humanisme, égalité... Répondre en citant

LA RECTITUDE POLITIQUE TUE…
Les dangereux effets de notre silence sur nous-mêmes.  
William Kilpatrick
Adaptation  
Thérèse Zrihen-Dvir  
J’eus froid dans le dos à l’instant où j’ai posé mon regard sur eux. Je sentis aussi mon estomac se serrer et puis, bien sûr, je me suis donné une claque de bonne politique ... Je pensais : «Mon Dieu, Michael, ce ne sont là que quelques hommes d'affaires arabes ».

C’était Michael Tuohey, l'étiqueteur au bureau d'enregistrement des US Airways à Portland qui se souvenait de sa rencontre avec Mohammed Atta dans la matinée du 11 Septembre, 2001. Pour Tuohey, la peur d'être politiquement incorrect était supérieure à celle, instinctive qu’il avait submergé. Mieux vaut prendre le risque à distance d'un acte terroriste que celui plus immédiat d'être pris pour un bigot. On pourrait penser que l’expérience du 9/11 aurait mis fin à la rectitude politique, au moins en ce qui concerne l'Islam. Mais ce ne fut jamais le cas. En guise, les forces de la rectitude politique se sont renforcées et ont formé un anneau de protection autour de l'islam, ce qui le rend pratiquement à l'abri de toute critique. Vous pouvez, bien sûr, critiquer les groupes terroristes, les kamikazes et les djihadistes, comme loup solitaire tout le temps que vous soulignez que leurs actions n’ont rien à voir avec l'islam. Suggérer que les terroristes ont été inspirés par l'islam lui-même et vous vous retrouvez sur un toit brûlant et peut-être même trainé en justice.

Le 9/11 n'a pas été la dernière fois qu’un peu moins de rectitude politique aurait pu sauver le jour. Prenez le massacre de 2009 à Fort Hood. Le major Nidal Hasan était connu dans les collègues des officiers pour son engouement du djihad pendant des années avant qu’il ne lance son attaque meurtrière. Pourtant, les responsables avaient échoué à le signaler par crainte d'être stigmatisés comme bigots. Même après le massacre, l'armée, les médias et l'administration ont travaillé énergiquement pour couvrir la dévotion de Hasan à l'Islam. Son attaque, nous ont-ils informés, était tout simplement un cas de violence au sein du travail.

En Angleterre, entre-temps, un autre maquillage de la mauvaise conduite musulmane se perpétuant sur une décennie, ne sera pas dévoilé pour cinq ans encore. Au cours d'une période de quinze ans, plus de 1400 filles dans la ville de Rotherham ont été séquestrées, violées, et négociées par des gangs pakistanais. La police, les autorités municipales et les organismes de protection de l'enfance connaissaient les viols, mais ne disaient rien de peur qu'ils soient soumis à des accusations de «racisme» et «l'islamophobie» s’ils impliquaient des Pakistanais. Les couvertures du politiquement correct sont devenues la norme en Europe. A 2014 un maquillage des agressions sexuelles par des jeunes Afghans lors d'un festival de la jeunesse de Stockholm n'a été révélé que deux ans plus tard. La police a expliqué qu'elle avait retenu l'information par crainte d'enflammer la colère contre les réfugiés et aussi parce que l'information «jouerait entre les mains des Démocrates suédois » (un Parti anti-immigration). Selon un rapport, la police suédoise avait dissimulé plus de 5000 incidents impliquant des réfugiés pendant 2015.
Les médias ont également été réticents à émettre un rapport sur l'étendue de la criminalité des immigrants. Les agressions sexuelles de masse en dehors de la gare de Cologne pendant le réveillon du Nouvel An ont été ignorées par les médias pendant plusieurs jours après que les crimes aient été commis. Ce ne fut seulement qu’après une avalanche de protestations des médias sociaux que la presse avait tardivement et à contrecœur couvert l'histoire.
Le black-out médiatique sur les nouvelles politiquement incorrectes a rendu extrêmement difficile aux Européens la compréhension du gâchis où ils se trouvent. Les anglais qui comptaient sur les principaux médias d'information savaient peu, sinon rien, à propos de l'épidémie de viol qui a balayé de nombreuses parties de la Grande-Bretagne. Et les Suédois qui dépendaient pour leurs news de la presse orwellienne de la Suède sont restés parfaitement ignorants du fait que l'immigration avait viré leur utopie socialiste en capitale du viol de l'hémisphère Nord.
Si ce n’était pas à cause des médias sociaux, les Européens auraient pu assimiler un tant soit peu l'ampleur de l'immigration musulmane et le taux de criminalité élevé qui en résultent. Quelle pensée était derrière la prise de mesures sévères sur le mauvais usage de l’Internet par la police européenne ? En Écosse, un homme a été récemment arrêté pour des commentaires négatifs sur Facebook à propos de l'arrivée des réfugiés sur sa petite île. Il craignait que l'île de Bute, avec une population d'environ 6.500 personnes n’appréhende l’arrivée de 1000 migrants syriens. Étant donné les mathématiques, les préoccupations de l'homme semblent justifiées. La situation rappelle un film des années 1950 intitulé Tight Little Island qui, par coïncidence, concerne également une petite île au large des côtes de l'Écosse. Le problème fictif auquel la communauté insulaire se confrontait diffère quelque peu de celui auquel font face les habitants de Bute : Ils sont à court de whisky. Mais, en y réfléchissant, le whisky serait peut-être bientôt en pénurie si les réfugiés parviennent à imposer leurs manières sobres sur la population locale. En tout état de cause, la maréchaussée n'a pas été amusée par l’annonce sur Facebook. L'inspecteur de police du district avait mis en garde, « Je souhaite que l'arrestation de cette personne envoie un message clair que la police écossaise ne tolérera aucune forme d'activité qui incite à la haine et provoque des commentaires offensifs sur les médias sociaux ».
Au Danemark, les fonctionnaires envoyaient des messages aussi clairs analogues. Un tribunal de district a condamné à une amende un homme qui avait diffusé sur sa page Facebook des propos « insultants et dégradants envers les adeptes de l'Islam » : L'idéologie de l'islam est aussi odieuse, dégoûtante, oppressive et misanthrope que le nazisme. L'immigration massive des islamistes au Danemark est la chose la plus dévastatrice qui puisse arriver à la société danoise dans l'histoire récente.
De dures paroles ? Oui. Mais pas plus sévères que celles qui avaient été quotidiennement émises sur le catholicisme dans les journaux occidentaux quand le scandale du viol perpétré par un prêtre avait été révélé en 2002. Pourtant, personne n'avait suggéré que les critiques du catholicisme soient arrêtés ou condamnés à une amende. La différence est que personne ne craint des émeutes de catholiques en réponse. En revanche, la dernière fois que les musulmans s’étaient sentis offensés au Danemark, le résultat avait été des émeutes dans le monde entier avec plus de 200 morts. Ainsi, au Danemark, les sensibilités des musulmans constituent un droit de veto préventif sur la liberté d'expression.
La même chose est valable sur la terre de la liberté, égalité, fraternité. Prenons le cas de Guy Pages, un prêtre français. La police française a arrêté le père Pages et a fermé son site Islam-et-vérité (Islam and Truth) pour avoir posté des photos de ceux qui avaient été assassinés au théâtre Bataclan lors du massacre de Novembre dernier à Paris. Il est probable que le contenu écrit de son site web ait également été un facteur pour son arrestation. Lors d'une récente interview avec le site Pologne Chrétienne (Polina Christiana), le prêtre Pages équivalait l’Islam à l'Antéchrist : Les non-musulmans doivent donc comprendre que s'ils rejettent le Christ, ils auront l'Antéchrist. Le développement de l'Islam en Occident est une punition difficile pour apostasie.
Les Européens seraient-ils punis par Dieu pour leur apostasie ? L'islam est-il Antéchrist ? Il semble que les fonctionnaires français n’ont aucun pouvoir de répondre à ces questions. Pourtant, les tribunaux français ainsi que d'autres juridictions européennes ont en effet pris sur eux la loi de la défense du blasphème des règles de l'Islam, qui sont si vaguement interprétées que toute critique de l'islam pourrait être considérée comme criminelle. Le prêtre Pages n’est pas le premier à aller à l'encontre de cette mentalité. De nombreux Européens éminents dont Geert Wilders, Oriana Fallaci, et Lars Hedegaard ont été trainés en justice pour ce qui, dans un âge plus précoce aurait été appelé hérésie. Ils croyaient offrir des critiques valables, fondées sur des preuves de l'Islam, mais du point de vue islamique ils étaient coupables de blasphème. Et la plupart des tribunaux européens sont d’accord là-dessus.
Wilders, Fallaci et Hedegaard ont tous souligné les menaces évidentes qui accompagnent la propagation de l'Islam. Mais la règle en Europe est, « si vous ne pouvez pas dire quelque chose d’agréable sur l'Islam, fermez-là.» Les trois ont passé des années à se défendre dans diverses juridictions européennes, et Fallaci a finalement fui en Amérique pour échapper aux poursuites. La leçon pour encourager les autres ? Ne pas basculer le bateau multiculturel ou vous serez le prochain à être mis à quai.
La justification de la défense des fictions du politiquement correct ressemble à ceci : Si vous pointez du doigt les aspects cruels et totalitaires de l'islam, cela ne fera qu’exciter davantage les musulmans déjà irritables et offensera également les musulmans modérés à tel point qu'ils n’auront d'autre choix que de recourir à la violence. L'argument est, bien sûr, une reconnaissance tacite que l'islam n’est pas une religion pacifique. Si ses membres sont si facilement enclins à la violence, il suggère fortement que la violence est l'inclination naturelle de l'Islam. Ce qui est le cas, alors aucune quantité d'apaisement non-offensive ne pourra arrêter la violence.
Il n'y a pas beaucoup de preuves que le maintien d'un silence poli sur l'islam empêcherait la propagation du radicalisme. Le nœud coulant de la rectitude politique a tendance à se resserrer davantage autour de la gorge des citoyens ordinaires, alors que les rangs des radicaux ne feront qu'augmenter. Actuellement, le silence de l'Occident imposé en lui-même sur la nature radicale de l'Islam assure la propagation du radicalisme.
Récemment, le département de la police de New York a reçu l’ordre d’un tribunal des États-Unis de démonter de son site Web un rapport intitulé « La radicalisation de l’Occident. La menace grossissante de maison ». Selon les experts, le rapport « était essentiel au Ministère pour la compréhension de l'Islam radical et ses efforts pour contrôler la menace ». Les groupes musulmans de défense avaient déjà appuyé avec succès une purge du matériel de formation de renseignements utilisés par les agences de renseignement américaines. Maintenant la police de New York va devoir également porter des œillères lors des enquêtes sur le terrorisme islamique. Ce sont de bonnes nouvelles si votre principale préoccupation est d'éviter d'offenser « la communauté musulmane ». Il suffit de se souvenir que le code de langage de «la communauté musulmane » pour le CAIR, l’ISNA, le MAS, et d'autres groupes musulmans de pression liés à la Confrérie musulmane qui utilisent le politiquement correct comme outil pour décourager l’examen de près des activités islamistes. Si, d'autre part, votre principal souci est une autre attaque terroriste à l'échelle du 9/11, les nouvelles ne sont pas si bonnes.
Au lieu de se soucier des effets que nos critiques sur l'Islam pourraient avoir sur les musulmans, il serait de loin préférable de se soucier des effets de notre silence sur nous-mêmes. Les règles de la rectitude politique étaient censées faire du monde un endroit moins menaçant, mais elles ont seulement aggravé le danger. Quand discuter des activités islamistes, devient onéreux, les gens apprennent à tenir leur langue. La sténose de rectitude politique sur le discours a créé un climat de peur qui inhibe la liberté d'expression et nous met tous en danger. On nous dit que nous ne devons pas crier «au feu» dans un théâtre bondé, mais si le théâtre est vraiment en feu, alors il est clairement de notre devoir de le crier.
Michael Tuohey, quatorze ans après s’être infligé une gifle de rectitude politique, une résidente de San Bernardino, voisine de Syed Farook et Tashfeen Malik, nourrissait quelques soupçons sur les activités menées dans leur maison. La voisine pensa en avertir la police, mais se ravisa, ne cherchant pas à se voir affublée d’un «profil racial».



Hormis la rectitude politique, le massacre de San Bernardino aurait pu être évité. Cela fait une longue période depuis 9/11, mais il semble que l’unique leçon que nous avons réellement apprise entre-temps est que le « silence est d'or ».
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Neverime
Membres d'honneur


Hors ligne

Inscrit le: 29 Juil 2015
Messages: 162
Localisation: Entre deux univers
Emploi: écrire quand c'est possible
Loisirs: faire le no life... (sortir parfois.)
Masculin
Point(s): 660
Moyenne de points: 4,07

MessagePosté le: Lun 16 Mai - 17:03 (2016)    Sujet du message: Une autre société: Humanisme, égalité... Répondre en citant

Voici un texte qui doit encore subir des améliorations, des corrections...

Vos critiques et vos remarques sont bienvenues.

Merci d'avoir pris le temps de lire.




Humanisme Véritable et Vérité VS infamie de l'ordre moral.





Que se passerait-il si enfin la Vérité était dite, si elle se retrouvait illustrée face aux mensonges ? Même dans ces conditions, les êtres hideux à l'esprit malade continueraient leurs infamie, de faire passer le mal pour le bien et le bien pour le mal, le juste pour l'injuste, l'injuste pour le juste, la Vérité pour le mensonge et le mensonge pour la Vérité…

Mais au moins, certes, dans une fiction, ils auraient quelque chose pour leur tenir tête, montrer ce qu'ils sont, dire ce qui est, laisser choisir d'emprunter ou non un autre chemin que tous ceux qui existent avec tant de prétentions et d'orgueil accompagné d'hypocrisie. Le chemin du bien, de la paix, de la justice… celui d'un vrai humanisme vraiment athée et non d'une ignominie toxique.

Qui seraient ces gens, à quoi ressembleraient-ils, quelles seraient leurs valeurs, leur culture, leur perception du monde autour d'eux ? Qu'en diraient-ils ?

Laisser le choix ou l'interdire. Dans un cas c'est une sainte liberté sacrée à mesurer, raisonner avec une grande responsabilité, dans l'autre c'est une mal absolu à éradiquer, une tyrannie coupable de presque tous les maux, de la grande majorité crimes et d'atrocités dans dans ce monde et dans celui de cette fiction.


Il faut remettre les choses en ordre, à leur place, démentir, dire la Vérité, montrer le mal sous ses différents aspects, le mettre à nu en laissant après choisir aux gens de le voir ou de continuer à se cacher, à se mentir à eux-même, de nier l'évidence.

Mais ils n'auront pas à se plaindre par la suite si quelque chose leur arrive car ils auront été avertis.

Ils seront décapités, brûlés… et ils ne mériteront rien d'autre que d'être massacrés par la monarchie peu importe la religion derrière car tels sont les enseignement religieux : la fin légitime tous les moyens contre tous ceux qui refusent de se soumettre/convertir à la tyrannie totalitaire.





Année 1954 du calendrier illégitime en France (seconde guerre mondiale terminée depuis 1942 contre le régime nazi et 1944 contre le régime communiste de l'URSS.) (Les nations de l'Alliance Vie, ou Alliance Humaniste, dépassaient déjà en connaissances, technologies et sciences les plus importantes puissances du monde.)

(Il existe quand même un bloc de l'est et de l'ouest mais l'Allemagne est restée libre, indépendante, sans l'occupation d'autres pays que ceux qui ont vaincus un monstrueux régime.)

Ils sont en l'année 36 du calendrier légitime (36 ans après avoir lancé le premier objet dans l'espace.)





Quelque part vers le nord de la France sur la terrasse d'un café durant une journée ensoleillée, assise à une table, elle surveillait son enfant qui dormait dans un berceau bleu marine. Lisant un ouvrage traitant sur le fonctionnement de l'univers dans l'infiniment grand et l'infiniment petit, son cerveau se nourrissait de connaissances avec un intérêt et un appétit non dissimulés. Des filles en uniformes très caractéristiques arrivèrent et les mauvais regards se braquèrent immédiatement sur elles.

Des filles perdues, c'était ainsi qu'ils le nommaient, conformément à l'ordre moral religieux, la mentalité chrétienne, les fameuses valeurs chrétiennes dotés des meilleures vertus pour détruire des vies surtout celles des femmes ou des jeunes filles.

Vêtue d'une ample robe verte claire arrivant légèrement plus haut que ses genoux en dévoilant ses bras, sans doute la l'avaient-ils jugé « iridescente » ces êtres primaires aux capacités cérébrales réduites. Considérée comme une fille sale, vicieuse ou sans dignité par ces mauvaises langues aussi crasseuses que fourchues, elle leur présentait son indifférence, son mépris envers ces bêtes arriérés.

Ils dénigraient avec plaisir quand et sans limite ni la moindre intelligence, exhibition de ce qu'ils valaient autant que leurs simulacre de « valeurs. » Ses beaux cheveux châtains sombres entouraient gracieusement son cou en retombant jusqu'à sa poitrine d'ordinaire menue mais dont la naissance de du bébé avait augmenté le volume.

Ils avaient un nouvel os à ronger de leurs remarques salaces malfaisantes, malveillantes, typiques des mentalités liées à l'ordre moral, à un état d'esprit religieux conforme à la doctrine, aux dogmes. Elle n'en éprouvait que dégoût, dédain et répulsion pour « ça. » L'adolescente ne leur cachait pas son ressentis à leur égard, envers les horreurs qu'ils prônaient sans réfléchir sur ce qui était bien ou mal, bon ou mauvais, juste ou injuste. Ils 'imposaient toujours partout où ils allaient et se croyaient tout permis envers et contre tous ceux qui ne correspondaient pas à leurs critères religieux.

Quelqu'un s'assit à côté du berceau de l'adolescente ayant fêté ses seize ans quelques mois plus tôt. Il s'agissait de son père, un homme vif, élancé, sobrement accoutré d'atours agréables soulignant sa droiture morale, son caractère autant sérieux que décontracté. Cheveux noirs assez courts, yeux bleu turquoises, visage carré aux traits marqués et élégants avec une certaine finesse, il faisait aisément cinq ans de moins ou plus encore.

Par sa voix, douce, grave et énergique ou son allure, l'homme dégageait, vigueur et bonne santé. Il reçut en partie l'attention de sa chère fille car elle surveillait le berceau, cessant de lire afin d'écouter tout en gardant un œil sur son enfant.

–Salut ma chérie. Comment se passe ce voyage en France ?

Souriant, son doux et fin visage légèrement arrondis rayonnait de joie. Tout comme son père, elle vivait aussi heureuse qu'épanouie dans une vie dont elle profitait pleinement. Cela se ressentait dans leur attitude, leurs traits ou ce qui émanait de leur personne. Buvant quelques gorgées de sirop, elle répondit tranquillement. Certaines filles habillées de leur costume humiliant, dégradant, destiné à les exhiber telles des criminelles, des hontes, les écoutaient ou les observaient par moments.

–Salut papa. Oh, tu sais, il y a de beaux paysages, de belles choses à voir mais… ces monuments me paraissent usés comme si un grand poids pesait sur eux. Les ruines d'un passé soit révolu, soit n'étant que chimères fantasmes idéalisés aussi faux que virtuels. Sinon, mon amoureux est vraiment génial, présent pour notre bébé, notre Jessie, toujours plein d'attentions... il fait son devoir de père. Elle a l'air d'être bien avec nous et je n'en suis que plus heureuse, mon aimé aussi d'ailleurs. Oh, je te vois amusé à rire ainsi, qu'y a-t-il ?

–Disons que ton grand frère vit avec sa femme depuis deux ans maintenant, s'est allez vite entre eux mais d'un autre côté, ils se sont bien trouvés.

Amusée par cette remarque, elle comprenait ce qu'il voulait dire et ne pouvait qu'en rire sans se moquer ou qu'il y ait le moindre mauvais sentiment.

–C'est sûr, elle a huit ans de plus que lui et il en aura bientôt vingt-cinq dans à peine quelques mois. J'aime le Génération Famille car non seulement il fournit les informations sur sexualité, mais aussi sur la maternité. Il aide en cas de difficultés dans un couple ou dans l'éducation des enfants. Je ne regrette pas mon choix et ça c'est très bien passé parce que je l'ai eu. Ce n'est pas le cas quand une femme ou une fille comme moi est sauvagement abusée, forcée, donc violée, avec la culture de mort et de viol. Et ils gardent un silence complice ou celui du dénie, du mépris.

–Tu n'es ni une chose, ni une marchandise et certainement pas un vulgaire bout de viande. Tu n'es pas juste bonne à être engrossée. Te retrouver enfermée dans une maison, être soumise à un homme, rester sous sa tutelle, rien de tel pour engendrer des sociétés aussi barbares, primaire et médiocres dénuées de toute humanité avec quasiment aucune compassion. Nos valeur humanistes sont celles du bien, de l'empathie, faites pour protègent la famille et sont contraires donc à ce qui fait la base de la saleté dont ils sont si fiers en plus d'oser nommer cela une « morale. » Il ne faut pas s'étonner s'ils ont toujours été aussi misérables car leurs sociétés n'ont jamais reposé sur rien de bon, de viable, juste, intelligent et sensé. La source du mal, de leurs maux, reste ce qu'elle est, point final.

–Comme tu le dis papa, chez nous, la liberté de choisir a un sens, une réelle valeur, c'est sacré et il ne faut pas le toucher. C'est ce qui permet aussi de préserver la famille, de protéger d'innombrables femmes et filles de mon âge. Toutes les possibilités sont fournies par le Génération Famille. Ils ont le respect de la personne, de ce qu'elle choisit, raison pour laquelle quand je suis allez les voir en leur demandant des informations sur les risques liés à mon âge et les moyens existant pour les éviter ou les limiter, ils ont fait ce qu'ils devaient en me fournissant ce qui était demandé. Dans tous les cas ma décision ne revient qu'à moi et moi seule. Ça me revient naturellement et fondamentalement de droit et il ne peut y avoir aucun compromis là-dessus ni le moindre débat.

Elle se savait très chanceuse d'avoir un père aussi exemplaire, doté d'autant de bienveillance, de respect. Personne n'avait le droit de toucher à sa famille, encore moins avec des lois iniques meurtrières et destructrices que seuls des criminels souhaitaient. Combien d'autres filles n'avaient pas eu la chance d'avoir un homme un vrais, un père et non un vulgaire géniteur arriéré ? Elle avait une certaine compassion, éprouvait de la tristesse pour toutes ces filles ayant le malheur d'avoir un monstre en guise de « père.» Ils dominaient une mère soumise aux grossesses répétées, forcées, subit par pure résignation et fatalité. Une telle société ne méritait rien d'autre que d'être éradiquée, même par un autre fléau tout aussi immoral, monstrueux et d'une violence toute autant extrême.

–Il ne peut y avoir de débat sur ce qui est bien ou mal pour moi, bon ou mauvais pour moi, ma vie, le respect de ma dignité, de mon corps, de mon intimité, de mon intégrité. Tout ceci n'a quasiment aucune valeur pour eux puisque de toute façon ils décréteront toujours que je ne suis pas une personne, un être humain. Soit on me considère et me respect en tant que telle, donc je suis livre de choisir, soit on ne me considère pas comme un personne, un être humain, et on peut donc faire de moi un objet, on me chosifie, je ne suis plus qu'une esclave si ce n'est même encore moins que cela. Il n'existe qu'une seule Vérité et notre savoir, nos recherches, nos connaissances ne cessent d'y apporter des preuves indéniable, irréfutables et indiscutables.

Son père ajouta tout en se fichant des débiles avec leurs stupides regards haineux et incendiaires qui les fusillaient, les condamnaient. Mais ces individus détestables et méprisables, trop limités pour comprendre le sens de leurs propos, ne sortiraient jamais de leur ignorance, des clichés dans lesquels ils furent élevé bêtement. Pourquoi devraient-ils respecter alors qu'ils le traitaient de sous-homme féminisés ? Leur société se portait beaucoup mieux depuis le début grâces aux vraies valeurs authentiques de la famille, du véritable respect de la vie, du vrais Humanisme révélé. Cet Humanisme auquel le plus grande nombre semblait condamné à ne point pouvoir appréhender.

–Ils restent intolérants, virulents, menteurs, falsificateurs, manipulateurs, fermés. Le sujet est clos. Rien ni personne n'est en droit de s'en mêler, de faire ingérence dans les affaires de nos pays et encore moins dans ta vie, dans ton intimité. Ils seront obligés d'entrer en guerre contre nous, de massacrer des dizaines de millions d'honnêtes gens, d'envahir nos territoires, de remplacer nos populations, pour y établir leur infâme culture de violeur et de psychopathe misogyne.

Quelques murmures les entouraient mais ils n'en avaient cure. Les autres filles étaient ébahies de ce qu'elles entendaient tandis que les mauvaises langues, aussi crasseuses que les remarques qui fusaient sur la jeune mère et son père, déversaient leur bile avec toute leur morgue, leur haine injustifiée et injustifiable, ni légitime ni pourvue d'un quelconque fondement de valable.

Taxée de salope satanique, de chienne diabolique, de criminelle tueuse d'enfants, de garce immorale, et lui de salaud, de père indigne, d'irresponsable, de faible castré tenu en laisse par sa meurtrière de fille, ou encore accusé à tort d'être complice de meurtre, tout était permis sur ces deux honnêtes gens car la doctrine le permettait. Ils pouvaient les calomnier à tort, médire à leur encontre, mentir, les accuser de tous les maux, les diffamer, les salir, puisque les valeurs fondatrices de leur pays en donnaient le droit et ils en faisaient usage sans retenue.

Une femme enceinte, qui ne faisait pas ses trente trois ans, s'exclama joyeusement derrière le duo qui se retourna en les saluant joyeusement. Son homme était plus jeune. On ne donnait à peine que vingt-deux ou vingt-trois ans. Sa robe bleu claire descendait jusqu'à ses genoux, dévoilait également ses bras à la peau mate.

Ses beaux et longs cheveux noirs parcourus de quelques belles ondulations tombaient sur son dos, ses épaules ainsi que sur sa poitrine un peu plus volumineuse que la jeune maman assise à côté du berceau. Ses yeux verts, son visage plus rond que la jeune fille, ses traits plus francs, son expression agréable, la douceur qui en ressortait, tout chez elle envoyait du positif, le bien être, la joie de vivre.

Ils se tenaient par la main, bras enroulés, et défiaient la bêtise ambiante. Elle était plus grande que son compagnon dont le visage ressemblait fort à celui de son père assis à côté de sa petite sœur. Ses vêtements, un long jean bleu, une chemise blanche des plus élégantes, chaussé en conséquent de sa tenue, il arborait aussi une joie vivre qui grisait certains individus aux tables alentours, surtout les soit-disant « hommes » qui pourtant ne connaîtraient jamais un tel bien être.

Soit mariés par défaut, soit ayant une vie misérable dans un semblant de couple qui n'était qu'une lamentable façade, une image du paraître pour être bien perçus, voir ces deux individus aussi heureux, rayonner de bonheur, plus encore entre une femme plus grande et plus âgée que sont homme, exacerbait leur frustrations, ne les rendait que plus amers.

Cette vie si heureuse et épanouie était d'autant plus désagréable que la simple idée de voir ou savoir des couples fonctionnant aussi bien avec des valeurs contraires à celles qu'ils croyaient bêtement sans réfléchir ni se poser de questions, si parfaites, si bonnes, justes et sans alternatives possibles, suffisait à leur faire déverser des flots de virulences, de médisance, de saletés.

Ils ne supportaient pas de voir des gens si anormaux, tellement dépourvus de morale chrétienne, vivre dans une telle harmonie avec des valeurs aussi sales. Ni convertis, ni mariés, ils osaient en plus dénigrer l'ordre moral sans se gêner d'afficher leur mépris pour celui-ci ainsi que tous ses partisans avec un sentiment de légitimité des plus méprisant qu'il soit.

–Bonjour belle sœur, beau père et (se pencha doucement sur le berceau avec précautions puis, voyant l'enfant dormir, chuchote gentiment) bonjour petite étoile, chère nièce tant aimée.

–Bonjour à vous. Ma sœur, c'était à moi de commencer, là quand même, c'est pas du jeu !

Tout en s’asseyant ils rirent ensemble de la petite plaisanterie de Jean, ils se saluèrent avec joie. Hévie ne fut jamais ni jugée, ni condamnée ou dénigrée dans sa famille ou dans leur société pour avoir eu un enfant à son âge en plus de ne pas être mariée. La famille s'était réunie afin d'accueillir un enfant qui jamais n'y serait perçus comme le mal, un crime, un étranger, une honte, un déshonneur. Car telle était la morale chrétienne coupable de tant de souffrances et de vies ravagées.

Comment des gens intelligents, avec les valeurs du bien, des gens évolués, civilisés, d'un niveau si élevés et doté d'autant de compassion, de bonté, de bienveillance, de bon sens… tout le contraire de doctrines qui avaient l'affront de prétendre en ce qui leur était étranger, comment pouvaient-ils tolérer un telle laideur, une telle ignominie, la culture de mort anti famille et anti femme ?

Il n'y avais jamais rien eu de bon, de positif, dans aucune société religieuses surtout pour les femmes. Eux, des athées, décrits comme les pires monstres, les pires êtres qu'il puisse exister, les plus immoraux qu'il soit, avaient, dans leurs pays, toujours été bien meilleurs que bon nombre de religieux, bien plus encore que tous ceux qui les jugeaient avec leur manuel sectaire.

Jean et son aimé, Clarice, vivaient en paix dans leur pays sans que personne ne les jaugent d'un mauvais regard du fait qu'elle était plus âgée que son aimé. Leurs valeurs avaient toujours été les bonnes et leur prospérité, le bonheur dans leurs sociétés, le fait que pratiquement toutes les familles chez eux étaient heureuses, épanouis, non sans connaître parfois quelques difficultés et non sans nier la maigre minorité moins heureuse, parfois en souffrance, car il restaient honnêtes et tout ceci suffisait souvent à balayer tous les mensonges religieux, les calomnie religieuses à leur sujet.

Tout ceci ne faisait que plus exacerber la haine de divers religieux car ils leur montraient à quel point ils avaient tort, à quel point ils s'étaient toujours trompés, entêté dans l'erreur. Mais ils se croyaient, tel demeurait le problème… ils croyaient en des mensonges, en des chimères, fuyaient lâchement la réalité pour se réfugier dans un imaginaire où plus rien ne les atteignait, où ils ne faisaient qu'afficher leur plus totale indifférence face aux souffrances humaines qu'ils engendraient en rejettent toujours la faute sur autrui.

Comment des gens honnêtes, sensés, évolués, dotés d'une conscience, ayant une morale, pouvaient ne point éprouver de mépris pour ces êtres obscurs qui préféraient la médiocrité de leur doctrine, la facilité qu'elle leur enseignait, le dénie dont elle les affublait, à la raison, l'intelligence, le bon sens, la morale… ? Les regards amplis de haine et de mépris les fusillaient autant que les frustration et cette terrible aigreur inavouée car bien trop lourd à porter comme honte. Ils haïssaient le reflet de leur propre échec, l'image d'une réussite à qu'ils ne seraient jamais en mesure d'atteindre.

Il s'agissait d'une lumière qui mettait en évidence toutes leurs erreurs, leurs torts. Ils continuaient de sa mentir à eux-même, refusaient d'admettre la seule Vérité qui s'imposait à eux, cette si effroyable réalité qui les poursuivait, les avait déjà rattrapé et les rattraperait encore tant qu'ils resteraient dans les ténèbres qu'ils croyaient lumières, le mal qu'ils croyaient bien, l'injustice qu'ils croyaient juste…

La jeune femme eut alors ces mots dont certains se souviendraient avec une terrible amertume : « Ils peuvent encore agir, cesser de s'égarer, grandir… mais il est déjà trop tard car ils ne comprennent pas ce que nous sommes. Ils sont déjà les architectes de leur propre destruction... »



Revenir en haut
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 7 864
Localisation: Paradis d'Allah
Emploi: empêcheur de tourner en rond
Loisirs: amour toujours
Masculin
Point(s): 27 032
Moyenne de points: 3,44

MessagePosté le: Sam 21 Mai - 10:24 (2016)    Sujet du message: Une autre société: Humanisme, égalité... Répondre en citant

bravo
Tu es un poète.
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Neverime
Membres d'honneur


Hors ligne

Inscrit le: 29 Juil 2015
Messages: 162
Localisation: Entre deux univers
Emploi: écrire quand c'est possible
Loisirs: faire le no life... (sortir parfois.)
Masculin
Point(s): 660
Moyenne de points: 4,07

MessagePosté le: Sam 21 Mai - 14:52 (2016)    Sujet du message: Une autre société: Humanisme, égalité... Répondre en citant

Merci... mais est-ce vraiment aussi bien que ça? Ou est-ce les valeurs dedans qui sont si bien?  :laughing)

Revenir en haut
Amada
Membres d'honneur


Hors ligne

Inscrit le: 07 Fév 2014
Messages: 1 228
Localisation: Marseille
Féminin
Point(s): 7 467
Moyenne de points: 6,08

MessagePosté le: Sam 21 Mai - 17:20 (2016)    Sujet du message: Une autre société: Humanisme, égalité... Répondre en citant

Neverime a écrit:
Voici un texte qui doit encore subir des améliorations, des corrections...

Vos critiques et vos remarques sont bienvenues.

Merci d'avoir pris le temps de lire.




Humanisme Véritable et Vérité VS infamie de l'ordre moral. 



Bonjour Neverime,
Pour être honnête, je n'ai pas vraiment le temps de lire tous les textes longs qui sont postés sur le forum et pas seulement les tiens.
Je ne peux donc pas et ne souhaite pas porter une appréciation.
Ce serait malhonnête de ma part.
Mais bon courage à toi pour la suite.  :smile)


Revenir en haut
Neverime
Membres d'honneur


Hors ligne

Inscrit le: 29 Juil 2015
Messages: 162
Localisation: Entre deux univers
Emploi: écrire quand c'est possible
Loisirs: faire le no life... (sortir parfois.)
Masculin
Point(s): 660
Moyenne de points: 4,07

MessagePosté le: Sam 21 Mai - 20:49 (2016)    Sujet du message: Une autre société: Humanisme, égalité... Répondre en citant

Je comprends, pas de soucis, ne t'en fais pas. :smile)

Tu n'es en rien obligée et ça n'est pas impératif.^^


Libre à toi de voir et choisir en fonction du temps, des circonstances et de l'envie ou non.


Revenir en haut
Amada
Membres d'honneur


Hors ligne

Inscrit le: 07 Fév 2014
Messages: 1 228
Localisation: Marseille
Féminin
Point(s): 7 467
Moyenne de points: 6,08

MessagePosté le: Lun 23 Mai - 07:46 (2016)    Sujet du message: Une autre société: Humanisme, égalité... Répondre en citant

Neverime a écrit:
Je comprends, pas de soucis, ne t'en fais pas. :smile)

Tu n'es en rien obligée et ça n'est pas impératif.^^


Libre à toi de voir et choisir en fonction du temps, des circonstances et de l'envie ou non.

Merci Neverime et passe une bonne semaine.  :smile)


Revenir en haut
Neverime
Membres d'honneur


Hors ligne

Inscrit le: 29 Juil 2015
Messages: 162
Localisation: Entre deux univers
Emploi: écrire quand c'est possible
Loisirs: faire le no life... (sortir parfois.)
Masculin
Point(s): 660
Moyenne de points: 4,07

MessagePosté le: Mar 24 Mai - 12:40 (2016)    Sujet du message: Une autre société: Humanisme, égalité... Répondre en citant

Pas de soucis, je n'aime pas presser les gens surtout pour ce genres de choses qui ne pressent pas et ne sont en rien impératives.^^

Merci, bonne semaine à toi et tout le monde.^^

Bien que j'arrive peut-être un peu en retard lol.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé







MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:50 (2017)    Sujet du message: Une autre société: Humanisme, égalité...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Apostats de l'islam Index du Forum >>> Apostats de l'islam >>> Sujets de société Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2, 3  >
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème réalisé par SGo