Apostats de l'islam Forum Index
Apostats de l'islam
La vraie nature de l'islam - Passer de l'ombre de l'obscurantisme à la lumière de la connaissance
 
FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 

 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Salem Ben Ammar
Goto page: <  1, 2, 378, 79, 8083, 84, 85  >  
Previous topic .::. Next topic  
Post new topic   Reply to topic    Apostats de l'islam Forum Index >>> Apostats de l'islam >>> Liens

Author Message
Dr Ben Ammar Salem
Membres d'honneur


Offline

Joined: 28 Dec 2014
Posts: 528
Masculin
Point(s): 557
Moyenne de points: 1.05

PostPosted: Wed 24 Oct - 13:55 (2018)    Post subject: Salem Ben Ammar Reply with quote

La Realpolitik est aussi de cesser de caresser la bête islamique dans le sens du poil par Salem Ben Ammar

20 avril 2013
 
Avec le double attentat terroriste du marathon de Boston du 15 avril 2013, 3 morts et 264 blessés, les Américains n'en ont pas fini avec leur cauchemar islamo-terroriste. Alors qu'ils ne se sont toujours pas remis de leur choc traumatique du 11 septembre, deux frères d'origine tchétchène viennent de les plonger à nouveau dans les horreurs indicibles du terrorisme islamique.
Plutôt que se féliciter de la mort d'un deux auteurs de l'attentat et l'arrestation de son complice la classe politique américaine et les médias américains auraient été plus avisés de tirer les vrais enseignements de ce double attentat.

 
Pourquoi c'est toujours le nom de l'islam, quel que soit l'adjectif qu'on se plaise à lui coller, qui se trouve sur le devant de la scène terroriste ?
Surtout que ces attentats ne sont pas aussi isolés qu'ils en ont l'air. Ils font partie d'une série d'attentats encore plus meurtriers qui viennent d'ensanglanter cette semaine l'Irak, l'Afghanistan, la Syrie, la Somalie et d'une certaine mesure l'Egypte secouée par des affrontements partisans du protégé des américains l'islamiste Morsi et la résistance laïque égyptienne qui s'inquiète des sombres perspectives pour le pays et où la pérennité humaine des Coptes est menacée.
C'est moins la nationalité des auteurs de ces attentats qui importe, qu'ils soient tchétchènes ou autres, c'est la foi qu'ils partagent et dont ils s'abreuvent immodérément qui fait force de loi et seul lien fédérateur des musulmans, ignorant les frontières politiques et humaines et les spécificités culturelles, historiques et linguistiques.
On est jamais par conséquent citoyen d'un pays, on est musulman. Les deux frères tchétchènes que les médias décrivent comme présentant un profil à forte plus-value en terme d'intégration, s'avèrent être le pur produit des centres de rééducation idéologique qui prolifère aux E.U.. Ils n'ont pas été endoctrinés dans les lieux habituels de formation et d'incubation de la peste djihadiste, ils sont sortis du moule islamique de l'Oncle Sam qui lui-même est en passe de devenir un haut lieu de fabrication de djihadistes au nom de la sacro-sainte liberté de religion qui devient avec l'islam une arme à double tranchant.
Or, les E.U. n'ont pas compris soit par ignorance, soit par cécité, soit par faiblesse devant le lobby naissant musulman, que la liberté de culte a des limites et que tous les cultes ne doivent pas bénéficier du même statut tel qu'il est défini par le Premier Amendement de la Constitution de 1791, alors que l'islam était absent du paysage religieux.
L'hydre islamique que les américains ont et continuent à instrumentaliser à l'extérieur de leur territoire, la couvant de toute leur bienveillance comme en Syrie ou en Egypte, ou dans le passé en Afghanistan et en Irak, avec ces attentats, il y a désormais une nécessité impérieuse pour eux de revoir de fond en comble leur politique angélique et géostratégique de l'hydre islamique.
Eux qui font d'elle le fer de lance de leur politique étrangère, voire leur cheval de Troie dans leur conquête des pays musulmans, elle vient de leur faire savoir qu'elle est entrain de réussir son implantation américaine. Comme si elle prenait les E.U. au piège de leur propre jeu.
Ainsi, vont-ils vont finir par comprendre que les "amis "qu'ils fabriquent eux-mêmes pour en faire leurs godillots deviennent leurs pires ennemis ?
Ils n'ont toujours pas appris que l'on ne ne fait pas d'un caïman un animal de compagnie, lui qui rêve de dévorer son maître.
Ils n'ont pas pas non plus retenu la leçon des attentats du 11 septembre 2001 et persistent et signent dans leur obstination à soutenir l'intégrisme musulman, aveuglés par leur toute puissance et l'attrait de l'or noir, incapables de voir arriver le danger. Ils n'ont jamais su évaluer la haute nocivité de la bête dont ils veulent en faire un atout maître sur leur échiquier de politique internationale fondée sur doctrine de courte vue et suicidaire sur le long terme. En effet, les américains au lieu de chercher à éradiquer le mal aux racines, ils jouent au charmeur du serpent venimeux, même si dans le cas d'espèce il s'agit d'un reptile autrement plus redoutable et dangereux.
Ils croient naïvement que pour mieux neutraliser la bête, il faut l'apprivoiser. Toujours pathétiquement amnésique, oubliant de retenir au passage les amères leçons de leur mésaventure iranienne à la fin des années 70, les talibans et la Qaïda dans les années 80, des organisations créées à des fins géopolitiques les géostratégiques, devenues depuis sources traumatiques du cauchemar américain.
Trop sûrs d'eux et de leur toute-puissance invulnérable, alors qu'elle a été souvent mise à mal depuis 1945, surtout brillant par leur défaites militaires, mais ce dont ils en ont cure. Nourris de leur seul mépris, suffisance et égocentrisme, au lieu d'aider les peuples à accéder à la dignité humaine et de s'affranchir de l'obscurantisme, ils préfèrent favoriser à chaque fois l'émergence des forces ultra réactionnaires et tyranniques pour les cantonner dans le statut de peuples dominions et éternels consommateurs, et par conséquent qui ne seront jamais leurs partenaires à part entière. Seul prime chez les américains, le partenariat gagnant-perdant.
L'expérience latino-américaine des décennies 60, 70 et 80 en est le témoin vivant. Les américains ont fait le choix des juntes militaire qu'elles ont porté même au pouvoir, plutôt que d'impulser un souffle démocratique dans ces pays, voire de s'y abstenir. Mais guidés par les seuls intérêts de leurs multinationales, ils n'ont qu'un seul dessein asseoir des régimes favorables à leur couleur.
Obsédés par leurs seuls intérêts financiers et économiques, et comme tout prédateur, ils n'innovent en rien dans leurs scénarios de politique étrangère, la confondant avec un simple jeu de cartes, ne tenant pas compte le jeu du joueur quand bien même il s'agit d'un joueur de leur création à l'exemple de la Qaïda. Une erreur qui leur fut fatale. La bête intégriste n'est pas Pinochet, elle s'abreuve aux sources d'une idéologie totalitaire et nazie.
Creusant ainsi leur propre tombe avec leurs propres mains du fait de leur ethnocentrisme qui leur fait négliger la compréhension de l'éthologie de la bête intégriste qui n'est pas aussi primaire qu'elle en a l'air.
Elle est tout aussi perfide et fourbe que Scapin, capable d'entrer dans le jeu de ce qu'elle considère comme étant son pire ennemi dont elle rêve elle-même non pas d'en devenir le maître mais de l'anéantir et le dévorer.
Consciente qu'elle n'a pas les capacités technologiques et militaires pour lui mener une guerre totale qu'elle n'a aucune chance de gagner, elle se mue dans la peau de la bête docile et malléable pour endormir la vigilance de son maître
auquel elle voue une haine viscérale.
Rusée, elle fait semblant de se plier au jeu de cirque américain, une véritable aubaine pour elle, qui lui permet de prendre place sur la scène, même si c'est pour amuser la galerie et de jouer à l'idiote utile.
Drapée dans les habits de marionnette, elle se laisse manipuler au gré de l'inspiration et des désirs de son marionnettiste-en-chef que sont les E.U.
Une marionnette  qui n'a pas manqué l'occasion de le mordre en 2012 à Tunis et à Benghazi qui a coûté la vie à 4 personnes dont l'Ambassadeur américain, comme il y a fort à parier qu'elle soit la même qui vient de le mordre jusqu'au sang à Boston.
https://www.huffpostmaghreb.com/2015/02/18/tunisie-ambassade-americaine_n_6704746.html
http://www.rfi.fr/afrique/20171031-libye-etats-unis-benghazi-attaque-capture-forces-special-mustapha-al-imam
Vont-ils enfin de se décider à infléchir leur politique-boomerang et cesser de croire que la bête immonde ne prospère pas dans le ventre wahhabite dont ils veulent faire leur agent indien pour les pays arabophones jusqu'à aller jouer la nouvelle carte de la Qaïda ? Comme si les islamistes tunisiens, libyens, égyptiens et les soi-disant rebelles syriens, une multinationale composée de miliciens terroristes, ne sont pas des filiales de la Qaïda ?
Qu'ils n'en déplaisent aux américains, tous ces mouvements qu'ils s'emploient à rendre fréquentables appartiennent tous à la même mouvance terroriste.


:salem:
_________________
Il ne faut pas que nos lois antiracistes deviennent demain notre tombe. L'islam est le culte de la haine de l'autre et la mort de la vie le laisser faire c'est lui tendre le couteau de boucher pour nous égorger avec. De notre fermeté et de notre courage soyons les valeureux combattants de l'hydre musulmane.


Back to top
Visit poster’s website
Publicité







PostPosted: Wed 24 Oct - 13:55 (2018)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Dr Ben Ammar Salem
Membres d'honneur


Offline

Joined: 28 Dec 2014
Posts: 528
Masculin
Point(s): 557
Moyenne de points: 1.05

PostPosted: Thu 25 Oct - 12:28 (2018)    Post subject: Salem Ben Ammar Reply with quote

Pour exister l’islam a dissous l’individu dans le bain acide de l’oumma par Salem Ben Ammar

Selon Mahomet sa communauté, son oumma, serait divisé en 73 groupes, plutôt des sectes, qui finiront tous en enfer, sauf une qui est la jamâ'ah, le groupe. Allez savoir laquelle des 73 échapperait à son funeste destin ?

Il semblerait que la balance pencherait du côté du groupe qui fait le plus preuve d'instinct grégaire, où l'individu se laisse diluer dans la masse, de manière aveugle et sans discernement, incapable d'esprit critique et dépourvu de son libre-arbitre.

Un être malléable, manipulable, influençable, une espèce de pâte à modeler, docile, insignifiant, qui obéit au doigt et à l'oeil à son maître. Un mouton dans un troupeau. L'homme de Mahomet serait le parfait imbécile, un inintelligent, un primate, un l'idiot  de service qui sans être arriéré, est totalement déphasé vivant à contre-temps et contre-courant de son temps.  Devant se comporter en esclave de son dogme dont il ne doit pas s'écarter pour ne pas s'égarer dans la voie de la déviation.

« Attachez-vous tous fermement au pacte de Dieu, et ne vous divisez pas » [Coran 3:103]. L’imam Muslim rapporte sous l’autorité d’Abou Hurayra (qu’Allah soit satisfait de lui) que le Prophète a dit : ” Celui qui est désobéissant, et s’écarte de la majorité, et puis meurt, est décédé dans un état de Jahiliyya “. [La Jahiliyya correspond à la période qui a précédé l’avènement de l’islam.] [[16] Imam al-Bayhaqi dans ses “Soixante-dix-sept branches de la foi” (p. 42-3), dans le cadre de la cinquantième branche de la foi (50 – Tenir fermement à la position de la majorité)]

Le salut du musulman n'est pas le fruit de son cheminement personnel il réside dans ce que Mahomet lui a dicté. Se soumettre à sa volonté  sans rechigner et chercher à comprendre si la vérité d'hier peut être celle d'aujourd'hui, d'autres temps d'autres moeurs, pour ne pas se trouver hors-jeu dans la course au Graal paradisiaque. Pour ce faire il lui suffit de suivre fidèlement et rigoureusement les traces de Mahomet et de ses sahabas, compagnons.

– Imam Abdullah ibn al-‘Alawi al-Haddad (m. 1132 AH) a indiqué :

“Vous devez corriger et protéger vos croyances et vous conformer au modèle du groupe du Salut, qui sont ceux qui sont connus parmi les autres factions islamiques comme le « peuple de la Sunna et de la Jamaah » (Ahl as-Sunna wa’l Jama’ah). Ils sont ceux qui adhèrent fermement à la voie du Messager d’Allah, et de ses compagnons.

Si vous regardez avec une bonne compréhension ces passages concernant les sciences de la foi dans le Livre (Coran), la Sunna, et la parole des pieux prédécesseurs, qu’ils soient compagnons ou disciples, vous serez convaincus que la vérité est avec le groupe appelé Ashari [NB – Les Maturidis sont également sur la vérité], nommé d’après le Sheikh Abu’l Hassan al-Ashari […]” [ Imam Abdullah ibn al-‘Alawi Haddad dans “Le Livre de l’aide” (p. 40)]

Enfermer l'individu dans le groupe pour étouffer en lui toute velléité de liberté d'exister pour lui-même et par lui-même. "Un être humain en tant que réalisant son type et possédant une unité et une identité extérieures de nature biologique. La personne, c'est l'individu en tant qu'être raisonnable, tirant de lui-même, et non pas subissant du dehors, ce qui le met en relation universalisable avec autrui (Lalande, Raison et normes,1948, p. 82): Faire ce qu'ils ont fait, adhérer à leurs idées et s'inscrire dans la continuité de leurs oeuvres. Comme si des nostalgiques d'Hitler par fidélité au nazisme veulent reproduire le même schéma de vie que leur idole et ses sbires.

Le système musulman comme tout système fasciste repose essentiellement sur la masse comme garante de sa continuité et gardienne de sa prison où les esclaves sont geôliers et prisonniers. Ils se surveillent mutuellement entre eux, s'érigeant en juges et en bourreaux les uns les autres au nom de l'ordre de  "la morale du troupeau".

Comme si l'homme avait besoin d'un gardien de la morale pour veiller à sa bonne conduite et l'aider à assumer son destin humain.

"En effet, un des axiomes fondamentaux de notre morale, on pourrait même dire l'axiome fondamental, c'est que la personne humaine est la chose sainte par excellence ; c'est qu'elle a droit au respect que le croyant de toutes les religions réserve à son dieu ; et c'est ce que nous exprimons nous-mêmes, quand nous faisons de l'idée d'humanité la fin et la raison d'être de la patrie. En vertu de ce principe, toute espèce d'empiètement sur notre for intérieur nous apparaît comme immorale, puisque c'est une violence faite à notre autonomie personnelle. Tout le monde, aujourd'hui, reconnaît, au moins en théorie, que jamais, en aucun cas, une manière déterminée de penser ne doit nous être imposée obligatoirement, fût-ce au nom d'une autorité morale."

 
Durkheim, L'éducation morale, 1902-1903, Première partie, Septième leçon : Conclusions sur les deux premiers éléments de la moralité. Le troisième élément : L'autonomie de la volonté
_________________
Il ne faut pas que nos lois antiracistes deviennent demain notre tombe. L'islam est le culte de la haine de l'autre et la mort de la vie le laisser faire c'est lui tendre le couteau de boucher pour nous égorger avec. De notre fermeté et de notre courage soyons les valeureux combattants de l'hydre musulmane.


Back to top
Visit poster’s website
Dr Ben Ammar Salem
Membres d'honneur


Offline

Joined: 28 Dec 2014
Posts: 528
Masculin
Point(s): 557
Moyenne de points: 1.05

PostPosted: Sun 28 Oct - 15:47 (2018)    Post subject: Salem Ben Ammar Reply with quote



L’islam, le culte du racisme par excellence par Salem Ben Ammar


Au nom du sacré qui sert de paravent aux musulmans et dont ils veulent faire une vérité inviolable et opposable à tout le reste de l’humanité, nul n’est en droit de formuler des critiques à l’égard de l’islam. Le pire est que le justice elle-même protège le sacré en condamnant pour islamophobie tous ceux qui s’y attaquent.
Est-ce à dire que le sacré de l’islam, qui est le pire ordre amoral qui puisse exister, est au-dessus des lois et que nous devons tous nous y soumettre ?
Pour Karl Marx : « La critique de la religion est le fondement de toute critique. » L’interdire et la censurer revient à figer la pensée humaine dans le marbre mortuaire de l’ignorance, de la crédulité et des abus dogmatiques castrateurs de la réflexion. L’islam prospère sur l’anesthésie de la pensée, sa mutilation, le verrouillage de l’intelligence et le refus du doute qui pourrait ébranler et démystifier les certitudes qu’il a inoculé dans l’esprit de ses fidèles.
Conscient des limites de sa théologie, il a multiplié les freins, qui sont autant de barreaux de la prison mentale dans laquelle il a enfermé ses fidèles.
L’homme musulman est par nature celui qui ne sait pas. Incapable d’esprit critique, il ne pense pas, ne connaît rien, ne se pose jamais de questions sur le sens de son existence et sur la nature de sa relation avec cette force supérieure, un surhomme créé pourtant par un médiateur qui s’est autoproclamé, et auquel il doit une obéissance absolue qui est l’essence même de sa foi en lui.
Douter c’est justement risquer de l’éloigner, de l’égarer des chemins de la foi que même le diable n'en voudrait pas.
Le doute n’est pas permis, il doit tout gober et appliquer à la lettre sans se prévaloir de sa liberté de conscience.
Un musulman n’a pas la conscience de soi, ne doit pas raisonner. Il doit être fidèle à ce qu’il croit moins par convictions que par les traditions et les coutumes contraignantes et répressives : avoir la conscience du maître de sa vie et lui témoigner d’une confiance indéfectible.
Si le doute est la voie de la vérité, comme le dit l’imam Al Ghazli, il est à douter que ce soit celui qui mène vers la sortie de l’islam, autrement dit vers l’apostasie et l’agnosticisme.
Quand on a pas à douter de la véracité du Coran et de la parole qui se veut immuable et intemporelle, on peut toujours alléguer comme Jacques Berque que le Coran mentionne une quarantaine de fois le terme « akl », raison. Cela n’a aucun sens si elle n’est pas autonome et dépouillée de toute influence dogmatique et théologique.
La vraie raison est celle qui concourt au développement du savoir humain et libère l’homme du joug de l’omnipotence divine et non pas celle qui exalte, mystifie, magnifie et renforce à la façon d’Al Ghazali la prééminence absolue de la pensée religieuse sur la pensée philosophique.
La raison ennemie du doute qui ouvre les brèches dans les citadelles imprenables de la foi n’est pas la raison dans le sens platonicien du terme pour qui les idées sont la raison d’être de tout ce qui est.
L’homme musulman est tenu à s’en remettre au fatalisme et au prédéterminisme d’Allah, source exclusive de ses idées.
Un musulman qui exprime ses idées propres, qui conçoit la réalité, entreprend sa lecture de la vie en dehors du champ de la religion, élabore sa propre grille de compréhension de sa foi, manifeste son scepticisme sur la mise sous tutelle de son existence, et se demande en quoi ne pas croire est un mal, et croire est un bien, est forcément influencé par Satan. Il est donc un hérétique et un impie. Voilà pourquoi le doute et la foi islamique ne font pas bon ménage.
Ishaq : 249/Coran 002,23 « L’apôtre vous appelle vers la vérité pour laquelle il n’y a aucun doute. Et si vous doutez de ce que Nous lui avons envoyé ou doutez de ce qu’il dit, alors concevez une telle sourate et appelez des témoins autres qu’Allah. Mais vous ne le ferez pas car vous ne le pouvez, la vérité est au delà du doute. »
Dans les versets qui suivent, cet homme a été jugé kafir parce qu’il avait des doutes.
Al Kahf:35-38 :
Il entra dans son jardin coupable envers lui-même (par sa mécréance) ; il dit : « Je ne pense pas que ceci puisse jamais périr, et je ne pense pas que l’Heure viendra. Et si on me ramène vers mon Seigneur, je trouverai certes meilleur lieu de retour que ce jardin ».
Son compagnon lui dit, tout en conversant avec lui: « Serais-tu mécréant envers Celui qui t’a créé de terre, puis de sperme et enfin t’a façonné en homme. »
Il est du droit de tout un chacun au nom de la liberté de critique de la religion de douter de la vérité de l’islam et d’ébranler les musulmans dans leur foi.
Si l’islam n’a pas peur du doute, pourquoi condamne-t-il à la peine de mort ou à de lourdes peines de prison les incrédules dans les pays musulmans ?
Quand on se voit soi-même vérité on doit rester ouvert au débat autour des limites de cette vérité.
Aucune religion ne mérite personnellement mon respect, et surtout pas celle qui prêche le suprématisme sexuel et religieux. Il ne suffit pas de s’affirmer religion égalitaire, universaliste et humaniste pour imposer à ses contradicteurs une vérité qui ne l’est pas, et qui s’écroule au premier examen sérieux.
Il n’y a que l’islam et sa masse de sectateurs naïfs, incultes, fascinés par le mirage du lupanar paradisiaque qui croient en ces illusions d’optique. Critiquer l’islam est un devoir pour le renvoyer à ses mensonges et son imposture.
L’islam ne doit pas lui-même douter de la véracité de ses idées nauséabondes, suprématistes, sexistes (4.34;hadith 6? 6), pédophiles, nécrophiles, zoophiles, immondes, immorales, perverses, criminogènes, répugnantes, racistes, antisémites, liberticides, totalitaires, despotiques, infâmes, nocives et dangereuses pour la vie humaine.
S’il est honnête avec lui-même, il ne doit pas douter non plus de son mépris et son complexe dogmatique de supériorité à l’égard de ceux qui doutent de sa nature de religion et de l’authenticité de son message.
Une religion qui ose dire que le dernier de ses croyants est meilleur que le premier des infidèles ne laisse dissimuler aucun doute quant à sa nature hautement raciste (sourate 2/verset 221).


:salem:
_________________
Il ne faut pas que nos lois antiracistes deviennent demain notre tombe. L'islam est le culte de la haine de l'autre et la mort de la vie le laisser faire c'est lui tendre le couteau de boucher pour nous égorger avec. De notre fermeté et de notre courage soyons les valeureux combattants de l'hydre musulmane.


Back to top
Visit poster’s website
Dr Ben Ammar Salem
Membres d'honneur


Offline

Joined: 28 Dec 2014
Posts: 528
Masculin
Point(s): 557
Moyenne de points: 1.05

PostPosted: Tue 30 Oct - 13:32 (2018)    Post subject: Salem Ben Ammar Reply with quote

La lumière brillera sur vous le jour où vous aurez abandonné l’islam par Salem Ben Amma0

r

 
Vous êtes des fétichistes sans le savoir et rendez un culte à un pierre  noire qui s'avère être une météorite, idolâtrée bien avant vous par les Arabes polythéistes. Devenue au fil du temps symbole de votre immobilisme, de votre incurie intellectuelle et votre état de sclérosé mental
.
 
Renoncez à l’islam et son dogme esclavagiste, haineux, antisémite, incompatible avec la vie, arrogant, nombriliste, hégémonique, pédophile, féminicide, culticide, mémoricide, mortifère, intolérant, rétrograde. Au diable Allah et son chef-marionnettiste Mahomet, un modèle pour Dutroux, Hitler, William Goad, Joseph Mengele, Pol Pot, Ben Laden, Hassen al-Bachir, Baghdadi, Qotb, Hassan al-Banna et son petit-fils, le Grand Mal personnifié
Faites tomber le voile de vos femmes comme l'a fait naguère feu Bourguiba,  qui n'est pas plus sacré que le voile des prostituées de Babylone et faites-en vos égales plutôt qu’un champ de labour.
Brûlez le Coran qui est à la science ce que votre rokya, récitation des versets coraniques,  est à la médecine. C'est à cause de lui si vous avez raté les grands rendez-vous des inventions humaines, aux méfaits désastreux sur votre cerveau bien pire que toutes les drogues dures réunies. Il vous a déconnectés de la réalité du monde et de vous-mêmes, vous a fait prendre la grosse tête, vous a nourris d'illusions de grandeur comme une grenouille qui se veut aussi grosse comme un boeuf. Vous a rendus suffisants, mégalos, nombrilistes, incultes, ingrats, méprisants envers l’humanité qui n’est pas la vôtre et qui vous comble de tous ses bienfaits.
D'un ramassis aux confluents du judaïsme, du christianisme, du paganisme et de sabéen vous en faites une parole descendue du ciel comme si cela pouvait être vraie et par canal elle le serait et qui en serait l'auteur et si un tel miracle s'était produit pourquoi son émetteur avait pompé à tout va les écrits et les traditions des religions précitées ?  Un auteur plagiant tout est tout simplement un faussaire et un imposteur.
Mais se poser des questions est un sacrilège pour vous et vous préférez persister dans  votre obscurantisme,  votre fanatisme et de folie meurtrière.
Difficile pour vous de dire que l'islam n'est pas un culte mortifère et sanguinaire au regard de son histoire ultra-violente et terrifiante.  Né dans le sang des Juifs, des chrétiens et des païens à sa naissance.
Les kholafas arrichudun, califes bien guidés, de Mahomet sont tous morts de mort violente à l'exception du premier d'entre eux, Abu Bakr 632-634.
L'histoire n'a jamais été votre vertu première car tout est dans le Coran, un Coran qui est surtout un commandement de tuer.
Investissez dans votre vie terrestre seule porteuse d’espoir et d’espérance. Le paradis n’est pas le grand bordel que vous croyez ni la taverne de Bacchus, ni Marrakech ou la Thaïlande, un lieu de luxure et de débauche.
Inspirez-vous des exemples de ces peuples que vous abhorrez tant et que sans eux vous seriez encore à l’état sauvage.
Utilisez vos richesses pour le développement humain et l’éducation et plus jamais pour la course à l’armement pour vous tuer entre vous et réprimer toutes les velléités des réveils des consciences chez vous.
Guère d’argent pour les hôpitaux et les infrastructures qui vous font cruellement défaut mais des milliards à gogo pour vos mosquées pharaoniques.
Vous êtes battus à plat couture dans toutes les compétitions mondiales,les derniers de la classe humaine mais plutôt que de de vous inspirer des exemples de ses bons élèves comme la Corée du Sud, Israël, Taïwan, de la Chine et de l’Inde, pour ne pas vous trouver largués pour toujours vous leur savonnez la pente pour les stopper dans leur avancée.
Arrêtez d’insulter l’humanité et de comploter contre elle car tôt ou tard vous finirez par récolter les dividendes de votre rancoeur et la terreur que vous semez sur votre passage.
Que vous a-t-elle donc fait de si grave pour que vous ne juriez que par sa perte. Vous ne produisez rien, vous ne vous ne vous instruisez de rien, vous ne contribuez en rien à son essor ni au vôtre.
Vous êtes obsédés pathologiquement par le retour aux sources de de l’islam, sont-elles potables tout d’abord et ensuite pourquoi faire et vous y gagnez quoi une fois que vous y êtes ?
Comment peut-on faire revivre une culture du sable balayée depuis par les vents du Sirocco à moins que votre modèle suprême ne soit l’Arabie Saoudite témoin vivant des moeurs de cette époque.
Le passé est passé comme le dit si bien Saint-Augustin, il est mort à tout jamais et on ne peut plus redonner corps et vie sur une ère sur laquelle le voile de l’histoire est tombé.
Vos pseudos aïeux, ahl salaf, n’ont pas été un modèle de probité morale loin s’en faut. Ils sont à jeter dans la poubelle de l’histoire. Une horde de pillards, d’assassins, d’exterminateurs et égorgeurs de Juifs, de polythéistes, de chrétiens et des opposants, et et de violeurs.
Vous ne faites que fantasmer sur la grandeur de l’islam, une religion est à l’image de ses croyants, alors que vous êtes dans les fonds abyssaux de l’humanité.
Qu’a-t-il réellement apporté de si grandiose qu’au point vous pouvez jouir de ses fruits pour l’éternité alors que tous les indicateurs du bien-être humain sont au rouge chez vous ?
Vous prenez les vessies pour les lanternes et vous vous émerveillez du mythe de l’islam des lumières, celles qu’il a éteintes surtout sur vous à tout jamais.
Votre islam est un interrupteur comme il en n’existe qu’un dans l’histoire humaine
Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.
_________________
Il ne faut pas que nos lois antiracistes deviennent demain notre tombe. L'islam est le culte de la haine de l'autre et la mort de la vie le laisser faire c'est lui tendre le couteau de boucher pour nous égorger avec. De notre fermeté et de notre courage soyons les valeureux combattants de l'hydre musulmane.


Back to top
Visit poster’s website
Dr Ben Ammar Salem
Membres d'honneur


Offline

Joined: 28 Dec 2014
Posts: 528
Masculin
Point(s): 557
Moyenne de points: 1.05

PostPosted: Fri 2 Nov - 13:56 (2018)    Post subject: Salem Ben Ammar Reply with quote

Les victimes musulmanes du terrorisme islamiste sont-elles autant victimes qu’on ne le croit ? par Salem Ben Ammar


Je ne connais qu’un seul islam, celui des lumières éteintes sur les peuples islamisés sous le rouleau compresseur de la barbarie musulmane. Celui qui a irrigué la terre du sang des près de 300 millions de victimes, qui a érigé la barbarie en culte religieux et qui porte en lui tous les germes destructeurs de la vie sur terre. Celui qui sanctifie la violence et récompense les terroristes.
Un islam qui remplit les coeurs des siens de la haine de l'autre et vomit le beau et exalte le laid.
Un islam raciste, nihiliste, négationniste, nombriliste, violent, obscurantiste et intolérant.
Je ne connais qu'un islam  celui véhiculé par ses escadrons noirs. Un islam apocalyptique hérité du monde des ténèbres conçu, imaginé et  dessiné par un être personnifiant le grand mal que les Juifs, les Chrétiens et les polythéistes en ont fait les frais à son avènement.
Un islam qui se prend pour le nombril du monde, qui ne connaît de la persuasion que le fil de l'épée pour égorger ses opposants.
Un islam qui a fini par faire tomber son masque et qui a fini par livrer au monde sa vraie nature. Une idéologie hégémonique, conquérante, expansionniste, impérialiste, dominatrice, suprémaciste, hautaine et arrogante, qui surfe sur les peurs et les angoisses pour contrôler la vie de ses partisans dans ses moindres petits détails.
L'islam que l'on doit regarder désormais dans le miroir de Daech, de la Qaïda, des Wahhabites, des Frères nazislamistes qui ont pignon sur rue en Occident, de Boko Haram, des Talibans, voire dans celui de Tarek Ramadan, V.R.P. de l'islam "modéré" et "moderniste", un islam de son temps jusqu'au jour où l'on a découvert que derrière son discours éclairé" se dissimule l'islam de Mahomet, celui que tout musulman qui ne veut pas se priver des des joies lubriques du paradis imaginaire de leur prophète maudit doit suivre rigoureusement sans se pincer le nez.
Il n'y a pas 36 voies en islam il n'y a qu'une et une seule, celle qui consiste à mettre le voile sur le retour aux sources au nom de leur pureté originelle et en témoignage de fidélité à Mahomet et ses sbires pour appartenir à ce groupe élu qui d'après la tradition mahométane il serait le seul à avoir les faveurs d'Allah et de son chef-marionnettiste  Mahomet.
L'islam est un et indivisible, une idéologie monolithique, il ne s'adapte pas à la réalité du monde, c'est le monde qui doit s'y adapter et composer avec lui.
Fort d'une impunité troublante, rien ne semble le freiner dans sa politique d'islamisation de l'Occident où les siens sont des citoyens de plein droit qui grâce aux urnes électorales sont en train progressivement de dévoyer et corrompre  les lois de leurs pays d'accueil pour finir  par leur substituer un jour la charia.
Son étau se resserre autour des puissances occidentales prises entre les feux nourris des islamistes et la montée en puissance des musulmans "modérés". Les gouvernants sont pris entre le marteau et l'enclume.  Ils ne peuvent lutter contre les premiers sans attiser la colère des seconds.
Pointer du doigt les vraies causes du terrorisme c'est heurter la sensibilité des musulmans "modérés" puisque c'est le Coran lui-même qui est le carburant du terrorisme. Le même livre qu'ils partagent ensemble et qui est autant sacré pour les uns comme les autres.
On les dit les premières victimes du terrorisme islamiste mais des victimes qui semblent parfaitement s'y accommoder même si dans le Coran un musulman ne peut ôter la vie à son coreligionnaire sauf s'il juge qu'il est sorti du sentier d'Allah. S'il l'a tué par erreur Allah saura lui rendre justice dans l'au-delà.
La psychologie des musulmans est un univers impénétrable et incompréhensible qui échappe à toute analyse sensée et lucide.  Un musulman qui meurt dans un attentat terroriste n'est victime dans le sens premier du terme, il est jugé comme chahid car celui qui l'a tué ne l'a pas tué parce qu'il en est ainsi car celui qui l'a fait est un combattant au service d'Allah. En en tant que tel c'est Allah qui a tué à sa place. On ne juge pas ce qu'Allah a fait et ordonné.
Les musulmans victimes des attentats terroristes ne sont pas non plus morts pour rien et seront traités avec les mêmes égards que les terroristes tombés sur le sentier d'Allah
Les "modérés" peuvent toujours seriner  "ce n’est pas ça l’islam !" comme si l'islam pouvait être autre chose que celui qui est la première cause des tourments de l'humanité aujourd'hui.
Qu'ils soient radicaux, fondamentalistes, islamistes, extrémistes, ils sont tous allaités au même biberon, celui de l'islam.
L’islam qui est en train de déployer le voile de la mort sur l’humanité est le produit de la culture de la mort coranique.
Les terroristes musulmans sont l’incarnation vivante et factuelle de l’islam de Mahomet qui plutôt que de prophétiser s’était adonné au massacre des Juifs, au viol des femmes captives, aux razzias et aux pillages.
Ils ne le défigurent aucunement, ils sont les vrais fidèles musulmans, qui reculent devant rien pour la gloire de l'islam.
A ce jour aucune voix autorisée ne s’est élevée pour condamner leurs pseudos dérives. Un silence qui vaut approbation et adhésion.


:salem:
_________________
Il ne faut pas que nos lois antiracistes deviennent demain notre tombe. L'islam est le culte de la haine de l'autre et la mort de la vie le laisser faire c'est lui tendre le couteau de boucher pour nous égorger avec. De notre fermeté et de notre courage soyons les valeureux combattants de l'hydre musulmane.


Back to top
Visit poster’s website
Dr Ben Ammar Salem
Membres d'honneur


Offline

Joined: 28 Dec 2014
Posts: 528
Masculin
Point(s): 557
Moyenne de points: 1.05

PostPosted: Sat 3 Nov - 12:05 (2018)    Post subject: Salem Ben Ammar Reply with quote

Ce n’est pas le retour des années noires qui inquiète, c’est la politique suicidaire favorable aux islamistes par Salem Ben Ammar

Les pays responsables du chaos en Irak et en Syrie sont-ils conscients qu'un jour ou l'autre ils auront à récolter chez eux ce qu'ils ont semé en Irak et en Syrie, dont les attentats du Bataclan en sont le prélude,  pour avoir joué la carte de leurs vrais ennemis que sont les islamistes comme ils l'ont fait en Iran à la fin des années 70 ?
Ils ont vraiment la manie de ne pas s'instruire de l'histoire car trop préoccupés certainement par leurs desseins géopolitiques, géo-énergétiques, et mercantilistes.
Faire des islamistes véhicule de la démocratie au Proche-Orient et dans le monde dit arabe c'est comme si l'on faisait de l'Arabie Saoudite symbole de la libération de la femme, une grosse ficelle qui ne doit tromper personne quant à la réalité du jeu machiavélique auquel auquel se livre les pays occidentaux et à leur tête les E.U.
Quand on veut faire pousser la semence démocratique dans cette région du monde qui est par nature inféconde pour ce type de semence on choisit d'autres jardiniers pour la faire fleurir que des interlocuteurs pour qui une bonne terre est une terre lunaire comme celle du désert d'Arabie.
Un choix de casting troublant qui pourrait se retourner contre ses maîtres d'oeuvre auxquels  les maîtres d'ouvrage irakiens et syriens ne leur ont rien demandé.
Des imposteurs qui s'immiscent dans les affaires d'Etats souverains  et ce indépendamment de leur régime politique. Et ce est d'autant plus grotesque et insensé que les supplétifs régionaux que sont le Qatar et l'Arabie Saoudite sont les pires régimes autocratiques qui puissent exister et mes exemples-types des Etats racistes et esclavagistes.
Il faut être naïf pour croire par exemple que la rébellion syrienne  soit une émanation du peuple syrien alors qu'elle est composée de plus de mercenaires venus de plus de 70 pays dans le monde dont une bonne partie d'entre eux sont sortis tout droit des geôles tunisiennes et saoudiennes ainsi que des jungles urbaines  islamisées en Occident, recrutés par les rabatteurs islamistes et formés par des instructeurs occidentaux en Turquie et en Jordanie.
Plutôt que d'engager leurs propres forcées armées dans un conflit qui néo-colonialiste et qui est forcément désavoué par leur opinion publique, les stratégistes de la Maison Blanche et leurs alliés ont conçu un subterfuge où les mercenaires sont multinationaux  sunnites sont affublés du maque des rebelles syriens.
"Des combattants syriens pour libérer leur peuple du joug de Bachar Al-Assad" selon la propagande médiatique en Occident.  Comme si les djihadistes tunisiens et tchétchènes, premiers contingents étrangers dans cette coalition guerrière transnationale sous la houlette des mondialistes impérialistes pouvaient être syriens ou engagés volontaires  dans cette "guerre civile" mus par un idéal républicain comme les Brigades internationales antifascistes qui s'étaient battus en 1936 et 38  au côté des républicains espagnols contre les  forces rebelles nationalistes.  Ils sont des criminels payés, sponsorisés et endoctriné par l'Arabie Saoudite et le Qatar qui ont financé la plus grosse entreprise terroriste de tous les temps avec l'aval de leurs protecteurs occidentaux.
https://www.investigaction.net/fr/L-Arabie-Saoudite-le-Qatar-et-la/
Des créatures monstrueuses saoudiennes et qatariennes coupables de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité qui avaient réduit en amas de cendres la richesse patrimoniale de la Syrie.
Pour dégager Bachar Al-Assad on a plongé son pays dans les limbes de l'histoire.
Les populations occidentales se plaignent de l'explosion des flux migratoires mais se sont-elles inquiétées du sort de ces populations victimes d'un véritable génocide initié et orchestré par leurs propres dirigeants élus démocratiquement et donc avec leurs as- sentiments en les laissant faire ?
Ces populations mises sur la route de l'exil n'ont rien demandé à personne. Elles étaient chez elles en toute sécurité et un jour les dirigeants occidentaux avec la complicité de leurs protégés wahhabites ont fomenté un complot contre leurs gouvernements au nom de la liberté.
Un cynisme crasse que ces populations ont payé au prix de leurs vies.
Le pire est que l'opinion publique occidentale dans sa majorité plutôt que de condamner les crimes contre l'humanité de leurs gouvernements ait pris pour cibles les syriens et les irakiens pour satisfaire ses pulsions xénophobes.
Qu'elle se rassure leur exil a servi d'appel d'air aux clandestins maghrébins et africains d'une part et d'autre part ils ne sont pas nombreux à s'être réfugiés en Occident ils se trouvent majoritairement en Jordanie, le Liban et la Turquie.
Car c'est tellement facile de faire de l'autre son bouc émissaire plutôt que de faire son examen de conscience et de faire son autocritique.
Les vrais artisans de la tragédie du Levant sont les dirigeants occidentaux et leur allié turc, facilitateur du passage des djihadistes et partenaire de leur instruction militaire, ainsi que leurs valets  saoudiens et qatariens qui en encourageant et adoubant les organisations du crime terroriste  se sont pris les pieds dans leur calcul sordide et pervers et qui sont acharnés sur Bachar Al-Assad dont ils voulaient la peau, après avoir eux les peaux de Sadam et de Khadhafi pour les résultats qu'on connaît,  comme si l'alternative proposée, leur marionnette du Conseil National Syrien, était crédible et répondait aux attentes du peuple syrien.
Si cette opinion publique avait pris ses responsabilités historiques par des manifestations populaires et la voie des urnes en 2012 en France et aux E.U. elle aurait peut-être infléchi le cours de l'histoire et aidé à stopper l'hémorragie.
Quand on confie un mandat à son représentant on doit avoir le pouvoir de lui faire comprendre qu'il en un simple dépositaire de la volonté des électeurs.
Un peuple occidental souverain et adulte ne serait pas testé indifférent à la tragédie de ces populations.

Salem Ben Ammar

:salem:
_________________
Il ne faut pas que nos lois antiracistes deviennent demain notre tombe. L'islam est le culte de la haine de l'autre et la mort de la vie le laisser faire c'est lui tendre le couteau de boucher pour nous égorger avec. De notre fermeté et de notre courage soyons les valeureux combattants de l'hydre musulmane.


Back to top
Visit poster’s website
Dr Ben Ammar Salem
Membres d'honneur


Offline

Joined: 28 Dec 2014
Posts: 528
Masculin
Point(s): 557
Moyenne de points: 1.05

PostPosted: Sun 4 Nov - 13:26 (2018)    Post subject: Salem Ben Ammar Reply with quote

Autant croire en l’utopie du Califat que de croire en la résilience des Tunisiens par Salem Ben Ammar

Les Tunisiens qui ont été rarement acteurs de leur vie politique depuis la destruction de Carthage. empêtrés plus que jamais dans les mailles du filet acéré de l'araignée musulmane ne vont  pas résoudre le problème de la quadrature du cercle islamo-teroriste-nèo-colonisateur en restant vautrés dans leur fauteuil, assoupis devant leur télévision, à pianoter sur leurs claviers pour se donner des allures de cyber-révolutionnaires, à siroter leur tasse de café et à rêvasser au paradis et ses 72 vierges et le vin de datte qui coulerait à flot.
Il vaut mieux parier sur le retour du Messie que de croire au réveil des Tunisiens. Un peuple qui s'en remet à une Centrale Syndicale pour le sortir du pétrin dans lequel il s'est fourré lui-même en dit long sur les aptitudes mentales, psychologiques et intellectuelles de ce peuple de s'assumer et prendre en charge son destin humain et politique. Au regard de tous les facteurs inhibiteurs culturels, psychologiques et cultuels qui le minent et le rongent comme une cellule cancéreuse en phase de métastase, il est à douter que l'organisme tunisien puisse survivre à son état de liquéfaction cellulaire.
Quant à sa pseudo Révolution, ce n'est qu'une imposture, une farce, une mise en scène que les manipulateurs américains lui ont imputée histoire de flatter son ego fruste et narcissique. Lui qui adore se vautrer dans son fauteuil les yeux rivés sur la petite lucarne, connu pour être allergique à la lecture, passif et indolent, il préfère garder son énergie à s'enfumer son esprit à la chicha et répondre aux appels à la prière que de se faire violence pour impulser un nouvel élan à son pays.
Après avoir été entraîneur et commentateur de football passant la semaine à faire et refaire le match, le voilà devenu analyste politique, sans savoir, ni connaissance, ni méthodologie, ni culture politique, ni formation, mais dans ces pays tout est est affaire d'usurpation et d'ego.
En attendant qu'ils sortent de leur bulle,  Ennahdha, la secte milicienne nazislamiste, valet du Qatar, de l'Arabie Saoudite et de la Turquie, se montre  pragmatique et réaliste se taille la part du diable et rend le problème encore plus insoluble. Avant le pays était souverain, avait une armée, des frontières inviolables, une police certes corrompue mais une police quand même qui veillait sur la sécurité des citoyens, une administration plus ou moins efficiente, un système éducatif plus ou moins performant, une banque centrale qui faisait bonne figure, une réserve de change significative, un crédit international, une solvabilité sur les marchés financiers, pays attractif pour les investisseurs étrangers et les touristes.
Depuis qu'Ennahdha est promue pilote des affaires du pays et à cause de l'indifférence des Tunisiens, le pays semble s'apparenter au Soudan d'Omar Al-Bachir, à l'Afghanistan des  Talibans et à la Somalie des Shebbabs, Ce qui va de soi, car Ennahdha ne peut s(inspirer que des exemples de ses cousins idéologiques. qui oeuvrent à la ré-instauration du Califat islamique où chacun d'entre eux y apportent sa pierre à l'édifice.
Pour y parvenir Ennahdha ne fera pas dans a dentelle et se fera fort d'éliminer tous les opposants à l'utopie du Califat islamique. Un projet que ne saurait désapprouver les Américains qui ont toujours su gagner de l'argent sur l'incurie intellectuelle des peuples. Là où l'obscurantisme fait foi et loi et les peuples dépossédés de leur souveraineté économique les vautours des finances internationales ont tout le loisir de se gaver de leurs richesses naturelles.
Imaginons demain une Arabie Saoudite démocratisée c'est la poule aux oeufs d'or que les Américains auront perdu. Un tel scénario leur est intolérable et dramatique pour leurs intérêts. A fortiori ils ne pourraient désavouer un projet de Califat islamique intégrant la majorité des pays dits arabes dans un premier temps, copiloté par leur allié turc et leurs vassaux saoudiens et qatariens pour asseoir leur pouvoir politique, économique et financier à travers le canal de ce triumvirat acquis à leurs intérêts.
Qu'importe le régime politique de cet Etat supranational tant qu'il est là pour veiller à la sauvegarde et à la pérennité des affaires de ses protecteurs américains.  L'Empire américain a prospéré lui-même sur les cendres des Indiens, ce n'est pas le sang et les larmes des peuples dits arabes qui vont le rebuter.
Quant aux terroristes, selon les préceptes de l'Islam, ils ne font que leur travail de bon musulman faire régner l'ordre d'Allah sur la terre musulmane. Par conséquent, ils ne sont pas des terroristes dans le sens essentialiste de l'islam, ils sont des combattants d'Allah, des djihadistes.
La preuve, les Tunisiens ont bien absous Rached Ghanouchi,l'homme qui se rêve en petit Führer, de ses crimes terroristes et ont accepté sans rechigner les milliards de dinars d'auto-dédommagement que ses complices se sont octroyés.
Les Tunisiens peuvent toujours continuer de rêver, la Tunisie sera tôt ou tard dissoute dans le bain nazi du Califat de la barbarie humaine. Il leur faut beaucoup de courage et d'intelligence pour résoudre ce casse-têt de leur état d'inertie légendaire.


:salem: :salem: :salem: :salem: :salem: :salem: :salem: :salem: :salem: :salem:
_________________
Il ne faut pas que nos lois antiracistes deviennent demain notre tombe. L'islam est le culte de la haine de l'autre et la mort de la vie le laisser faire c'est lui tendre le couteau de boucher pour nous égorger avec. De notre fermeté et de notre courage soyons les valeureux combattants de l'hydre musulmane.


Back to top
Visit poster’s website
Dr Ben Ammar Salem
Membres d'honneur


Offline

Joined: 28 Dec 2014
Posts: 528
Masculin
Point(s): 557
Moyenne de points: 1.05

PostPosted: Tue 6 Nov - 14:25 (2018)    Post subject: Salem Ben Ammar Reply with quote

Si le sophisme pouvait avoir une religion ce serait l’islam ou rien par Salem Ben Ammar

L'islam est le culte des sophistes nés

C'est fou comme les musulmans majoritairement incultes et analphabètes sont prétentieux quand ils déclarent que l'islam est la première source de lumière pour l'humanité et sans lui elle ne serait jamais sorti du monde des ténèbres.

Le mystère de la lumière islamique est de faire de l'obscurité pour soi une lumière pour les autres. Un phare qui ne s'éclaire pas lui-même mais capable de diffuser de la lumière partout sur toute la surface du globe. Mais de quel monde parlent-ils du leur insignifiant et anonyme à l'époque de Mahomet ou de celui totalement inconnu par lui.

Ils sont toujours à des milliers d'années- lumière des grandes civilisations telles que la Grecque, l'Egyptienne, la Romaine, la Chinoise. Ils sont même pas encore sortis de la protohistoire, ayant raté tous les grands rendez-vous du progrès humain et veulent se faire passer pour des maîtres de la lumière.

Si vraiment ils avaient la lumière en eux ils ne seraient pas les premiers fossoyeurs de leur propre vie. Quand on est lumière on ne fait pas du noir son étendard et on enveloppe pas ses femmes dans leur linceul de leur vivant.

La lumière de l'islam est celle émise par ses grands savants qui n'ont de savoir que leurs âneries du style les tremblements de terre sont la colère d'Allah abattue sur les hommes à cause de leur déviance sexuelle. Et comme l'absurdité de l'islam est sans limite il fait tourner le soleil autour de la terre. Mais à force de l'orienter vers les seuls mécréants il est resté lui- même dans l'obscurité.

Les musulmans ont raison de dire que l'islam est un puits de lumière, car quand on est au fond du puits qu'on se nourrit d'illusions de la lumière. Ils sont comme un homme perdu dans le désert  mourant de soif qui prend un mirage pour un plan d'eau.

L'islam est une illusion d'optique qui fascine les benêts de la terre.
_________________
Il ne faut pas que nos lois antiracistes deviennent demain notre tombe. L'islam est le culte de la haine de l'autre et la mort de la vie le laisser faire c'est lui tendre le couteau de boucher pour nous égorger avec. De notre fermeté et de notre courage soyons les valeureux combattants de l'hydre musulmane.


Back to top
Visit poster’s website
Dr Ben Ammar Salem
Membres d'honneur


Offline

Joined: 28 Dec 2014
Posts: 528
Masculin
Point(s): 557
Moyenne de points: 1.05

PostPosted: Wed 7 Nov - 13:56 (2018)    Post subject: Salem Ben Ammar Reply with quote

Plutôt Saint Augustin que Mahomet, la Kahina plutôt qu’Aïcha et Carthage plutôt que la Mecque
06/11/2018 Salem Ben Ammar Un commentaire
 
C’est fou comme les musulmans majoritairement incultes et analphabètes sont prétentieux quand ils déclarent que l’islam est la première source de lumière pour l’humanité et sans lui elle ne serait jamais sorti du monde des ténèbres.
Le mystère de la lumière islamique est de faire de l’obscurité pour soi une lumière pour les autres. Un phare qui ne s’éclaire pas lui-même mais capable de diffuser de la lumière partout sur toute la surface du globe. Mais de quel monde parlent-ils du leur insignifiant et anonyme à l’époque de Mahomet ou de celui totalement inconnu par lui.
Ils sont toujours à des milliers d’années-lumière des grandes civilisations dont ils ont appris mais comme tous les faussaires et les imposteurs de l’histoire, ils se font passer comme les vrais auteurs qu’ils n’ont jamais été. Ils ne sont même pas encore sortis de la protohistoire, ayant raté tous les grands rendez-vous du progrès humain et veulent se faire passer pour des maîtres de la lumière et à l’origine de tout. 
Si vraiment ils étaient des lumières  ils ne seraient pas les premiers fossoyeurs de leur propre vie et auraient gardé la mémoire historique des peuples colonisés afin qu’ils puissent s’instruire de leur passé pour savoir ce qu’ils étaient avant l’islam si demain ils devaient renouer avec leurs vraies racines et prendre enfin conscience que l’islam a détruit leurs âmes et leur essence.
Avec leur identité, voilée, volée et violée, jamais ces peuples n’auront l’intelligence et la force de rompre leurs chaînes d’esclaves de l’islam. Plongés à tout jamais dans le néant de l’obscurantisme et la culture d’un seul livre ils sont comme des aveugles perdus dans le désert d’Arabie sans eau ni nourriture et un guide pour les guider, en l’occurrence leur propre référentiel historique et pas celui de leurs maîtres arabes. Saint Augustin plutôt que Mahomet, la Kahina plutôt qu’Aïcha, Hannibal plutôt qu’Omar, les guerres puniques plutôt que la petite bataille de Badr. 
Quand on est lumière on ne fait pas du noir son étendard et on enveloppe pas ses femmes dans leur linceul de leur vivant.
La lumière de l’islam est celle émise par ses grands savants qui n’ont de savoir que leurs âneries du style les tremblements de terre sont la colère d’Allah abattue sur les hommes à cause de leur déviance sexuelle. Et comme l’absurdité de l’islam est sans limite il fait tourner le soleil autour de la terre. Mais à force de l’orienter vers les seuls mécréants il est resté lui- même dans l’obscurité.

Les musulmans ont raison de dire que l’islam est un puits de lumière, car quand on est au fond du puits qu’on se nourrit d’illusions de la lumière. Ils sont comme un homme perdu dans le désert  mourant de soif qui prend un mirage pour un plan d’eau.
L’islam est une illusion d’optique qui fascine les benêts de la terre.
_________________
Il ne faut pas que nos lois antiracistes deviennent demain notre tombe. L'islam est le culte de la haine de l'autre et la mort de la vie le laisser faire c'est lui tendre le couteau de boucher pour nous égorger avec. De notre fermeté et de notre courage soyons les valeureux combattants de l'hydre musulmane.


Back to top
Visit poster’s website
Dr Ben Ammar Salem
Membres d'honneur


Offline

Joined: 28 Dec 2014
Posts: 528
Masculin
Point(s): 557
Moyenne de points: 1.05

PostPosted: Wed 7 Nov - 14:32 (2018)    Post subject: Salem Ben Ammar Reply with quote

La Tunisie, vassale du Qatar par Salem Ben Ammar


17 novembre 2011, 14:42


Et si la révolution tunisienne était tout simplement un coup d'Etat de palais qui a mal tourné et le prélude de la mise en place d'un  processus institutionnel de colonisation du pays ?
De même qu' on est droit de considérer que la matrice politique et institutionnelle actuelle a toutes les caractéristiques d'un coup d'Etat institutionnel dans le sens où les électeurs tunisiens n'ont pas voté pour des élections législatives et encore moins pour élire un nouvel exécutif fût-il de transition.
Il y a tout lieu à penser qu'il y a une véritable tentative d' O.P.A. sur la Tunisie orchestrée par le triumvirat constitué d'Ennahdha, C.P.R. et Ettakatol sous l'égide du couple américano-wahhabite. Depuis la chute de Ben Ali, un seul sujet a dominé la vie tunisienne est que vont faire les islamistes ? Comme s'ils étaient les sauveurs attendus ! Ou plutôt les perspectives alléchantes de la manne qatarie que la secte milicienne d'Ennahdha faisait miroiter à la masse tunisienne ne constitue une véritable planche de salut.
Comme si cette principauté-confetti est devenue un argument électoral qui vaut son pesant d'or noir! Le Qatar a fait et continue à faire de l'ombre à la Tunisie. Son nom est aujourd'hui sur toutes lèvres.
Sa chaîne de télévision d'al Jazira, un ersatz de radio Berlin, qui pollue les foyers tunisiens et colonise les esprits en instillant dans leur cerveau le poison mortel de l'idéologie wahhabite. En attendant de devenir le vrai maître politique du pays téléguidé par l'Administration américaine, le caillou qatari sorti du sable en 1971 est aujourd'hui le vrai maître médiatique du pays et son "bienfaiteur" des plus intéressés.
Il dicte ses règles du jeu, place ses valets dans les postes-clé, sponsorise et arrose à tout venant et pas seulement la secte d'Ennahdha. Après le système népotique et clientéliste de l'ancienne mafia nationale des Ben Ali-Trabelsi s'ouvre en Tunisie une nouvelle ère mafieuse et antinationale.
 
A N'en pas douter que le projet de nomination d'un Qatari à la tête de la diplomatie tunisienne probablement avec l'aval des Américains est d'un point de vue politico-juridique la preuve du processus de vassalisation et de la mise sous protectorat qatari de la Tunisie. Les Tunisiens par leur vote en faveur de la Troïka ont scellé la mort de leur indépendance nationale.
Depuis le 14 janvier 2011, et cette phase inique et grotesque de transition, une révolution n'a pas besoin de transiter en principe, est symptomatique du la mise en place d'un processus visant surtout à casser la dynamique révolutionnaire.
Tant les 2 gouvernements de transition que toutes ces instances autoproclamées ont servi plutôt d'alibi, de subterfuge pour préparer insidieusement le terrain à la mise sous tutelle de la Tunisie au profit du Qatar par la Troïka locale interposée.
Le projet avorté de la présence de l'Emir du Qatar à l'inauguration des travaux de cette assemblée constituante du nouveau Protectorat tunisien est loin d'être politiquement neutre.
Elle signifie l'annonce du rattachement du pays au pouvoir du prince qatari. Quant au scrutin électoral et ses modalités, qui pourrait dire qu'il a été conforme à l'esprit et aux règles de la démocratie ? Personne. Il s'agit tout simplement d'une mascarade et une parodie électorale pour abuser de la naïveté du peuple tunisien.
Faire croire, en faisant semblant d'agir, autrement dit à un saupoudrage pernicieux pour tromper la vigilance citoyenne.
Le spectacle offert est d'une incurie politique et intellectuelle pathétique et indigne d'un peuple qui s'est indigné et connu pour ses élites mises à l'écart du destin politique de pays. Ennahdha et ses comparses ont pu réaliser sans coup férir le scénario conçu par l'Administration américaine financé par les qataris qui couvait de son regard les félons islamistes tunisiens et qui était la première à se réjouir du succès de sa pièce rocambolesque et guignolesque. Aussi bien juridiquement que politiquement la volonté du peuple tunisien n'a pas été respectée.
L'absence même de recours judiciaire pour invalider ledit scrutin pour des raisons évidente s:  origine des sources de financement des partis, non-respect des prérogatives assignées à la constituantes initialement sont autant de motifs valables et sérieux pour motiver une telle procédure.
Il ne s'agit pas de raison d'Etat dans le cas d'espèce qui peut délégitimer un tel recours, il s'agit de l'intérêt supérieur des commanditaires qui ont noyauté et infiltré aujourd'hui toutes les institutions du pays. Curieusement tous les recours contre les dérives électorales commises par Ennahdha n'ont pas abouti. Le manque de l'instance électorale à ses obligations de police en est la parfaite démonstration que le jeu démocratique a été biaisé et détourné au profit des mercenaires locaux agissant pour le compte de leur donneur d'ordres et bailleur de fonds américano-wahhabite.
Les Tunisiens en votant soi-disant pour une constituante ont surtout voté pour une assemblée parlementaire chargée d'élaborer le processus de la qatarisation de la Tunisie. Si tel n'était pas le cas, pourquoi la constituante se comporte-t-elle comme une assemblée avec des prérogatives législatives ? Alors qu'en bonne logique juridique et dans l'absolu, elle devrait 'élaborer la nouvelle constitution et le gouvernement actuel de transition le soin de gouverner jusqu'aux prochaines élections législatives.
D'autant plus que ledit gouvernement a une légitimité apparente factuelle à défaut de légitimité politique tandis que celui que concocté par la Troïka sous l'égide qataro-américaine n'a aucune légitimité institutionnelle et surtout qu'il n' est pas en droit de solliciter un quelconque pouvoir ou détenir une once de pouvoir de la part de la constituante qui n'est aucunement habilitée de par ses statuts à lui voter les pleins pouvoirs. Sa supposée légitimité politique ne lui confère aucune légitimité juridique. Les électeurs tunisiens n' ont pas voté pour la désignation d' un nouveau gouvernement de transition auquel cas on aurait commencé par voter pour une nouvelle assemblée nationale législative.
Ce qui n' a pas été l' objet du scrutin du 23 octobre 2011 que la Troïka s'efforce de le vider de son contenu et de faire passer ces élections pour des élections législatives. Cet amalgame coupable que la Troïka entretient entre les élections législatives et les élections pour la constituante est la parfaite illustration d'un complot ourdi contre la souveraineté populaire et la souveraineté nationale symbolisée par la nomination d'un Qatari, gendre du terroriste jamais repenti et agent collaborationniste wahhabite le dénommé Rached Ghannouchi, le terroriste jamais repenti.
Tout dévoiement de leur vote est un véritable attentat politique contre la Tunisie  et sa souveraineté nationale et une trahison du contrat démocratique passé avec l'électorat tunisien.



Salem Ben
_________________
Il ne faut pas que nos lois antiracistes deviennent demain notre tombe. L'islam est le culte de la haine de l'autre et la mort de la vie le laisser faire c'est lui tendre le couteau de boucher pour nous égorger avec. De notre fermeté et de notre courage soyons les valeureux combattants de l'hydre musulmane.


Back to top
Visit poster’s website
Dr Ben Ammar Salem
Membres d'honneur


Offline

Joined: 28 Dec 2014
Posts: 528
Masculin
Point(s): 557
Moyenne de points: 1.05

PostPosted: Wed 7 Nov - 18:07 (2018)    Post subject: Salem Ben Ammar Reply with quote

C’est quoi l’islam au juste avec tous ces masques dont s’affublent les siens ? par Salem Ben Ammar

Salem Benammar
11 septembre · 









Je m'y perds dans cette jungle d'appellations pour désigner les consommateurs d'un même produit ou plutôt adeptes d'une même idéologie que son propre fondateur si jamais il s'agit bien de lui, aurait du mal à reconnaître les siens si Allah voulait bien le ressusciter et ce serait enfin le vrai miracle de l'islam.
On ne sait pas qui est le plus musulman de tous. Ils se définissent chacun d'entre eux par une étiquette qui n'a du sens que pour celui qui la revendique. Etre musulman on sait au moins que c'est. C'est celui qui obéit à Allah autant qu'à Mahomet, et qui a un amour infini pour ce dernier plus que pour Allah. Et aucun musulman ne peut dire qu'il n'est pas dans la crainte des figures de proue de son idéologie et rester de marbre si on caricature l'image de son Mahomet, pour qui il mettrait la terre à feu et à sang.
Alors c'est quoi un salafiste ? C'est quoi un islamiste ?   C'est quoi un islamiste fondamentaliste ? C'est quoi un musulman radical ? C'est quoi un musulman en voie de se radicaliser ? C'est quoi un musulman moderniste ? C'est quoi un musulman tawhdiste ? C'est quoi un frère musulman ?  C'est quoi un musulman fondamentaliste ? C'est quoi un sufi ? C'est quoi wahhabite ? C'est quoi un ibadhiste ? C'est quoi un musulman modéré ? C'est quoi djihadiste ? C'est quoi un chiite ? C'est quoi un musulman tablighiste ? C'est quoi un musulman sunnite ? C'est quoi un musulman ismaélien ? C'est quoi un musulman kharijite ? C'est quoi un musulman daoudi ? C'est quoi un musulman duodécimain ? C'est quoi un musulman coraniste ?
Mais c'est quoi l'islam au juste qui se décline-t-il en plusieurs variantes comme s'il avait une personnalité plurielle où pour les besoins de son scénario il se présente à chaque fois sous des traits distincts ?
_________________
Il ne faut pas que nos lois antiracistes deviennent demain notre tombe. L'islam est le culte de la haine de l'autre et la mort de la vie le laisser faire c'est lui tendre le couteau de boucher pour nous égorger avec. De notre fermeté et de notre courage soyons les valeureux combattants de l'hydre musulmane.


Back to top
Visit poster’s website
Dr Ben Ammar Salem
Membres d'honneur


Offline

Joined: 28 Dec 2014
Posts: 528
Masculin
Point(s): 557
Moyenne de points: 1.05

PostPosted: Thu 8 Nov - 17:28 (2018)    Post subject: Salem Ben Ammar Reply with quote

La Tunisie, vassale du Qatar
07/11/2018 Salem Ben Ammar Laisser un commentaire





Et si la révolution tunisienne était tout simplement un coup d’Etat de palais qui a mal tourné et le prélude de la mise en place d’un  processus institutionnel de colonisation du pays ?
De même qu’ on est droit de considérer que la matrice politique et institutionnelle actuelle a toutes les caractéristiques d’un coup d’Etat institutionnel dans le sens où les électeurs tunisiens n’ont pas voté pour des élections législatives et encore moins pour élire un nouvel exécutif fût-il de transition.
Il y a tout lieu à penser qu’il y a une véritable tentative d’ O.P.A. sur la Tunisie orchestrée par le triumvirat constitué d’Ennahdha, C.P.R. et Ettakatol sous l’égide du couple américano-wahhabite. Depuis la chute de Ben Ali, un seul sujet a dominé la vie tunisienne est que vont faire les islamistes ? Comme s’ils étaient les sauveurs attendus ! Ou plutôt les perspectives alléchantes de la manne qatarie que la secte milicienne d’Ennahdha faisait miroiter à la masse tunisienne ne constitue une véritable planche de salut.
Comme si cette principauté-confetti est devenue un argument électoral qui vaut son pesant d’or noir! Le Qatar a fait et continue à faire de l’ombre à la Tunisie. Son nom est aujourd’hui sur toutes lèvres.
Sa chaîne de télévision d’al Jazira, un ersatz de radio Berlin, qui pollue les foyers tunisiens et colonise les esprits en instillant dans leur cerveau le poison mortel de l’idéologie wahhabite. En attendant de devenir le vrai maître politique du pays téléguidé par l’Administration américaine, le caillou qatari sorti du sable en 1971 est aujourd’hui le vrai maître médiatique du pays et son « bienfaiteur » des plus intéressés.
Il dicte ses règles du jeu, place ses valets dans les postes-clé, sponsorise et arrose à tout venant et pas seulement la secte d’Ennahdha. Après le système népotique et clientéliste de l’ancienne mafia nationale des Ben Ali-Trabelsi s’ouvre en Tunisie une nouvelle ère mafieuse et antinationale.
 
A N’en pas douter que le projet de nomination d’un Qatari à la tête de la diplomatie tunisienne probablement avec l’aval des Américains est d’un point de vue politico-juridique la preuve du processus de vassalisation et de la mise sous protectorat qatari de la Tunisie. Les Tunisiens par leur vote en faveur de la Troïka ont scellé la mort de leur indépendance nationale.
Depuis le 14 janvier 2011, et cette phase inique et grotesque de transition, une révolution n’a pas besoin de transiter en principe, est symptomatique du la mise en place d’un processus visant surtout à casser la dynamique révolutionnaire.
Tant les 2 gouvernements de transition que toutes ces instances autoproclamées ont servi plutôt d’alibi, de subterfuge pour préparer insidieusement le terrain à la mise sous tutelle de la Tunisie au profit du Qatar par la Troïka locale interposée.
Le projet avorté de la présence de l’Emir du Qatar à l’inauguration des travaux de cette assemblée constituante du nouveau Protectorat tunisien est loin d’être politiquement neutre.
Elle signifie l’annonce du rattachement du pays au pouvoir du prince qatari. Quant au scrutin électoral et ses modalités, qui pourrait dire qu’il a été conforme à l’esprit et aux règles de la démocratie ? Personne. Il s’agit tout simplement d’une mascarade et une parodie électorale pour abuser de la naïveté du peuple tunisien.
Faire croire, en faisant semblant d’agir, autrement dit à un saupoudrage pernicieux pour tromper la vigilance citoyenne.
Le spectacle offert est d’une incurie politique et intellectuelle pathétique et indigne d’un peuple qui s’est indigné et connu pour ses élites mises à l’écart du destin politique de pays. Ennahdha et ses comparses ont pu réaliser sans coup férir le scénario conçu par l’Administration américaine financé par les qataris qui couvait de son regard les félons islamistes tunisiens et qui était la première à se réjouir du succès de sa pièce rocambolesque et guignolesque. Aussi bien juridiquement que politiquement la volonté du peuple tunisien n’a pas été respectée.
L’absence même de recours judiciaire pour invalider ledit scrutin pour des raisons évidente s:  origine des sources de financement des partis, non-respect des prérogatives assignées à la constituantes initialement sont autant de motifs valables et sérieux pour motiver une telle procédure.
Il ne s’agit pas de raison d’Etat dans le cas d’espèce qui peut délégitimer un tel recours, il s’agit de l’intérêt supérieur des commanditaires qui ont noyauté et infiltré aujourd’hui toutes les institutions du pays. Curieusement tous les recours contre les dérives électorales commises par Ennahdha n’ont pas abouti. Le manque de l’instance électorale à ses obligations de police en est la parfaite démonstration que le jeu démocratique a été biaisé et détourné au profit des mercenaires locaux agissant pour le compte de leur donneur d’ordres et bailleur de fonds américano-wahhabite.
Les Tunisiens en votant soi-disant pour une constituante ont surtout voté pour une assemblée parlementaire chargée d’élaborer le processus de la qatarisation de la Tunisie. Si tel n’était pas le cas, pourquoi la constituante se comporte-t-elle comme une assemblée avec des prérogatives législatives ? Alors qu’en bonne logique juridique et dans l’absolu, elle devrait ‘élaborer la nouvelle constitution et le gouvernement actuel de transition le soin de gouverner jusqu’aux prochaines élections législatives.
D’autant plus que ledit gouvernement a une légitimité apparente factuelle à défaut de légitimité politique tandis que celui que concocté par la Troïka sous l’égide qataro-américaine n’a aucune légitimité institutionnelle et surtout qu’il n’ est pas en droit de solliciter un quelconque pouvoir ou détenir une once de pouvoir de la part de la constituante qui n’est aucunement habilitée de par ses statuts à lui voter les pleins pouvoirs. Sa supposée légitimité politique ne lui confère aucune légitimité juridique. Les électeurs tunisiens n’ ont pas voté pour la désignation d’ un nouveau gouvernement de transition auquel cas on aurait commencé par voter pour une nouvelle assemblée nationale législative.
Ce qui n’ a pas été l’ objet du scrutin du 23 octobre 2011 que la Troïka s’efforce de le vider de son contenu et de faire passer ces élections pour des élections législatives. Cet amalgame coupable que la Troïka entretient entre les élections législatives et les élections pour la constituante est la parfaite illustration d’un complot ourdi contre la souveraineté populaire et la souveraineté nationale symbolisée par la nomination d’un Qatari, gendre du terroriste jamais repenti et agent collaborationniste wahhabite le dénommé Rached Ghannouchi, le terroriste jamais repenti.
Tout dévoiement de leur vote est un véritable attentat politique contre la Tunisie  et sa souveraineté nationale et une trahison du contrat démocratique passé avec l’électorat tunisien.
Dr Salem Ben Ammar
_________________
Il ne faut pas que nos lois antiracistes deviennent demain notre tombe. L'islam est le culte de la haine de l'autre et la mort de la vie le laisser faire c'est lui tendre le couteau de boucher pour nous égorger avec. De notre fermeté et de notre courage soyons les valeureux combattants de l'hydre musulmane.


Back to top
Visit poster’s website
Dr Ben Ammar Salem
Membres d'honneur


Offline

Joined: 28 Dec 2014
Posts: 528
Masculin
Point(s): 557
Moyenne de points: 1.05

PostPosted: Thu 8 Nov - 18:17 (2018)    Post subject: Salem Ben Ammar Reply with quote

Asia Bibi, victime de la barbarie musulmane
05/11/2018 Salem Ben Ammar Laisser un commentaire
 
Il est à douter qu’un tel cas de figure puisse exister dans les annales judiciaires de tous les pays du monde. Une femme blanchie par la Cour suprême de justice de son pays, en l’occurrence le Pakistan, reste toutefois derrière les barreaux pour calmer les pulsions sanguinaires de la rue pakistanaise qui n’aura de paix tant qu’Asia Bibi, ne sera pas pendue haut et court. Son cas atteste de l’incompatibilité du Coran avec les droits de l’homme et de son inéligibilité dans un Etat de droit d’une part et d’autre part des moeurs barbares, intolérantes, mortifères, haineuses, inquisitrices, d’une bonne partie des musulmans.
Ces musulmans pakistanais qui jurent par la mort d’Asia Bibi ne sont pas plus fanatiques ou islamistes qu’on veut le faire croire. Ils sont dans la logique de l’enseignement du Coran.
Il n’y pas  de justice à rendre à une  « mécréante » dans le désaveu d’Allah et de son messager,  Elle doit être combattue, tuée et dépossédé de ses biens.
 Sourate 9 ( Tawba, le repentir ou le désaveu), verset 123 :
Combattre  sans pitié ses voisins mécréants .
« Ô vous qui croyez! Combattez ceux des mécréants qui sont près de vous; et qu’ils trouvent de la dureté en vous. Et sachez qu’Allah est avec les pieux. »
Sourate 33 ( Al-Ahzab, les factions, les coalisés), verset 27 :
S’approprier les biens des infidèles.
« Et Il vous a fait hériter leur terre, leurs demeures, leurs biens, et aussi une terre que vous n’aviez point foulée. Et Allah est Omnipotent. »
La rue pakistanaise  ne peut se résoudre  à l’idée qu’Asia Bibi, une ennemie de leur religion soit mise hors de cause alors qu’elle est ouvertement hostile à l’islam par le simple fait qu’elle est chrétienne. C’est en tant qu’ennemie de l’islam qu’elle doit être jugée pour servir d’exemple aux non-musulmans du monde entier et à tous ceux qui souillent l’image de l’islam.
Sourate 33, verset, 57 :
« Ceux qui injurient Allah et Son messager [Mahomet], Allah les maudit ICI-BAS, comme dans l’au-delà et leur prépare un châtiment avilissant. »
Haro sur les juges et son avocat qui ont osé violer la loi d’Allah pour avoir acquitté et défendu une chrétienne ! Ils sont tout autant coupables qu’Asia Bibi. Ils sont musulmans et n’ont pas le droit d’épouser la cause d’une « infidèle » et de piétiner les prescrits coraniques.
En la défendant ils sont devenus ses alliés et donc contrevenu à leur devoir de musulman.
Sourate 5 (Al-Mâ’idah, La Table servie ), verset 51 :
« Ô les croyants ! Ne prenez pas pour amis les Juifs et les Chrétiens ; ils sont les amis les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour amis devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes »
Un sacrilège suffisamment  grave qui ne peut pas resté impuni et qui a contraint son courageux avocat en danger de mort imminent de chercher à quitter le Pakistan pour ne pas devoir subir le funeste destin du gouverneur de l’Etat du Penjab tout comme le ministre fédéral chrétien des minorités religieuses, assassinés par des islamistes pour avoir cru en son innocence. Alors qu’un musulman est tenu de soutenir son frère victime comme coupable.
On ne peut remettre en question la parole de son accusateur, en l’occurrence l’imam à l’origine de la plainte. C’est la parole d’un musulman qui fait force de loi et ne peut être contredite au profit d’une mécréante.
Qu’importe les accusations portées à son encontre, fondées ou non, elle devrait être châtiée pour un crime évident, elle n’est pas musulmane. Et cela suffit pour justifier sa condamnation à mort.
Elle veut une justice pour l’exemple, une justice sans appel qui s’applique dans sa sévérité dans l’esprit du Coran où l’on ne doit laisser aucune chance aux « mécréants ».  Pour elle, l’affaire d’Asia Bbi est un avertissement adressé aux non musulmans qu’ils n’auront jamais leur salut que dans l’islam. Innocents ou coupables ils seront jugés selon leur incroyance en islam.
C’est l’islam ou la mort.
Asia Bibi aurait pu se « repentir » pendant toutes ces années en prison à la grande joie des musulmans du monde entier, pour en faire un symbole de leur victoire sur les « mécréants », mais elle est restée inébranlable dans sa foi chrétienne, une insulte à la bienséance musulmane et cela n’a fait qu’attiser la colère de la rue pakistanaise. Un affront qui ne peut être lavé que par le sang de l’outrecuidante.
C’est son obstination à ne pas se plier à la volonté d’Allah que le tribunal de la rue pakistanaise veut juger.  Il lui est inconcevable et inadmissible qu’une « bête » de son espèce puisse braver la toute-puissance de l’islam.
Sourate VIII verset 55 «Les pires bêtes, aux yeux d’Allâh, sont les incroyants qui s’entêtent à ne pas croire. »
Une « bête » qu’il est permis d’anéantir comme c’est le cas de la pauvre Asia Bibi.
Plutôt que de vouloir définir un statut à l’islam qui ne connaît de loi que la sienne et devoirs que ceux qu’il impose aux non-musulmans Macron devrait s’inspirer de l’affaire d’Asia Bibi et mettre en place des garde-fous institutionnels et juridiques pour l’enrayer dans sa progression inquiétante. Car un islam de France ne sera rien d’autre qu’un islam roi de France où les minorités religieuses et les non-musulmans seront traités comme des animaux comme l’enjoint la charia.
_________________
Il ne faut pas que nos lois antiracistes deviennent demain notre tombe. L'islam est le culte de la haine de l'autre et la mort de la vie le laisser faire c'est lui tendre le couteau de boucher pour nous égorger avec. De notre fermeté et de notre courage soyons les valeureux combattants de l'hydre musulmane.


Back to top
Visit poster’s website
Dr Ben Ammar Salem
Membres d'honneur


Offline

Joined: 28 Dec 2014
Posts: 528
Masculin
Point(s): 557
Moyenne de points: 1.05

PostPosted: Thu 8 Nov - 18:32 (2018)    Post subject: Salem Ben Ammar Reply with quote

Tunisie : triste bilan
19/09/2018 Salem Ben Ammar Laisser un commentaire
 
Ce ne sont pas mes critiques qui nuisent à l’image de la Tunisie et qui risquent de lui faire perdre un crédit qu’elle n’a plus depuis ce jour funeste du 14 janvier 2011 voire depuis la déchéance de Bourguiba avec l’arrivée de Ben Ali et sa clique mafieuse au pouvoir. 
C’est l’invasion de l’île italienne de Lumpedusa de 5000 âmes par une armée d’occupation de 20 000 migrants clandestins tunisiens. C’est les centaines de jeunes tunisiens qui meurent noyés tous les ans en Méditerranée pour fuir la Tunisie.
C’est les attentats terroristes de Sousse et du Bardo qui étaient évitables et qui portent la signature des islamistes tunisiens.
C’est l’incapacité de l’armée tunisienne de déloger les djihadistes du Jebel Chaambi truffé de tunnels creusés par les rongeurs du Hamas.
C’est les attentats terroristes commis par des Tunisiens en France et en Allemagne.
C’est l’incurie politique et intellectuelle du pays.
C’est la chute vertigineuse du dinar et la misère noire qui sévit dans le pays.
C’est le désordre et le chaos qui règnent dans ses espaces publics.
C’est l’état de délabrement de ses hôpitaux et ses écoles.
C’est l’embrigadement de sa population prise dans l’étau des mosquées qui prolifèrent comme des champignons vénéneux depuis 2011.
C’est l’incapacité du pays à réclamer à l’Arabie Saoudite et au Qatar l’extradition de Ben Ali et ses complices pour les juger pour crimes de sang et crimes économiques.
C’est la collusion entre l’ISIE et de Ben Sedrine avec le mouvement terroriste d’Ennahdha
C’est le drapeau de Daech qui fleurit dans les rues du pays.

C’est l’hommage rendu publiquement à Hitler dans des lycées tunisiens.
C’est l’impunité totale dont jouissent la nouvelle mafia islamiste sous la houlette du terroriste jamais repenti Rached Ghannouchi et ses lieutenants de basse besogne qui ont vendu la Tunisie à Herr Dogan et à l’émirat-voyou du Qatar, bailleur de fonds des frères criminels musulmans.
C’est la répression sanglante des manifestants de Siliana sur ordre de Larayedh jamais inquiété à ce jour.
C’est de faire des terroristes la première force politique du pays. C’est l’accueil royal du prince des ténèbres al-Qaradhoui et son alter ego le boucher de Doha Majdi Ghnim.
C’est l’accolade troublante de Djebali, pathétique d’inculture et nostalgique du Califat, avec Mc Caïn comme s’ils étaient heureux de se réjouir de leur victoire.
C’est l’indemnisation colossale des terroristes pour leurs années de prison alors que les caisses de l’Etat sont vides..
C’est les appels au meurtre des Juifs sur la place publique et dans les mosquées.
C’est la condamnation de la victime du viol et la relaxe de son violeur.
C’est de forcer une femme violée d’épouser son violeur.
C’est le vote pro Nahdha de la moitié de la population et l’élection d’une islamiste à la mairie de Ttunis.
C’est l’obscurantisme qui a gagné les bancs de ses universités couronné par une thèse de doctorat affirmant que la terre est plate.
C’est la destruction de la Syrie par des plusieurs milliers de terroristes tunisiens. C’est l’envoi de plusieurs centaines de volontaires du djihad du sexe halal. pour le confort des escadrons de la mort en Syrie.
C’est les assassinats politiques de Chokri Belaid, Brahmi, Negga, Ben Amor, et de beaucoup d’autres jamais élucidés à ce jour et dont les commanditaires et les exécutants sont connus de tous sauf de la justice du pays.
C’est les dizaines de morts de ses forces de l’ordre et ses militaires abattus par les terroristes islamistes.
C’est le refus de taxer les produits trucs par des députés islamistes.
C’est la descente du pays dans les enfers wahhabites.
C’est e l’occupation illégale de l’espace public par des étals des vendeurs à la sauvette de produits de contrefaçon et nuisibles à la santé publique.
C’est les grèves sauvages de soutien à une cause qui n’est pas la leur alors que le pays est à l’agonie.
C’est les gesticulations verbales et hystériques des Tunisiens qui menacent les EU et Israël de représailles;
C’est la menace brandie par des Tunisiens d’expulser le peu de Juifs qui restent encore dans ce pays et de détruire la synagogue de Ghriba.
C’est les attentats commis par des Tunisiens en France et en Allemagne.
C’est le budget du ministère de la propagande religieuse supérieure à celui de la culture.
C’est les pénuries des médicaments et le retour des maladies contagieuse. « De l’Hépatite à la rage en passant par la gale et la malaria, les tristes exemples enregistrés dans certaines régions du pays ne manquent pas. »http://www.businessnews.com.tn/tunisie-de-la-gale-a-lhepatite-des-epidemies-font-leur-grand-retour,519,41382,3
C’est le refus de voter une misérable augmentation du minimum vital par les députés alors que les mêmes venaient de s’octroyer une hausse princière.
C’est la vassalisation par la Turquie et le Qatar du pays.
C’est la charité que leur fait l’Algérie pour payer les salaires des fonctionnaires.
C’est d’avoir fait de l’État gardien du dogme musulman.
C’est d’avoir déclaré l’islam comme religion d’État et l’Arabe comme langue de la Tunisie.
C’est 60 000 fauves échappés de leurs cellules au lendemain de la chute de Ben Ali et toujours dans la nature.
C’est l’absence d’eau courante et d’électricité dans des dizaines de milliers de foyers dans le pays.
C’est l’état de saleté répugnante de ses plages.
C’est les fosses septiques à ciel ouvert dans ses bidonvilles.
C’est la crise aiguë de l’eau et la pollution de ses nappes phréatiques et le golfe de Tunis, des ses mers et du golfe de Gabès.
 
C’est la prolifération du voile de la mort dans toutes les couches sociales.
C’est la répression scélérate de l’homosexualité et les tests anaux.
C’est l’injustice dans l’héritage entre les hommes et les femmes et les femmes qui manifestent contre le projet de réforme pour l’égalité des droits successoraux entre les sexes.
C’est les revendications des femmes islamistes pour le ré-instauration de la polygamie et le mariage coutumier, orfi.
C’est la vente du viagra trafiqué et de la pisse de chameau à la sortie des mosquées.’est l’intronisation de la Tunisie sur la liste noire des paradis fiscaux.
C’est le refus des députés de voter pour une loi antiterroriste de peur certainement de condamner ce que l’islam ordonne.
Et bien d’autres stigmates qui défigurent le visage de cette Tunisie, terre de la vie autrefois, devenue depuis sa ré-islamisation à marche forcée sous la houlette de la secte infecte et félonne d’Ennahdha, une terre de la mort et propagatrice du terrorisme dans le monde.
Je ne suis pas la risée de personne en dessinant un visage de la Tunisie fidèle à sa réalité actuelle. N’en déplaise à ses vierges effarouchées la métastase wahhabite l’a totalement minée et guère d’espoir de rémission.
J’aime ce pays où j’ai vécu une enfance et une jeunesse heureuse où l’on m’a appris de dire toute la vérité et rien que la vérité même si je dois y laisser ma peau, et par amour pour ce pays justement je ne vais travestir l’image dévalorisante que son peuple renvoie d’elle pour complaire à ses aveugles.
_________________
Il ne faut pas que nos lois antiracistes deviennent demain notre tombe. L'islam est le culte de la haine de l'autre et la mort de la vie le laisser faire c'est lui tendre le couteau de boucher pour nous égorger avec. De notre fermeté et de notre courage soyons les valeureux combattants de l'hydre musulmane.


Back to top
Visit poster’s website
Dr Ben Ammar Salem
Membres d'honneur


Offline

Joined: 28 Dec 2014
Posts: 528
Masculin
Point(s): 557
Moyenne de points: 1.05

PostPosted: Fri 9 Nov - 13:48 (2018)    Post subject: Salem Ben Ammar Reply with quote

Le leurre de l’islam « modéré »


 


J’ai fait un rêve, les musulmans qui portent le masque de l’islam « modéré », concept inventé par les islamo-compatibles, les islamo-naïfs, les médias lèche-babouches, les politicards de tous bords  et les écolos,  veulent en finir avec la tartuferie du vaudeville musulman. N’en pouvant plus de jouer à la Madeleine de l’islam ils ont enfin le courage de lever toute ambiguïté sur leurs rapports controversés avec l’islam en abjurant en masse l’islam. En effet, ils ont décidé comme un seul homme d’en finir avec  les faux-semblants. Il ne leur est plus possible d’avoir le derrière entre une chaise et un tapis de prière, ils ont fait le choix  courageusement de tourner le dos à l’islam car ils ont compris soit ils sont musulmans  dans le sens littéral du terme soit ils ne le sont pas.
Et les musulmans qui n’assument pas pleinement l’islam et ne vivent pas leur islam à 100%  et se disent malgré tout musulmans alors que leur comportement est en contradiction avec les prescrits coraniques et la sunna mahométane sont des hypocrites, le crime suprême,  voués aux feux de la Géhenne « Ce sont eux le véritable ennemi donc méfie-toi d’eux (Al mounafiqin ; verset 4) » ; « Et si on leur dit ne semer pas la corruption ils disent nous ne sommes que des réformateurs* Alors qu’ils sont des corrompus mais ils ne sont pas persuadés (Al baqara ; verset 11,12) »
« Les hypocrites seront, certes, au plus bas fond du Feu, et tu ne leur trouveras jamais de secoureur. (Al-Nissa ; verset 145) »
Ils ne peuvent pas être musulmans tout en se définissant démocrates, modernistes, républicains, citoyens, progressistes, féministes, humanistes, ou laïques. De la même façon que l’islam est l’islam un musulman est un musulman et n’a pas besoin d’un tout autre attribut pour le qualifier :
“On ne peut pas être
musulman et laïque en même temps (…). Le milliard et demi de musulmans attend que le peuple turc se soulève. Nous allons nous soulever. Avec la permission d’Allah, la rébellion va
commencer”
 Recep Tayyip Erdogan , actuel Premier ministre turc et ex-président, devant une caméra de télévision en 1992.
”L’expression ‘islam
modéré’ est laide et offensante,  il n’y a pas d’islam modéré. L’Islam est l’Islam.”
 Erdogan, Kanal D TV, août 2007
Ils ont mis un point d’honneur de faire leur coming-out en avouant leur apostasie dissimulée sous le voile de l’islam. Les voilà libérés de leurs chaînes d’esclaves pour intégrer le monde des hommes libres. Non contaminés par le nuages radioactifs de l’islam.
Mais ce n’est  hélas qu’un songe qui ne sera jamais matérialisé car trop lâches pour faire tomber leur masque et bien plus encore ils ont toujours l’occasion de se racheter en passant à l’acte. Un musulman hypocrite aujourd’hui est un djihadiste de demain.
Un musulman qui prend conscience de la haute toxicité des déchets de sa mauvaise foi est tout simplement un apostat.
Ignorant tout des arcanes du Grand Fracas islamique tout en étant convaincus que leur absence de connaissances est une parfaite connaissance de l’islam, au point qu’ils considèrent leurs coreligionnaires les plus fidèles à l’enseignement mahométan comme étant des hérétiques, ils ont pris conscience qu’ils n’avaient plus le choix ; soit ils sont véritablement musulmans et ils suivent par conséquent la voie de l’islam, celle de Daech, des wahhabites, de Boko Haram, d’Ennahdha, de la Qaïda et de tous les courants musulmans qui convergent vers un islam unitaire et originel, soit ils ne le sont pas et ils rejettent leur héritage musulman.
Il semble, d’après un juriste tunisien expert en droit musulman, Yadh Ben Achour, qu’il existe l’islam par héritage comme si leurs parents avaient la faculté d’avoir enfanté un islam qui n’est pas tout à fait un islam, remanié, retouché et adapté à leur environnement local.
À lire aussi:
– Pourquoi les lois d’Allah sont pires que les lois nazies
– J’accuse les musulmans modérés de complicité de crime contre l’humanité
– Ce que les islamistes « modérés » ont en commun avec l’État islamique
– 15 août : Vierge vénérée et Vierge lapidée
– Dangers d’islam
On n’hérite pas d’une religion comme on hérite des caractères génétiques de nos parents dont on ne peut, par conséquent, se défaire. Or, la religion est un bien immatériel, une culture, un code de valeurs morales ou supposées telles dont la finalité est d’enfermer les êtres humains dans une prison mentale pour les figer dans l’immobilisme et empêcher toute forme d’évolution et de progressisme. Sous prétexte que c’est un legs familial il devrait être conservé en l’état et assumé contre notre gré. Un lien qui relierait les générations entre elles, qui ne devrait pas faire l’objet de rupture ou de changement, sous peine de trahir cet héritage. Mais de quel héritage s’agit-il ? Celui transmis par des parents dépourvus de tout sens critique, majoritairement analphabètes, auxquels la lecture et la compréhension des textes étaient impossibles, que leurs enfants sont tenus de prendre au pied de la lettre, lui conférant un caractère sacré pour en faire leur icône ? Est-ce que les parents eux-mêmes avaient fait le choix de l’islam en toute connaissance de cause et avaient jugé cette religion comme le mieux à même d’être transmise à leurs enfants qui, eux-mêmes, ne sont pas les clones de leurs parents pour reproduire fidèlement, une génération plus tard, le mode de vie social de leurs parents dans toutes ses composantes ? Un héritage qui est, en réalité, un mécanisme d’aliénation et de castration pour faire de l’homme un éternel sujet, sans volonté propre, sans capacité d’écrire lui-même son histoire et d’être acteur de ses choix de vie et de la forme de société qui convient à ses aspirations et à sa personnalité.
Avec des peuples pris dans les filets mortels de leurs traditions, il est utopique de les imaginer sortir un jour  de leur état de léthargie profonde et chronique et prendre ainsi conscience de la haute nocivité de ce produit qu’ils ont ingurgité sans rien connaître de ses propriétés incompatibles avec l’organisme humain et qui affectent directement ses neurones.
Sauf un cataclysme tsunamien qui marquerait la fin de l’islam, on ne doit pas attendre un miracle de la part des défenseurs les plus farouches de l’islam et de son véhicule publicitaire pour qu’ils envoient au monde entier un message fort. L’islam n’est pas que le grand désastre de l’humanité, il est le pire crime contre l’humanité qui puisse exister.
Ce qu’ils croyaient être l’islam et dont ils avaient fait leur cheval de bataille était, <em>in fine</em>, une pure hérésie intellectuelle, une vue de l’esprit, une illusion d’optique, un mirage dans le désert arabique, et il n’y a qu’un seul et unique islam. Un islam pour tous et non pas pour tout un chacun. L’islam n’est ni modulable, ni personnalisable et encore moins objet d’interprétation. Censé être l’œuvre d’Allah, il ne revient pas aux fidèles d’y apporter la moindre touche d’accommodement.
L’islam de Mahomet est celui que pratiquent scrupuleusement et fidèlement les vrais et bons musulmans qui sont le cauchemar des chrétiens d’Orient et du Nord du Nigeria et qui menacent de détruire Israël et l’Occident.
L’islam à la carte n’existe pas plus que le fascisme à la carte. Il n’y a pas d’islam fragmenté, compartimenté, un supermarché où tout un chacun trouve des produits à son goût, ni de demi-mesure dans la foi.
L’islam est entier, inamovible et intemporel ne laissant aucune marge de manœuvre ni la moindre possibilité à ses fidèles de le mettre en conformité avec les exigences des lois des pays d’accueil et des lois internationales. Il est lui-même la loi à laquelle le monde entier doit se soumettre et il est du devoir de chaque fidèle d’y contribuer par tous les moyens, généralement illicites, admis par le Coran au nom du principe : la fin justifie les moyens.
Il est un tout, un ensemble entier où toutes les composantes interagissent entre elles et se confondent pour constituer un bloc homogène et hermétique à toute forme d’introduction d’un élément étranger susceptible d’en modifier le fonctionnement et d’altérer sa mécanique. Mahomet le voulait immuable et intemporel, de peur que le moindre grain de sable n’en dévoile la fragilité et ne remette en cause son semblant de religion.
D’où sa hantise obsessionnelle de laisser aux musulmans la moindre liberté de manœuvre, d’exercer leur libre-arbitre quant à leur possibilité d’adapter l’islam à leurs capacités personnelles et aux exigences de leur environnement social, humain, politique, économique. Pour Mahomet, il n’y a qu’une seule voie, tariq, chara’a, celle que tous les musulmans doivent emprunter s’ils ne veulent pas finir cramés en enfer.
En se proclamant modérés, ces musulmans qui ont mis un point d’honneur à en finir avec leur hypocrisie maladive ont pris conscience que leur boussole intellectuelle est défectueuse et que leur chemin est une antithèse de celui de Mahomet, qui voue une sainte horreur aux musulmans qui ne sont pas dans la voie de l’islam, qui ne sont rien d’autre, à ses yeux, que des apostats dissimulés. Soit on est musulman et on applique les principes fondamentaux de sa religion, soit on ne l’est pas et on prend la porte de sortie. Ernest Renan l’avait rêvé, les musulmans dits modérés, dans la mesure où leur turbine djihadiste n’était pas opérationnelle, l’ont fait.
Désormais, il ne faut plus jamais affubler les musulmans du masque de la modération puisque ces musulmans n’existent plus en tant que tels.
Nous devons tous aujourd’hui leur rendre un vibrant hommage pour leur clairvoyance hors du commun, leur courage admirable, leur lucidité incroyable. Qui oserait douter encore de leur perspicacité et de leurs immenses vertus humaines ?
Le grand soir des musulmans modérés dans leur ignorance de l’islam a échappé au regard avisé des médias, concentrés surtout sur les boucheries des vrais musulmans. Il reviendrait à nous tous de nous en faire l’écho et de relayer en boucle l’information historique sur la rupture définitive entre la majorité musulmane, qui n’avait de musulmane que l’étiquette, et l’islam fondamentalement mahométan. Celui qui s’enivre du sang de ses victimes et se nourrit de leur chair. L’islam de la terreur et des conversions au fil de l’épée. Un islam qui dépasse en horreur le nazisme et auquel le monde capitulard devrait décerner la palme d’or du génocide des peuples et de la destruction de la vie.
Autant croire que l’islam a inauguré la conquête de l’espace que d’imaginer les musulmans affublés du masque de la modération briser le mythe de l’islam de paix.
Pour éradiquer la métastase islamique le salut ne peut venir pourtant que des musulmans eux-mêmes.


:salem:
_________________
Il ne faut pas que nos lois antiracistes deviennent demain notre tombe. L'islam est le culte de la haine de l'autre et la mort de la vie le laisser faire c'est lui tendre le couteau de boucher pour nous égorger avec. De notre fermeté et de notre courage soyons les valeureux combattants de l'hydre musulmane.


Back to top
Visit poster’s website
Contenu Sponsorisé







PostPosted: Today at 00:23 (2019)    Post subject: Salem Ben Ammar

Back to top
Display posts from previous:   

Post new topic   Reply to topic    Apostats de l'islam Forum Index >>> Apostats de l'islam >>> Liens All times are GMT + 1 Hour
Goto page: <  1, 2, 378, 79, 8083, 84, 85  >
Page 79 of 85

 
Jump to:  

Portal | Index | Create own forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group

Thème réalisé par SGo