Apostats de l'islam Index du Forum
Apostats de l'islam
La vraie nature de l'islam - Passer de l'ombre de l'obscurantisme à la lumière de la connaissance
 
FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 

 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La honte de l'Islam : Mise à mort de ses apostats
 
Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Apostats de l'islam Index du Forum >>> Apostats de l'islam >>> Apostasie, quitter l'Islam

Auteur Message
Kamel
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 12 Fév 2014
Messages: 817
Localisation: Lyon
Emploi: Entrepreneur
Masculin
Point(s): 4 418
Moyenne de points: 5,41

MessagePosté le: Ven 13 Juin - 12:41 (2014)    Sujet du message: La honte de l'Islam : Mise à mort de ses apostats Répondre en citant

Nous sommes un groupe d'apostats inquiets, qui estiment que l'idéologie islamique représente un risque pour les libertés dans notre société belge et empêche l'intégration des musulmans en Belgique.

Vous lirez dans ces pages Internet pourquoi nous sommes de cet avis.

La suite...
Nous avons des parcours et des origines ethniques et culturels différents, mais estimons que vivre ensemble entre personnes de races et d'origines différentes en Belgique ne devrait poser AUCUN problème.

Nous croyons en la bonté fondamentale de tous les hommes, quelle que soit leur race, leur genre, leur religion, la couleur de leur peau, leur apparence…

Nous croyons que les musulmans sont des gens comme tous les autres, qui souhaitent prospérer et vivre en paix avec les autres.

Nous estimons que plus les musulmans appliquent les règles strictes de l'Islam, plus la cohabitation avec les non-musulmans devient difficile.

Nous croyons que le problème des musulmans ne provient pas d’un manque d’assiduité envers les préceptes de l'Islam, mais plutôt de suivre trop aveuglément le Coran et l'exemple de leur prophète Mahomet.

Nous pensons que l'âge d'or de l'histoire de l'Islam (du VIIIe au XIIIe siècle) fut uniquement possible parce que la critique y était admise, y compris de l'Islam, du Coran et de Mahomet, et parce que l'on montrait un grand respect pour les non-musulmans. Cette période a pris fin en revenant à une application plus stricte des préceptes de l'Islam remontant à Mahomet, lorsque les musulmans dominaient les autres et que les musulmans modérés ou critiques étaient poursuivis ou exécutés.

Nous croyons qu'une société multiculturelle est viable et enrichissante, à condition que seuls les apports favorables de nouvelles cultures se répandent et que les pratiques qui sont contraires aux droits de l'homme et de la dignité de l'individu soient clairement repoussées.

Nous croyons qu'il relève de la tâche des pouvoirs publics de tracer des limites claires dans la législation envers ce qui est autorisé et ce qui doit être interdit.

Nous croyons que l'Islam, tel qu'il est reproduit dans les textes de base, empêche l'épanouissement des musulmans et la cohabitation harmonieuse et pacifique avec les non-musulmans.

C'est visible par le fait que les nations islamiques, y compris celles ayant une très ancienne civilisation, manifestent un retard envers le reste du monde dans le développement intellectuel et le bien-être général de leurs populations.

Nous le constatons aussi au fait que les musulmans, vivant dans des pays ou territoires à majorité non musulmane, éprouvent des difficultés à vivre en harmonie avec les autres citoyens.

Idem pour les non-musulmans dans les pays à majorité musulmane, qui sont discriminés ou poursuivis par la législation islamique.

Nous voulons libérer les musulmans de l'Islam en leur exposant la vérité crue. C'est la vérité qui est écrite dans les textes originaux islamiques et qui est soit inconnue, soit déformée par les gens vivant en Belgique et qui estiment devoir défendre les valeurs de l'Islam.

Nous croyons dans la non-violence physique et verbale. Nous demandons uniquement le droit de faire état de la façon dont l'Islam est interprété par les érudits musulmans. Nous nous tenons aux faits établis que nous puisons des livres écrits par des musulmans pour des musulmans. Nous voulons tendre aux musulmans un miroir reproduisant la véritable image de l'Islam.

Nous estimons qu'une critique libre sur l'Islam doit être possible, comme elle l'est pour les autres religions ou idéologies, et ne peut être considérée comme une lutte contre les musulmans, comme du racisme ni comme une expression d'extrême droite.

Nos textes sont basés sur les écritures originelles islamique qui ont guidé les musulmans. Notre point de départ est le constat que la plupart des musulmans ne connaissent pas les facettes négatives de l'Islam en général, et en particulier celles du prophète Mahomet.

L'une des doctrines de l'islam qui suscite le plus de honte auprès des musulmans, est la peine de mort pour les apostats, ceux qui renient l'islam. C'est un sujet qui irrite très vivement les musulmans. Dans le meilleur des cas, ils essaient de le nier ou de le minimiser. Lorsqu'ils sont à bout d'arguments, ils accusent d'islamophobie, de haine envers les musulmans, de racisme etc. tous ceux qui évoquent cette doctrine.

Dans les pays islamiques, les musulmans n’ont pas de problème à exprimer en public leur soutien à la peine de mort pour apostasie, comme le démontre l’enquête ci-dessous. Dans la Jordanie moderne et modérée de la jeune et ravissante promotrice de l’Islam, la Reine Rania, 86 % des musulmans plaident en faveur de la peine de mort pour les apostats. Et la Reine Rania continue à parcourir le monde entier pour expliquer que l’Islam est mal compris dans l’Occident.



Témoignages d'apostats

http://www.exmusulman.org/temoignages-exmusulmans.html
_________________
J'ai décidé de combattre l'islam ; s'il vous plaît comprenez ma déclaration : combattre l'islam, pas l'islam politique, pas l'islam militant, pas l'islam radical, pas l'islam wahhabite, mais l'islam en lui-même... L'islam n'a jamais été incompris, l'islam est le problème... (les musulmans) doivent comprendre qu'ils n'ont que deux choix : changer ou être écrasés.
(Wafa Sultan, psychiatre syrienne exilée aux USA)"


Revenir en haut
Publicité







MessagePosté le: Ven 13 Juin - 12:41 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Kamel
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 12 Fév 2014
Messages: 817
Localisation: Lyon
Emploi: Entrepreneur
Masculin
Point(s): 4 418
Moyenne de points: 5,41

MessagePosté le: Ven 13 Juin - 12:46 (2014)    Sujet du message: Interview d'un ancien musulman ayant apostasié Répondre en citant

Qui êtes-vous, l’Insoumis ? Pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs, et nous dire comment est ce que vous êtes devenu musulman ?

[KS, l’Insoumis] Je suis né à la fin des années 60 en Algérie, j'ai eu une scolarité normale jusqu'à mon entrée à l'université, au début des années 90. À la fin de mes études, je me suis installé en Europe où je travaille et me suis intégré. 
Bien évidemment, je suis issu d'une famille musulmane pratiquante ; une famille nombreuse - je suis le cadet de 10 enfants - où l'islam se pratique d'une manière légèrement « modérée », quoique je ne crois pas vraiment que ce terme ait du sens en islam. Mes parents m’ont évidemment élevé dans la religion, et m’ont toujours poussé à pratiquer la religion - prière, jeûne etc.

La suite...

http://www.postedeveille.ca/2012/02/interview-d-un-ancien-musulman-ayant-ap…
_________________
J'ai décidé de combattre l'islam ; s'il vous plaît comprenez ma déclaration : combattre l'islam, pas l'islam politique, pas l'islam militant, pas l'islam radical, pas l'islam wahhabite, mais l'islam en lui-même... L'islam n'a jamais été incompris, l'islam est le problème... (les musulmans) doivent comprendre qu'ils n'ont que deux choix : changer ou être écrasés.
(Wafa Sultan, psychiatre syrienne exilée aux USA)"


Revenir en haut
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 7 864
Localisation: Paradis d'Allah
Emploi: empêcheur de tourner en rond
Loisirs: amour toujours
Masculin
Point(s): 27 032
Moyenne de points: 3,44

MessagePosté le: Ven 13 Juin - 19:11 (2014)    Sujet du message: La honte de l'Islam : Mise à mort de ses apostats Répondre en citant

Même au Canada il y aura des tarés qui voudront le liquider
et ils sont trop nombreux
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 7 864
Localisation: Paradis d'Allah
Emploi: empêcheur de tourner en rond
Loisirs: amour toujours
Masculin
Point(s): 27 032
Moyenne de points: 3,44

MessagePosté le: Ven 13 Juin - 19:28 (2014)    Sujet du message: La honte de l'Islam : Mise à mort de ses apostats Répondre en citant

Okay
A mon avis on  a minimisé les chiffres
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Kamel
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 12 Fév 2014
Messages: 817
Localisation: Lyon
Emploi: Entrepreneur
Masculin
Point(s): 4 418
Moyenne de points: 5,41

MessagePosté le: Sam 5 Juil - 12:57 (2014)    Sujet du message: Apostasie : : le monde de l'islam Répondre en citant


 
Citation:


Second point : La question d'une sanction pour cas avéré d'apostasie ne se pose absolument pas en terre non-musulmane, mais uniquement à propos d'une terre d'Islam, une Dâr ul-islâm (comme c'est la règle pour toute sanction terrestre : cliquez ici et ici pour en savoir plus).



Trop aimable... :marteau)

http://www.maison-islam.com/articles/?p=488


L'une des doctrines de l'islam qui suscite le plus de honte auprès des musulmans, est la peine de mort pour les apostats, ceux qui renient l'islam. C'est un sujet qui irrite très vivement les musulmans. Dans le meilleur des cas, ils essaient de le nier ou de le minimiser. Lorsqu'ils sont à bout d'arguments, ils accusent d'islamophobie, de haine envers les musulmans, de racisme etc. tous ceux qui évoquent cette doctrine.

Dans les pays islamiques, les musulmans n’ont pas de problème à exprimer en public leur soutien à la peine de mort pour apostasie.

Laissons la parole aux érudits islamiques, ceux qui consacrent leur vie à l’étude de l'Islam.

Que disent les érudits islamiques ?

Le premier texte auquel nous faisons référence est “Reliance of the Traveller”, un guide de la Charia de l'école chafi'ite. Il porte un certificat de l'université Al-Azhar du Caire, numéro 1 des universités islamiques. Aux pages 595 à 598 de la version anglaise, on peut lire au §o8 ce qui suit (traduction libre) :

o8.0 Apostasie de l'Islam (appelée RIDDA)

o8.1 Une personne ayant atteint l’âge de puberté et saine d’esprit quittant volontairement l'Islam mérite d'être mise à mort.

o8.2 Dans un tel cas, le calife est obligé de lui demander de se repentir et de revenir vers l'Islam. S'il le fait, il est accepté; s'il refuse, il est immédiatement exécuté.

o8.3 S'il s'agit d'un homme libre, personne n'a le droit de le tuer, sauf le calife ou son représentant. Si quelqu'un d'autre le tue, cette personne doit être réprimandée (pour s'être arrogé le droit du calife).

o8.4 Aucune indemnité n'est due pour l'exécution d’un apostat (étant donné qu'il s'agissait de quelqu'un méritant de mourir).

o8.6 Si un époux d'un mariage consommé devient infidèle à l'Islam, le couple est séparé pendant trois cycles menstruels. Si l'époux revient à l'Islam avant la fin de cette période, le mariage est considéré comme n'ayant jamais été interrompu.

ACTES QUI SIGNIFIENT L'APOSTASIE DE L'ISLAM

o8.7 Les actes qui signifient l'apostasie de l'Islam sont entre autres :

(1) Vénérer une autre divinité

(2) Exprimer l'intention de devenir athée

(3) Exprimer des mots comme "Je suis Allah" ou "Allah est le tiers de trois"

(4) Offenser Allah ou son messager

(5) Nier l'existence d’Allah

(6 )Exprimer du sarcasme à propos d’Allah

(7 )Nier ou rajouter un verset du Coran ou toute chose pour laquelle les érudits déclarent unanimement qu'elle appartient au Coran

(8) Déclarer en moquerie : "J’ignore ce qu'est la foi"

(9) Répondre "Dire qu'il n'y a pas de force ou de puissance autre qu’Allah ne vous épargnera pas de la faim"

(10) Quand une personne opprimée déclare : "Ceci est une commande d’Allah" et qu'un dictateur répond : "J'agis sans les décrets de Allah"

(11) Dire d'un musulman qu'il est un infidèle

(12) Refuser d'apprendre la profession de foi islamique à quelqu'un qui le demande

(13) Dire d'un musulman ou de quelqu'un qui veut le devenir qu'il est non croyant

(14) Nier le caractère obligatoire de quelque chose sur lequel il existe un consensus entre musulmans

(15) Déclarer que l'un des prophètes d’Allah était un menteur

(16) Se moquer de l'Islam

(17) Prétendre que quelque chose se fasse sans la volonté d’Allah

(18) Nier l'existence des anges ou des djinns (sortes d'esprits)

(19) S'exprimer de façon sarcastique sur l'une des règles de la charia

(20) Nier qu’Allah avait comme but que toute l'humanité suive le message de Mahomet comme religion

Il existe encore bien d'autres choses car le sujet est pratiquement infini.

Manifestement, il est clair, pour ces gens, que renier l'Islam mérite la peine de mort et qu'un musulman n'est donc pas libre de quitter l'Islam. Comment est-ce possible ?  Le Coran ne dit-il pas au verset 2.256 qu'il n'y a "Nulle contrainte en religion" ? Les érudits ne connaissent-ils pas ce verset ? Ne savent-ils pas que l'Islam est une religion de liberté et de tolérance ?

Examinons ce que dit l'école Maliki sur ceux qui renient l'Islam. On trouve un manuel de la charia de cette école en cliquant sur le lien suivant (site internet de l’International Islamic University of Malaysia. Le chapitre 37 parle des apostats de l'Islam, du meurtre et d’autres actes répréhensibles similaires. Renoncer à l'Islam est donc considéré par cette école comme proche d'un meurtre. Le chapitre 37 est accessible en cliquant sur ce lien :

37.19 CRIMES CONTRE L’ISLAM

« Les hérétiques (Zindiq) doivent être mis à mort et leur repentance est à rejeter. Un hérétique est quelqu’un qui dissimule sa mécréance en prétendant embrasser l’islam. […] Un apostat doit aussi être tué sauf s’il se repent. Il lui est permis trois jours de grâce, s’il refuse à utiliser la chance du repentir, l’exécution doit avoir lieu. La même chose s’applique aux femmes apostates.

L'école Maliki montre donc la même "interprétation intolérante de l'Islam" qui implique que les renégats méritent d'être tués. Cette école ne connaît pas non plus le verset 2.256 qui dit qu'il n'y a nulle contrainte en religion.

Dans ce cas, d'où les érudits islamiques puisent-ils leur "interprétation" intolérante? Pourquoi pensent-ils que les apostats doivent être exécutés ?

Coran

Deux versets du Coran justifieraient la peine de mort pour tous ceux qui quittent la foi musulmane :

2.217 Ils t'interrogent sur le fait de faire la guerre pendant les mois sacrés. - Dis : “Y combattre est un péché grave, mais plus grave encore auprès d'Allah est de faire obstacle au sentier d'Allah, d'être impie envers Celui-ci et la Mosquée sacrée, et d'expulser de là ses habitants . L'association est plus grave que le meurtre.” Or, ils ne cesseront de vous combattre jusqu'à, s'ils peuvent, vous détourner de votre religion. Et ceux parmi vous qui adjureront leur religion et mourront infidèles, vaines seront pour eux leurs actions dans la vie immédiate et la vie future. Voilà les gens du Feu : ils y demeureront éternellement.

Le passage " vaines seront pour eux leurs actions dans la vie immédiate " laisse penser que le Coran prévoit une peine terrestre. Comme cela arrive fréquemment, le Coran n'est pas clair sur ce qu'il implique. C'est pour cela qu'il faut lire les Hadiths.

4.89. Ils aimeraient vous voir mécréants, comme ils ont mécru : alors vous seriez tous égaux ! Ne prenez donc pas d'alliés parmi eux, jusqu'à ce qu'ils émigrent dans le sentier d'Allah. Mais s'ils tournent le dos, saisissez-les alors, et tuez-les où que vous les trouviez; et ne prenez parmi eux ni allié ni secoureur.

Le Tafsir (commentaire du Coran) d’Ibn Kathir dit (voir dans ce lien tout en bas) que "tourner le dos" signifie avoir exprimé son rejet de l’Islam, déclarer publiquement ne plus être musulman. Ces personnes doivent être exécutées. Comme nous l'avons constaté ces dernières années en Europe, les musulmans considèrent "tourner le dos" dans un sens très large, qui comprend aussi émettre des critiques de l'Islam ainsi que les dessins satiriques et caricatures de Mahomet. Bon nombre de musulmans considèrent cela comme une déclaration de guerre. Conformément au verset 4.89, la musulmane néerlando-somalienne Ayaan Hirsi Ali, qui a renié sa religion, a reçu des menaces de mort.

Hadith

La peine de mort pour apostasie est surtout basée sur les Hadiths. Nous rappelons aux lecteurs que la loi islamique est autant basée sur les Hadiths que sur le Coran : les deux sources ont autant force de loi. Plusieurs Hadiths prescrivent la peine de mort pour les apostats sans donner d'autres circonstances atténuantes.

Bukhari 9.83.17:

Rapporté par 'Abdullah : « L'Apôtre d'Allah a dit : 'Le sang d'un musulman qui confesse que seul Allah peut être adoré et que je suis son Apôtre ne peut être versé excepté pour 3 cas : le meurtrier en raison de la loi du Talion (Qisas), l'adultère des personnes mariées, l'apostat qui abandonne l'Islam et quitte la communauté.' »

Bukhari 4.52.260:

Rapporté par Ikrima: Ali faisait brûler un certain nombre de personnes et cette nouvelle arrivait aux oreilles d’Ibn 'Abbas, qui disait: "Si j’étais à sa place, je ne les aurais pas brûlées, vu que le Prophète a dit 'Ne punissez personne de la peine d’Allah'. Il n’y a pas de doute, je les aurais tuées vu que le Prophète a dit : ‘Si quelqu’un (un musulman) rejette sa religion, tuez-le.’"

Bukhari 9.84.57 dit à peu près la même chose que 4.52.260

Bukhari 9.89.271

Rapporté par Abu Musa: Un homme s’est converti à l’islam puis s’est reconverti au judaïsme. Mu'adh bin Jabal arrivait et voyait l’homme chez Abu Musa. Mu'adh demandait: "Quel est le problème avec cet homme ?" Abu Musa répondait: "Il s’est converti à l’islam et puis s’est reconverti au judaïsme." Mu'adh disait, "Je ne vais pas m’asseoir avant que tu aies tué cet homme vu que c’est le verdict d’Allah et de son Apôtre.”

Bukhari 9.84.58 dit à peu près la même chose que 9.89.271

Il existe des Hadiths qui prescrivent la peine de mort pour les personnes ayant renié l'Islam et commis un autre crime. Il n'est pas clair que la peine de mort soit prononcée pour l'apostasie et pour le crime, ou seulement pour le crime. Un exemple est le hadith suivant:

Bukhari 9.83.37:

Abu Qilaba a rapporté: "Anas rapporte que des gens de la tribu de 'Ukl sont venus voir le Prophète et se sont convertis à l'Islam. Mais le climat de Médine ne leur convenait pas, et il devinrent malades et en plaignaient auprès du Prophète qui leur ordonna d'aller au berger de notre troupeau de chameaux et de boire du lait et de l'urine (comme médicament) des chamaux. Ils l’ont fait, et après avoir retrouvé la santé ils ont abandonné l'Islam, tué le berger et pris les chameaux.

Le Prophète envoya des hommes à leur poursuite qui les ont ramenés. Alors le Prophète ordonna que leurs mains et leurs jambes soient tranchées et que leurs yeux soient crevés à l'aide d’un fer chaud, et que leurs plaies ne soient pas soignées, jusqu'à ce qu'ils meurent." J'ai dit, "Est-ce qu’il y de plus grave que ce que firent ces gens? Ils tournèrent le dos à l'Islam, perpétrèrent meurtre et vol."

L’apostasie en pratique

Bien que la charia - selon toutes les grandes écoles de l’Islam, tant sunnites que chiites – prescrive la peine de mort pour les apostats, rares sont les pays l'ayant réellement intégrée à leur législation. La raison est tout simplement que cette peine est trop barbare, comme l'est aussi, par exemple, celle exigeant de couper la main d'un voleur ou la lapidation pour adultère. Mais cela ne signifie pourtant pas que les apostats ne soient pas inquiétés. Au contraire, de nombreuses méthodes sont utilisées pour leur rendre la vie impossible.

Enfermement dans une institution psychiatrique
Certains apostats sont enfermés dans une institution psychiatrique, parfois même torturés. En Égypte, ce fut le cas de Gaser Mahomet Mahmoud (consultez le lien suivant). Dans la même Égypte, on déroule par contre le tapis rouge pour les chrétiens qui se convertissent à l'Islam.

Assassiné par des "musulmans dévots"
Étant donné que la charia prescrit la peine de mort mais que peu de gouvernements l'appliquent, certains musulmans très dévots se sentent obligés d'exécuter eux-mêmes ce châtiment suprême. Ziwar Muhammad Isma'il, dans le Kurdistan irakien, en a été la victime, consultez le lien suivant.

Emprisonnement
En 2000, en Malaisie, quatre hommes furent condamnés à 20 mois d'emprisonnement pour avoir quitté la foi musulmane (voyez le lien suivant).

Dissolution du mariage et retrait de la tutelle sur les enfants
Dans la Jordanie "modérée", le mariage de Samer, qui venait de renier sa foi musulmane, a été dissous et il perdit la tutelle de son fils (cliquez sur le lien suivant).

Refus de changer la religion indiquée sur la carte d'identité
Ce subterfuge est utilisé dans la plupart des pays islamiques. Étant donné que la législation dépend de la religion du citoyen, celle-ci est également mentionnée sur la carte d'identité. Mais en pratique, il paraît impossible pour un musulman de changer sa religion pour en adopter une autre. C'était le cas pour la musulmane malaisienne Lina Joy, qui s'était convertie au christianisme. Étant donné l'impossibilité de faire changer l'intitulé de sa religion sur sa carte d'identité, il lui était également impossible d'épouser son fiancé chrétien, puisqu'une musulmane ne peut se marier qu'avec un musulman (consultez le lien suivant).

Comment explique-t-on cela "en Occident" ?

Dans les pays islamiques, les musulmans déclarent ouvertement que quitter la foi musulmane mérite l’exécution; mais ailleurs, en particulier en Occident, les représentants de l'Islam doivent user de stratagèmes pour contredire cet état de fait, ou le masquer. Ils ont recours à toute une batterie de raisonnements tronqués et de mensonges bien ficelés, pour tromper tous ceux qui ne connaissent pas bien l'Islam (comme la plupart des journalistes en Belgique). Voici quelques tactiques fréquemment utilisées:

La peine de mort pour apostasie n'est pas dans le Coran ; il y a seulement une sanction après la mort.

Effectivement, le Coran ne déclare pas de façon explicite "tuez quiconque quitte l'Islam". Sur ce point, comme sur beaucoup d'autres, le Coran demeure très vague et très flou. D'autres livres, les Hadiths, sont donc nécessaires pour connaître les intentions d’Allah.

L'un des versets utilisés pour prouver que l’unique sanction est celle de l'au-delà, est le verset 5.5 :

5.5 "... Et quiconque abjure la foi, alors vaine devient son action, et il sera dans l'au-delà, du nombre des perdants".

Un autre verset, le 9.74, parle cependant d'une peine dans ce monde ici-bas et dans l'au-delà. La punition du monde terrestre n'est pas spécifiée noir sur blanc. Les musulmans assurent qu'il ne s'agit pas de la peine de mort, parce que "et ils n'auront sur terre ni allié ni secoureur" implique que ces renégats continuent à vivre.

9.74. "Ils jurent par Allah qu'ils n'ont pas dit (ce qu'ils ont proféré), alors qu'en vérité ils ont dit la parole de la mécréance et ils ont rejeté la foi après avoir été musulmans. Ils ont projeté ce qu'ils n'ont pu accomplir. Mais ils n'ont pas de reproche à faire si ce n'est qu'Allah - ainsi que Son messager - les a enrichis par Sa grâce. S'ils se repentaient, ce serait mieux pour eux. Et s'ils tournent le dos, Allah les châtiera d'un douloureux châtiment, ici-bas et dans l'au-delà; et ils n'auront sur terre ni allié ni secoureur."

Mais selon les érudits islamiques, le verset 4.89 cité précédemment, prescrit la peine de mort pour quiconque renonce à l'Islam :

4.89. "Ils aimeraient vous voir mécréants, comme ils ont mécru : alors vous seriez tous égaux! Ne prenez donc pas d'alliés parmi eux, jusqu'à ce qu'ils émigrent dans le sentier d'Allah. Mais s'ils tournent le dos, saisissez-les alors, et tuez-les où que vous les trouviez; et ne prenez parmi eux ni allié ni secoureur"

« Jusqu'à ce qu'ils émigrent dans le sentier d'Allah » signifie ici mener le Djihad, la guerre pour la diffusion de l'Islam. À l'époque de la révélation du Coran, cela implique de participer aux opérations offensives de conquêtes de Mahomet. Les hypocrites visés ici ne voulaient pas accompagner ce dernier dans sa série interminable de batailles contre les non-croyants. Allah donna l'ordre de les surveiller attentivement et de les massacrer si jamais "ils tournent le dos".

Dans l'Islam, "tourner le dos" est un concept très large. Il peut avoir une signification militaire ou non. Comme on l'a vu dans l'affaire des caricatures, une bonne partie de la communauté musulmane de la planète considère qu'émettre une critique (même justifiée et bien documentée) sur l'Islam est considéré comme un acte d'agression, auquel il faut répondre par une action "adéquate". C'est pourquoi des attentats meurtriers sont élaborés contre les caricaturistes. Ces terroristes s'inspirent de l'exemple de Mahomet, qui fit tuer ses détracteurs. Par exemple Asma Bint Marwan, Abu Afak et Ka’b Bin Al-Ashraf, qui n'avaient commis aucun acte militaire mais seulement critiqué Mahomet.

Un ex-musulman peut par exemple "tourner le dos" quand il déclare pourquoi il n'est plus musulman, par exemple : "J'ai quitté l'Islam après avoir lu la biographie de Mahomet rédigée par Ibn Ishaq. Cette biographie, écrite par un musulman dévot, montre que Mahomet était très violent." De tels apostats peuvent être mis à mort.

La peine de mort pour apostasie est bel et bien prévue dans les Hadith, mais elle ne prévaut qu'en cas de haute trahison. C'est normal étant donné que la haute trahison en temps de guerre est punie de la peine de mort dans la plupart des pays.

Un article qui suit ce raisonnement est "Godsdientsvrijheid in de Islam" (en français : Liberté de religion dans l'Islam), écrit en néerlandais par Linda Bogaert. Un article que l'on pourrait résumer par : "N'ayez pas peur, tout cela est simplement dû à un immense malentendu". Nous avons traduit le passage concernant la peine de mort pour apostasie (l'abandon de la foi) :

Un malentendu, selon lequel les musulmans apostats [qui ont quitté la foi musulmane] méritent la peine de mort, repose sur une interprétation tronquée d'un hadith (une déclaration de Mohamed rapportée par ses contemporains), qui déclare : "Man baddala Dinahu faqtuluh", ou en français : "Tuez celui qui change de religion". Nous avons une fois de plus affaire à une règle de la loi martiale, et non pas une règle relative à la foi. Que s'est-il passé ? A l'époque, plusieurs juifs de Médine avaient échafaudé un plan pour déstabiliser la communauté musulmane. Certains juifs devaient donner l'impression de se convertir à l'Islam, pour ensuite rejeter cette religion. Ce plan devait être répété plusieurs fois, afin de semer le doute et l'inquiétude parmi la communauté des musulmans de Médine. Lorsque le prophète en eut vent, il ordonna de tuer les juifs coupables. Les érudits soulignent que la peine de mort n'a pas été prononcée parce qu'ils avaient rejeté l'islam, mais parce qu'ils étaient en guerre avec les musulmans et voulaient, par leurs actes subversifs, miner le gouvernement et la communauté islamiques. La règle édictée par le prophète concerne donc cette situation spécifique, en l'occurrence la haute trahison, qui n'a rien à voir avec la foi des personnes concernées, mais bien un acte de subversion contre l'État. On ne connaît aucun cas dans lequel le prophète Mahomet a ordonné la peine de mort contre quelqu'un ayant renié l'islam.

Nous avons souligné dans ce texte plusieurs points intéressants, que nous commentons ci-dessous.

"Malentendu" : En général, c'est l'introduction type de tout article rédigé par Linda Bogaert. Tous les commentaires négatifs sur l'Islam semblent reposer sur un énorme malentendu. Ils donnent ainsi à penser que les islamophobes comprennent et présentent tout de travers. Pourtant, les musulmans eux-mêmes continuent d'alimenter ce malentendu, la preuve par la condamnation à mort de l'apostat Abdelrahman en Afghanistan.

"Une interprétation tronquée d'un Hadith" : L'auteur de l'article laisse subtilement penser que la peine de mort pour apostasie n'est mentionnée que dans un seul hadith. C'est faux, car elle l'est dans plusieurs. Aucune des six collections Sahih hadith ne contient une tradition de Mahomet indiquant des conditions complémentaires pour mériter la peine de mort pour apostasie. Étonnant : l'auteur ne mentionne pas de référence de ladite hadith.

“ Nous avons une fois de plus à faire avec une règle de la loi martiale, et non pas relative à la foi” : Une déclaration que gobe aveuglément l'Occidental moyen, la religion étant ici considérée comme quelque chose de spirituel, et donc relevant de la vie privée. Cependant, Linda Bogaert relate dans un autre passage de son article que l'islam est un système qui englobe tous les aspects de gestion d'un État, y compris politiques et militaires. Il est donc impossible de faire la distinction entre foi et guerre. Dans le chapitre de notre site Internet consacré au Djihad selon l'école Shafi'ite, nous constatons que les musulmans sont en principe en guerre jusqu'à ce que l'Islam se soit imposé sur la planète entière. Les musulmans ont le devoir collectif de participer au djihad. Tous les musulmans du monde appartiennent à une grande communauté qui est en guerre; ils sont donc tous les soldats d’Allah. Lorsqu'un musulman quitte ce système, il est tout naturellement considéré comme un déserteur qui commet un acte de haute trahison. Les musulmans qui tournent le dos à l'Islam sont d'ailleurs généralement considérés comme tels par leurs familles et leurs proches.

“Plusieurs juifs de Médine avaient échafaudé un plan destiné à déstabiliser la communauté musulmane ... parce qu'ils étaient en guerre avec les musulmans”: Linda Bogaert décrit comment la société musulmane a été déstabilisée ; par des gens qui sèment le doute et l'inquiétude, en se convertissant à l’Islam et puis en le rejetant. Elle déclare ensuite que cela équivaut à mener la guerre (psychologique sans doute), et mérite par conséquent la peine de mort pour "haute trahison". Linda Bogaert utilise expressément ce terme pour minimiser la mise à mort d'un apostat, parce que c'est un terme bien connu par les Occidentaux. Mais chez nous, il concerne plutôt une action ayant un caractère militaire, comme de l'espionnage pour le compte de l'ennemi, la communication de données militaires et stratégiques. Par contre, remettre en question la démocratie ou le système capitaliste n'est pas considéré comme un acte de haute trahison. Dans l'exemple avancé par l'auteur de l'article, il n'est nullement question d'actes belliqueux ou armés. Son argumentation est jusqu'à ce jour utilisée par des gouvernements de pays islamiques pour sanctionner les apostats d'une manière ou d'une autre. On avance divers prétextes, comme susciter l'agitation sociale ou mettre en péril la sécurité nationale. En Algérie, le gouvernement a voté voici quelques années une loi qui rend punissable "tout acte susceptible de mettre en doute la foi d'un musulman". Or quelqu'un qui renonce à l'islam et fait connaître son choix est naturellement susceptible de déstabiliser la foi des musulmans, et doit donc être arrêté et condamné.
Le raisonnement suivi expose une fois de plus le renforcement problématique de la foi et de la politique, de la législation et de la guerre dans l'Islam..

“On ne connaît aucun cas dans lequel le prophète Mahomet a ordonné la peine de mort contre quelqu'un ayant renié l'Islam”:

Ici, Linda Bogaert déplace la charge de la preuve vers le lecteur. Seul un érudit est capable de la contredire. Pourtant elle a tort : un tel cas a été relaté par Ibn Ishaq en page 550, dans le contexte de la conquête de La Mecque par Mahomet. Nous citons :

Ibn Ishâq dit :

L'Envoyé D'Allâh avait ordonné à ses généraux musulmans, quand il leur avait enjoint d'entrer dans le Mecque, de ne combattre que ceux qui les combattaient. Mais en même temps, il a donné l'ordre de tuer quelques personnes qu'il désigna par leurs noms même s'ils sont trouvés sous les voiles de la Ka'bah, et parmi eux: 'Abd Allâh b. Sa'd, le frère des Banû 'Amir b Lu'ayy.

L'Envoyé d'Allah donna l'ordre de tuer celui-ci parce qu'il avait auparavant embrassé l'Islam, et écrivait la révélation descendue sur l'Envoyé d'Allâh, puis il apostasia, et retourna aux Quraysh. Ibn 'Abd Allâh b. Sa'd se réfugia alors chez 'Uthmân b. 'Affân qui était son frère de lait.

Une source autre qu’Ibn Ishaq signale également qu’Abdullah avait l'habitude de rédiger le Coran selon les termes que lui dictait Mahomet. Abdullah donna quelques suggestions d'adaptation, approuvées par Mahomet. Il arriva à la conclusion que le Prophète inventait des passages du Coran et que ses "révélations divines" n'étaient qu'une gigantesque arnaque. Il tourna le dos à l'Islam et s'en retourna à La Mecque. L'apostasie étant frappée de peine de mort, la fuite était la seule option pour lui.

Il y a des commentaires du Coran qui disent que le passage suivant du Coran “De même celui qui dit : “Je vais faire descendre quelque chose de semblable à ce qu'Allah a fait descendre" c’est-à-dire le verset 6.93 parle d’Abdullah b. Sa’d:

6.93. Et quel pire injuste que celui qui fabrique un mensonge contre Allah ou qui dit : “Révélation m'a été faite”, quand rien ne lui a été révélé. De même celui qui dit : “Je vais faire descendre quelque chose de semblable à ce qu'Allah a fait descendre.” Si tu voyais les injustes lorsqu'ils seront dans les affres de la mort, et que les Anges leur tendront les mains (disant) : “Laissez sortir vos âmes. Aujourd'hui vous allez être récompensés par le châtiment de l'humiliation pour ce que vous disiez sur Allah d'autre que la vérité et parce que vous vous détourniez orgueilleusement des Ses enseignements”.

Les commentaires coraniques de Tanwîr al-Miqbâs min Tafsîr Ibn ‘Abbâs et Asbab Al-Nuzul par Al-Wahidi expliquent le contexte dans lequel la peine de mort pour l’apostat Abdullah b. Sa’d mentionné dans la Biographie d’Ibn Ishaq, a été prononcée. Vous pouvez lire ce qu’ils ont écrit en cliquant sur les liens.

La peine de mort pour apostasie existe, mais n'est plus exécutée de nos jours.

Il s’agit clairement d’un raisonnement absurde. Imaginez qu'un gouvernement édicte la peine de mort contre les hommes portant la barbe. Dès le lendemain, aucun barbu n'osera sortir en rue. On pourra dire que cette peine de mort contre les hommes barbus n'est pas grave parce qu'elle n'est jamais exécutée. Mais si un jour, un homme portant la barbe est emprisonné puis exécuté, on dira qu'il l'a cherché parce qu'il était averti et n'avait qu'à respecter la loi.

Comme expliqué ci-dessus, les apostats vivant dans les pays islamiques subissent des tracasseries de tous genres.

La peine de mort pour apostasie n'est pas pratiquée en Occident, mais uniquement dans un État islamique.

En Occident, les imams avancent cette argumentation pour rassurer les gens. Ils n'ajoutent évidemment pas qu'ils œuvrent à la création d'un État islamique comme société idéale. On peut se demander si la Belgique peut laisser le droit de parole aux imams qui ne rejettent pas le principe de la peine de mort pour apostasie, mais disent seulement y renoncer en Belgique. Le Mouvement des ex-musulmans belges estime que les imams de Belgique doivent reconnaître que cet aspect problématique existe réellement dans l'Islam et qu'ils doivent rejeter de façon explicite et catégorique la déclaration de Mahomet "doit être tué quiconque change de religion".

Un gros scandale : nombre d'enseignants autrichiens en religion musulmane tolèrent la peine de mort pour apostasie

En Autriche, une enquête auprès des enseignants de religion islamique a été rendue publique en 2009. 18,2 % d'entre eux étaient d'accord avec la peine de mort pour apostasie à l'Islam. Le gouvernement autrichien et les représentants de la communauté musulmane ont réagi en déclarant qu'il s'agissait d'un "problème culturel" et que les enseignants de religion musulmane, qui venaient souvent d'un pays étranger, n'avaient pas suffisamment de connaissances de la société occidentale.
Bien entendu, il s’agit de la réaction typique de l'autruche. Plutôt que d'un problème culturel, il s'agit bien davantage d'un problème en matière de la connaissance de l'islam par ces enseignants, car on pourrait s'attendre à ce qu'ils plaident tous en faveur de la peine de mort pour apostasie. C'est clairement indiqué dans les recueils de lois de l'Islam, sur lesquels est basée une partie de leur formation. Comme on pourrait penser que 100 % des enseignants de religion catholique considèrent l'avortement comme un pêché. Le problème culturel des enseignants de l'islam est que 18,2 % ne savent pas qu'ils ne peuvent tenir de tels propos en Autriche. 81,8 % sont conscients qu’ils n'ont d'autre choix que de se taire sur un thème aussi sensible. Une fois de plus: un enseignant "modéré" ment quand c'est nécessaire tandis qu’un enseignant "extrémiste" dit la vérité sur l'islam.

http://www.exmusulman.org/peine-de-mort-pour-apostats.html
http://www.exmusulman.org/peine-de-mort-pour-apostats.html
_________________
J'ai décidé de combattre l'islam ; s'il vous plaît comprenez ma déclaration : combattre l'islam, pas l'islam politique, pas l'islam militant, pas l'islam radical, pas l'islam wahhabite, mais l'islam en lui-même... L'islam n'a jamais été incompris, l'islam est le problème... (les musulmans) doivent comprendre qu'ils n'ont que deux choix : changer ou être écrasés.
(Wafa Sultan, psychiatre syrienne exilée aux USA)"


Dernière édition par Kamel le Jeu 10 Juil - 17:02 (2014); édité 1 fois
Revenir en haut
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 7 864
Localisation: Paradis d'Allah
Emploi: empêcheur de tourner en rond
Loisirs: amour toujours
Masculin
Point(s): 27 032
Moyenne de points: 3,44

MessagePosté le: Jeu 10 Juil - 12:41 (2014)    Sujet du message: La honte de l'Islam : Mise à mort de ses apostats Répondre en citant

C'est faux de dire que la peine de mort n'est plus exécuté pour apostasie
Elle est exécutée dans les pays de charia dur
comme la Mauritanie
la Libye
le Soudan
l'Arabie
l'Iran
le Pakistan
l'Afghanistan
Dans les pays de charia molle on pousse les apostats à l'exil ou au suicide
Tu dois savoir ça
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 7 864
Localisation: Paradis d'Allah
Emploi: empêcheur de tourner en rond
Loisirs: amour toujours
Masculin
Point(s): 27 032
Moyenne de points: 3,44

MessagePosté le: Mer 29 Juin - 10:52 (2016)    Sujet du message: La honte de l'Islam : Mise à mort de ses apostats Répondre en citant

https://www.youtube.com/watch?v=O4_2dTJHz64



https://youtu.be/HV9QQrUYsVg


_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
pinson



Hors ligne

Inscrit le: 01 Déc 2016
Messages: 7
Localisation: sur une branche en France
Emploi: retraité
Loisirs: jardinage
Masculin
Point(s): 42
Moyenne de points: 6,00

MessagePosté le: Ven 9 Déc - 08:00 (2016)    Sujet du message: Re: Interview d'un ancien musulman ayant apostasié Répondre en citant

Kamel a écrit:
Qui êtes-vous, l’Insoumis ? Pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs, et nous dire comment est ce que vous êtes devenu musulman ?

[KS, l’Insoumis] Je suis né à la fin des années 60 en Algérie, j'ai eu une scolarité normale jusqu'à mon entrée à l'université, au début des années 90. À la fin de mes études, je me suis installé en Europe où je travaille et me suis intégré. 
Bien évidemment, je suis issu d'une famille musulmane pratiquante ; une famille nombreuse - je suis le cadet de 10 enfants - où l'islam se pratique d'une manière légèrement « modérée », quoique je ne crois pas vraiment que ce terme ait du sens en islam. Mes parents m’ont évidemment élevé dans la religion, et m’ont toujours poussé à pratiquer la religion - prière, jeûne etc.

La suite...

http://www.postedeveille.ca/2012/02/interview-d-un-ancien-musulman-ayant-ap…



MERCI, ami Kamel, d'avoir publié un tel témoignage.




Cela me fait penser au livre témoignage de Nabeel QURESHI "A la recherche d'Allâh, j'ai trouvé Jésus" qui explique merveilleusement comment l'éducation coranique formate des Musulmans "inconvertissables"...


Nabeel Qreshi, lui, a trouvé Jésus. Dommage -- à mon humble avis -- que l'Insoumis n'ait trouvé que l'athéisme !....
_________________
G.B Shaw :"Si tu as une pomme, que j'ai une pomme, et que l'on échange nos pommes, nous aurons chacun une pomme. Mais si tu as une idée, que j'ai une idée et que l'on échange nos idées, nous aurons chacun deux idées."


Revenir en haut
Marmhonie
Equipe de modération
Equipe de modération


Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2017
Messages: 125
Localisation: San Francisco
Emploi: Retraité
Loisirs: Paléographie
Masculin
Point(s): 781
Moyenne de points: 6,25

MessagePosté le: Mar 21 Fév - 22:54 (2017)    Sujet du message: La honte de l'Islam : Mise à mort de ses apostats Répondre en citant

Mahomet, faux prophète non juif, assassin & fanatique (Voltaire)

Tous les prophètes bibliques ont été juifs, sans exception, y compris Jean le Baptiste et Jésus-Christ
Or dans le Coran le dernier prophète n'est plus Jean le Baptiste, ce serait Mahomet lui-même, et Îsa ne serait plus le Christ, et musulman !

==> Si donc vous trouvez un prophète biblique, et le Coran est complètement biblique, d'Adam à Îsa, qui ne soit pas juif, ce n'est pas la Volonté de Jéhovah et il est anathème !

Selon la Bible, le fameux Mahomet n'était pas un messager de Dieu :
-» il n'existe aucun écrit prophétique annonçant sa venue.
-» le Coran contredit plus qu'il ne confirme pas la Bible, le Coran plagie ce recueil de Livres juifs mal compris.
-» selon les historiens Mahomet n'était pas un homme intègre : assassin, pédophile, criminel de masse, et j'en passe.
-» Mahomet aurait eu un total de plus de 11 femmes (sans compter les esclaves) dont 9 en même temps.
-» Mahomet n'a fait aucun "vrai" miracle (il n'a pas rendu la vue aux aveugles, guéri de paralytiques, ni ressuscité des morts contrairement à Jésus et à ses disciples).
-» Il ne peux être le plus grand des prophètes puisque Jésus a informé que c'était Jean le Baptiste.


Le Mahomet était donc un pervers vicieux, menteur affirmant les Livres sacrés des juifs falsifiés par eux, non juif lui-même, et donc un imposteur, le plus grand de l'Histoire des Religions !


C'est à cette même conclusion que Voltaire, père du siècle des Lumières où la raison a droit sur les superstitions, arrive aussi. Il écrivit une célèbre pièce de théâtre, "Mahomet, le fanatisme"

”Ce n’est qu’à Mahomet, à ses pareils, à toi,
Que je prétens, Omar, inspirer quelque effroi.
Tu veux que du Sénat le Schérif infidèle
Encense un Imposteur, & couronne un Rebelle !
Mais ce Héros, Omar, est un traître, un cruel,
Et de tous les Tyrans c’est le plus criminel.”


Voltaire au 18e siècle avait bien cerné le personnage !
Pièce de théâtre de Voltaire sur le fanatisme de Mahomet


_________________
Bible de Jérusalem (PDF) (73 Livres) & NT Osty & Catéchisme de St Pie X & Rituale romanum Pauli V(PDF)


Revenir en haut
Marmhonie
Equipe de modération
Equipe de modération


Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2017
Messages: 125
Localisation: San Francisco
Emploi: Retraité
Loisirs: Paléographie
Masculin
Point(s): 781
Moyenne de points: 6,25

MessagePosté le: Mar 21 Fév - 23:12 (2017)    Sujet du message: La honte de l'Islam : Mise à mort de ses apostats Répondre en citant

Ne vous trompez pas, Allah n'est pas le bon Dieu universel


Apostats blessés, humiliés, chassés, passez du trouble à la paix
Ne confondez pas comme le Coran moderne, infidèle, non croyant, athée (très différent du non croyant). Le Coran annule la Bible, il la rejette, ne l'oubliez jamais. Le Coran moderne est un désherbant toxique pour la raison, le bon sens et votre liberté d'aimer, de croire ou pas librement ce que vous voulez. Le Coran moderne n'en finira jamais de changer, puisqu'il absorbe tout et islamise tout après son révisionnisme radical.

C'est comme la notion inconnue apparue dans le Coran, de Djihad, plus que la permission de tuer, le devoir de tuer tout non musulman qui est cela, l'infidèle ! Croire en Allah ne suffit pas, il faut croire tout du prophète arabe et tout renier encore qui soit juif et chrétien, c'est cela, la confession de foi musulmane. Terrifiant.





Nous n'avons pas ces notions, on ne peut comprendre la Taqiya, le devoir de mentir, par exemple.

Quel musulman a lu le Coran, encore moins étudié ? C'est de cette naïveté qu'on se joue.
Ce dieu, Allah, n'a strictement rien à voir avec le Dieu universel. Ce n'est pas parce qu'il est unique, qu'il est le même !

Idem, Jésus n'apparaît jamais dans le Coran, c'est une fausse copie, Îsa, musulman, arabe, venu pour annoncer Mahomet seulement, après avoir reçu le Coran sur la tête comme le futur Mahomet.

C'est ça, hélas le Coran.
Pas de pardon non plus dans ce Coran protéiforme, tout est déjà écrit de toute forme de vie. Insupportable.

Vous, apostats, osez vivre votre vie à vous, unique, en paix, et n'oubliez jamais de savoir rire de tout. S'il y a un Dieu. et il y a certainement suelque chose car le hasard est défié, il est valable pour tout le monde. S'il n'y en a pas, c'est aussi valable pour tout le monde. La galère, elle nous est commune.

Alors, autant aimer et dénoncer les impostures, comme vos excellents témoignages de vie, qu'aucune littérature, fut-elle divine, ne peut exposer à votre place !

L'amitié, aussi fort que l'amour divin
N'oubliez pas l'amitié, plus humble, pauvre, putain pour les fiers, et pourtant si authentiquement humaine. L'ami, il pense à vous quand vous ne pensez plus à vous, abandonné, désespéré. On a tous eu jotre "Vietnam", et depuis, on alerte que ce monde hypocrite n'hérite pas de la terre de nos ancêtres, mais l'emprunte à celle de nos enfants.
C'est inacceptable.

Donnez du savoir, libérez les consciences, ouvrez des fenêtres.
Marmhonie, apprenti utopiste.
_________________
Bible de Jérusalem (PDF) (73 Livres) & NT Osty & Catéchisme de St Pie X & Rituale romanum Pauli V(PDF)


Revenir en haut
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 7 864
Localisation: Paradis d'Allah
Emploi: empêcheur de tourner en rond
Loisirs: amour toujours
Masculin
Point(s): 27 032
Moyenne de points: 3,44

MessagePosté le: Ven 23 Juin - 16:14 (2017)    Sujet du message: La honte de l'Islam : Mise à mort de ses apostats Répondre en citant

Si tu étais né en pays d'islam avec du coran 24 heures sur 24 que ce soit à la radio ou à la télé, ce sera difficile pour toi de te libérer de l'islam sachant en plus que celui qui quitte l'islam, tout bon musulman a le droit de l'égorger de façon halal

Même en France les apostats de l'islam vivent plus ou moins clandestinement et dans la peur des fous de PBSL.

Les barbus le rasent
Par Judith PERRIGNON — 1 mars 2006 à 20:30

    Les barbus le rasent

Par les temps qui courent, il serait presque soulagé. Qu'enfin ça pète, que la figure du Prophète dessine le visage intolérant de l'islam, que les Arabes et les juifs se haïssent à découvert, que la République française n'ait d'autres choix que de reconnaître son échec. Ainsi, il se sent moins seul, avec son histoire et ses désillusions. La preuve, après enquête et recoupements, le voilà dans le journal.

Messaoud Bouras a apostasié l'islam, le Prophète, et le temps passant, tous ses adeptes. Il n'a pas vu ses enfants depuis deux ans. Ils vivent à Roubaix, là où il naquit, grandit et milita. Il n'y met plus les pieds. «Mon divorce a pour origine l'intolérance religieuse.» Il est au chômage. Il a les joues creuses, les yeux brillants chapeautés d'épais sourcils, des mots gonflés par la douleur, parfois tentés par la provocation. Il respire les combats perdus. Et s'il écrit un jour son histoire, il l'appellera : les Musulmans m'ont tué.

Chapitre I. Messaoud naît à Roubaix, de parents kabyles venus en France au début des années 60. Il est l'aîné de neuf enfants. Le père est ouvrier teinturier du textile, chez Caullier et Delaoutre, musulman classique qui fait la prière et le ramadan, la mère est pieuse et (alors) sans foulard. La famille, installée dans le quartier populaire de l'Alma, prêche le sérieux et le respect à ses enfants. Messaoud est fragile, il fait des bronchites à répétition, il est régulièrement hospitalisé. A 6 ans, il est donc mis dans une école spécialisée, pas à l'Alma. Le jour, il grandit loin du quartier, ici comme ailleurs chaudron communautaire. Il y revient, toujours malingre, à l'âge ordinaire des premiers prurits virils, collège Anne-Franck. «J'étais chétif, je n'appartenais à aucune bande, je n'avais pas de grand frère, je me faisais racketter, frapper, on me disait : "Tu parles comme un Français." Tout me prédisposait à une attitude de recul vis-à-vis du communautarisme.» Le prof de français a repéré la graine d'affranchi, il l'encourage à lire.

Chapitre II. Tandis que le textile s'effondre, met au chômage technique le père et au chômage tout court oncles et cousins, Messaoud passe brillamment son bac au lycée Maxence-Van-der-Meer, et participe à la marche des beurs. Il s'éveille politiquement, lance une association de jeunes issus de l'immigration, fait de l'animation de quartier, affronte son père pour protéger les frangines, suit les cours d'économie à la fac d'éco de Lille. En 1988, Messaoud est responsable du suivi scolaire du quartier de l'Alma. Muni d'une licence, il se lance dans la vie professionnelle, au coeur de l'action sociale, chargé auprès de mairies ou d'offices HLM, de la jeunesse, de logement, de développement social de quartier. En 1995, alors que la violence grimpe les escaliers des cités, il est chargé de mission de sécurité par l'Opac du Pas-de-Calais. «J'ai fait plus de 200 procédures, concernant les agressions, le vandalisme, commis dans une immense majorité par des jeunes issus de l'immigration. Au tribunal, je demandais une sanction exemplaire, la fin de la loi du silence. Mais ça me valait d'être poursuivi, insulté, traité de "sale Blanc", de "pauvre harki". Il retombait sur les costauds et les caïds des cours de récré. Il était alors sympathisant des Verts. Pensait et pense encore : «Une grande partie de la gauche a sombré dans l'idéologie victimaire, c'est une vision postcoloniale.»

Chapitre III. Il raconte un mariage qui très vite tourne mal, deux enfants naissent, Syriane puis Gybril. La mésentente s'installe, la religion s'en empare, à moins que ce ne soit l'inverse. L'épouse a fait du droit, ne porte pas le voile, mais invoque la loi divine, appelle frères et imam à la rescousse, pour contrer son mari si peu pratiquant, même les jours de ramadan. Tous l'appellent «le mécréant». Les insultes ont changé, celles de l'enfance étaient empreintes de guerre coloniale, celle d'aujourd'hui emprunte à la religion revenue en force avec les années 90. En 2002, après onze années de vie conjugale, Messaoud Bouras ramasse quelques affaires, s'enfuit et engage une procédure de divorce. Le juge aux affaires familiales ne lui accorde qu'un droit de visite à l'amiable. Mais l'accord est introuvable. Il raconte la brutalité des frères, des mains courantes après ses plaintes à la police. Elle se plaint du harcèlement par SMS. Il n'a plus revu ses enfants, aujourd'hui 11 et 8 ans. Un troisième est né, d'une mère «française». Ils l'ont appelé Benjamin, il a 2 ans : «C'est un prénom juif, j'ai beaucoup combattu la judéophobie de ma communauté, c'est aussi une référence à un film que j'ai vu à 14 ans, l'Oncle Benjamin, avec Jacques Brel, histoire d'un médecin libre-penseur et épicurien.»

Chapitre IV. Il part en guerre. Et tout s'imbrique, déchirure familiale et combat politique. L'année où il fuit sa femme, il quitte aussi les Verts, devenu selon lui l'instrument du lobbying politique des islamistes. Il y a effectivement parmi les responsables écologistes des représentants de mouvances musulmanes, aux interfaces religieuses proches de Tariq Ramadan. Bouras dénonce publiquement, via la presse locale, un cercle de réflexion subventionné par la mairie, parfois tribune antisémite. L'association porte plainte en diffamation, défendue par Me Jean-Louis Brochen (M. Martine Aubry). Messaoud gagne le procès. Mais il est définitivement persona non grata, «mort politiquement et socialement à Roubaix», dit-il. Il ne donne à personne sa nouvelle adresse. Il est menacé par une avalanche de mails. Il les garde tous. Il inonde à son tour élus et journalistes.

Il a relu tout le Coran. «Je n'y ai pas trouvé une seule fois le mot "amour". Jésus dit à la foule qui veut lapider la femme infidèle qu'il faut pardonner, le Coran ordonne de la tuer.» Il est intarissable, explique que la tolérance a généré l'intolérable, assure que s'il existe des musulmans modérés, il n'y aura jamais d'islam des Lumières. «Les versets sont incompatibles avec les droits de l'homme. En fait, l'islamisme n'est pas né de la misère, mais de la frustration de la puissance perdue et du besoin de pouvoir. L'islam a raté la modernité. Il n'a rien créé : ni la démocratie, ni la croissance économique.»

Il prend des risques à parler ainsi. On le traitera de dingue tendance parano, mais bien des connaisseurs du bocal de Roubaix confirment ce qu'il raconte de la construction politique locale. D'autres le diront lepénisé par la rancoeur. Il a rejoint le discret mouvement des musulmans laïques de France, il craint Sarkozy : «C'est un libéral qui veut remplacer les mécanismes de solidarité par la charité communautaire.» Et en veut à la gauche. «Par choix électoraliste, Lille et Roubaix sont devenus les capitales françaises de l'islamogauchisme.» Villes qui tentent écoles islamiques et piscines municipales avec jour des hommes et jour des femmes.

Il est trop tôt pour dire la fin de l'histoire. Messaoud Bouras promène sa silhouette de soldat amoché du côté de Lille, avec dans son cartable un livre, la Schizophrénie de l'islam (1), et des coupures de presse où il est question de lui. Il connaît le frisson de la liberté conquise. «La culture musulmane prédispose à l'immaturité sexuelle, affective et psychologique. Moi, j'ai fait beaucoup de progrès.» Il peut aussi sombrer. Il a des douleurs violentes à la tête, autour des yeux, dans la mâchoire. Il était un enfant chétif. Mais cette fois, c'est lié à la pression et au bruit des sirènes identitaires.

(1) D'Anne-Marie Delcambre. Editions Desclée de Brouwer.

Photo Edouard CAUPEIL

Messaoud Bourasen 6 dates

Août 1964

Naissance à Roubaix (Nord).

1983

Première marche des beurs.

1987

Licence d'économie.

1991

Se marie.

2002

Engage une procédure de divorce.

2005

Dénonce dans le quotidien Nord Eclair l'instrumentalisation des Verts de Roubaix par les islamistes.
Judith PERRIGNON

_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Marmhonie
Equipe de modération
Equipe de modération


Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2017
Messages: 125
Localisation: San Francisco
Emploi: Retraité
Loisirs: Paléographie
Masculin
Point(s): 781
Moyenne de points: 6,25

MessagePosté le: Dim 25 Juin - 14:33 (2017)    Sujet du message: La honte de l'Islam : Mise à mort de ses apostats Répondre en citant

J'ai pourtant vécu des années dans un pays musulman, 24h sur 24, sans jamais rien en dire, et en sachant de quoi je parle, des amis tués, et sans faire aucun étalage.
Pudeur et discrétion, je suis un lanceur d'alerte qui fait vivre la mémoire anonyme d'esprits de liberté fauchés par de "bons musulmans" nullement fous, et protégés par la police.
Qu'a-t-on besoin de connaître un parcours humain ? Je suis un vieux loup.
_________________
Bible de Jérusalem (PDF) (73 Livres) & NT Osty & Catéchisme de St Pie X & Rituale romanum Pauli V(PDF)


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé







MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:33 (2017)    Sujet du message: La honte de l'Islam : Mise à mort de ses apostats

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Apostats de l'islam Index du Forum >>> Apostats de l'islam >>> Apostasie, quitter l'Islam Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème réalisé par SGo