Apostats de l'islam Index du Forum
Apostats de l'islam
La vraie nature de l'islam - Passer de l'ombre de l'obscurantisme à la lumière de la connaissance
 
FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 

 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Allemagne
Aller à la page: <  1, 2, 3  
Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Apostats de l'islam Index du Forum >>> Apostats de l'islam >>> Histoire et géopolitique des religions

Auteur Message
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 9 114
Masculin
Point(s): 29 055
Moyenne de points: 3,19

MessagePosté le: Mar 27 Déc - 13:46 (2016)    Sujet du message: Allemagne Répondre en citant

Une émission présentée par Jean Yves le Gallou et Hervé Grandchamp Berlin : concert médiatique autour d’un « camion fou » Lundi 19 décembre, attentat à Berlin, un jihadiste précipite un 35 tonnes au milieu d’un marché de Noël. Les gros titres et les dépêches médiatiques font disparaitre le djihadiste en personnifiant le camion devenu "fou". I-Média décrypte. Le Zapping d’I-Média « Times Magazine » et « C dans l’air » présentent une photo d' allemands traversant un pont détruit en 1945. Cette image est censé nous rappeler qu’il y a peu les européens étaient eux aussi des "migrants". Cette idée est une désinformation par la novlangue : car le mot « migrant » ne pouvait être utilisé puisqu’il s’agissait d’allemand qui se déplaçaient à l’intérieur du territoire allemand... Berlin : dérapages des « experts » Quelques heures après l’attentat il faut donner la parole aux différents « experts » pour comprendre et décrypter. C’est aussi l’heure des dérapages des poids lourd de l’expertise : Pour Mathieu Guidère l’attentat de Berlin s’explique par la « frustration des migrants », pour le député Michel Pouzol la plupart des attentats en France viennent de français de souche. I-Média réinforme. Les tweets de la semaine : Propagande transgenre avec la Une de « National Geographic » qui affiche en couverture Avery Jackson une « fille » trans de 9 ans. Séquence émotionnelle pour la propagande de guerre en Une du « Monde » : Un père dit adieu à son fils. Dans le reflet d’un car, un couple semble en instance de séparation. « Migrants » : la désintox en pleine intox Le 08 décembre « Libération » publiait dans sa rubrique « Désintox » un article intitulé « Migrant : comment la fachosphère intoxique en recyclant des données publiques », en cause un article paru sur le site Fdesouche intitulé « la preuve que les ONG sont complices des passeurs ». Quand la désintox devient l’arroseur arrosé, i-Média décrypte.

► Retrouvez l'actualité de la WebTV sur notre site : http://www.tvlibertes.com/
► Suivez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/tvlibertes
► Suivez ce lien pour nous suivre sur Twitter : https://twitter.com/tvlofficiel

https://youtu.be/J9U9cYTflDc


 

  

_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité







MessagePosté le: Mar 27 Déc - 13:46 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 9 114
Masculin
Point(s): 29 055
Moyenne de points: 3,19

MessagePosté le: Mar 27 Déc - 14:49 (2016)    Sujet du message: Allemagne Répondre en citant

Qui est Anis Amri, le suspect tunisien recherché pour l'attentat de Berlin?

Montage de portraits du suspect de l'attentat de Berlin, le Tunisien Anis Amri, diffusé le 21 décembre 2016 par la police fédérale allemand
afp.com/Handout

Toutes les polices européennes recherchent désormais ce Tunisien de 24 ans, après l'attentat de Berlin qui a fait 12 morts lundi. Une récompense de 100 000 euros est offerte pour sa capture.
Anis Amri a été abattu à Milan dans la nuit de jeudi à vendredi. La veille, la justice antiterroriste allemande avait émis un avis de recherche européen contre le Tunisien. Après l'attaque au camion-bélier sur un marché de Noël de Berlin, revendiquée par le groupe Etat islamique (EI), un avis de recherche européen a été émis contre lui. Anis Amri, 24 ans, mesure 1m78 et pèse environ 75 kilos. "Il pourrait être dangereux et armé", poursuit le parquet dans un communiqué, précisant qu'une récompense de 100 000 euros est offerte. 
LIRE AUSSI >> Attentat de Berlin: les dernières heures du chauffeur polonais 
Une pièce d'identité a été retrouvée dans un portefeuille sous le siège du camion. Il s'agit d'un document remis à un migrant dont la demande d'asile a été rejetée, sans pour autant qu'il puisse être expulsé. Il a été délivré en avril 2016 dans le district de Clèves, près de la frontière néerlandaise, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie. 
Soupçonné, avant l'attaque de Berlin, de préparer un attentat
"Il y a un nouveau suspect, on le recherche", a déclaré à la presse à Berlin le ministre allemand de l'Intérieur Thomas de Maizière, à la mi-journée. "Un avis de recherche a été émis à minuit pour l'Allemagne, mais aussi pour l'espace Schengen, c'est-à-dire en Europe".  
L'homme était déjà soupçonné, avant l'attaque de Berlin, de préparer un attentat, a ajouté le ministre. "Il s'agit d'un individu classé dangereux, que les services de sécurité connaissaient et qui appartenait à la scène islamiste-salafiste", a précisé le député Stephan Mayer, spécialiste des questions de sécurité et présent au côté du ministre. 
Plusieurs identités
Anis Amri est né en 1992 à Tataouine, d'après le site du Spiegel. Il se serait fait connaître sous au moins sept identités, selon l'avis de recherche. Il se faisait appeler Ahmed Zaghloul, Anis Amir, Ahmad Zarzour, Ahmed Almasri ou Mohamed Hassa. Selon ses alias, Anis Amri évoquait une nationalité égyptienne, tunisienne ou libanaise.  


"Quand j'ai vu la photo de mon frère dans les médias, je n'en ai pas cru mes yeux (...) Je ne peux croire que c'est lui qui a commis ce crime", a réagi de puis la Tunisie son frère, Abdelkader Amri. Mais "s'il s'avère qu'il est coupable, il mérite alors toutes les condamnations. Nous rejetons le terrorisme et les terroristes et nous n'avons aucune relation avec les terroristes." 
Radicalisé en prison en Italie?
Le père du suspect a confié, dans une interview accordée à Mosaïque FM, qu'il n'avait "quasiment plus de nouvelles" de son fils depuis qu'il était en Europe. "Il ne m'appelle pas, je ne sais pas ce qu'il fait comme travail, je vous le jure. Ca fait 7 ans qu'il est parti, je n'ai même pas son numéro de téléphone", a-t-il assuré, précisant toutefois que son fils était en contact régulier avec ses frères.  
"Lorsqu'il était encore ici en Tunisie, il étudiait. Il n'a jamais travaillé. Il a eu un BAC+2 mais ça ne marchait pas fort. Les études ne lui plaisaient pas, il refusait d'être assidu", poursuit-il. Son fils, précise-t-il, a quitté la Tunisie pour entrer clandestinement en Europe il y a sept ans. Il est d'abord passé par l'Italie où il a purgé sa peine de quatre ans de prison "pour vol et pour avoir brûlé une école".  
Anis Amri s'est-il radicalisé lors de sa détention en Italie? Son frère Walid a confié au Wall Street Journal que son frère, qui a purgé une peine de 4 ans ferme en Italie, avait "changé en prison". "Les codétenus qu'il a fréquentés en prison ont modifié sa façon de penser", insiste-t-il.  
Après avoir purgé sa peine, Anis Amri se serait directement rendu en Allemagne. "Tout ce que je sais c'est que ça fait un an qu'il était en Allemagne", se rappelle son père. 
Une reconduite à la frontière qui n'a jamais abouti
D'après des informations de Bild et de la Allgemeine Zeitung, il faisait déjà l'objet d'une enquête en Allemagne pour soupçon de préparation d'attentat. Considéré comme dangereux, cet homme est soupçonné de liens avec le groupe Etat islamique (EI), selon le Spiegel. L'EI a revendiqué mardi soir l'attentat de Berlin.  
Le suspect devait être reconduit à la frontière, après le rejet, en juin dernier, de sa demande d'asile, mais "la Tunisie a d'abord nié que l'homme était tunisien", selon Thomas de Maiziere, et donc refusé toute expulsion sur son territoire. Tunis n'a reconnu sa nationalité que ce mercredi et fourni un document de voyage permettant son expulsion, mais il ne s'agirait d'une simple coïncidence chronologique.  
Lié à la mouvance salafiste
Les médias allemands indiquent qu'il fréquentait un islamiste radical, Ahmad Abdulaziz Abdullah. Cet Irakien, connu sous le nom d'Abu Walaa, a été arrêté le mois dernier pour son rôle dans le recrutement de combattants pour l'EI. Selon Bild, Anis Amri aurait aussi tenté de recruter des complices, il y a plusieurs mois, afin de commettre un attentat.  
En novembre encore, il avait fait l'objet d'un signalement, avant de disparaître. Malgré cette longue liste de suspicions établie aussi bien au niveau fédéral que dans les Etats-régions de Berlin et de Rhénanie du Nord-Westphalie (ouest), il a été laissé en liberté par manque de preuve. La presse outre-Rhin se demande ce jeudi comment les policiers et les procureurs ont pu rater autant de signaux d'alerte. 
Des preuves ADN?
La police a indiqué qu'elle était en train d'examiner plus de 500 indices, parmi lesquels des traces ADN retrouvées dans le camion, des images de vidéo-surveillance et des témoignages divers. Selon la chaîne RBB, l'homme pourrait être blessé. La police aurait fouillé tous les hôpitaux de la région dans le cadre de cette chasse à l'homme. 
Mercredi, environ 150 policiers ont perquisitionné un foyer de réfugiés dans l'ouest de l'Allemagne, à Emmerich, où l'homme a séjourné il y a quelques mois, selon des médias allemands. Faute de résultat, les autorités se sont donc résolues à publier un avis de recherche à l'échelle européenne. 
LIRE AUSSI >> Attentat de Berlin: les autorités critiquées pour avoir laissé filer Anis Amri 

+ Plus d'actualité sur : Attentat à Berlin au camion-bélier sur un marché de Noël
+ Et aussi :

_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 9 114
Masculin
Point(s): 29 055
Moyenne de points: 3,19

MessagePosté le: Mer 28 Déc - 12:43 (2016)    Sujet du message: Allemagne Répondre en citant

Un pois chiche dans la tête
Claude Picard
27 décembre 2016
Poing de vue
17 Commentaires

Toutes les doctrines politiques ou religieuses sont portées par une idéologie qui se veut la plus cohérente et la plus efficace possible. Pour avoir le plus d’adeptes, elles préconisent plutôt l’entraide, le respect, l’empathie et l’amour des autres. C’est avec ces principes que l’humanité a pu se bâtir. Pourtant, deux idéologies dérogent à la règle : la théorie politique du nazisme qui exhortait à la pureté de la race, à l’extermination des Juifs et de tous les déviants sexuels, et d’autre part, les préceptes religieux de l’islam qui prêchent la haine des autres, … l’extermination des Juifs, des incroyants, des déviants sexuels… Évidemment, les spécialistes de l’islam rétorqueront, très justement, que le Coran peut se lire de diverses façons et que les radicaux islamistes sont dans l’erreur d’appréciation. Certes, mais, différence qui en dit long sur les dérives de l’islam, les intégristes des autres religions n’appellent jamais au meurtre de ceux qui ne pensent pas comme eux. En tout cas, ils ne passent pas à l’acte et restent apparemment civilisés, contrairement aux adeptes de l’islam radical qui pratiquent, allègrement, le terrorisme et la communication idéologique par des mises en scènes macabres et barbares.

La haine de l’islamiste contre tous ceux qui ne lui ressemble pas, avant le passage au meurtre pour les plus fanatiques, peut se traduire de mille façons différentes. Toujours bêtement ou violemment, mais à chaque fois avec son « pauvre cerveau devenu comme un pois chiche ; quand il marchait dans la rue, ça sonnait comme un grelot de bicyclette » pour parodier une célèbre réplique écrite par Marcel Pagnol pour sa trilogie. Sauf que chez l’islamiste kamikaze, sa cervelle ratatinée par une idéologie mortifère, ne fait pas « grelin, grelin » pour nous avertir. C’est plutôt l’inverse : l’art de la dissimulation est chez lui, un art de guerre, comme une seconde nature. C’est bien la seule intelligence qu’on peut lui reconnaître et qui, malheureusement, lui permet de faire beaucoup de victimes collatérales.

Confortés par le laxisme ambiant des bisounours professionnels, ayant eux aussi, un pois chiche dans la tête, les islamistes de base qui veulent affirmer leur croyance, profèrent, en toute impunité, des arguments haineux inconcevables pour le commun des mortels un peu évolué. Quelques exemples récents et significatifs, relatés par voie de presse, peuvent étayer l’indigence de leurs raisonnements ou l’incurie des autorités : à Montpellier, dans un cabinet médical, une islamiste bouscule violemment et menace de mort la secrétaire parce qu’elle ne porte pas le voile… Interpellée, peu après, elle nie et assure, contrairement aux témoins ayant assisté à l’altercation, que c’est elle qui a été malmenée… Toujours la même méthode usitée par les islamistes : « ce n’est pas moi, c’est l’autre qui a commencé »… Deuxième exemple : Smaïn Aït Ali Belkacem, 48 ans, condamné à la réclusion criminelle à perpétuité pour les attentats de 1995 à Paris, particulièrement surveillé pour avoir, avec son ami d’Amedy Coulibaly, le terroriste de l’Hyper Cacher, fait deux tentatives d’évasion, a pu recevoir au parloir de la centrale d’Alençon-Condé-sur-Sarthe (Orne) son épouse, Aïcha, arrivant d’Algérie, titulaire d’un permis de visite et d’un permis de séjour… alors qu’elle est interdite de séjour en France, par arrêté du ministère de l’Intérieur… Autre exemple : Nicolas Moreau, français de souche converti à l’islam, déjà condamné 14 fois, comparaît devant la 16e chambre du tribunal correctionnel pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste »… Sa stratégie de défense : « si vous me relâchez pas, moi, je vous promets, je vais pas me laisser faire. Je reprends les armes ! »… En prison, il est, ce que l’on appelle un détenu difficile : la dernière fois qu’il a menacé un surveillant, il déclara : « Je nique la France et les sales Français ! »… Lui, à la place du cerveau, il a quoi ?

La France et les pays occidentaux subissent une pression insoutenable de la part d’individus et de groupes décérébrés, soumis à une doctrine de haine et devenus incapables d’avoir le moindre recul raisonnable par rapport à des textes écrits au septième siècle. Cette pression ne serait rien si elle ne s’exerçait pas de manière massivement récurrente et trop souvent sanglante. Et nous interpelle sur une question cruciale : quand les pouvoirs publics vont-ils comprendre que nos lois démocratiques ne sont pas adaptées aux ignominies islamistes et que pour contrer des sauvages sans foi ni loi, ayant un pois chiche à la place du cerveau, il faudra adapter un arsenal juridique et judiciaire particulier ? En temps de guerre, mesures de guerre !

Claude Picard
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 9 114
Masculin
Point(s): 29 055
Moyenne de points: 3,19

MessagePosté le: Sam 31 Déc - 16:18 (2016)    Sujet du message: Allemagne Répondre en citant

Allemagne : Till Steffen, le ministre écolo qui a protégé la fuite du tueur


Publié le 24 décembre 2016 - par Marcus Graven
Je hais Hitler. Je le hais au carré. Au cube.
Avec ces théories tueuses, il a réussi à complètement émasculer tous les peuples européens. Et en particulier le peuple allemand.
Nation de couilles molles pathétiques qui voit le père de Maria Ladenburger, jeune femme violée et assassinée par un migrant afghan, organiser une quête pour une association pro-migrants lors des funérailles de sa fille. Une façon comme une autre de cracher sur sa tombe.
Plus de 70 ans après la mort du Chancelier du Reich, les Allemands continuent à voir le fascisme noir partout et nient la présence du fascisme musulman. Les collabos avec Merkel à leur tête tiennent la société germanique par le souvenir du nazisme.
Le dernier à s’être fait remarquer est Till Steffen, ministre de la Justice de Hambourg et membre des Verts. Il a empêché pendant plus de douze heures la police d’afficher sur sa page Facebook l’avis de recherche concernant Anis Amri, l’auteur de l’attentat terroriste de Berlin.
Pourquoi un tel manque de lucidité? Pourquoi une si catastrophique charognerie idéologique?
Parce que Hambourg -ville-land dirigée par une coalition rouge-vert- n’a pas adopté le nouveau règlement fédéral sur les avis de recherche. Celui concernant le djihadiste tunisien n’a pas été publié car, selon Till l’espiègle Steffen, des mots haineux, des injures racistes auraient pu être postés sur le Facebook de la police. Pour ce type, l’état de la colonne de commentaires sur Facebook est bien plus important que l’arrestation d’un terroriste.
Dans l’Allemagne de la Big Mama teutonne, quand on est un migrant, on peut violer des centaines de femmes un soir de jour de l’An à Cologne, assassiner, voler, tabasser -780 délits par jour attribués à des migrants, selon les données de l’Office fédéral de police criminelle- mais il est interdit d’être en colère contre la horde sauvage.
Donc par crainte de propos nauséabonds sur la crevure Anis Amri, pour empêcher “la parole xénophobe de se libérer”, l’écolo Steffen a entravé les recherches de celui qui, dans sa vidéo d’allégeance à l’Etat islamique, invitait ses «frères musulmans partout dans le monde (…), à tuer les cochons de croisés, chacun en fonction de ses moyens».
Le sénateur pour la justice Steffen a une réputation à défendre. Peu importe que ses compatriotes servent de paillasson à camion –ils l’ont bien mérité ces descendants d’Adolf et C°-, il est un des combattants les plus virulents des commentaires haineux envers les migrants sur les réseaux sociaux. Avec lui, jamais les nazis ne seraient arrivés au pouvoir, il aurait censuré leurs propos racistes dès la première heure.
Evidemment, Steffen l’idiot très utile à l’islamisation de l’Allemagne demande un contrôle strict de Facebook avec arrêt de la fonction commentaire.
Il a déclaré que la justice ne pouvait collaborer avec une entreprise qui ne serait pas prête d’empêcher avec les moyens techniques existants les commentaires haineux.
Chacun sa priorité.
Mais, même dans l’Allemagne qui ne garde personne à vue plus de quelques heures surtout un supposé terroriste, dans l’Allemagne qui refuse les caméras de surveillance, il doit bien être possible de poursuivre des dégénérés de la bien-pensance, du politiquement correct comme Till Steffen.
Qu’en pensent les parents des victimes d’Anis Amri?
Marcus Graven














_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
georges_09



Hors ligne

Inscrit le: 17 Mai 2016
Messages: 123
Localisation: Paris
Emploi: employé
Loisirs: internet
Masculin
Point(s): 429
Moyenne de points: 3,49

MessagePosté le: Sam 17 Mar - 16:04 (2018)    Sujet du message: Allemagne Répondre en citant

«L'islam n'a pas sa place en Allemagne» prévient le nouveau ministre allemand de l'Intérieur
16 mars 2018, 14:52
- Avec AFP
© CHRISTOF STACHE Source: AFP 
Le nouveau ministre allemand de l'Intérieur Horst Seehofer le 16 mars 2018 dans l'enceinte du Parlement bavarois à Munich.

AddThis Sharing Buttons
Share to FacebookShare to TwitterShare to TelegramShare to WhatsAppShare to Google+Share to Plus d'options...Share to ImprimerShare to Email




Le nouveau ministre allemand de l'Intérieur Horst Seehofer a déclaré ce 16 mars : «L'islam n'a pas sa place en Allemagne». Ces propos ont été prononcés deux jours après la réélection d'Angela Merkel pour un quatrième mandat.
Une sortie qui ne passe pas inaperçue en Allemagne. Le ministre allemand de l'Intérieur Horst Seehofer a estimé ce 16 mars que l'islam ne faisait pas partie de la société et de l'identité nationale allemande, prenant le contre-pied d'Angela Merkel, deux jours après l'investiture de son gouvernement constitué dans la douleur.
«Non. L'islam n'a pas sa place en Allemagne. L'Allemagne est marquée par le christianisme. Le dimanche chômé, les jours fériés chrétiens et les rituels comme Pâques, la Pentecôte ou Noël en font partie», a ainsi déclaré Horst Seehofer, patron de la très conservatrice Union chrétienne démocrate (CSU), alliée bavaroise de l'Union chrétienne-démocrate (CDU) d'Angela Merkel.
Citation:
L'Allemagne est marquée par le christianisme


Dans un entretien au quotidien Bild, il estime ainsi que si les musulmans vivant dans le pays en «font évidemment partie», ils ne doivent pas vivre «à côté ou contre» les Allemands. Ces propos sont aux antipodes de ceux tenus par Angela Merkel qui, en 2015, avait estimé que «l'islam fai[sait] désormais partie de l'Allemagne», pensant trancher le débat dans un pays qui compte quatre millions de musulmans, en majorité des travailleurs immigrés, principalement d'origine turque. La prise de position de la chancelière intervenait aussi au moment de l'arrivée dans le pays d'importants flux migratoires..
«C'est le premier épisode d'une longue série avant les régionales bavaroises : Horst Seehofer lit le programme de l'AfD [Alternative pour l'Allemagne]», a réagi Beatrix von Storch, une des figures de la formation anti-immigration qui a obtenu un score historique aux dernières élections.
La position de Seehofer n'est néanmoins pas une surprise. Très hostile à la politique migratoire d'Angela Merkel qui a ouvert l'accès à l'Allemagne en 2015 et 2016 à plus d'un million de migrants, il a arraché dans le contrat de gouvernement actuel un plafond de 180 000 à 220 000 demandeurs d'asiles accueillis par an. En outre, sa formation politique a pâti, lors des dernières élections, de la politique migratoire mise en place par la CDU, son allié de toujours, et que les électeurs du parti bavarois jugeaient en grande majorité trop laxiste. Nombre d'entre eux s'étaient alors tourné vers l'AfD.
Lire aussi : Polémique en Allemagne : un réfugié syrien polygame et sans travail remercie «Maman Merkel»


International
_________________
"Rien n'est plus dangereux au monde que la véritable ignorance et la stupidité consciencieuse".
Martin Luther King


Revenir en haut
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 9 114
Masculin
Point(s): 29 055
Moyenne de points: 3,19

MessagePosté le: Mar 10 Juil - 15:22 (2018)    Sujet du message: Allemagne Répondre en citant

Allemagne : parution bloquée pour un ouvrage polémique sur l'islam
18h36, le 06 juillet 2018



Allemagne : parution bloquée pour un ouvrage polémique sur l'islam
Thilo Sarrazin est un ancien haut fonctionnaire de la banque centrale allemande et membre du parti social-démocrate.@ AFP
Partagez sur :

Un polémiste allemand à succès a accusé vendredi sa maison d'édition de refuser de publier son dernier ouvrage. L'affaire doit se régler devant les tribunaux.

Un polémiste allemand à succès a accusé vendredi sa maison d'édition de refuser de publier son dernier ouvrage en raison d'un contenu très critique envers l'islam, l'affaire devant se régler devant la justice à partir de lundi.

La sortie du livre de Thilo Sarrazin, OPA hostile - Comment l'islam freine le progrès et menace la société, était initialement prévue pour fin août mais sa maison d'édition, Random House, qui appartient au groupe Bertelsmann, a annulé celle-ci, a affirmé l'auteur au quotidien Bild. "L'éditeur avait payé la deuxième tranche et a pris le manuscrit (...) Après un long va-et-vient concernant sa date de sortie, le refus de l'éditeur de publier le livre m'a été signifié début mai", explique l'auteur au quotidien allemand.

La maison d'édition ne compte pas publier l'ouvrage. Thilo Sarrazin, un auteur néo-conservateur de 73 ans aux positions proches de l'extrême droite sur l'immigration, précise avoir conclu dès novembre 2016 un contrat avec la maison d'édition, sur la base d'une présentation d'une dizaine de pages, et avoir livré le manuscrit mi-février de cette année. "Ce n'est aucunement de la censure", a indiqué Random House, confirmant que la maison d'édition "n'allait pas publier son ouvrage mais que l'auteur était libre d'en trouver un autre". Elle a cependant précisé que ce livre n'avait "pas été annoncé".
PUBLICITÉ

Une action en justice. Dans ce nouvel opus, l'auteur entend traiter de manière critique les développements de l'islam et les interprétations du Coran, explique Bild. Il compte mener l'affaire en justice où une audience est prévue lundi devant le tribunal de grande instance de Munich. "Nous avons une audience entre Thilo Sarrazin et une maison d'édition, Random House", a confirmé une porte-parole du tribunal, tout comme la maison d'édition.

Un pamphlet anti-islam publié en 2010. Ancien haut fonctionnaire de la banque centrale allemande et membre du parti social-démocrate, Thilo Sarrazin avait déclenché une immense polémique en 2010 lors de la publication d'un pamphlet anti-islam intitulé L'Allemagne court à sa perte. Il s'en prenait dedans aux quelque 4 millions de musulmans qui vivent en Allemagne, les accusant de refuser de s'intégrer. Et reprochait à son pays de "s'abrutir" sous le poids des immigrés musulmans. Grand succès en librairie, ce livre avait permis à son auteur de devenir millionnaire.
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 9 114
Masculin
Point(s): 29 055
Moyenne de points: 3,19

MessagePosté le: Mer 22 Aoû - 11:49 (2018)    Sujet du message: Allemagne Répondre en citant

Allemagne : Une ado de 14 ans violée en plein jour à Hambourg. Le suspect est un Afghan déjà connu pour agressions et vols.


 
Article publié le 13.08.2018
Samedi en plein jour, une ado de 14 ans a été victime d'une agression sexuelle dans le centre de la ville du nord de l'Allemagne.
La police locale a mis la main sur un suspect le lendemain. Il s'agirait d'un Afghan de 30 ans.
(...)
Il présentait une alcoolémie de 2,24 pour mille et était déjà connu des services de police pour vols, agressions et toxicomanie.
20 Minutes.ch
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 9 114
Masculin
Point(s): 29 055
Moyenne de points: 3,19

MessagePosté le: Sam 25 Aoû - 10:53 (2018)    Sujet du message: Allemagne Répondre en citant

Oui, l’Occident est coupable: de se laisser faire!
Face à nos lâchetés, certains migrants préfèrent rentrer chez eux
par
Aurélien Marq - 20 août 2018

L'ancienne esclave de l'Etat islamique, Ashwaq Haji a préféré rentrer en Irak. En Allemagne, elle aurait croisé son ancien bourreau, "réfugié" comme elle. / AFP
Une jeune réfugiée yézidie, ancienne esclave de l’Etat islamique, aurait, selon Libé, « croisé son bourreau » en Allemagne. Choquée, elle a décidé de rentrer en Irak. Si l’Occident est coupable, ce n’est pas d’oppression mais de lâcheté face à ses ennemis.

Entrepreneurs identitaires, adeptes de la repentance perpétuelle, ennemis des valeurs républicaines et autres « social justice warriors » aiment à rendre responsables de tous les maux du monde l’Europe, l’Occident et les Blancs (surtout les mâles hétérosexuels…). C’est évidemment aussi faux que mal intentionné et intellectuellement malhonnête, les autres civilisations ou ethnies ayant hélas montré, chaque fois qu’elles ont eu le pouvoir d’imposer leur volonté, qu’elles n’étaient pas nécessairement meilleures que l’Europe – certaines ont même été franchement pires. Et c’est une bien étrange vision des mâles de notre civilisation que de les croire à ce point supérieurs au reste de l’humanité qu’ils auraient pu pendant des siècles lui imposer leur volonté, seuls sujets d’une histoire dont les autres n’auraient été jusqu’ici que des objets.
Coupable de démissionner

Peut-être, pourtant, notre Occident est-il coupable. Non pas des crimes du passé, sans cesse ressassés, mais des fautes du présent. Non pas de ce dont nous accusent nos ennemis revanchards, mais de ce que peuvent nous reprocher nos alliés trahis.

Coupables de lâcheté, coupables de préférer dire que nous défendons le projet républicain plutôt que de le défendre vraiment, coupables de préférer notre confort moral bien-pensant à la difficile complexité du réel, coupables d’avoir choisi le droit-de-l’hommisme au mépris des droits de l’homme, coupables de laisser faire ceux qui veulent étouffer la vérité à force de concepts hypocrites et d’inversion des valeurs. Sur notre propre sol, ce sont des innocents qui en payent le prix, ce sont ceux-là même que nous nous gargarisons de sauver que nous sacrifions sur l’autel de nos nouveaux dogmes.
La preuve par Ashwaq

J’en vois une tragique illustration dans un cas douloureusement révélateur, presque caricatural dans son absurdité, et qui n’est pas qu’une anecdote. L’histoire nous est rapportée par le Times, généralement peu suspect de relayer de simples rumeurs, et reprise en français dans Libération. J’ignore évidemment si elle est vraie, je connais cependant assez le sujet pour pouvoir affirmer qu’elle est crédible.

Ashwaq est une jeune Yézidie, minorité particulièrement haïe et persécutée par les islamistes en raison de sa religion, syncrétisme unique de zoroastrisme, de christianisme et d’islam. Comme tant d’autres membres de cette communauté, Ashwaq a été réduite en esclavage par l’État islamique. A l’âge de 15 ans, elle a été vendue à un homme qu’elle connaît sous le nom d’Abu Humam. On connaît le sort de ces adolescentes utilisées comme esclaves sexuelles par les combattants du califat. Après 10 mois de captivité et de servitude, Ashwaq est parvenue à s’enfuir, a retrouvé une partie de sa famille, puis a pu venir en Allemagne dans le cadre d’un programme humanitaire qui lui a permis de s’installer près de Stuttgart. Trois ans plus tard, elle y rencontre son ancien bourreau, Abu Humam. Ne montrant ni crainte, ni remord, ni gêne, il se permet même de la menacer en lui faisant remarquer qu’il sait où elle vit, et où vit sa famille. La jeune fille est allée trouver la police. Qui lui a dit ne rien pouvoir faire, Abu Humam bénéficiant comme elle du statut de réfugié. Ashwaq a préféré repartir pour le Kurdistan. Peut-être n’y sera-t-elle pas plus en sécurité, mais au moins n’aura-t-elle plus ce sentiment d’injustice devant la passivité résignée des pouvoirs publics.

Bien évidemment, et heureusement, la justice ne peut pas condamner une personne sur les seules déclarations d’une autre. La recherche rigoureuse de la vérité est un préalable nécessaire, et si frustrant que cela puisse être, c’est une indispensable garantie de l’Etat de droit – de même qu’il ne suffit pas que quelqu’un balance un porc pour que l’on puisse être sûr qu’il s’agit vraiment d’un porc…

Et pourtant. Comprendre les raisons d’un échec ne doit pas masquer le fait qu’il s’agit d’un échec. Comprendre que la justice humaine ne pourra jamais être parfaite ne doit pas empêcher d’essayer de l’améliorer.
« Les migrants » ne sont pas l’Autre

Il y a trop d’islamistes parmi les réfugiés pour ne pas y voir un problème structurel. Il y a trop de victimes dont les agresseurs ne sont pas sanctionnés (y compris des agresseurs qui ne sont ni réfugiés ni islamistes) pour ne pas y voir un problème structurel.

Nombre de gens en Europe ont choisi d’essentialiser les « migrants », en idéalisant la figure de l’Autre. Nécessairement victime, nécessairement pur, simplement parce qu’étant Autre il est vierge de nos fautes, nécessairement supérieur du fait de ses souffrances, alors que nous sommes intrinsèquement coupables puisque nous ne souffrons pas tandis que d’autres souffrent.

Mais le réel est complexe, et tout refus de la nuance est inévitablement un refus du réel. L’Autre est vierge de nos fautes, mais il a les siennes, parfois aussi lourdes. Il peut être souffrant, mais le devoir de solidarité envers celui qui souffre ne donne pas à celui-ci un droit-créance illimité qui le rendrait propriétaire de toute chose. L’aide que je dois à mon frère ne doit pas me conduire à lui sacrifier mes enfants. Et surtout, les migrants ne sont pas l’Autre, ils sont des personnes fort différentes et non une collectivité dans laquelle tous seraient interchangeables.

Vouloir voir en chaque migrant uniquement un « frère qui souffre » au point de laisser cette image archétypale se substituer à son individualité a aveuglé l’Europe, et l’empêche de distinguer. Entre les véritables réfugiés, et les migrants économiques dont le départ fragilise leur pays d’origine. Entre ceux qui demandent à venir vivre avec nous en nous respectant et en respectant notre culture, tout en nous proposant d’y ajouter ce qu’il peut y avoir de meilleur dans la leur, et ceux qui exigent de venir vivre chez nous en méprisant notre culture, et en prétendant nous imposer ce qu’il y a de pire dans la leur pour qu’elle prenne la place de la nôtre.
Quand on l’attaque, « l’empire » ne contre-attaque pas

Le refus de la discrimination est devenu refus du discernement, la République veut traiter de la même façon ceux qui la haïssent et ceux qui la désirent, le bourreau bénéficie du même statut que sa victime, et c’est Ashwaq qui en paye le prix. De cela, oui, nous sommes coupables.

L’Europe, du moins l’Europe de l’Ouest et en particulier la France, a choisi d’abandonner la recherche de la complémentarité, certes complexe, entre sécurité et libertés, pour seulement protéger les individus contre l’État, sans accepter de voir que l’impuissance de l’État abandonne ces mêmes individus à la violence d’autres individus. C’est une démission honteuse, et c’est aussi un suicide. Une société qui ne protège pas ses membres ne donne envie à personne de s’y intégrer ou d’y demeurer, et pousse chacun à se tourner vers des sociétés parallèles et des groupes plus ou moins extrémistes, préparant son remplacement par un totalitarisme quelconque, ou son effondrement en une mosaïque de féodalités.

Ibn Khaldoun a explicité ce mécanisme au XIVe siècle, en démasquant aussi le fait que l’idéologie de non-violence, lorsqu’elle devient laisser-faire, masque bien souvent un impératif des plus cyniques : désarmer physiquement et moralement le peuple devant les collecteurs d’impôts. La loi s’applique dans toute sa sévérité aux citoyens solvables, et laisse faire les autres.

Bien sûr, bourreaux et coupables demeurent humains, et il faut les combattre sans perdre de vue cette humanité, si sombre soit-elle devenue en eux. Mais il faut les combattre ! Sans haine aveugle, mais sans naïveté ni faiblesse.
« Alors le tolérant sera détruit… »

Cela vaut pour la délinquance, et aussi l’idéologie. Karl Popper l’a fort bien écrit : « Si nous étendons la tolérance illimitée même à ceux qui sont intolérants, si nous ne sommes pas disposés à défendre une société tolérante contre l’impact de l’intolérant, alors le tolérant sera détruit, et la tolérance avec lui. »1. Yadh Ben Achour, lui aussi, l’a affirmé clairement : « Donne-moi la liberté que je la tue ! A moins d’accepter cette sentence de mort, un démocrate doit se défendre. La loi ne peut être conçue uniquement pour limiter le pouvoir démocratique. Elle doit le protéger contre ceux qui le haïssent. »2

A force de pleurer sur des criminels prétendument « victimes de la société », nous oublions leurs victimes. Lorsque la garde des Sceaux promeut l’ancienne présidente d’un syndicat qui se veut très compréhensif envers les agresseurs, mais méprise les défenseurs des victimes, qu’avons-nous fait de la justice ? Nous l’avons abandonnée. Nous avons renoncé à la justice au profit du seul légalisme.
Surtout ne rien faire

Voilà notre faute : nous avons tellement peur de nous sentir coupables si nous décidons et agissons, que nous suivons aveuglement la lettre vétilleuse des règles, et érigeons la passivité en principe de vie, en une odieuse perversion du serment d’Hippocrate, « d’abord ne pas nuire » devenant « surtout ne rien faire pour être sûrs qu’on ne puisse rien nous reprocher ». Nous mettons tellement d’orgueil dans notre fausse humilité, tellement de mépris dans notre fausse bienveillance, que nous préférons tendre l’autre joue sans rien faire que combattre pour protéger ceux dont nous sommes responsables.

Nous transposons à la politique l’illusion qui pousse à qualifier de « vertu » une virginité fantasmée. Même ceux qui comprennent ce que cette pureté sexuelle supposée a de ridicule idéalisent une hypothétique pureté victimaire, et courent après l’innocence perdue en oubliant que la véritable vertu, l’antique virtus, n’est pas de ne pas avoir de part obscure, mais de la regarder en face et d’agir sans succomber à son emprise. Il y a infiniment plus de vertu à accepter de se salir les mains en tentant de rester justes, qu’à se piquer de grands principes dans le confort lâche de la passivité ou de l’obéissance servile aux règles sans souci des conséquences.

Pour éviter l’impérialisme nous avons succombé au relativisme, pour éviter la tyrannie nous avons laissé croître les graines de l’anarchie, pour éviter d’étouffer les minorités nous ne leur donnons que des droits tandis que la majorité n’aurait plus que des devoirs, pour éviter de stigmatiser nous refusons d’identifier l’ennemi, pour éviter de dénigrer ce qui fait l’altérité de l’autre nous n’osons plus le voir comme notre semblable et nous en venons à accepter toutes les assignations identitaires, pour éviter l’accusation d’intolérance nous sommes prêts à voir détruire ce dont nous sommes les héritiers et à en priver les générations futures.

Plutôt que d’assumer le risque de l’ombre pour tendre vers la lumière, nous nous effaçons.

Si nous sommes coupables, c’est bien de tout abandonner à force de laisser la culpabilité nous pousser à choisir l’autodestruction pour laisser la place à un Autre idéalisé.

Coupables, parce que nous sommes les débiteurs de Churchill mais que trop des nôtres suivent l’exemple de Chamberlain. Coupables, parce que héritiers de l’idéal chevaleresque nous sommes devenus incapables de protéger une jeune fille contre celui qui en avait fait une esclave. Coupables, de rêver au martyr alors que nous sommes appelés au combat. Coupables, parce que plutôt que d’empoigner le réel beaucoup d’entre nous se sont laissé séduire par l’impuissance : impuissance qui nous donne l’illusion d’expier en nous laissant faire, impuissance qui nous décharge de nos responsabilités et nous épargne la peine de réfléchir, de choisir et d’assumer.
Être et ne pas renoncer à être

Alors ? Nous ne corrigerons pas nos fautes en nous flagellant pour n’avoir pas toujours été à la hauteur de notre idéal, mais en agissant pour essayer de l’être. En faisant ce que nous pouvons, chacun de nous, pour que notre société redevienne un espoir et un havre pour Ashwaq, et une menace implacable pour ses bourreaux, une menace pour tous ceux qui partagent leur immonde idéologie, et plus généralement pour tous ceux qui voient leurs semblables, nos semblables, comme des proies.

Nous n’échapperons pas à la culpabilité en renonçant à être, mais en assumant lucidement ce que nous sommes pour nous efforcer de devenir toujours un peu plus ce qu’il y a de meilleur en nous.
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 9 114
Masculin
Point(s): 29 055
Moyenne de points: 3,19

MessagePosté le: Sam 25 Aoû - 16:13 (2018)    Sujet du message: Allemagne Répondre en citant

Hanovre : Un mineur syrien avait poignardé une jeune Allemande. « Dans notre culture, on peut poignarder. Je ne comprends pas pourquoi je suis en prison. »




  
Article publié le 24.08.2018
"Dans ma culture on peut tuer". La victime de l'attaque au couteau est choquée par la confession du délinquant.
Hier, le public avait été interdit d'accès lors du procès du mineur syrien Abdullah A. (17 ans) à Hanovre.
À la fin du mois de mars, il avait poignardé la jeune femme de 24 ans. La lame de 10 centimètres a cassé ses côtes. Elle a blessé son foie, son estomac, ses reins, son intestin. Vivien était dans le coma. La rate et des parties du pancréas ont été enlevées.
(...)
Le déclencheur de l'attaque: une dispute avec le frère (14 ans) et le cousin de l'accusé au supermarché. Le trio a d'abord frappé Domenic (Nd Schwarze Rose : l'ami de Vivien) dans la rue. Quand Vivien est intervenue, elle a été poignardée. Selon les informations du site d'information BILD, Abdullah A.,  qui se présente comme "réfugié modèle", tient à la déclaration écrite, que son avocat avait donnée avant le procès.
Extrait de la déclaration : "Dans la culture de l'accusé, les conflits sont réglés au couteau. Il décrit les coutumes régionales comme suit: Si on est offensé, on peut poignarder. Dans les cas graves, on peut tuer la personne."
De plus : "Il indique que selon les prescriptions religieuses son comportement n'est pas répréhensible et il ne comprend pas pourquoi il doit se retrouver en détention."
(...)
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 9 114
Masculin
Point(s): 29 055
Moyenne de points: 3,19

MessagePosté le: Sam 1 Sep - 14:48 (2018)    Sujet du message: Allemagne Répondre en citant

Français et Allemands se font égorger par des immigrés musulmans : allions-nous contre les envahisseurs
31 Août 2018The EuropeanDjihad, Guerre, Histoire, Immigration

 
Illustration : Charles Martel, 732 A l’heure actuelle, il y a deux versions de ce qui s’était passé à Chemnitz le 25 aôut 2018. D’apres la première version, deux jeunes femmes qui venaient de quitter une fête urbaine quelque peu apres minuit se sont dirigées vers leur voiture. Tout à coup, elles étaient entourées d’une meute de jeunes Maghrébins qui commencaient à les harceler sexuellement. Les deux femmes criaient tres fort, et trois hommes ont volé à leur secours. Il y avait une altercation quand les trois Allemands tentaient de chasser les Maghrébins qui avaient l’intention de violer les femmes, mais les Maghrébins ont sorti des couteaux et commencé à frapper les Allemands. Daniel Hillig, un Allemand d’origine cubaine et âgé de 35 ans a été 25 fois frappé avant de succomber à ses blessures quelques heures plus tard dans un hôpital.Les deux autres Allemands qui étaient d’origine russe avaient été également grievement blessés et devaient être hospitalisés.
Selon la seconde version ( cela serait le témoignage de l’un des Allemands qui étaient mêlés a l’incident), apres la fête urbaine, les trois Allemands étaient en compagnie de trois femmes et ils se tenaient devant une caisse d’épargne afin de retirer de l’argent. Deux musulmans se sont alors approchés et leur ont demandé leurs cartes bancaires.Les Allemands leur ont dit d’aller se faire foutre, il y a eu une bousculade, et les musulmans s’en sont allés. Mais ils revenaient avec du renfort. Désormais à dix, ils ont sorti leurs couteaux pour égorger les Allemands. Donc, c’était une tentative de vol qui a mal tourné et s’est finie avec l’assassinat d’un père de famille.
Je ne sais pas laquelle des deux version est correcte, mais, au fond, cela a peu d’importance. On sait déja ce qu’on doit savoir: un Allemand a été sauvagement égorgé par une meute d’immigrants musulmans. Vol, viol, attaque au couteau… Rien de nouveau. Depuis des années et presque impunément, de faux refugiés et de musulmans barbares nous font cela, mais les responsables refusent toujours de faire leur boulot: expulser la racaille musulmane et fermer les frontières à l’immigration musulmane et clandestine.
On ne va plus décolérer, la rage va devenir notre force, et nous lutterons jusqu’à ce que l’Allemagne soit libérée du fléau musulman et migratoire ainsi que de ses traîtres qui avaient vendu notre pays.
La France et l’Allemagne… deux peuples qui sont nés à peu près en même temps, deux peuples qui -malgré toutes leurs différences- ont des racines communes – la culture judéo-chrétienne, leurs ancêtres indo-européens, leur héritage celtique, la fusion entre gallo-romains et tribus germaniques.
Charles Martel était bien un guerrier franc, issu de la tribu des Francs, mais, contrairement a ce qu’on pense d’habitude, les Francs n’étaient guère les Barbares teutoniques qui auraient déferlé sur la Gaule, ravageant tout sur leur passage. Alliés à Rome de longue date, ils étaient les « foederati » des Romains qui leur ont permis de s’installer en Gaule pour défendre l’empire romain contre les Huns et d’autres tribus barbares. Apres l’effondrement de Rome, Clovis et Charlemagne étaient les continuateurs de Rome, ils ont vite adopté le christianisme et la culture latine de la population gallo-romaine, et, ensemble, ils ont repoussé l’envahisseur musulman à Tours. En exagérant à peine, on peut bien dire que la France est le fruit d’une alliance entre tribus germaines et populations gallo-romaines. Ensemble, ils ont fait la France, ensemble, ils ont résisté à l’invasion islamique.
Quand on évoque les rapports entre la France et l’Allemagne qui sont – bien sûr- chargés de rivalités, de guerres ( les guerres entre le royaume de France et l’Empire Germanique, les guerres de Louis XIV, l’aventure napoléonienne, les guerres de 1870, de 14 et de 39), d’incompréhensions et d’amertume, il ne faut jamais oublier le lien qui unit nos peuples et qui nous a permis d’être les défenseurs de l’Europe occidentale.
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 9 114
Masculin
Point(s): 29 055
Moyenne de points: 3,19

MessagePosté le: Sam 8 Sep - 11:09 (2018)    Sujet du message: Allemagne Répondre en citant

Allemagne : le ministre de l'Intérieur affiche son soutien aux manifestants de Chemnitz et provoque une nouvelle criseLa chancelière allemande, Angela Merkel, et son ministre de l'Intérieur, Horst Seehofer, le 29 août 2018 à Berlin (Allemagne). (BERND VON JUTRCZENKA / DPA / AFP) Par franceinfo avec AFP – France Télévisions
Mis à jour le 07/09/2018 | 09:07 – publié le 07/09/2018 | 07:30

Horst Seehofer, du CSU bavarois, a soutenu les manifestants de Chemnitz et a critiqué une nouvelle fois la politique d'Angela Merkel.
"La question migratoire est la mère de tous les problèmes dans ce pays." Les incidents de Chemnitz (Saxe) en Allemagne ont rallumé, jeudi 5 septembre, le conflit au sein du gouvernement autour de la politique migratoire, avec une passe d'armes entre la chancelière Angela Merkel et son ministre de l'Intérieur. Ce dernier, Horst Seehofer, président du parti bavarois très conservateur CSU – en principe allié à celui de centre-droit d'Angela Merkel (CDU) – a de nouveau tiré à boulets rouges à la suite des manifestations et des incidents qui se sont déroulés à Chemnitz.

"La question migratoire est la mère de tous les problèmes dans ce pays", a-t-il déclaré au quotidien régional Rheinische Post, ajoutant défendre cette position "depuis trois ans", à savoir depuis la décision d'Angela Merkel de laisser entrer plusieurs centaines de milliers de demandeurs d'asile en Allemagne. Il a aussi pris la défense des manifestants à Chemnitz qui ont protesté après le meurtre à l'arme blanche d'un Allemand, dont sont soupçonnés plusieurs demandeurs d'asile. Le ministre a affirmé "qu'en tant que citoyen", il serait "aussi descendu dans les rues" de la ville.
Seehofer soutenu par l'extrême droite
Peu après, Angela Merkel a pris ses distances avec son ministre. "La question migratoire nous pose des défis. Avec elle, il y a des problèmes mais aussi des succès", a-t-elle affirmé dans une interview à la chaîne de télévision RTL Allemagne. Elle a estimé, à l'inverse de son ministre, que les manifestations répétées de l'extrême droite à Chemnitz avaient été marquées par des "débordements qui ne sont pas tolérables, remplis de haine et visant des personnes". Elle faisait allusion à des agressions de migrants dans la rue ou des défilés de néonazis faisant le salut hitlérien.
Horst Seehofer a reçu le soutien du dirigeant du parti d'extrême droite Alternative pour l'Allemagne (AfD), Alexander Gauland, à l'origine de la plupart des rassemblements de Chemnitz. "Il a tout à fait raison dans son analyse", a-t-il commenté, tout en affirmant que "Seehofer se bat pour conquérir des voix" pour les élections régionales en Bavière du 14 octobre. La CSU est en effet menacée par la poussée de l'AfD et risque de perdre sa majorité absolue au parlement régional.
En revanche, le ministre a été vertement critiqué par les sociaux-démocrates, qui complètent la coalition gouvernementale tripartite d'Angela Merkel. La présidente du parti, Andrea Nahles, a reproché au ministre bavarois de "ressusciter les conflits internes CDU-CSU que nous avons connus avant l'été". Une autre cadre du parti, Natascha Kohnen, a elle demandé le départ de Seehofer : affirmer qu'il aurait manifesté en tant que citoyen à Chemnitz rend "intenable", selon elle, son maintien au gouvernement. 
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé







MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:13 (2018)    Sujet du message: Allemagne

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Apostats de l'islam Index du Forum >>> Apostats de l'islam >>> Histoire et géopolitique des religions Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3
Page 3 sur 3

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème réalisé par SGo