Apostats de l'islam Index du Forum
Apostats de l'islam
La vraie nature de l'islam - Passer de l'ombre de l'obscurantisme à la lumière de la connaissance
 
FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 

 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Salem Ben Ammar
Aller à la page: <  1, 2, 3 … , 62, 63, 64  >  
Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Apostats de l'islam Index du Forum >>> Apostats de l'islam >>> Liens

Auteur Message
Dr Ben Ammar Salem
Membres d'honneur


Hors ligne

Inscrit le: 28 Déc 2014
Messages: 214
Masculin
Point(s): 241
Moyenne de points: 1,13

MessagePosté le: Sam 30 Sep - 10:54 (2017)    Sujet du message: Salem Ben Ammar Répondre en citant

Une mère ne doit jamais couvrir les desseins djihadistes de son fils
29/09/2017 Salem Ben Ammar    Laisser un commentaire

Il y a deux catégories de mères, celles qui se font complices de leurs enfants mis en cause dans des affaires judiciaires au nom de l’amour maternel et celles qui mettent la loi au-dessus de leur amour maternel.

Une mère dévouée est celle qui ne doit pas dévoyer la loi en faisant obstacle à l’action de la justice.

Il n’y a pas dilemme qui tienne quand on a le souci de la légalité plutôt que les sentiments.

J’ai moi-même souvenir d’une histoire qui est le contre-exemple de cette affaire de la mère du djihadiste de Lyon qui se sert de son amour maternel comme paravent pour justifier l’injustifiable et motiver son mépris de la loi.

Loin de moi l’idée de refaire le procès de cette mère franco-algerienne mais je ne puis être convaincu par son système de défense au regard de d’une histoire qui a bouleversé ma vie dans les années 70 en Tunisie.

Un de mes cousins maternels activistes politiques au temps de Bourguiba avait été arrêté par son propre frère, gradé de la police tunisienne grâce à l’aide de sa mère qui lui avait  indiqué la cachette où il s’était retiré alors qu’il faisait l’objet d’un mandat d’amener.

C’était le seul moyen pour ma tante dont le mari avait servi l’armée française pendant plus de 30 ans, pour sauver la vie de son enfant.

Entre la prison et la tombe elle avait choisi la première option et de ne pas enfreindre elle-même la loi. Car elle savait pertinemment que son arrestation était inéluctable et qu’il n’y avait de salut pour son fils que dans le respect de la loi.

Cette mère  était consciente que ce n’est pas en se mettant elle-même hors la loi qu’elle pouvait  protéger la vie de son fils autant le faire arrêter par son propre frère qui lui-même avait surtout écouté son devoir de policier plutôt que de se laisser prendre dans le piège des liens de sang néfastes pour tous les deux.

C’est aussi ça une mère aimante de ses enfants et responsable qui n’a pas à jouer à la mère affligée pour faire pleurer jusque dans les chaumières comme cette mère franco-algérienne qui vient de frayer les chroniques judiciaires cette semaine et qui se plaint de sa condamnation à deux ans de prison ferme sans mandat de dépôt.

Elle devrait s’estimer pourtant heureuse que son affaire n’ait pas eu lieu en Tunisie à l’époque de Ben Ali où elle aurait été condamnée pour activité en liaison avec une entreprise terroriste à une peine autrement plus sévère qu’en France.

Qu’elle soit une musulmane non-pratiquante cela ne constitue aucunement une circonstance atténuante, cette mère a failli à ses obligations légales et citoyennes. Elle a atteint les limites de l’incongruité par son appel à la France entière pour  lui conseiller un remède qui l’aurait aidé contre l’emprise des sentiments maternels  qui auraient atténué ses facultés de discernement.

Ce remède existe bel et bien au cas où cela peut l’intéresser. C’est celui de savoir écouter la voix de la raison quel qu’en soit le prix.

L’amour maternel ne doit pas la conduire à bafouer  la loi sur la lutte contre le terrorisme dans le cas d’espèce.

En illustrant mon post par le cas de ma propre tante c’est pour rappeler à cette mère que force doit rester à la loi et que le vrai devoir d’une mère est de ne pas couvrir les méfaits criminels de son fils.

Cette mère franco-algerienne aurait eu tout à gagner à faciliter le travail de la police et de la justice.

Il est certain que son fils ne serait pas mort en Syrie si elle avait pas menti entre autres sur l’existence du passeport de son fils frappé d’une mesure d’interdiction de sortie du territoire national pendant 2 ans.

A-t-elle pensé un seul instant aux vies  humaines en Syrie qu’elle aurait pu sauver s’il avait mis un voile sur son amour maternel ?

Aucun mot non plus de compassion pour les victimes et leurs familles des pulsions djihadistes de son fils et ses sbires qui se sont rendus coupables de crimes contre l’humanité sur le territoire syrien.
_________________
Il ne faut pas que nos lois antiracistes deviennent demain notre tombe. L'islam est le culte de la haine de l'autre et la mort de la vie le laisser faire c'est lui tendre le couteau de boucher pour nous égorger avec. De notre fermeté et de notre courage soyons les valeureux combattants de l'hydre musulmane.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité







MessagePosté le: Sam 30 Sep - 10:54 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
indian



Hors ligne

Inscrit le: 27 Jan 2017
Messages: 53
Masculin
Point(s): 259
Moyenne de points: 4,89

MessagePosté le: Sam 30 Sep - 11:04 (2017)    Sujet du message: Salem Ben Ammar Répondre en citant

Dr Ben Ammar Salem a écrit:
Une mère ne doit jamais couvrir les desseins djihadistes de son fils
29/09/2017 Salem Ben Ammar    Laisser un commentaire

Il y a deux catégories de mères, celles qui se font complices de leurs enfants mis en cause dans des affaires judiciaires au nom de l’amour maternel et celles qui mettent la loi au-dessus de leur amour maternel.

Une mère dévouée est celle qui ne doit pas dévoyer la loi en faisant obstacle à l’action de la justice.

Il n’y a pas dilemme qui tienne quand on a le souci de la légalité plutôt que les sentiments.

J’ai moi-même souvenir d’une histoire qui est le contre-exemple de cette affaire de la mère du djihadiste de Lyon qui se sert de son amour maternel comme paravent pour justifier l’injustifiable et motiver son mépris de la loi.

Loin de moi l’idée de refaire le procès de cette mère franco-algerienne mais je ne puis être convaincu par son système de défense au regard de d’une histoire qui a bouleversé ma vie dans les années 70 en Tunisie.

Un de mes cousins maternels activistes politiques au temps de Bourguiba avait été arrêté par son propre frère, gradé de la police tunisienne grâce à l’aide de sa mère qui lui avait  indiqué la cachette où il s’était retiré alors qu’il faisait l’objet d’un mandat d’amener.

C’était le seul moyen pour ma tante dont le mari avait servi l’armée française pendant plus de 30 ans, pour sauver la vie de son enfant.

Entre la prison et la tombe elle avait choisi la première option et de ne pas enfreindre elle-même la loi. Car elle savait pertinemment que son arrestation était inéluctable et qu’il n’y avait de salut pour son fils que dans le respect de la loi.

Cette mère  était consciente que ce n’est pas en se mettant elle-même hors la loi qu’elle pouvait  protéger la vie de son fils autant le faire arrêter par son propre frère qui lui-même avait surtout écouté son devoir de policier plutôt que de se laisser prendre dans le piège des liens de sang néfastes pour tous les deux.

C’est aussi ça une mère aimante de ses enfants et responsable qui n’a pas à jouer à la mère affligée pour faire pleurer jusque dans les chaumières comme cette mère franco-algérienne qui vient de frayer les chroniques judiciaires cette semaine et qui se plaint de sa condamnation à deux ans de prison ferme sans mandat de dépôt.

Elle devrait s’estimer pourtant heureuse que son affaire n’ait pas eu lieu en Tunisie à l’époque de Ben Ali où elle aurait été condamnée pour activité en liaison avec une entreprise terroriste à une peine autrement plus sévère qu’en France.

Qu’elle soit une musulmane non-pratiquante cela ne constitue aucunement une circonstance atténuante, cette mère a failli à ses obligations légales et citoyennes. Elle a atteint les limites de l’incongruité par son appel à la France entière pour  lui conseiller un remède qui l’aurait aidé contre l’emprise des sentiments maternels  qui auraient atténué ses facultés de discernement.

Ce remède existe bel et bien au cas où cela peut l’intéresser. C’est celui de savoir écouter la voix de la raison quel qu’en soit le prix.

L’amour maternel ne doit pas la conduire à bafouer  la loi sur la lutte contre le terrorisme dans le cas d’espèce.

En illustrant mon post par le cas de ma propre tante c’est pour rappeler à cette mère que force doit rester à la loi et que le vrai devoir d’une mère est de ne pas couvrir les méfaits criminels de son fils.

Cette mère franco-algerienne aurait eu tout à gagner à faciliter le travail de la police et de la justice.

Il est certain que son fils ne serait pas mort en Syrie si elle avait pas menti entre autres sur l’existence du passeport de son fils frappé d’une mesure d’interdiction de sortie du territoire national pendant 2 ans.

A-t-elle pensé un seul instant aux vies  humaines en Syrie qu’elle aurait pu sauver s’il avait mis un voile sur son amour maternel ?

Aucun mot non plus de compassion pour les victimes et leurs familles des pulsions djihadistes de son fils et ses sbires qui se sont rendus coupables de crimes contre l’humanité sur le territoire syrien.


Avez vous eu une seule pensée pour cet enfant ?


Revenir en haut
Dr Ben Ammar Salem
Membres d'honneur


Hors ligne

Inscrit le: 28 Déc 2014
Messages: 214
Masculin
Point(s): 241
Moyenne de points: 1,13

MessagePosté le: Mer 4 Oct - 10:27 (2017)    Sujet du message: Salem Ben Ammar Répondre en citant

Autant apprivoiser une hyène que de déradicaliser un jeune musulman
04/10/2016 Salem Ben Ammar 2 commentaires

Comme un musulman qui croit dur comme fer que la ka’aba est le centre du monde, les socialistes sont convaincus qu’en dépensant à fonds perdus l’argent du contribuable, ils vont pouvoir redonner des vertus humaines à des individus élevés dans la haine de la France, avant que ces petits voyous des cités deviennent des bombes humaines.

Le mal est irréversible et aucune thérapie n’est envisageable dans le cas de ces jeunes métastasés par un endoctrinement religieux nihiliste et une éducation à contre-courant de l’éducation républicaine.

La France n’a pas à s’auto-flageller pour avoir failli dans sa politique d’intégration des musulmans. Si fiasco il y a, il est de leur fait. Il n’a  jamais été question pour eux de se faire une place en son sein : ils veulent avoir toute la place pour eux. Sans les lois républicaines ils n’auraient jamais acquis la citoyenneté française ni joui de la dignité humaine qui est la leur, et ils veulent leur substituer la loi de l’islam.
Ils n’ont que faire de la préservation des valeurs républicaines, ils n’ont qu’un but : les détruire pour prospérer sur leur ruine  comme naguère les hordes arabisées en Afrique du Nord.

Plutôt que de retenir les leçons de l’histoire et d’étouffer dans l’œuf ses velléités conquérantes et hégémoniques, le régime socialiste continue à traiter l’islam  comme une croyance inoffensive, ne sachant pas ou feignant de ne pas le savoir que c’est une idéologie totalitaire qui instrumentalise le sacré à des fins politiques.

Mais de cela les socialistes n’en ont cure.  Ils ne vont pas compromettre leur avenir électoral en se privant des voix des musulmans pour avait dit la vérité sur la nature politique de l’islam. Les morts et les blessés des attentats terroristes sont une péripétie parmi tant d’autres on les commémore comme s’ils étaient des héros tombés sur les champs d’honneur sans jamais désigner le vrai ennemi laissant même croire que celui qui est censé l’être est en réalité la vraie victime des forces occultes, des imposteurs qui s’affublent de son masque pour brouiller les cartes.

C’est moins une guerre de civilisations qu’une capitulation face à un envahisseur porteur d’un système de valeurs antinomiques avec les siennes.
La France doit plus que jamais prendre la mesure du péril musulman, et non se faire sa thérapeute. Quoi que fasse la République, elle est aux yeux des musulmans l’ennemie à abattre et plus elle est dans la compromission plus ils sentent que l’heure de la victoire approche. Elle fait fausse route en s’imaginant pouvoir lutter avec succès contre la radicalisation des jeunes musulmans « radicalisés » qui ne sont pourtant pas plus radicalisés que le fondateur de l’islam lui-même :  un nazi dans l’âme, plus jusqu’au boutiste qu’Adolphe Hitler.
.Ces jeunes ne dévoient pas l’islam et ne sont coupables d’aucune dérive sectaire, contrairement aux allégations mensongères de Donia Bouzar. Ils sont dans la logique textuelle des préceptes coraniques et de la Sunna mahométane.

Avant leur pseudo « radicalisation » ils étaient peu instruits de l’islam, jusqu’au jour où ils ont fini par connaître les vraies obligations qui pèsent sur les bons musulmans,  pour passer du stade de ceux qui étaient dans le chemin de l’ignorance au stade de ceux qui sont enfin dans la voie de l’islam. Une voie de sang et de mort.
C’est en s’imprégnant de l’enseignement de leurs textes « sacrés » qui leur recommandent le combat permanent, le djihad, jusqu’à la victoire finale de l’islam :  « Combats donc dans le sentier d’Allah, tu n’es responsable que de toi-même, et incite les croyants (au combat) Allah arrêtera certes la violence des mécréants. Allah est plus redoutable en force et plus sévère en punition (4.89). »
En  intégrant leur enclos musulman qui n’est ouvert qu’aux seuls musulmans dans le sentier d’Allah, qui fait du combat contre les infidèles leur raison d’être et de vivre, ils sont convaincus qu’ils vont pouvoir mériter la récompense promise par Allah pour ceux qui tronquent leur vie sur terre afin que « la religion soit entièrement à Allah »(8, 39)

L’islam est lui-même extrémiste par nature, tranchant et décapitant. Intransigeant et inflexible avec ceux qu’il désigne par infidèles, totalitaire, hégémonique et cosmique, se considérant comme la seule religion valable qui doit régner sans partage sur la terre. Souffrant d’une véritable hypertrophie de l’ego, l’islam n’a que haine et rancœur pour tout ce qui ne se plie pas à sa loi : « Entre nous et vous [ les infidèles] Aucun compromis ni concession » . Comment peut-on apaiser un musulman qui s’enracine dans sa foi nihiliste alors qu’il n’est pas plus radicalisé que Mahomet lui-même ? Alors qu’il faudrait plutôt le désintoxiquer des effets néfastes de l’islam.
Pourquoi un jeune qui n’était pas familier des préceptes de l’islam se mue en monstre quand il se plonge dans la lecture du Coran ? Le même jeune aurait lu le Capital ou la Bible ne serait pas devenu terroriste.
La vraie cause est le Coran et par conséquent l’islam. Pour les immuniser contre ce fléau neuropsychologique il faut les éloigner de l’islam. On ne lutte pas contre les effets de la drogue en ménageant les dealers et en la laissant la proliférer. Ce n’est pas avec une méthode placebo que l’on peut endiguer le péril musulman.
Pendant que l’on déradicalise un jeune à grands frais pour un résultat nul, 100 autres jeunes sont déjà prêts à passer à l’acte.

L’islam est la plus grosse manufacture de terroristes au monde. Plus les musulmans découvrent l’islam, plus ils versent dans l’ultra-violence car ils ont compris qu’on ne transige pas avec l’enseignement coranique si l’on est un vrai musulman.

Un musulman ne se radicalise pas, il  met sa pendule musulmane à l’heure après avoir appris comment la faire fonctionner. Ces jeunes ne dérivent pas, ils sont dans la logique de leurs dogmes. Une idéologie belliciste et très agressive ne peut engendrer des amis de l’abbé Pierre.
_________________
Il ne faut pas que nos lois antiracistes deviennent demain notre tombe. L'islam est le culte de la haine de l'autre et la mort de la vie le laisser faire c'est lui tendre le couteau de boucher pour nous égorger avec. De notre fermeté et de notre courage soyons les valeureux combattants de l'hydre musulmane.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
indian



Hors ligne

Inscrit le: 27 Jan 2017
Messages: 53
Masculin
Point(s): 259
Moyenne de points: 4,89

MessagePosté le: Mer 4 Oct - 12:15 (2017)    Sujet du message: Salem Ben Ammar Répondre en citant

Dr Ben Ammar Salem a écrit:
Autant apprivoiser une hyène que de déradicaliser un jeune musulman
04/10/2016 Salem Ben Ammar 2 commentaires

Comme un musulman qui croit dur comme fer que la ka’aba est le centre du monde, les socialistes sont convaincus qu’en dépensant à fonds perdus l’argent du contribuable, ils vont pouvoir redonner des vertus humaines à des individus élevés dans la haine de la France, avant que ces petits voyous des cités deviennent des bombes humaines.

Le mal est irréversible et aucune thérapie n’est envisageable dans le cas de ces jeunes métastasés par un endoctrinement religieux nihiliste et une éducation à contre-courant de l’éducation républicaine.

La France n’a pas à s’auto-flageller pour avoir failli dans sa politique d’intégration des musulmans. Si fiasco il y a, il est de leur fait. Il n’a  jamais été question pour eux de se faire une place en son sein : ils veulent avoir toute la place pour eux. Sans les lois républicaines ils n’auraient jamais acquis la citoyenneté française ni joui de la dignité humaine qui est la leur, et ils veulent leur substituer la loi de l’islam.
Ils n’ont que faire de la préservation des valeurs républicaines, ils n’ont qu’un but : les détruire pour prospérer sur leur ruine  comme naguère les hordes arabisées en Afrique du Nord.

Plutôt que de retenir les leçons de l’histoire et d’étouffer dans l’œuf ses velléités conquérantes et hégémoniques, le régime socialiste continue à traiter l’islam  comme une croyance inoffensive, ne sachant pas ou feignant de ne pas le savoir que c’est une idéologie totalitaire qui instrumentalise le sacré à des fins politiques.

Mais de cela les socialistes n’en ont cure.  Ils ne vont pas compromettre leur avenir électoral en se privant des voix des musulmans pour avait dit la vérité sur la nature politique de l’islam. Les morts et les blessés des attentats terroristes sont une péripétie parmi tant d’autres on les commémore comme s’ils étaient des héros tombés sur les champs d’honneur sans jamais désigner le vrai ennemi laissant même croire que celui qui est censé l’être est en réalité la vraie victime des forces occultes, des imposteurs qui s’affublent de son masque pour brouiller les cartes.

C’est moins une guerre de civilisations qu’une capitulation face à un envahisseur porteur d’un système de valeurs antinomiques avec les siennes.
La France doit plus que jamais prendre la mesure du péril musulman, et non se faire sa thérapeute. Quoi que fasse la République, elle est aux yeux des musulmans l’ennemie à abattre et plus elle est dans la compromission plus ils sentent que l’heure de la victoire approche. Elle fait fausse route en s’imaginant pouvoir lutter avec succès contre la radicalisation des jeunes musulmans « radicalisés » qui ne sont pourtant pas plus radicalisés que le fondateur de l’islam lui-même :  un nazi dans l’âme, plus jusqu’au boutiste qu’Adolphe Hitler.
.Ces jeunes ne dévoient pas l’islam et ne sont coupables d’aucune dérive sectaire, contrairement aux allégations mensongères de Donia Bouzar. Ils sont dans la logique textuelle des préceptes coraniques et de la Sunna mahométane.

Avant leur pseudo « radicalisation » ils étaient peu instruits de l’islam, jusqu’au jour où ils ont fini par connaître les vraies obligations qui pèsent sur les bons musulmans,  pour passer du stade de ceux qui étaient dans le chemin de l’ignorance au stade de ceux qui sont enfin dans la voie de l’islam. Une voie de sang et de mort.
C’est en s’imprégnant de l’enseignement de leurs textes « sacrés » qui leur recommandent le combat permanent, le djihad, jusqu’à la victoire finale de l’islam :  « Combats donc dans le sentier d’Allah, tu n’es responsable que de toi-même, et incite les croyants (au combat) Allah arrêtera certes la violence des mécréants. Allah est plus redoutable en force et plus sévère en punition (4.89). »
En  intégrant leur enclos musulman qui n’est ouvert qu’aux seuls musulmans dans le sentier d’Allah, qui fait du combat contre les infidèles leur raison d’être et de vivre, ils sont convaincus qu’ils vont pouvoir mériter la récompense promise par Allah pour ceux qui tronquent leur vie sur terre afin que « la religion soit entièrement à Allah »(8, 39)

L’islam est lui-même extrémiste par nature, tranchant et décapitant. Intransigeant et inflexible avec ceux qu’il désigne par infidèles, totalitaire, hégémonique et cosmique, se considérant comme la seule religion valable qui doit régner sans partage sur la terre. Souffrant d’une véritable hypertrophie de l’ego, l’islam n’a que haine et rancœur pour tout ce qui ne se plie pas à sa loi : « Entre nous et vous [ les infidèles] Aucun compromis ni concession » . Comment peut-on apaiser un musulman qui s’enracine dans sa foi nihiliste alors qu’il n’est pas plus radicalisé que Mahomet lui-même ? Alors qu’il faudrait plutôt le désintoxiquer des effets néfastes de l’islam.
Pourquoi un jeune qui n’était pas familier des préceptes de l’islam se mue en monstre quand il se plonge dans la lecture du Coran ? Le même jeune aurait lu le Capital ou la Bible ne serait pas devenu terroriste.
La vraie cause est le Coran et par conséquent l’islam. Pour les immuniser contre ce fléau neuropsychologique il faut les éloigner de l’islam. On ne lutte pas contre les effets de la drogue en ménageant les dealers et en la laissant la proliférer. Ce n’est pas avec une méthode placebo que l’on peut endiguer le péril musulman.
Pendant que l’on déradicalise un jeune à grands frais pour un résultat nul, 100 autres jeunes sont déjà prêts à passer à l’acte.

L’islam est la plus grosse manufacture de terroristes au monde. Plus les musulmans découvrent l’islam, plus ils versent dans l’ultra-violence car ils ont compris qu’on ne transige pas avec l’enseignement coranique si l’on est un vrai musulman.

Un musulman ne se radicalise pas, il  met sa pendule musulmane à l’heure après avoir appris comment la faire fonctionner. Ces jeunes ne dérivent pas, ils sont dans la logique de leurs dogmes. Une idéologie belliciste et très agressive ne peut engendrer des amis de l’abbé Pierre.



Une autre preuve que vous vous mentez doc.


Revenir en haut
Dr Ben Ammar Salem
Membres d'honneur


Hors ligne

Inscrit le: 28 Déc 2014
Messages: 214
Masculin
Point(s): 241
Moyenne de points: 1,13

MessagePosté le: Jeu 5 Oct - 15:58 (2017)    Sujet du message: Salem Ben Ammar Répondre en citant

En 2011, les médias aux ordres et les politicards de tous bords nous ont saoulés à mort et rebattus les oreilles avec des prétendues révolutions du printemps arabe, comme si les printemps humains pouvaient avoir un parfum arabo-musulman.

Rarement des révolutions n’ont été autant glorifiées, médiatisées, encensées et enjolivées comme si elles étaient porteuses d’humanisme et de droits fondamentaux.
Des peuples qui n’ont jamais été maîtres de leur Histoire ne pouvaient pas changer eux-mêmes le cours de leur propre histoire surtout que c’est Allah qui écrit tout pour eux.
Totalement soumis au pouvoir exorbitant de leur religion, ils ne peuvent imaginer que l’homme pouvait être capable de prendre en main son destin humain et politique sans que cela ne constitue un sacrilège sous prétexte que l’homme ne peut pas changer ce qu’Allah a décidé pour lui.

Enchaînés aux dogmes de la foi, les musulmans n’ont de salut que dans leur obéissance aux prescriptions du Coran qui les figent dans la pierre mortuaire de la Ka’aba. Vouloir changer la vie revient à violer la règle de l’immuabilité de la vie telle qu’Allah l’a dessinée pour ses créatures.
_________________
Il ne faut pas que nos lois antiracistes deviennent demain notre tombe. L'islam est le culte de la haine de l'autre et la mort de la vie le laisser faire c'est lui tendre le couteau de boucher pour nous égorger avec. De notre fermeté et de notre courage soyons les valeureux combattants de l'hydre musulmane.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Dr Ben Ammar Salem
Membres d'honneur


Hors ligne

Inscrit le: 28 Déc 2014
Messages: 214
Masculin
Point(s): 241
Moyenne de points: 1,13

MessagePosté le: Dim 8 Oct - 14:44 (2017)    Sujet du message: Salem Ben Ammar Répondre en citant

Ras-le-bol de ceux qui prennent l’islam pour une blanche colombe
 par Salem Benammar -

assassinsJe reprends cette jolie formule de mon ami Pierre Cassen de Riposte Laïque : » Ceux qui nous lapident aujourd’hui au nom de l’angélisme républicain et de l’antiracisme seront les lynchés de demain. » En effet, ceux qui diabolisent par naïveté, lâcheté et parti pris et défaut de discernement ceux qui défendent la pérennité de la France mise en péril par la montée inquiétante du fascisme islamique ne sont pas à l’abri du retour du bâton, plutôt du glaive mahométan, que ne manqueront pas de leur asséner ceux-là mêmes dont ils se font des piètres défenseurs sans rien connaître à la doctrine belliciste, raciste, inhumaine, nazie et hégémonique qui leur sert de support idéologique et dont ils se nourrissent du berceau jusqu’à la mort.
Qu’est-ce qu’ils savent de l’islam et de sa haute nocivité nucléaire capable de transformer la planète entière en paysage lunaire ? Avec lui, ce ne sera pas des humains contaminés par les irradiations radioactives comme à Tchernobyl, Hiroshima et Nagasaki, ce sera la disparition de toute trace de vie humaine de la planète terre. Un désert balayé par des tornades où souffleront les fortes rafales de vent effrayantes poussant des cris comme des meutes de loups hurlant à la mort.
La France sera balayée comme une botte de foin devant la puissance de la force du vent islamique atteignant la vitesse vertigineuse de Mach 3. Aucune digue ne saura les contenir et ce n’est certainement pas ceux qui stigmatisent, clouent au pilori et condamnent les islamo-incompatibles qui vont pouvoir atténuer la puissance de la tornade islamique, ils auront déjà été emportés avant même que la tornade ne se lève, car les forces qui activent cette tornade leur auront déjà fait regretter d’avoir choisi le camp de l’inhumanité et de la mort de la vie à celui de la défense de la terre propriété de tous les hommes et non pas vouée à être colonisée au profit d’une divinité qui a engendré l’une des figures les plus abominables, perverses, démoniaques et cruels de l’histoire universelle.
Un jour les libertés humaines disparaîtront à tout jamais et personne ne sera là pour les pleurer et s’en vouloir d’avoir fait le mauvais choix au moment où le monde est à un tournant vital de son histoire qui n’est en rien comparable à celui des années 30 où l’on prenait le nazisme pour un enfant de choeur. Plus de république, plus de laïcité, plus de démocratie, plus de respect des droits de la femme et de la petite enfance ni des droits humains. Plus rien qui ne ressemble en rien au monde qui fut un jour le leur. Hitler brûlait les juifs et les non-aryens, le nouveau monde qui renaîtra des cendres du monde actuel et dont les artisans commencent à dessiner les contours en Irak et en Syrie sera un monde où l’on jouera les matchs de football avec des têtes humaines plutôt que des ballons, où l’on arrosera la terre sèche avec le sang des victimes et l’on nourrira les charognards avec de la chair humaine.
Une terre pour une seule divinité et gouvernée par les lois de la pire doctrine mystico-politique que le monde ait jamais connue.
Que ceux qui nous crucifient aujourd’hui au nom du politiquement correct et discréditent notre combat pour la liberté qui est aussi la leur contre le péril intégriste musulman, seront eux-mêmes les prochaines victimes de ceux qu’ils soutiennent par lâcheté, incompréhension et manque de courage politique. Ils doivent savoir que l’islam n’a pas d’amis, il a des soumis et ceux qui doivent subir la dhimmitude.
Le raciste n’est pas celui qui met en garde sur les effets néfastes de l’islam, c’est l’islam lui-même qui porte en lui les germes du racisme.
Lutter contre l’islam c’est avant tout lutter contre le virus raciste dont il est porteur. Cette lutte pour la liberté est aussi une lutte antiraciste.
Notre défiance et méfiance à l’égard de l’islam n’est ni l’expression d’une haine ni la manifestation d’un rejet, elles relèvent du principe sacré de vigilance républicaine et du devoir de précaution.
Le nazisme a anéanti toute une partie de l’humanité à cause de l’angélisme des pacifistes français ne soyons pas de nouveau complices de notre propre malheur en caressant l’islam dans le sens du poil. Si l’islam n’était pas une idéologie politique sanguinaire pourquoi massacre-t-il alors les siens en attendant qu’il en fasse autant avec nous un jour prochain ?

Salem Ben Ammar
_________________
Il ne faut pas que nos lois antiracistes deviennent demain notre tombe. L'islam est le culte de la haine de l'autre et la mort de la vie le laisser faire c'est lui tendre le couteau de boucher pour nous égorger avec. De notre fermeté et de notre courage soyons les valeureux combattants de l'hydre musulmane.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur


En ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 8 234
Masculin
Point(s): 27 980
Moyenne de points: 3,40

MessagePosté le: Jeu 12 Oct - 12:29 (2017)    Sujet du message: Salem Ben Ammar Répondre en citant

Salem Benammar


J'étais aux quatre chemins à Aubervilliers ce soir vers 19 h pour dîner chez des amis, un lieu où je n'ai pas mis les pieds depuis 20 ans. Un autre temps un autre paysage humain. Je m'étais cru à Barbès en pire. Avec des vendeurs de Marlboro à la sauvette par dizaines comme s'ils bénéficiaient d'une certaine impunité. Ils étaient comme sur un territoire conquis, le police était ailleurs mais pas là où il fallait. Racolant les acheteurs comme les filles de Pigalle racolant l...es clients. Pauvre Aubervilliers, grand village ouvrier autrefois où cohabitaient en bonne intelligence des différentes communautés. Aujourd'hui. j'ai l'impression qu'il y en a qu'une qui domine. Ni Africaine, ni chinoise, ni indienne mais.
Je ne dis pas son nom vous savez bien pourquoi.
Mais de retour au même endroit vers 22 h 40 pour reprendre le métro, le quartier semble avoir retrouvé un soupçon de texture française où j'ai enfin pu croiser des têtes qui me rappellent qu'Aubervilliers est encore la France.
Un paradoxe que je ne saurais expliquer. Aux heures de sortie des bureaux c'était pas la France et dans la soirée il y avait un peu de France.
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Dr Ben Ammar Salem
Membres d'honneur


Hors ligne

Inscrit le: 28 Déc 2014
Messages: 214
Masculin
Point(s): 241
Moyenne de points: 1,13

MessagePosté le: Mer 18 Oct - 09:13 (2017)    Sujet du message: Salem Ben Ammar Répondre en citant

Si le tout et son contraire avait une religion ce serait l’islam par Salem Ben Ammar

Comment Mahomet MDSL (Malédiction et disgrâce soient sur lui) était en mesure de lire le Coran en présence de Gabriel, alors que d'une part les musulmans qui ne sont témoins de rien mais qui sont convaincus que leur prophète de mauvais augure était totalement analphabète et d'autre part le Coran n'avait pas encore était transcrit sur aucun support et les versets ni rassemblés ni ordonnés ?

Et le même Coran qui a l'art de se mêler les babouches tord le cou à sa propre vérité (106 sourate 17 Al-Isra):


« Nous avons fait descendre un Coran que Nous avons fragmenté, pour que tu le lises lentement aux gens. Et Nous l'avons fait descendre graduellement. »


Ce qui est évident quand on sait que le dernier verset qu'Allah lui aurait adressé comme un missile (281 de la sourate de la Vache) 9 jours avant que les Anges de la mort ne l'envoient en enfer le 8 juin 632, comme si les Arabes déclaraient lesurs naissances et leurs décès à cette époque. Cela fait partie des miracles administratifs de l'islam et le doute n'est aucunement permis.


Si la contradiction avait une religion ce serait ainsi assurément l'islam , d'un côté les musulmans prétendent que la révélation a duré 23 ans et d'un autre qu'il est descendu selon le malsain Coran dans ses versets machiavéliques(sourate asu'ara v.192 195;sourate azumar v.1-3;sourate al baqarah v.185 ) en bloc en deux tours trois mouvements (djoumlat wahida, littéralement en une seule phrase) pendant la fameuse nuit d'al Qadr

Affirmer des vérités non prouvées matériellement relève de la pure fabulation. Nonobstant le fait que la codification de l'écriture de la langue arabe a été entamée au VIII e siècle.
_________________
Il ne faut pas que nos lois antiracistes deviennent demain notre tombe. L'islam est le culte de la haine de l'autre et la mort de la vie le laisser faire c'est lui tendre le couteau de boucher pour nous égorger avec. De notre fermeté et de notre courage soyons les valeureux combattants de l'hydre musulmane.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Dr Ben Ammar Salem
Membres d'honneur


Hors ligne

Inscrit le: 28 Déc 2014
Messages: 214
Masculin
Point(s): 241
Moyenne de points: 1,13

MessagePosté le: Mer 25 Oct - 09:07 (2017)    Sujet du message: Salem Ben Ammar Répondre en citant

La Charia est la tombe de la femme par Salem Ben Ammar

La charia  pour la femme est bien pire que les lois nazies pour les non-aryens

Dr Salem Benammar

Peut-on au nom de la démocratie et des lois de la République octroyer un statut à des mouvements sectaires islamistes qui prônent la charia, cette porte ouverte aux abus de droit et aux injustices, voire de légitimation de crimes contre l'humanité ?

Sait-on que toute mansuétude et bienveillance à l'égard des mouvements totalitaires et génocidaires équivaut à la reconnaître implicitement et contribuer progressivement à l'instauration de la loi canonique de la charia mortifère pour les libertés humaines les plus élémentaires tels que le choix de ses habits ou la liberté de circuler au volant de sa voiture punie de dix coups de fouet chez les wahhabites et ordonnateur et grand argentier de l'islamisme polymorphe qu il soit jihadiste, salafiste ou qoutbiste ?

Comment nos sociétés démocratiques peuvent-elles se résoudre au nom des libertés de culte et de conscience à donner un droit de cité à des mouvements ancrés dans leur identité religieuse dont le seul objectif est d'utiliser les lois de la république pour mieux l'achever et substituer à des lois humaines, fruits des assemblées démocratiques, une loi synonyme de désordre moral, d'injustice, d'arbitraire, de racisme, d'antisémitisme, de lapidation, de mutilation, d'amputation, de viol, de pédophilie, d'inquisition, de décapitation, de brimades, de sexisme érigé en dogme religieux, d'inégalités, d'avalissement et asservissement de la femme et de la négation de ses droits.

Une loi qui donnerait aux lois raciales de Nüremberg des relents humains. Un véritable poison pour les droits de l'homme et des libertés publiques.

Comme si on oublie ou feint d'oublier que la charia qui fait du musulman juge, partie et bourreau, est un instrument d'aliénation juridique de la femme et des minorités sexuelles, ethniques et religieuses.

C'est la consécration du pouvoir sans limite de l'homme sur la femme sous couvert de la religion, brimades, harcèlement, violence, exaction, sévices sexuels, voire meurtre, autant de crimes et délits qui échapperont au couperet de la justice républicaine, au nom de l'exception des lois de l'islam et par conséquent de leur suprématie sur les lois républicaines confortant ainsi les musulmans dans leur mépris et rejet des lois non-musulmanes.

Avec la Charia, du monde des lumières l'humanité plongera dans le monde des ténèbres.

De l'ordre juridique de droit positif, elle passe au désordre juridique et au règne de la loi du plus fort. Scellant le sort de la femme, de de l'autoritarisme et la légalisation de la violence et des traitements inhumains.

Admettre l'usage de la charia dans les cités, c'est lui reconnaître un statut de plein droit en sa qualité d'ennemie viscérale de la femme en lui accordant de la sorte un droit de veto sur nos lois puisqu'elle se considère au dessus des lois de la République, c'est se faire soi même complice de la mise à mort du système juridique protecteur de ses droits et les vôtres aussi.

A moins d être maso, cupide, veule, inconscient ou irresponsable, cela équivaut à se tirer une balle dans le pied.

Nul ne saurait affirmer que cette loi prétendue divine a toutes les caractéristiques d'une loi.

N'importe quel croyant en  l'absence de clergé peut s ériger en législateur et l' exécuteur selon l'interprétation qu'il peut en faire tel que décréter une Fatwa, simple avis juridique de portée civile ou pénale.

Mais plus souvent pénal pour motiver la sentence capitale ou des pogroms. Le danger avec la loi canon de la Charia est qu'elle est l'objet de toutes les spéculations interprétatives et imprécises des règles susceptibles de l'encadrer et la formuler.
Le fait qu'elle ne soit pas codifiée dans un quelconque corpus juridique ne peut que la rendre incertaine, floue, ambiguë, sujette à caution et inapplicable.

En effet, comme le souligne Souheib Bencheikh:" c'est un concept spirituel, donc synonyme d un cheminement personnel mais qui, à travers l histoire, couvre le travail des écoles juridiques, malékites au Maghreb, hanbalites en Turquie, hanbalites en Arabie Saoudite, si bien que le droit musulman est varié et il n'a aucune sacralité et souffre de ne pas avoir été mis à jour." Comment peut-on aussi conférer un caractère juridique à une norme spirituelle censée fixer la voie à suivre pour les musulmans (sourate 45; verset 18) ?

Assimilée comme étant la source du droit musulman qui se décline pourtant en 4 écoles juridiques (madhahb) ne peut que susciter de sérieux doutes sur sa rationalité juridique.

Tout indique que la charia n est pas un système juridique fruit de la raison humaine et encore moins de caractère canon immuable et intemporel puisqu'elle est à géométrie variable dans le sens de son interprétativité propre à chaque école.

Contrairement à ce que ses partisans prétendent, on ne peut faire d'un système juridique non écrit ou codifié une vérité divine absolue ayant force de loi qui ne tolère aucune contestation ni dérogation.

Les tentatives de réforme de la Charia et de sa véritable définition juridique auxquelles on assiste depuis les écoles de pensée théologique tels que Mu'atazalites et les Asharites, au VIII ème et IX ème siècles, ne peuvent que le lever le voile sur l' impossibilité de sa reformulation et de sa clarification.

Ce qui va de soi dans la mesure ou' le peut rationaliser l' irrationnel. On ne peut pas non plus donner une cohérence à une loi abscons, hyper subjective et apocryphe en lui accordant le statut d un code juridique soi-disant d d'essence divine supposée régir tous les aspects de la vie des musulmans, publique et privé ainsi que les interactions avec les croyants, ce qui suppose que les non-croyants sont exclus du champ de la charia et politique.

Alors que dans notre système juridique non seulement nul n est au dessus des lois, mais surtout que nul n est exclu du champ de la loi.

L'absence de cohérence juridique et le flou théologique qui la caractérisent sont la cause première des abus et dérives rattachés à la charia. Elle est davantage apparentée à une loi naturelle, appelée communément la loi de la jungle, où l'on se doit de laisser la nature accomplir son oeuvre sans l intervention humaine pour la réguler ou la codifier.

Elle est cette loi qui lie le prédateur, dans le contexte musulman c'est l'homme, à sa proie, sa victime consentie sous couvert de la Loi sacrée du Coran qui est la femme. Et accessoirement les non-musulmans et tous ceux qui ne rentrent pas dans les normes sexuelles telle que la définit Dieu.

Il est permis de qualifier la charia de loi scélérate semblable aux lois raciales nazies de 1935 où l on cherche à instaurer un ordre social, humain politique sur la base des critères subjectifs, inégalitaires et partiaux de caractère ethnique, sexuel et religieux. Une loi où seule l'interdit devient la norme et le permis devient l'exception.

Dans les sociétés appliquant la charia, la déraison humaine détermine le mode d organisation sociale, familiale et interindividuelle comme si son fonctionnement échappe à la mécanique de l'intelligence et de la conscience humaine.

L'homme qui est par définition un animal politique est dépourvu de pensée propre et toute son action doit s s'inscrire dans la voie que groupe  d'appartenance lui indique.

Ce code de bonne conduite en société que peut être la Charia a des effets négateurs et liberticides sur les libertés humaines les plus élémentaires qui doivent se fondre dans le collectif et jamais s exprimer en dehors.

On dit même que la liberté n existe pas si elle n'est pas l'oeuvre du collectif. En aucun cas la Charia ne peut pas s inscrire dans un cadre républicain juste, ouvert et tolérant. respectueux des droits individuels.

Elle est incompatible avec les lois de la république et les valeurs de citoyenneté, elle vise à avilir à instrumentaliser le sacré à des fins d'exacerbation et d'institutionnalisation de la violence morale, inhumaine et de traitement dégradant et humiliant infligé aux femmes et aux minorités.

En totale violation de l'article 5 de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme et du Citoyen et de l'article 3 de la Convention Européenne des Droits de l'Homme.

Une loi qui est un vrai simulacre juridique et pas seulement ne devrait pas avoir droit de cité au vu de son caractère incitatif à la torture et aux atteintes caractérisées et avérées aux droits humains.

La charia qui fait de la femme une quasi-esclave, un objet dépourvu d'existence propre, dépossédée de tous ses droits les plus élémentaires au profit de son tuteur de mari devra être éradiquée de la même façon que les lois nazies.

Avec elle, c'est le retour assuré de la barbarie humaine dans toutes ses formes les plus cruelles : justice expéditive, lapidation, châtiment corporel, meurtre, autodafés, appels au meurtre au nom du sacré, flagellations, bannissement, excommunication, le délit du blasphème, l' apostasie, lesclavagisme, les rapts, les razzias, l'inquisition, la pédophilie dans le sens des mariages pré pubères, le viol conjugal, l' homophobie, le racisme et  l'antisémitisme érigé en mode de gouvernement voire en religion, les actes de brigandage, la répudiation etc. Son caractère machiste, ségrégationniste, ostraciste, discriminatoire, relégationniste et misogyne condamne la femme au statut de l'éternelle recluse juridique, non dotée de personnalité juridique et incapable de discernement qui lui permet d'ester en justice.

Ainsi une femme victime d'abus sexuel ou de viol ne peut porter plainte sous peine de se retrouver sur le banc des accusées comme le rapporte une franco marocaine victime d un viol à Dubaï et qui s est retrouvée en prison au motif qu'elle est responsable de son propre viol ( Touria Tiouli: en prison à Dubaï pour avoir été violée éd. Michel Lafon2004).

Aux termes de cette loi canonique la femme a surtout des devoirs. Ses droits sont ceux que lui fixent son mari ou le membre mâle de sa famille ou sa belle famille en cas d'absence de son époux. Elle est tenue à suivre la voie que Dieu lui recommande et qu'elle ne peut y déroger pour quelle que raison que ce soit sous peine de se voir condamner à la double peine. Celle que son conjoint est susceptible de lui infliger en cas d insoumission et le châtiment final (la sourate de la femme est fort édifiante à ce sujet).

La femme sert de variable d'ajustement pour lutter contre le chômage des hommes.

Elle est le bouc-émissaire de tous les maux de la société. Elle réduit la femme à l'état d objet sexuel dont la seule fonction sociale est d assouvir les pulsions sexuelles de son maître auxquelles elle ne peut s y soustraire au risque de se faire maudire une nuit entière par les Anges(sourate de la femme).
Le corps de la femme n'est il pas assimilé dans le Coran à un champ de labour propriété de l'homme qu'il pourra labourer qu il pourra labourer à volonté ?

Le mariage dans le droit musulman qu'il soit codifié ou non, régi par le Coran ou la Charia, n'est pas facteur de sécurité et surtout synonyme de vie commune fondée sur le respect mutuel et de l'intégrité physique de la femme, il est un acte d'appropriation et de colonisation du corps de la femme et de son assujettissement à l'homme comme le stipulent les sourates ci-après : Sourate 4 : "38. Les hommes sont supérieurs aux femmes à cause des qualités par lesquelles Dieu a élevé ceux-là au-dessus de celles-ci, et parce que les hommes emploient leurs biens pour doter les femmes. Les femmes vertueuses sont obéissantes et soumises ; elles conservent soigneusement pendant l'absence de leurs maris ce que Dieu a ordonné de conserver intact. Vous réprimanderez celles dont vous avez à craindre l'inobéissance; vous les relèguerez dans des lits à part, vous les battrez ; mais aussitôt qu'elles vous obéissent, ne leur cherchez point querelle. Dieu est élevé et grand."

- (II, 223) : "Les femmes sont votre champ [labeur]. Cultivez-le de la manière que vous l'entendrez, ayant fait auparavant quelque acte de piété."

Net et sans équivoque.

La Charia qui fait de la polygamie son mode d' expression majeure et donc de la femme un bien marchand de caractère sexuel et éphémère attribue à l'homme un véritable droit absolu , l'immunisant contre toutes tentatives de résilience de la part de sa concubine à cause du fait qu'il dispose de ce droit inique, exorbitant mais combien redoutable : le droit à la répudiation sans s'embarrasser de la moindre procédure laissée à sa libre-appréciation.

Seul l'homme est maître du jeu dont il fixe lui-même les règles qui sont autant de contraintes qui pèsent sur la femme. Il est procureur, juge, partie et bourreau au sens du droit musulman.

Le prophète lui-même disait que la place de la femme est enfer.  Jugée comme une éternelle pêcheresse, elle est coupable avant même d'avoir été jugée. Et comme souvent dans le droit musulman on juge à charge, il ne peut avoir de respect de droit de la défense, et pire encore quand c'est une femme qui est mise en cause.

Etre femme dans l'islam est un quasi crime, même quand elle est victime de viol, elle clouée au pilori et mise sur le banc des accusés, et son violeur se trouve doublement innocenté aussi bien par l'opinion publique que par les tribunaux appliquant la charia.

Au mieux, on l'offre comme un butin de guerre à son violeur comme au Maroc pour laver l'honneur de sa famille.

Même quand elle est victime de meurtre, sa famille est rarement dédommagée par le meurtrier.

Dans les sociétés où la charia a force de loi, la femme est réduite à une portion congrue, dépourvue de droits, contrairement à ceux dont jouissent l'homme, exerçant un pouvoir total et exorbitant qui contraste avec l'état d'asservissement juridique dans lequel est maintenu la femme.

A titre d'exemple, la femme n'est pas en droit d'initier le divorce, d'exercer l'autorité parentale conjointe, de prétendre à la garde d'enfants en cas de séparation, ni de bénéficier du maintien dans le domocile conjugal.

Des millions de femmes sont jetées à la rue souvent avec leurs enfants dans les sociétés musulmanes.

De même que la charia fait interdiction absolue à la femme musulmane de se marier à un non-musulman, à la différence de l'homme musulman qui est en droit de contracter ce type d'union à la condition exprésse d'élever ses enfants dans la religion musulmane. Dans l'islam, c'est l'homme qui transmet sa foi.

Ainsi l'enfant  dans le cadre de ce type d'union est toujours considéré comme musulman indépendamment de la religion de sa mère.

En conclusion, cette loi canon n'est rien d'autre que l'expression majeure d'un système idéologique dont la finalité est de coloniser le corps et l'esprit de la femme au profit de son maître-esclavagiste sous couvert du sacré.
_________________
Il ne faut pas que nos lois antiracistes deviennent demain notre tombe. L'islam est le culte de la haine de l'autre et la mort de la vie le laisser faire c'est lui tendre le couteau de boucher pour nous égorger avec. De notre fermeté et de notre courage soyons les valeureux combattants de l'hydre musulmane.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Dr Ben Ammar Salem
Membres d'honneur


Hors ligne

Inscrit le: 28 Déc 2014
Messages: 214
Masculin
Point(s): 241
Moyenne de points: 1,13

MessagePosté le: Sam 28 Oct - 12:15 (2017)    Sujet du message: Salem Ben Ammar Répondre en citant

C’est l’islam lui-même qui porte en lui les germes des crimes contre l’humanité par Salem Ben Ammar

Les musulmans et leurs idiots utiles serinent que l'islam est paix alors qu'il n'y a de salut pour l'humanité que dans la soumission et la dhimmitude.

N'-a-il pas été prescrit à Mahomet de ne laisser aucune chance aux "mécrus" ? : "...Il n'est donné à aucun prophète de faire des prisonniers tant qu'il n'a pas mis les mécréants hors de combat sur la terre."( S.8,V.67).

La paix ne régnera sur terre que le jour où plus aucune religion ne cohabitera avec l'islam (S.8, V.39).

Ils affirment que l'islam est le culte de la tolérance et qu'il respecte jalousement les croyants des autres religions monothéistes.

Tout indique que ses laudateurs sont manifestement atteints de cécité mentale et ont confondu le Coran avec la Déclaration Universelle des Droits de l'homme et du Citoyen.

En effet, aucun verset coranique ne recommande aux musulmans de faire preuve de bienveillance et de compréhension à l'égard des non-musulmans et de les accepter tels qu'ils sont, assimilés surtout à des bêtes de la pire espèce aux yeux de leur divinité maléfique.

L'islam n'accepte l'autre sauf s'il se soumet à sa tyrannie.

Le message coranique porte en lui tous les germes de la haine de l'autre et du racisme à caractère religieux :"O vous qui avez cru! Ne prenez pas les Juifs et les Chrétiens comme amis et soutiens...Allah ne guide pas la gente injuste." (S.4, V.34).

Sa tolérance se mesure aussi à l'aune du châtiment réservé aux siens qui veulent exercer leur liberté de conscience : " Qui que ce soit qui après avoir accepté la foi en Allah, exprime la Non-Croyance, sauf sous la contrainte, son cœur demeurera ferme dans la Foi, sur ceux de tels hommes qui ouvrent leur cœur à la Non-Croyance, sur eux est la Colère d'Allah, et une peine terrible sera la leur." (S.16, V.106).

Tant qu'ils ne cherchent pas à briser les chaînes de leur esclavage, ils n'encourent aucun châtiment et n'ont rien à craindre pour leur vie : "S'ils se détournent(de l'islam), saisissez-les, tuez-les, partout où vous les trouverez." (S.4, V.89).

On ne punit pas de mort le musulman pour le meurtre d'un kafir, mais en revanche il est permis de tuer celui qui abjure sa foi islamique comme l'ordonne Mahomet.

La vie d'un kafir et d'un apostat ne valent pas plus que celle d'un cafard dans l'islam.

Ils affirment que l'islam est amour mais peut-il y avoir d'amour sous la contrainte et sans la liberté d'aimer ?

L'islam sans la soumission et l'obéissance n'est plus islam. L'amour est d'abord celui que le supposé créateur doit témoigner à ses créatures sans contrainte ni contre-partie.

Un père doté de raison ne force pas ses enfants à l'aimer et les menacer de mort s'ils ne cèdent pas à ses désirs narcissiques.

Il leur enseigne et éduque dans la voie de l'amour et du respect de leurs semblables indépendamment de leurs origines, sexe et croyance. L'amour ne se décrète pas et qu'il soit imposé aux hommes contre leur gré :" Obéissez à Allah, obéissez au Messager, et prenez garde!"(S.5, V.92)

Une religion n'existe que dans le miroir des siens dont le comportement est en adéquation avec leurs prescrits religieux.

Un enfant est le produit de son éducation, le musulman est le produit de l'islam.

Son personnage est façonné par les préceptes coraniques et la sunna. Quand on est musulman, on doit vivre et appliquer l'islam dans toute sa rigueur et authenticité.

Contrairement à ce que la majorité silencieuse musulmane laisse entendre que l'islam est consensuel et que l'on peut vivre sa religion tout en étant dans la modernité, or, l'islam qui se veut une loi éternelle, une voie unique pour tous les musulmans sans influence extérieure. Il est inconciliable avec les autres voies qui sont forcément suspectes et qui doivent être combattues jusqu'à ce qu'à leur élimination finale.

Faire de la place à l'islam comme le proclament ses laquais c'est faire entrer un loup dans la bergerie. Pour tuer ainsi la laïcité il n'y a pas mieux que de lui inoculer le poison de l'islam.

L'islam ne reconnaît ni le facteur temps ni l'espace, il a pour fonction essentielle de diluer la vie dans le bain acide de l'ignorance et l'obscurantisme. C'est la négation même du temps. Figer et scléroser la vie comme le symbolise la pierre tombale de la ka'aba.

L'islamisation des sociétés consiste à faire des temps passés une horloge pour les temps présents et des temps passés avec des aiguilles arrêtées au VII e siècle.

Il prône un modèle de société et des mœurs qui prévalaient au temps de Mahomet. Un homme "parfait" pour des hommes qui aspirent à lui ressembler.

Peu importe ses dérives morales, ses bas instincts bestiaux, ses obsessions sexuelles pathologiques, ses penchants pédophilies, ses troubles narcissiques prononcés et sa personnalité borderline, son tempérament violent et colérique, son égocentrisme pathologique, son intolérance, sa nature criminogène, un homme qui ne respecte rien ni personne, sans code moral ni éthique, traître et fourbe, imposteur et affabulateur, mégalomane et nombriliste, voleur, pilleur et assassin, ingrat et velléitaire, guerrier et vandale, sans foi ni loi, gourou et faux-prophète, despote et tyrannique, ultra-violent et sanguinaire, haineux et anti-juif et anti-chrétien, fermé à la critique et au dialogue. Mahomet est leur exemple à suivre, quel exemple.

Avec un minimum de lucidité et de clairvoyance, ils devraient se rendre compte d'eux-mêmes que sa biographie devrait lui valoir d'être condamné symboliquement à titre posthume comme étant le plus grand criminel de tous les temps. il est jugé comme ce qu'il y a de meilleur pour eux. Se comporter comme lui et faire de son mode vie amoral et transgressif la norme pour les humains du XXI e siècle.

Le retour en force de la loi de la jungle où le pouvoir est aux plus forts et aux prédateurs de disposer de la vie des faibles et des sans défense, et sans tabous et interdits sexuels, où l'on peut tuer un Juif ou un chrétien en toute légitimité chariatique.

Pourquoi son nom est synonyme de mémoricide dans le sens de destruction de la mémoire historique, culturelle, archéologique, urbanistique des peuples comme en Irak, en Syrie et au Mali ?

Des questions qui resteront comme toujours sans réponses.
forcément suspectées d'arrière-Comment peut-on égorger des êtres humains au nom d'Allah comme si on égorgeait un mouton toujours au nom d'Allah ?

C'est la seule religion au monde où l'on sacrifie la vie humaine en hommage à dieu.

Ces monstres qui coupent les têtes à leurs semblables étaient-ils humains comme nous avant de commettre de tels actes de cruauté ?

Effaré et abasourdi par autant de barbarie. Est-ce que ce sont leurs dogmes mortifères et ultra-violents qui les ont mutés en coupeurs de têtes ?

Aucune excuse à faire valoir, ni misère, ni pauvreté, ni exclusion, autant d'arguments insultants pour la conscience humaine, c'est comme si l'on faisait l'apologie du nazisme.

Ils auraient peut-être une éducation qui les prédisposent à cela, et la religion produit sur eux un effet catalyseur.

Convaincu que tous leurs coreligionnaires ne sont pas des monstres, loin s'en faut. Ils lisent les mêmes textes qu'eux, mais ils n'ont pas perdu apparemment leur humanité pour autant.

Ne cherchons pas les causes là où elles ne sont pas, il faut disséquer leurs cerveaux, pour déceler les cause de leurs bestialités.
Sont-ils nés tout-à-faits humains comme nous et leur caryotype est-il normal ?

Bien souvent on assiste à un basculement de la voyoucratie et le banditisme vers ces crimes contre l'humanité.

La solution serait de déclarer le jihad comme le premier ennemi de l'humanité et qui doit être combattu comme tel.

:salem:
 

_________________
Il ne faut pas que nos lois antiracistes deviennent demain notre tombe. L'islam est le culte de la haine de l'autre et la mort de la vie le laisser faire c'est lui tendre le couteau de boucher pour nous égorger avec. De notre fermeté et de notre courage soyons les valeureux combattants de l'hydre musulmane.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Dr Ben Ammar Salem
Membres d'honneur


Hors ligne

Inscrit le: 28 Déc 2014
Messages: 214
Masculin
Point(s): 241
Moyenne de points: 1,13

MessagePosté le: Mar 31 Oct - 13:29 (2017)    Sujet du message: Salem Ben Ammar Répondre en citant

51969 par Salem Ben Ammar

Une musulmane qui défend l'islam est comme une femme violée qui défend son violeur ou un esclave qui défend son maître.

Quand on a un minimum de dignité en soi et un zeste de discernement on ne se fait jamais l'avocat d'une religion qui a réduit la femme à un simple champ de labour que le mâle musulman peut labourer comme et quand il veut.

Une telle attitude est la pire insulte qui puisse être faite à la conscience humaine.

:salem:
_________________
Il ne faut pas que nos lois antiracistes deviennent demain notre tombe. L'islam est le culte de la haine de l'autre et la mort de la vie le laisser faire c'est lui tendre le couteau de boucher pour nous égorger avec. De notre fermeté et de notre courage soyons les valeureux combattants de l'hydre musulmane.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Dr Ben Ammar Salem
Membres d'honneur


Hors ligne

Inscrit le: 28 Déc 2014
Messages: 214
Masculin
Point(s): 241
Moyenne de points: 1,13

MessagePosté le: Jeu 2 Nov - 12:40 (2017)    Sujet du message: Salem Ben Ammar Répondre en citant

Le terrorisme est comme un nez au milieu du visage musulman par Salem Ben Ammar

Le terrorisme musulman est étroitement corrélé à la progression de l'islam en Occident au cours de 35 dernières années.

En effet, il progresse au même rythme que la progression de la population musulmane régulière et clandestine dans cette région du monde.

Quand bien même le fléau terroriste est loin de lui être spécifique et n'épargne aucun pays au monde, on peut difficilement ignorer le lien de cause à effet entre les deux variables.

Que le terrorisme soit le visage du phénomène de radicalisation qui n'est en réalité que le retour toute voile dehors à l'islam des sources cela est évident mais ce que l'on ne saurait nier est que l'Occident est devenu une cible à abattre pour l'islam fondamentaliste qui est en train de conquérir des pans entiers de ses territoires et se faire de plus en plus visible à travers la prolifération inquiétante des mosquées-casernes, l'explosion exponentielle du port du voile et le commerce halal.

Tout se passe comme si les attentats terroristes sont une manifestation de l'expansionnisme musulman ou plutôt un mode

Quand bien même il a été  le théâtre de violence terroriste dans les années 70 impulsée  par différents groupuscules comme la bande à Baader, le FLB, Action Directe, la Brigade Rouge, le FNLC, l'IRA, il n'en demeure pas moins qu'avec la forte poussée migratoire musulmane il est passé du stade du terrorisme que l'on peut qualifier de soubresaut à un terrorisme structurel autrement beaucoup plus lourd en termes de victimes et aux effets incommensurables à tous les niveaux psychologique, humain, politique, culturel et civilisationnel.

Plutôt que de durcir le ton avec les musulmans et de leur faire comprendre que jamais cette terre ne sera un nouveau Liban il s'emploie à banaliser le terrorisme et préparer psychologiquement ses populations à composer avec comme s'il était devenu une sorte de fatalité, une métastase incurable contre laquelle il n'existe aucun remède possible pour l'éradiquer.

Pire encore, il se fait l'avocat de ses assaillants allant même jusqu'à condamner ses propres enfants qui mettent leur vie en péril pour avertir leurs concitoyens sur la haute toxicité du péril musulman.

Aucun gouvernement occidental n'a eu le courage de lier terrorisme et islam qui sont les deux faces d'un même miroir.

Plus l'islam sort de l'ombre et plus le poids du terrorisme se fait pesant dans le quotidien des citoyens occidentaux.

Leur vie a changé en tout et dans tout. Ils doivent apprendre à intégrer dans leur comportement la menace terroriste qui peut se manifester dans leurs déplacements, leurs lieux de travail et de loisirs, leurs chez eux.

Ils ne sont plus en sécurité nulle part alors qu'au temps où les musulmans étaient quasi invisibles ils n'avaient rien à craindre pour la sécurité dont ils se préoccupaient comme de leur première guigne.

Ils sont passés d'hommes libres à des hommes en liberté surveillée si ce n'est des condamnés à mort en sursis.  

]  

_________________
Il ne faut pas que nos lois antiracistes deviennent demain notre tombe. L'islam est le culte de la haine de l'autre et la mort de la vie le laisser faire c'est lui tendre le couteau de boucher pour nous égorger avec. De notre fermeté et de notre courage soyons les valeureux combattants de l'hydre musulmane.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Dr Ben Ammar Salem
Membres d'honneur


Hors ligne

Inscrit le: 28 Déc 2014
Messages: 214
Masculin
Point(s): 241
Moyenne de points: 1,13

MessagePosté le: Ven 10 Nov - 17:03 (2017)    Sujet du message: Salem Ben Ammar Répondre en citant

     Tarek Ramadhan devrait répondre de l’héritage de son grand-père dont il est si fier par Salem Ben Ammar

Tarek Ramadhan peut-il être explicitement contre la violence terroriste et appeler au respect du vivre ensemble et de la démocratie alors qu'il clame que son grand-père Hassan al-Banna, le fondateur la plus grande organisation terroriste de tous les temps, est l'homme qui a façonné sa pensée ?

Une pensée qui aurait pourtant valu à d'autres des procès en cascade pour apologie du nazisme dans le sens où ce triste aïeul était un partisan déclaré d'Adolphe Hitler.

Son idéalisation maladive de son grand-père lui a-t-il fait oublier une autre réalité plus actuelle qu'est le terrorisme musulman dont les auteurs sont majoritairement issus de la Confrérie nazislamiste des Frères criminels musulmans ?

http://precaution.ch/wp/?p=166

Les islamistes qui sont tout aussi fiers que lui de se revendiquer de cet héritage doctrinaire ont au moins la franchise d'avancer à visage découvert et de ne pas se faire passer pour l'islamiste complet-cravate sur les plateaux de télévision.

Un personnage insaisissable et difficile à cerner, tant il a l'art de changer de partitions langagières et d'attitudes au gré de ses interlocuteurs, de dire aux uns, généralement les non-musulmans, ce qu'il veut leur faire croire et se faire passer à leurs yeux comme le gendre idéal, la takkiyia de mise, et aux autres, les musulmans assoiffés de revanche et ruminant leur rancœur contre l'Occident, où il est lui-même et n'a donc plus besoin de porter un masque, il se doit de leur livrer le vrai fond de sa pensée pour exalter leurs sentiments communautaires et religieux. L'ange et le démon. Une sorte de Dr Jekill et Mister Hyde.

Il est étonnant que cet homme puisse bénéficier d'autant d'impunité et d'audience médiatique malgré sa parenté idéologique affichée avec son grand-père. Jamais il n'a été interpellé publiquement sur cet héritage très lourd pourtant à porter et qui ne semble susciter l'indignation de personne. Comme si l'on se réjouissait de le voir brandir ce legs immonde en trophée. De tous les héritiers proclamés, il devrait être celui qui ne devrait mis en quarantaine car comme si l'on donnait la parole à travers lui à cet aïeul fervent admirateur du Mufti nazislamite de Jérusalem, al-Husseini? d'Hitler et de Mussolini,dont le nom devrait figurer dans le musée des pires ennemis du genre humain.

C'est à lui de lever l'ambiguïté sur ses accointances politiques et idéologiques de ce grand-père.  

Tant qu'il s'inscrit dans sa continuité tous les doutes sont permis quand à ses propres soubassements idéologiques qui seraient loin d'être frappés du sceau de la démocratie et de l'humanisme.

Il est difficile de croire qu'il œuvre pour la paix et la concorde entre les hommes tant qu'il reste attaché à la pensée nazislamiste de son grand-père.

Il n'est pas sa créature il est le dépositaire de sa marque.
_________________
Il ne faut pas que nos lois antiracistes deviennent demain notre tombe. L'islam est le culte de la haine de l'autre et la mort de la vie le laisser faire c'est lui tendre le couteau de boucher pour nous égorger avec. De notre fermeté et de notre courage soyons les valeureux combattants de l'hydre musulmane.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Dr Ben Ammar Salem
Membres d'honneur


Hors ligne

Inscrit le: 28 Déc 2014
Messages: 214
Masculin
Point(s): 241
Moyenne de points: 1,13

MessagePosté le: Dim 12 Nov - 17:10 (2017)    Sujet du message: Salem Ben Ammar Répondre en citant

Censuré à vie par Tweetter et dans le collimateur de FB depuis 2011 avec un blocage de 30 jours tous les 3 mois. On est pas en Iran ou en Arabie on est en France!


:salem:  

_________________
Il ne faut pas que nos lois antiracistes deviennent demain notre tombe. L'islam est le culte de la haine de l'autre et la mort de la vie le laisser faire c'est lui tendre le couteau de boucher pour nous égorger avec. De notre fermeté et de notre courage soyons les valeureux combattants de l'hydre musulmane.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Dr Ben Ammar Salem
Membres d'honneur


Hors ligne

Inscrit le: 28 Déc 2014
Messages: 214
Masculin
Point(s): 241
Moyenne de points: 1,13

MessagePosté le: Dim 12 Nov - 17:25 (2017)    Sujet du message: Salem Ben Ammar Répondre en citant

Le mythe de l’islam du contexte
18/09/2017 Salem Ben Ammar 4 commentaires
On a pas le droit de dire des vacheries sur l’islam. Alors qu’il s’autorise tous les droits de dire les pires vacheries sur les non-musulmans.
Jamais un dogme religieux ou politique n’a atteint des tels sommets de la haine de l’autre.
L’islam d’hier est l’islam d’aujourd’hui et l’islam de demain jusqu’à la fin des temps. Il se veut intemporel et inoxydable. Juste pour tordre le coup au principe de contextualisation de son enseignement.
La judeohobie n’a par exemple varié d’un iota depuis l’époque de Mahomet. L’islam est toujours fidèle à son texte d’origine.
Chercher à le sortir du texte c’est lui tout simplement vouloir le réformer.
Or, un islam réformé n’est plus l’islam. Il perd sa moelle et sa substance. Vérité d’un jour vérité pour toujours. Telle est la loi de l’islam.
On s’y accommode ou on y renonce. Il n’y a pas une autre voie possible. Personnaliser sa relation à l’islam c’est l’altérer, sorir violer sa loi et donc l’apostasier.
Un musulman est celui qui doit appliquer la Sunna mahométane dans toute sa rigueur et ses exigences, Ce que Mahomet a dit et fait, il doit en prendre acte et le mettre en oeuvre.
Nulle part dans le Coran il est écrit que les musulmans peuvent faire jouer leur clause de conscience pour des raisons qui les rébutent.
Allah décide et le musulman exécute. Ce qui lui paraît être un mal s’avère être un bien pour lui. Car c’est Allah qui l’a choisi pour lui.
La loi de l’islam ne change pas, c’est le monde qui doit changer pour elle.
Ce sont les musulmans qui doivent changer de mode de comportement et jamais la loi de l’islam dans le cas de figure où ils se trouvent en minorité dans des contrées non-musulmanes, dar al-harb, pour tromper la vigilance des infidèles en leur donnant l’impression que l’islam et de ne rien laisser transparaître de la vraie vérité de sa loi. Jouer à l’illusionniste pour les enfumer jusqu’au jour où ils seront en force pour leur révéler la vraie nature de la loi de l’islam.
Attendre d’être en position de force pour dégainer l’épée ou plutôt faire parler la poudre et semer l’effroi dans leurs cœurs.
Le contexte chez eux est l’attitude à avoir selon les circonstances.
Le texte est toujours de mise et la vérité de l’islam n’est pas reléguée dans la remise.


:salem:  

_________________
Il ne faut pas que nos lois antiracistes deviennent demain notre tombe. L'islam est le culte de la haine de l'autre et la mort de la vie le laisser faire c'est lui tendre le couteau de boucher pour nous égorger avec. De notre fermeté et de notre courage soyons les valeureux combattants de l'hydre musulmane.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé







MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:19 (2017)    Sujet du message: Salem Ben Ammar

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Apostats de l'islam Index du Forum >>> Apostats de l'islam >>> Liens Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3 … , 62, 63, 64  >
Page 63 sur 64

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème réalisé par SGo