Apostats de l'islam Index du Forum
Apostats de l'islam
La vraie nature de l'islam - Passer de l'ombre de l'obscurantisme à la lumière de la connaissance
 
FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 

 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Syrie
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  
Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Apostats de l'islam Index du Forum >>> Apostats de l'islam >>> Histoire et géopolitique des religions

Auteur Message
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 8 602
Masculin
Point(s): 27 592
Moyenne de points: 3,21

MessagePosté le: Mer 14 Déc - 15:48 (2016)    Sujet du message: Syrie Répondre en citant

«Il existait une ville appelée Alep»
Par Luc Mathieu — 13 décembre 2016 à 21:17


Dans le quartier de Boustane al-Qasr, à Alep, le 12 décembre. Photo AFP
Après un mois de bombardements incessants, la deuxième ville syrienne est en passe d’être reprise par l’armée d’Al-Assad et ses alliés. Un plan d’évacuation des civils et rebelles devait débuter ce mercredi matin.

  • «Il existait une ville appelée Alep»

Les rebelles d’Alep ont perdu. Ils étaient, mardi soir, acculés dans les ruines des quartiers Est, retranchés dans un réduit de quelques kilomètres carrés. Les soldats du régime de Bachar al-Assad et leurs supplétifs libanais, irakiens, afghans et iraniens les encerclent et avancent. Leur victoire ne fait aucun doute. Elle pourrait être déclarée «à tout moment», selon un porte-parole de l’armée syrienne, «99 %» des quartiers visés ayant été repris. La veille, c’était «98 %».
Seuls la pluie et les nuages ont ralenti mardi le rythme des bombardements des avions russes et syriens. Ils n’ont pas cessé depuis le 15 novembre, avec une violence jamais vue en plus de quatre ans de guerre. Cela fait plusieurs jours que les cadavres ne sont plus enterrés.
Il reste plusieurs dizaines de milliers de civils dans les quartiers d’Alep-Est. Depuis lundi, ceux qui le peuvent postent des messages d’adieux sur les réseaux sociaux et les messageries. Il y a seulement quelques jours, ils appelaient à l’aide. «Nous sommes encerclés de toutes parts, plus rien ne peut nous sauver. La mort tombe du ciel. Souvenez-vous qu’il existait une ville appelée Alep, et que le monde l’a effacée de la carte et de l’histoire», a écrit Abou Jaafar, médecin légiste, sur un fil de discussion de la messagerie WhatsApp.
«Evacuer les civils»
Après plusieurs tentatives infructueuses, un plan d’évacuation des civils et des rebelles devait peut-être débuter ce mercredi à partir de 5 heures. Yasser al-Youssef, l’un des chefs politiques du groupe Noureddine al-Zinki, l’une des formations rebelles présentes à Alep, a annoncé mardi que l’accord avait été conclu «sous la houlette de la Russie et de la Turquie». Ce qu’a confirmé l’ambassadeur russe à l’ONU. «La première étape sera d’évacuer les civils et les blessés dans les prochaines heures, puis les combattants qui ont des armes légères», a dit Al-Youssef. Ceux qui sont évacués pourraient rejoindre des régions contrôlées par la rébellion à l’ouest d’Alep et dans la province d’Idlib.
Si l’accord n’est pas respecté, les habitants d’Alep-Est resteront à la merci des soldats du régime et des miliciens. Au moins 82 civils, dont 11 femmes et 13 enfants, ont été exécutés ces deux derniers jours, a annoncé mardi Rupert Colville, porte-parole du Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme. «Nous avons été informés que des forces gouvernementales ont pénétré dans des habitations et tué les civils qui s’y trouvaient», a-t-il ajouté. D’après Amnesty International, ces assassinats commis dans les quartiers de Kallasé et de Boustane al-Qasr s’apparentent à des crimes de guerre.
Des centaines de disparus
Selon Moscou, environ 100 000 civils se sont enfuis des quartiers rebelles depuis le début de l’offensive. L’ONU évalue leur nombre à 37 000. La plupart ont rejoint des zones à l’ouest contrôlées par le régime. Mais depuis près d’une semaine, des témoignages font état d’arrestations et d’enrôlements forcés dans l’armée syrienne. Sur une série de photos diffusées par l’agence Reuters, plusieurs dizaines d’hommes venus des quartiers Est, certains aux cheveux rasés, sont alignés dos à un mur, surveillés par des policiers alors qu’ils viennent d’être intégrés à l’armée. A l’extérieur, des membres de leur famille se pressent devant le bâtiment pour avoir de leurs nouvelles.
Vendredi, l’ONU a indiqué que des centaines d’hommes avaient disparu après avoir quitté les zones rebelles. Le régime syrien est connu pour l’horreur de ses prisons où tortures et mauvais traitements sont la norme. Elle a été dénoncée par la plupart des ONG, dont Amnesty International et Human Rights Watch. Dans un rapport rendu en février, les enquêteurs de l’ONU estiment que l’extermination de détenus dans les geôles syriennes relève du «crime contre l’humanité».
Alors qu’une réunion d’urgence du Conseil de sécurité était convoquée mardi soir, le haut-commissaire pour les droits de l’homme des Nations unies, Zeid Ra’ad al-Hussein, a de nouveau dénoncé le «massacre» en cours. «L’écrasement d’Alep, le bilan incroyablement terrifiant, le bain de sang, le massacre gratuit d’hommes, de femmes et d’enfants. Tout cela, alors que nous sommes tout sauf proches de la fin de ce conflit cruel, a-t-il déclaré. Ce que si passe à Alep peut se reproduire à Douma, à Raqqa, à Idlib. Nous ne pouvons pas laisser cela se produire.»
Luc Mathieu
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité







MessagePosté le: Mer 14 Déc - 15:48 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 8 602
Masculin
Point(s): 27 592
Moyenne de points: 3,21

MessagePosté le: Mer 14 Déc - 17:23 (2016)    Sujet du message: Syrie Répondre en citant

Syrie : qui se cache derrière les rebelles ?

    Par Eléonore de Vulpillières
  

Jeune combattant du Front al-Nosra, qui appartient à la catégorie des rebelles syriens - Alep


FIGAROVOX/ENTRETIEN - Alain Rodier analyse les multiples formes d'opposition en Syrie, et le soutien qu'une partie des rebelles a reçu des Etats-Unis et de l'Europe.

Spécialiste du terrorisme et de la criminalité organisée, ancien officier au sein des services de renseignement français, Alain Rodier est directeur de recherche au Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R).

LE FIGARO. - Le ministre de la Défense a répété sur Europe 1 ce 9 octobre que la Russie s'en prenait à «80-90%» à l'opposition syrienne et à consolider «la sécurité de Bachar al-Assad». Quels sont ceux qui composent cette opposition syrienne?

Alain RODIER. - Je déduis de ce que disent et répètent les autorités françaises que l'opposition intérieure est tout ce qui s'oppose au régime de Bachar el-Assad en dehors de Daech. De multiples coalitions remplissent ces conditions mais les plus puissantes sont composées de mouvements affiliés à Al-Qaida «canal historique» comme le Front al-Nosra ou qui dépendent plus ou moins secrètement de la nébuleuse comme le Ahrar al-Cham. Une de ces coalitions, l'«Armée de la conquête» menaçait directement Lattaquié et la côte méditerranéenne de la Syrie après s'être emparée de la province d'Idlib située au nord-ouest du pays (et frontalière à la Turquie, ce qui est pratique pour les ravitaillements en hommes et en matériels). Le régime syrien était menacé dans son existence même par cet état de faits. Le général Qassem Suleimani, le chef de la force Al-Qods des pasdarans qui dirige l' «aide» iranienne à Damas s'est rendu à Moscou en juillet pour expliquer la situation qui a été confirmé par les services de renseignement russes, le SVR et le GRU.

    De multiples coalitions remplissent ces conditions mais les plus puissantes sont composées de mouvements affiliés à Al-Qaida «canal historique» comme le Front al-Nosra ou qui dépendent plus ou moins secrètement de la nébuleuse comme le Ahrar al-Cham.

Il est donc parfaitement vrai que Moscou dont le but est de préserver le pouvoir en place à Damas, a frappé beaucoup cette zone mais aussi Hama et Homs, deux villes situées plus au sud mais aussi particulièrement menacées. L'objectif de la Russie est donner de l'air aux forces syriennes pour qu'elles puissent reprendre du terrain avec l'appui au sol des pasdarans (la division «Sabrin» de la force Al-Qods des pasdaran aurait été déployée dans les régions de Hama et de Homs) et du Hezbollah libanais.

    Il est exact de dire que les Russes frappent à 80% des mouvements autres que Daech. Il faut uniquement rajouter que la plupart dépendent d'Al-Qaida.

Il est donc tout à fait exact de dire que les Russes frappent à 80% des mouvements autres que Daech. Il faut uniquement rajouter que la plupart dépendent d'Al-Qaida, vous savez, cette organisation à la base des attentats du 11 septembre 2001, de 2014 à Madrid et de 2015 à Londres... Quand à l'ASL dans ces régions, elle est éparpillée suite à sa déconfiture causée par le Front Al-Nosra (certains de ses membres se trouvent encore dans la région d'Idlib et à Alep mais ils sont surtout présents dans le sud du pays où il ont conclu des alliances ponctuelles avec les salafistes-djihadistes). Moscou a demandé à Washington de lui désigner les rebelles «modérés». La réponse est en attente.

L'armée américaine a décidé, vendredi 9 octobre, de livrer désormais «des équipements et des armes» aux rebelles syriens. Contre qui ces derniers luttent-ils? Le régime de Bachar el-Assad, l'Etat islamique, le Front al-Nosra?

La première livraison de 50 tonnes de munitions serait destinée à une nouvelle coalition appelée les «Forces démocratiques syriennes» (FDS) qui regroupe les Unités de protection du peuple kurde (YPG/YPJ), le bras armé du parti de l'Union démocratique (PYD) proche du PKK, et des forces arabes et syriaques. Cette coalition n'est pas une nouveauté car ces mouvements se coordonnaient au sein d'un état-major commun (joint opération room) pour combattre Daech à Kobané puis à Tall Abyad, le poste frontière avec la Turquie qui contrôle une importante route rejoignant Raqqa, la «capitale» de État islamique. Je dois rappeler que ces forces ne se sont jamais opposées à celles de Bachar el-Assad, ce dernier ayant évacué les zones kurdes (le Rojava) en 2011 (pour être précis, il y a une unité kurde qui sert au sein du Front Islamique -FI-, une coalition sponsorisée officiellement par Riyad). Par contre, Ankara apprécie modérément cet appui américain, qui n'est pas le premier, aux Kurdes syriens proches du PKK... Pour moi, il est difficile de croire que cette coalition va s'engager plus au sud, hors du pays à majorité kurde. Par contre, elle peut jouer un rôle dans la région d'Alep dont certains quartiers sont à majorité kurde.

Comment expliquer la dislocation de l'Armée syrienne libre alors que celle-ci était soutenue et financée par les Etats-Unis et plusieurs pays européens dont la France? La France a-t-elle fait un pari risqué en misant sur la chute proche du régime d'Assad et en favorisant l'opposition syrienne à qui elle a livré des armes létales depuis 2012?

Tout les gouvernants, au premier rang desquels se trouvaient les Turcs, ont cru que le régime de Bachar el-Assad allait tomber en quelques mois à l'image de ce qui s'était passé en Egypte et en Tunisie. Ce fut une erreur d'analyse fondamentale puisque tel n'a pas été le cas. Ce ne sont pas tant les services de renseignement qui n'ont pas fait leur travail mais le fait de «conseillers» qui n'ont pas voulu les croire.

L'ASL était un peu comparable à l'armée irakienne - en pire. Corruption, inorganisation, manque d'expérience et surtout de motivation pour se battre. Elle n'a pas perdu contre l'armée régulière mais contre les islamistes radicaux qui eux sont tout l'inverse.

En résumé, nous sommes en face d'un problèmes à multiples inconnues où les intérêts des partenaires sont divergents. Par contre, la menace reste claire: les mouvements salafistes-djihadistes que sont Al-Qaida «canal historique» et le Front al-Nosra. Pourvu qu'ils ne se réconcilient pas!


http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2015/10/13/31002-20151013ARTFIG00353-syrie…
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 8 602
Masculin
Point(s): 27 592
Moyenne de points: 3,21

MessagePosté le: Sam 17 Déc - 13:27 (2016)    Sujet du message: Syrie Répondre en citant

Syrie : l'adolescent qui a déclenché la guerre a été retrouvé
Son tag anti-Bachar el-Assad puis son arrestation et sa torture avaient déclenché les premières manifestations en 2011. The "Globe and Mail" l'a retrouvé. Par 6Medias
Modifié le 17/12/2016 à 09:32 - Publié le 16/12/2016 à 21:15 | Le Point.fr


La guerre en Syrie a fait au moins 300 000 morts. (Illustration) © GEORGE OURFALIAN / AFP/ GEORGE OURFALIAN

  • C'est la première fois qu'il s'exprime. L'histoire incroyable de cet adolescent, repéré par Courrier international , est rapportée par le quotidien canadien The Globe and Mail. Durant six mois, leur journaliste Mark MacKinnon a enquêté sur celui par qui tout est arrivé, le créateur du « moment Sarajevo », en référence à l'assassinat de l'archiduc François-Ferdinand le 28 juin 1914. En 2011, Naief Abazid a 14 ans. En plein printemps arabe, le 16 février, cet adolescent tague « C'est votre tour, Dr Bashar el-Assad » sur le mur d'une école de sa ville de Deraa dans le sud-ouest de la Syrie. Un tag « pour rire », « j'étais un enfant, je ne savais pas ce que je faisais », explique-t-il au Globe and Mail. « J'ai réalisé que c'était sérieux seulement au moment où je suis arrivé en prison. »

En effet, dès le lendemain de son graffiti, Naief Abazid est arrêté par un membre des redoutés services de sécurité syriens et torturé dès son arrestation. Au total, 22 autres garçons de la même ville seront aussi emprisonnés et torturés. Après plusieurs semaines sans nouvelles de leurs enfants, les habitants de Deraa organisent une marche de protestation pour demander leur libération. La police ouvre le feu sur les manifestants et deux d'entre eux sont tués : « Les premiers martyrs du printemps syrien », écrit le Globe and Mail. Le 20 mars, les 23 adolescents sont libérés, « pardonnés » par Bachar el-Assad. De retour dans leur ville et dans leurs familles, ils sont célébrés en héros. Mais la colère des habitants de Deraa a essaimé et les manifestations se multiplient dans tout le pays. Le 1er avril 2011, les manifestants de Deraa répliquent : c'est le début de la guerre civile.
Périple jusqu'en Europe Durant la première année de la guerre, Naief Abazid reste à Deraa avec sa famille sans jamais prendre d'autres armes que sa bombe de peinture. Après une blessure par balle au bras, il est transféré dans un hôpital en Jordanie. Il passe deux ans dans des camps de réfugiés jordaniens avec sa famille avant de retourner en Syrie en 2014. La vision de sa ville « entièrement démolie » reste un souvenir « horrible ». Durant sept mois, ils vivent dans la terreur, sous les bombes du régime de Bachar el-Assad. Mi-septembre 2015, ils assistent à la déclaration d'Angela Merkel qui annonce que l'Allemagne accueillera les réfugiés syriens qui arriveront à ses frontières. Naief, en compagnie de son frère et de l'un de ses cousins, entame un long et coûteux périple. « Nous n'avions plus de futur à Deraa », explique Naief, « il n'y avait que deux options : être tué ou devenir sans-abri ». Ils rejoignent d'abord la Turquie, après un passage dans les territoires de l'organisation État islamique, puis empruntent une embarcation de fortune, payée au prix fort aux passeurs, jusqu'à la Grèce d'où ils rejoignent la Macédoine. Ils traversent ensuite la Serbie et la Hongrie avant d'arriver à Vienne en Autriche, où Naief se trouve aujourd'hui depuis plus d'un an, essayant de se faire une place loin de son pays d'origine
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 8 602
Masculin
Point(s): 27 592
Moyenne de points: 3,21

MessagePosté le: Mer 18 Jan - 16:01 (2017)    Sujet du message: Syrie Répondre en citant

 

_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 8 602
Masculin
Point(s): 27 592
Moyenne de points: 3,21

MessagePosté le: Mer 1 Mar - 16:01 (2017)    Sujet du message: Syrie Répondre en citant

A visage découvert : Le documentaire d'Arte censuré sur Bachar Al Assad

 

_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 8 602
Masculin
Point(s): 27 592
Moyenne de points: 3,21

MessagePosté le: Ven 7 Avr - 13:13 (2017)    Sujet du message: Syrie Répondre en citant

Frappes américaines en Syrie : "Une agression contre une nation souveraine" selon Poutine



© HO, US Department of Defense, AFP | Un navire de guerre américain abritant des lances-missiles en mer Méditerranée, le 20 septembre 2016.
Texte par FRANCE 24 Suivre france24_fr sur twitter
Dernière modification : 07/04/2017
La Russie, alliée de Damas, a dénoncé vendredi une "agression contre une nation souveraine" en "violation des normes du droit international" après des frappes menées par l'armée américaine contre une base militaire syrienne.
Les réactions internationales se sont multipliées vendredi 7 avril, après le bombardement par l'armée américaine d'une base militaire syrienne, d'où aurait été menée l'attaque chimique de mardi. Allié de Bachar al-Assad, le président russe, Vladimir Poutine a estimé que ces frappes constituaient une "violation des normes du droit international" et qu'elles pénalisaient gravement les relations entre les États-Unis et la Russie, ont rapporté les agences de presse russes citant le Kremlin, vendredi.
Pour Vladimir Poutine, cette initiative américaine est "une agression contre une nation souveraine" en se servant "d'un prétexte fallacieux", a déclaré Dmitri Peskov, le porte-parole du Kremlin. "Cela vise à détourner l'attention de la communauté internationale des morts civiles provoquées par l'offensive contre la ville de Mossoul dans le nord de l'Irak, a ajouté le porte-parole russe", précisant que le Kremlin ne croit pas que la Syrie dispose d'armes chimiques.

La Russie va demander la tenue d'une réunion en urgence du Conseil de sécurité de l'ONU après l'attaque américaine en Syrie, avait annoncé un peu plus tôt Viktor Ozerov, le chef de la commission de défense de la Chambre haute du Parlement russe, cité par l'agence russe RIA.
L'Iran, autre allié de poids du régime syrien, a fermement condamné les frappes américaines, selon l'agence iranienne Isna. Cette attaque ne fera qu'"aider les groupes terroristes qui sont en déclin et compliquer encore la situation en Syrie et dans la région", a déclaré Bahram Ghassemi, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, cité par l'agence Fars. Le régime syrien et ses alliés iranien et russe qualifient de "terroristes" tous les groupes armés rebelles et jihadistes en Syrie.
Israël éspère que le message "sera entendu" par Téhéran
L'Arabie saoudite et Israël quant à eux, ont apporté leur soutien aux frappes américaines. "Israël soutient totalement la décision du président Trump et espère que ce message de détermination face aux agissements ignobles du régime de Bachar al-Assad sera entendu non seulement à Damas, mais aussi à Téhéran, Pyongyang et ailleurs", a indiqué le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu. Riyad a salué la "décision courageuse" du président Donald Trump, dans sa réponse à l'utilisation présumée d'armes chimiques par le régime syrien contre des civils.
Londres a de son côté annoncé "soutenir pleinement l'action des États-Unis". Ces frappes sont "une réponse appropriée à l'attaque barbare à l'arme chimique perpétrée par le régime syrien", a estimé un porte-parole de Downing Street.
La Turquie s'est également félicitée de ces frappes américaines, qu'elle a jugées "positives", selon le vice-Premier ministre Numan Kurtulmus. "Le régime de Assad doit être puni entièrement sur le plan international", a-t-il ajouté dans des déclarations à la chaîne Fox TV.
"Une condamnation" du "régime criminel" de Bachar al-Assad selon Ayrault
En France, le président François Hollande a apporté son soutien aux frappes, jugeant dans un communiqué commun avec la chancelière allemande Angela Merkel, que le président Bachar al-Assad en portait "l'entière responsabilité" et que son recours aux armes chimiques ne pouvait rester impuni.
twitter-tweet a écrit:
Bachar Al-Assad devra être jugé comme criminel de guerre.
— Jean-Marc Ayrault (@jeanmarcayrault) April 7, 2017


Le ministre des affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault a estimé que ces bombardements constituaient un "avertissement" et une forme de "condamnation" du "régime criminel" de Bachar al-Assad. La Russie et l'Iran, alliés du régime syrien, doivent comprendre que soutenir Bachar al Assad n'a pas de sens, a poursuivi Jean-Marc Ayrault, précisant que la France ne souhaitait aucune confrontation avec ces deux pays."Bachar al-Assad devra être jugé comme criminel de guerre", a-t-il même ajouté sur Twitter.
La France n'est pas partie belligérante en Syrie, a-t-il souligné, ajoutant qu'elle était seulement membre de la coalition de lutte contre l'organisation de l'État islamique.
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 8 602
Masculin
Point(s): 27 592
Moyenne de points: 3,21

MessagePosté le: Sam 8 Avr - 11:05 (2017)    Sujet du message: Syrie Répondre en citant

Les alaouites sont considérés comme des non-musulmans et les sunnites demandent
soit leur conversion à l'islam orthodoxe soit leur extermination.
Et ça depuis des siècles.
Je connais deux fatwas célèbres, l'une de l'espagnol Ghazali mort en 1111 et l'autre de Ibn Taymiya mort en 1328
autorisant le noble et bon sunnite à égorger de façon halal le premier alaouite rencontré sur son chemin.
Il faut comprendre la peur des alaouites.

 

_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Dr Ben Ammar Salem
Membres d'honneur


Hors ligne

Inscrit le: 28 Déc 2014
Messages: 298
Masculin
Point(s): 325
Moyenne de points: 1,09

MessagePosté le: Dim 9 Avr - 15:18 (2017)    Sujet du message: Syrie Répondre en citant

Donald Trump ou pas le terrorisme musulman continue à faire des ravages par Salem Ben Ammar
·
3 attentats terroristes en l'espace d'une semaine, Saint-Pétersbourg, Stockholm et Alexandrie, ponctuée par une démonstration de force américaine en Syrie.
Trop de coïncidence troublante comme ces propos prémonitoires de Donald Trump il y a quelques semaines sur un attentat fabulé en Suède.
Indépendamment de ses racines idéologiques musulmanes le terrorisme s'apparente de plus en plus à une arme de persuasion dans les rapports de force entre les grandes puissances. Il est difficile d'imaginer que certains Etats ne s'en servent pas comme un atout- maître dans la compétition mondiale.
Le recours à la terreur est une autre façon de faire la guerre sans en avoir l'air. Qui mieux que les dominions wahhabites pour la financer et jouer aux sergents-recruteurs en échange de leur protection et la propagation de leur virus dans le monde musulman et les cités islamiseés en Occident ?
Après avoir adoubé les fondamentalistes afghans de Gallbuddin Hekmatyar et d'Oussama Ben Ladden dans le cadre de l'Opération Cyclone cofinancée par l4arabie Saoudite à hauteur de 3 milliards de dollarsNoam Chomsky, Israël, Palestine, États-Unis : Le triangle fatidique, édition remise à jour (mars 1999), p. 10), ils ont créé les Talibans avec l'implication active du Pakistan et de l'Arabie Saoudite : renverhttp://www.liberation.fr/evenement/2001/09/17/ceux-qui-ont-fabrique-les-taliban_37722.
Ils ont l'art de fabriquer et de se faire à chaque fois les alliés des mouvements les jusqu'au-boutistes et fanatiques musulmans comme avec les Aytollah en Iran pour renverser.
A chaque fois qu'un pays laïc dit musulman cherche à moderniser sa vie sociale, son système éducatif et promouvoir une politique d'égalité entre les sexes, il est aussitôt coupé dans son élan pour se retrouver entre les mains d'organisations obscurantistes et terroristes succursales du wahhabo-islamo-djihadiste à l'image de ce qui s'est passé en Tunisie. Nonobstant les enjeux géopolitiques, géo-stratégiques et géo-énergétiques
Pour les Américains la fin justifie les moyens. La morale et la politique internationale sont aussi incompatibles que l'islam et la démocratie
_________________
Il ne faut pas que nos lois antiracistes deviennent demain notre tombe. L'islam est le culte de la haine de l'autre et la mort de la vie le laisser faire c'est lui tendre le couteau de boucher pour nous égorger avec. De notre fermeté et de notre courage soyons les valeureux combattants de l'hydre musulmane.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 8 602
Masculin
Point(s): 27 592
Moyenne de points: 3,21

MessagePosté le: Mer 5 Juil - 10:23 (2017)    Sujet du message: Syrie Répondre en citant

La lettre ridicule d’un collectif pro-terroriste au président Macron
par Bruno Guigue
mardi 4 juillet 2017


Une poignée d’experts auto-proclamés vient d’adresser une lettre à M. Macron dont le titre-oxymore prêterait à rire s’il ne s’agissait d’une affaire sérieuse. “M. le Président, maintenir Assad, c’est soutenir le terrorisme”, déclament ces soi-disant intellectuels dans les colonnes de “Libération”, propriété du milliardaire franco-israélien Patrick Drahi. On croit rêver ! Au moment où l’armée syrienne, soumise aux bombardements américano-sionistes, mène un combat acharné contre Daech, ces charlatans osent dire que l’Etat syrien fait le jeu du terrorisme. Sans scrupule, ils crachent sur la Syrie souveraine, pays courageux qui paie un lourd tribut à la lutte contre les djihadistes made in CIA.

Combien, parmi ces embusqués, serait capable d’aller se battre contre les terroristes qui viennent encore d’ensanglanter les rues de Damas ? Aucun, bien sûr. Car ce terrorisme, le même que celui qui tue des innocents à Paris, à Bagdad ou à Bamako, ils sont les premiers à le cautionner. Ils ressortent le vieil argument selon lequel les Occidentaux, en refusant de bombarder Damas, auraient laissé prospérer le djihadisme. Ce refus, disent-ils, “ ne laisse d’autre alternative à ceux qui s’opposent au régime que l’exil, la mort ou le rapprochement avec les groupes les plus radicaux”. C’est clair, non ? Il n’y aurait pas d’autre alternative que de rejoindre les coupeurs de tête ! D’ailleurs, ce n’est pas un hasard si parmi les signataires de cette lettre figure François Burgat, qui est l’un des rares, dans la bande, à intervenir régulièrement sur la tragédie syrienne.

François Burgat, ça ne vous dit rien ? C’est ce chercheur au CNRS qui déclarait le 9 août 2016, sur RFI : « Je pense que l’un des grands défis des Occidentaux, c’est d’être capables de mettre le curseur sur des forces politiques que l’on va considérer comme fréquentables, ou dont on va accepter qu’elles font partie de ce lot de forces politiques parmi lesquelles les Syriennes et les Syriens choisiront, le jour venu. Et je pense que oui, l’ex-Front al-Nosra devrait faire partie des forces politiques considérées comme fréquentables ».

Curieux, tout de même, qu’un texte où l’on accuse le président syrien de favoriser le terrorisme soit signé par un “chercheur” qui prône la coopération des puissances occidentales avec la branche syrienne d’Al-Qaida. Il faudrait savoir ! Si vous recommandez l’alliance avec les terroristes, M. Burgat, pourquoi reprochez-vous à M. Assad de favoriser le terrorisme ? En réalité, vous savez pertinemment que l’armée syrienne, avec ses alliés, est la seule à combattre les terroristes. Mais comme vous expliquez depuis 30 ans que le monde arabe doit se convertir à l’islamisme, vous avez vu dans la guerre de Syrie l’accomplissement de votre rêve. Depuis 30 ans, vous vous faites l’apologiste de la charia pour les autres, et maintenant vous jouez à l’attaché de presse pour Al-Qaida. Je crois qu’un enfant de cinq ans vous mettrait le nez dans votre caca.

Mais M. Burgat et ses amis n’en démordent pas. Se gargarisant avec la “démocratie” et les “droits-de-l’homme”, ces grouillots du néo-colonialisme exigent du président français qu’il sanctionne un peuple coupable de soutenir son gouvernement. S’il vous plaît, M. le Président, pour soutenir cette révolution-bidon, bombardez Damas ! Reprenant les poncifs de la propagande occidentale, ces perroquets de la CIA accusent le gouvernement syrien des crimes les plus invraisemblables. N’ayant peur de rien, ils voient en M. Bachar Al-Assad un “ennemi de l’humanité”. Ils lui attribuent sans rire “90%” des violences de cette guerre qui sévit depuis 2011 et ressassent ad nauseam une accusation de “massacre chimique” dont Seymour Hersch vient de montrer à nouveau le caractère grotesque (Lire “La ligne rouge de Trump”, traduit par Viktor Dedaj pour "Le Grand Soir").

Mais ces pantins de l’impérialisme ne lisent pas les articles d’un grand journaliste qui dénonça avec talent les crimes US au Vietnam. Les communiqués de la Maison-Blanche leur tiennent lieu de nourriture intellectuelle. Comme leurs maîtres, ils croient qu’il y a des bons et des méchants, et qu’il faut punir les seconds en jetant des bombes. Ils parlent au nom du peuple syrien, mais ils ne l’ont jamais vu, ils ne le connaissent pas. Petites frappes universitaires qui se prennent pour des lumières, plumitifs à deux balles des “think tanks” d’Outre-Atlantique, soi-disant défenseurs d’une cause palestinienne qui sert surtout à remplir leur compte en banque, opposants syriens “off-shore” rémunérés en dollars pour roupiller dans les hôtels de Doha, ces “charlatans de la révolution syrienne” font désormais partie du paysage. Comme de vieilles momies qu’on alignerait le long des routes, ils vont continuer à jalonner le chemin de la victoire, chèrement acquise, de la nation arabe syrienne.
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 8 602
Masculin
Point(s): 27 592
Moyenne de points: 3,21

MessagePosté le: Sam 17 Fév - 16:52 (2018)    Sujet du message: Syrie Répondre en citant

 

_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
georges



Hors ligne

Inscrit le: 17 Mai 2016
Messages: 89
Localisation: Paris
Emploi: employé
Loisirs: internet
Masculin
Point(s): 325
Moyenne de points: 3,65

MessagePosté le: Mar 6 Mar - 18:03 (2018)    Sujet du message: Syrie Répondre en citant

La Syrie expliquée aux copains
Contribution externe Publié le mercredi 24 février 2016 à 15h53 - Mis à jour le mercredi 24 février 2016 à 17h28


 
AddThis Sharing Buttons
Share to WhatsAppShare to FacebookShare to TwitterShare to ImprimerShare to EmailShare to Plus d'options...30


Opinions
Politologue de formation, Marie Thibaut de Maisières est éditrice et auteur de livres pour enfants (My ZebraBook). Mère de famille, elle est aussi polémiste dans "On refait le monde" (Bel-RTL) et officier de réserve de la marine belge. Marie a accompagné notre reporter Christophe Lamfalussy et le comité belge des Chrétiens d’Orient en décembre 2015 dans un voyage dans le Rojova (Nord-est de la Syrie). LaLibre.be vous propose de découvrir ici son dernier article publié sur son blog Haystories.org et consacré à la situation en Syrie.



La Syrie expliquée aux copains

Le plus important à retenir sur la Syrie, c’est que la nourriture y est trop bonne. Les Libanais sont des pros du marketing donc tout le monde pense que la nourriture libanaise est la meilleure. Que nenni. Le plus délicieux houmous se mange à Damas, Alep et à Homs. Même si ce n’est pas bon goût de le rappeler alors que la population dans les zones rebelles notamment Alep crèvent littéralement de faim à cause de la stratégie du Régime de Bachar El Assad.
Maintenant que la vérité est rétablie, commençons :
La Syrie est un grand pays. 22 millions d’habitants (en 2012). Avec une répartition religieuse/ethnique, à peu près, comme suit :
60 à 70% de sunnites (15 millions)
Le sunnisme est le courant disons ‘mainstream’ de l’islam . La très grande majorité (85%) des musulmans dans le monde est sunnite. Les seuls pays à majorité chiite sont l’Iran (90%) , l’Irak (60% de chiites), l’Azerbaïdjan et Bahreïn. Il y a aussi de grosses minorités de chiites au Liban (souvenez-vous en parce que l’on va parler du Hezbollah plus tard), au Pakistan, en Inde, au Yémen, en Afghanistan, en Turquie et en Arabie Saoudite (Wouf, je les plains!).
Les musulmans que l’on connaît, ici en Belgique, sont souvent sunnites. Car la majorité des musulmans de Belgique sont d’origine marocaine et turque, des pays majoritairement sunnites.
Le schisme (séparation) entre islam sunnite et chiite date de très tôt dans l’islam – du tout début en fait -. A cause d’une bagarre de succession (comme il y en a dans toutes les bonnes familles). Les chiites auraient voulu que ce soit Hassan, le fils du quatrième calife Ali, le gendre du prophète, mari de sa fille chérie-adorée Fatima, qui devienne le successeur de Mohamed. Alors que les sunnites, eux, ont choisi Muawiya, l’homme fort du moment comme cinquième calife.
Depuis cette date, ils ne sont pas trop copains (euphémisme ! Ils se font actuellement la guerre dans pas mal de pays).
Plus pratiquement, voici quelques différences entre chiites et sunnites :
– Les chiites ont un clergé très structuré tandis que les sunnites non (c’est d’ailleurs le grand souci dans la création d’un« islam belge » dont rêvent les politiques parce qu’il n’y a pas d’interlocuteurs officiels ou même légitimes).
– Les chiites pratiquent l’auto-châtiment corporel (ça nous rappelle nos ‘copains’ de l’Opus Dei) lors du rite annuel d’Achoura. Ce que les sunnites (et éventuellement nous) trouvent trop trop bizarre.
– Et enfin (et c’est le plus important), les chiites (comme la religion s’est développée le plus souvent comme une religion de minorités/opprimés) reconnaissent la pratique de la taqiya , c’est à dire la dissimulation. Ce qui signifie qu’il est permis à un chiite, se trouvant dans un milieu hostile, de mentir à propos de sa foi. Cette ‘autorisation de mensonges’, va faire dire à de nombreux sunnites, que les chiites sont de ‘gros hypocrites’.
Dans les deux religions, chiites et sunnites, il y a des modérés et des extrémistes (y a même pas mal de laïques). Dans la version sunnite modérée on a, par exemple, l’islam marocain, et la version la plus trash: Daech. Du coté chiite, on a, par exemple, d’un coté, les poupées-faux-seins-fausses-lèvres des boites de nuit de Beyrouth, et de l’autre certains ayatollah iraniens qui trouvent que 8 ans, c’est un bon âge pour se marier quand on est une fille.
© Flemal

10% d’alaouites (2,5 millions)
Les alaouites sont une variation lointaine de l’islam chiite.
Pendant de nombreux siècles, les alaouites ont été les gens les plus faibles, les plus pauvres, les plus campagnards, les plus méprisés de la Syrie.
En 1970, Hafez El Assad (le ‘papa à Bachar’ – comme on dit à Bruxelles – le président actuel) prend le pouvoir avec son parti, le parti Baas – un parti socialiste, nationaliste et laïc -. Pendant tout son « règne » et puis celui de son fils (46 ans, ce n’est pas rien), il va favoriser la minorité alaouite. Beaucoup de sunnites vont se sentir opprimés. Cela explique une partie de la haine actuelle de nombreux sunnites envers les alaouites (proches des chiites, pour rappel pour ceux qui ne suivent pas).
10% de kurdes (2,5 millions)
– Attention, il y a un piège – Les kurdes forment un groupe ethno-linguistique et non religieux, même s’ils sont, à 80%, des musulmans sunnites. Et pour une très grande partie des kurdes, leur identité kurde est en effet, plus importante que leur appartenance religieuse.

Dans les 20% restants, on trouve de tout, mais entre autres, les Yézidis – qui vénèrent le dieu Soleil – dont on en parle beaucoup (même si pas assez) pour l’instant parce que l’État islamique les martyrise.
-Attention second piège – La population kurde est à cheval sur 4 états ; Turquie (14 millions) mais ne le dites pas à Erdogan !, Syrie (2,5 millions), Iran (8 millions) et Irak (6 millions), et rêve (plus ou moins secrètement selon les pays) – assez légitimement à mon avis – d’avoir un État.
En Syrie, la minorité kurde est concentrée dans le nord et nord-est, près de la frontière turque . Dans la région du nord-est, appelée Rojava, ils sont majoritaires et vivent actuellement en quasi autonomie politique de fait. (Comme la Syrie est coupée en plusieurs morceaux par la guerre et que Bachar El Assad a actuellement d’autres chats à fouetter que de se battre avec les kurdes).
Deux autres zones, au nord et au nord-ouest de la Syrie sont peuplées de kurdes, et leur objectif est de rassembler ces trois territoires. En 2015, la reconquête de Kobané sur l’État islamique leur a permis de réunir l’est à celle du centre. Leur objectif est maintenant de reprendre à Daech les territoires qui séparent Kobané de la région ouest autour d’Afrin afin d’unifier tout le Kurdistan syrien. Cela ne fait pas du tout plaisir à la Turquie qui est actuellement en train de péter les plombs .
Le parti principal des kurdes est le PYD (Parti de l’Union démocratique, en kurde). Celui-ci est proche idéologiquement (et copain) du PKK (les indépendantistes kurdes de Turquie). Leur armée s’appelle les YPG.
© Marie TdeM

Issue du marxisme, la vision de PKK/PYD a évolué vers ce qu’ils appellent le « confédéralisme démocratique ». Les concepts-clés en sont : la démocratie (avec le plus de démocratie directe possible), le socialisme, l’écologie et le féminisme. Personnellement, ils me fascinent parce que leur doctrine politique est totalement en décalage avec les autres mouvements politiques de la région (totalitaires, nationalistes/religieux, machistes et polluants).
Les combattants kurdes de Syrie, les YPG, se battent contre Daech. Leurs brigades comptent 40% de femmes . Qui bien que très décoratives, ne sont pas du tout là pour faire tapisserie. Ce sont elles qui ont gagné, entre autres, la bataille de Kobané contre l’Etat Islamique. (Et même les peshmergas – les combattants kurdes d’Irak- qui sont assez machos nous ont avoué qu’elles étaient de très bonnes combattantes).
10% de chrétiens
  • 7% de chrétiens arabes (1,8 millions)

C’est à dire, les Syriens de religion grecque catholique, grecque orthodoxe, maronite, etc,… Bref, tous les autres chrétiens qui parlent arabe.
  • 2% d’assyriens (500 000)
Les assyriens ne se considèrent pas arabes, mais mésopotamiens. Ils se disent les chrétiens originels. Ils parlent l’araméen, la langue du Christ. Et, ils parlent évidemment aussi l’arabe sinon, ils seraient un peu perdus dans la région.
En Syrie, j’ai assisté à une très belle messe assyrienne. J’ai envoyé à ma mère, émue, un message qui disait : « Je prie avec les chrétiens du bout du monde ». Elle m’a rappelée à l’ordre immédiatement en disant. « Ma chérie, les chrétiens du bout du monde c’est nous. Les vrais, ce sont eux ! ».
  • 0,8% d’arméniens (160 000)

En 2012, il y avait encore 200 000 Arméniens. Il en reste peut-être la moitié actuellement mais beaucoup – je pense – espèrent revenir quand cela ira mieux…
Je devance votre question : « les chrétiens arabes, ok. Les mésopotamiens, aussi. Mais pourquoi il y en a tant d’arméniens en Syrie? ». Revenons en arrière :
En 1915, lors du génocide arménien par les turcs, de nombreux survivants trouvèrent refuge dans toutes les villes syriennes proches de la frontière turque .
Les arméniens parlent arménien (ça paraît bête mais c’est important) et sont majoritairement des chrétiens orthodoxes apostoliques.
Et enfin, les autres minorités. 2% de Turkmènes, 2% de Druzes, 1,5% d’autres chiites – donc pas alaouites – (300 000), 0,5% de Tcherkesses, 50 000 russes etc …
Bref, la Syrie, c’est une grande casserole identitaire que Bachar El Assad tenait très fermement avec un couvercle (comme son père avant lui), et quand celui-ci a sauté… La guerre civile a commencé.
————————————————————————–

© AP
Maintenant que l’on a compris quelles sont les populations qui vivent en Syrie, commençons un petit explicatif de la guerre. 2011 à 2013. De la contestation à l’insurrection armée
En 2011, dans la Syrie de Bachar El Assad (la famille Assad est au pouvoir, avec le parti Baas, depuis 1970, et le pays n’est pas exactement ce que l’on peut appeler une démocratie), dans le contexte du « Printemps arabe » de grandes manifestions pacifiques s’organisent.
Les manifestations demandent la démocratie, une meilleure gestion économique, la fin de la corruption,…
Bachar El Assad les réprime brutalement. Le mouvement de contestation va donc se transformer en rébellion armée… puis en guerre civile. Entre les deux, Bachar El Assad, sous couvert d’une généreuse amnistie, a libéré nombre d’islamistes radicaux de ses prisons pour qu’ils se joignent à l’insurrection, ce qui lui permettra d’illustrer son argument de départ : les rebelles sont des terroristes. Merci Bachar !
Depuis 2013. La guerre civile.
La rébellion armée a affaibli le gouvernement et cela s’est transformé en guerre civile. Comme de la guerre civile nait le chaos, toutes les communautés que l’on a présentées supra vont prendre les armes et se taper dessus les unes sur les autres. Voici donc les forces en présence actuellement (Février 2016) :
1. Le régime syrien (de Bachar El Assad). Il contrôle une grande partie de l’ouest de la Syrie, la plus peuplée, celle qu’on appelle « la Syrie utile ». Depuis que la Russie de Poutine est entrée dans le conflit, les forces du régime sont en train de regagner du terrain après avoir failli s’effondrer.
L’Europe et les USA ne veulent pas les soutenir car ils considèrent que Bachar El Assad a les mains sales. En revanche, le régime est militairement aidé par :
  • Le Hezbollah (la milice chiite libanaise) et des milices islamistes irakiennes et afghanes chiites.
  • L’Iran. Bref, toutes les forces chiites de la région.
  • Et la Russie de Poutine (pour qui, être un dictateur ce n’est pas si grave.
2. Les nationalistes : L’armée syrienne libre. Constituée au début par des déserteurs de l’armée gouvernementale, c’est le premier mouvement à faire la rébellion contre Bachar en 2011. Si mon fils de 4 ans me demandait qui sont les gentils, je dirais que ce sont eux. Mais je ne suis pas sûre que ce serait la ‘vraie’ vérité.Ce sont des nationalistes arabes laïques . Leur objectif était/est de renverser Bachar et de transformer la Syrie de Bachar en une démocratie.C’est une force importante de 2011 à 2013. Puis, l ’armée syrienne libre va être totalement supplantée par les mouvements islamistes. Aujourd’hui, l ’armée syrienne libre est (parfois) l’alliée militaire de l’armée de la conquête (Islamistes) contre Bachar El Assad. Mais cela ne veut pas dire qu’ils sont copains.En effet, si le Régime de Bachar El Assad devait tomber, l’armée syrienne libre et les milices islamistes se taperaient dessus immédiatement car ils ne partagent pas du tout la même vision de la société. On pense qu’ils ne représentent plus grand-chose sur le terrain actuellement. Ils sont/étaient armés par les États-Unis, la France, la Turquie, le Qatar et l’Arabie Saoudite.
© Marie TdeM
3. L’armée de la conquête fondée en mars 2015 regroupe les islamistes sunnites proches des Frères musulmans (on les qualifie parfois de modérés mais je ne pense pas qu’ils soient tellement modérés), les islamistes salafistes (ceux là ne sont pas du tout modérés). En gros ils disent tous que leur objectif est de créer un état islamique (chouèèète) avec la charia comme base du droit (Yèèè) mais que dans cet état, les minorités religieuses et ethniques seraient protégées. Ils sont financés par la Turquie, le Qatar et l’Arabie Saoudite.
Et puis, il y a aussi les plus forts du groupe, la Jabhat al-Nosra qui est la succursale locale d’Al Qaïda, des islamistes salafistes djihadistes takfiristes (ça veut dire excommunicateur). Leur différence avec Daech c’est qu’ils veulent établir un émirat islamique en Syrie et pas un califat mondial comme les fous furieux de Racca. Comme ils sont vraiment dangereux, La Turquie, le Qatar et l’Arabie Saoudite ne les financent pas (directement). En tant que mouvement djihadiste, Jabhat al-Nosra attire et accueille (comme Daech) beaucoup de combattants étrangers . Les salafistes syriens lui reprochent d’ailleurs son origine étrangère et d’avoir ‘volé’ la révolution syrienne. 4. Daech - L’Etat islamique. On ne le présente plus évidemment. Mais quelques précisions quand même : Daech (l’acronyme arabe de Dawla al-islamiya fil Iraq wal Sham, l’Etat Islamique en Irak et au Levant) est un état autoproclamé par un groupe sunnite islamiste salafiste (c’est à dire pas modéré du tout) djihadiste (qui prône la violence pour la réalisation des objectifs islamistes et qui attire les combattants étrangers), et takfiriste (« excommunicateur ». Pour eux les chiites sont des hérétiques qu’il faut tuer. Les yézidis sont vus comme des « adorateurs de Satan » et méritent la mort ou l’esclavage. Même les sunnites qui ne sont pas d’accord avec eux sont déclarés « hypocrites et apostats » et donc martyrisés).C’est la seule milice qui a réellement réussi à créer un « état dans l’état » même s’ils ne reconnaissent qu’un seul état dans le monde : le leur. Ça tombe bien parce qu’aucun état dans le monde ne les a reconnus.
Daech est aussi issu d’Al Qaida (comme Jabhat al-Nosra). Mais après que leur chef Abou Bakr al-Baghdadi ait voulu prendre le contrôle total de la Jabhat al-Nosra (Al Qaïda en Syrie), ils ont été désavoués par Ayman al-Zawihiri, le grand chef d’Al Qaïda-Monde qui slalome entre les drones dans les montagnes du Pakistan. Mais al-Baghdadi s’en moque, il s’est proclamé calife en juin 2014, après avoir conquis Mossoul dans le nord de l’Irak.
Daech est en guerre avec tous les autres rebelles, avec le régime, avec les kurdes de Syrie et d’Irak, les russes et avec la coalition internationale. Bref, avec tout le monde.
  • Les YPG, les kurdes de Syrie . Comme l’état syrien tombait en ruine, et que les kurdes sont géographiquement très isolés (tout à fait à l’opposé de Damas). Les kurdes de Syrie en ont ‘profité’ pour prendre leur autonomie. Depuis novembre 2013, ils ont de fait (mais pas reconnu), un gouvernement autonome au Rojava qui met en pratique sa doctrine du « confédéralisme démocratique » (doctrine du PKK et du UPG) et où les minorités – entre autres chrétiennes – siègent aussi. Les combattants kurdes de Syrie, les YPG, se battent courageusement contre Daech.

Voilà, vous êtes tous maintenant des spécialistes du conflit en Syrie. Comme la situation change très vite, il va falloir se tenir au courant (promis je vous aiderai sur www.haystories.org).
_________________
"Rien n'est plus dangereux au monde que la véritable ignorance et la stupidité consciencieuse".
Martin Luther King


Revenir en haut
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 8 602
Masculin
Point(s): 27 592
Moyenne de points: 3,21

MessagePosté le: Sam 14 Avr - 09:57 (2018)    Sujet du message: Syrie Répondre en citant

 

_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 8 602
Masculin
Point(s): 27 592
Moyenne de points: 3,21

MessagePosté le: Sam 14 Avr - 12:12 (2018)    Sujet du message: Syrie Répondre en citant

Sauver la face… une opération bidon contre la Syrie…










tr_bq a écrit:

tr_bq a écrit:
tr_bq a écrit:
tr_bq a écrit:
La Russie a accepté des frappes « symboliques » et sans intérêt militaire pour que les USA sauvent la face et désamorcent la crise sans trop se ridiculiser. Une réussite plutôt mitigée : le joueur d’échec a surclassé le businessman qui sort déconsidéré de ce coup-là…

Donald Trump et Vladimir Poutine ont cependant bien berné tous les va-t-en-guerre irresponsables… Ils ont eu leur attaque !… une attaque bidon… Il reste maintenant à la Syrie et ses alliés de parachever leur victoire en réduisant les dernières poches des terroristes… qui croyant leur heure arrivée d'intervenir massivement ont eu l'imbécillité de se découvrir cette nuit…







Damas se réveille… danses de victoire


tr_bq a écrit:
tr_bq a écrit:
tr_bq a écrit:
À Damas, la vie est tout à fait normale et les militaires reprennent possession des locaux du Ministère de la défense qu’ils ont évacué peu de jours avant l’attaque. De nombreux Damascènes dansent dans les rues…

Premier bilan syrien :

Tué(s) : néant.

Blessés : 3 (sans gravité)














Toutes les cibles touchées par les missiles de la coalition sioniste ne sont pas opérationnelles ou ont été désaffectées depuis longtemps (le site de lancement de missiles de Homs est à l’abandon depuis…24 ans ! )


Des missiles de croisière et des bombes n’ont même pas explosé au point d’impact.


L’aérodrome militaire de Dumayr près de Damas, fortement délabré avant l’attaque, n’a subi que deux missiles tombé à l’extérieur de son périmètre. A quoi a servi cette véritable mascarade ?


Washington a donc coordonné avec Moscou un semblant d’opération pour sauver la face des américains et des anglais.


En fait, Londres prétend que ses Tornado ont bombardé un site désaffecté à Homs. Histoire de se donner un rôle et sauver la face.


Le président Assad a également sauvé la face : sa défense aérienne a descendu deux douzaines de missiles adverses.


Deux missiles de croisière se sont abattus sur le site « marqué et balisé » où a eu lieu l’attaque chimique supposée mise en scène par l’organisation terroriste des « Casques Blancs » (Mi6 britannique).


Il semble que la coalition a tenu a détruire les preuves compromettantes indiquant le degré d’implication des pays soutenant le terrorisme en Syrie dans les opérations sous fausse bannière.


Une menace nucléaire russe a du calmer bien des ardeurs.


Une opération bidon en somme. Pour tromper qui ?
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé







MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:24 (2018)    Sujet du message: Syrie

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Apostats de l'islam Index du Forum >>> Apostats de l'islam >>> Histoire et géopolitique des religions Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9
Page 9 sur 9

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème réalisé par SGo