Apostats de l'islam Index du Forum
Apostats de l'islam
La vraie nature de l'islam - Passer de l'ombre de l'obscurantisme à la lumière de la connaissance
 
FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 

 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Irak
Aller à la page: 1, 2, 3, 4, 5  >  
Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Apostats de l'islam Index du Forum >>> Apostats de l'islam >>> Histoire et géopolitique des religions

Auteur Message
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 7 866
Localisation: Paradis d'Allah
Emploi: empêcheur de tourner en rond
Loisirs: amour toujours
Masculin
Point(s): 27 038
Moyenne de points: 3,44

MessagePosté le: Mer 19 Fév - 18:36 (2014)    Sujet du message: Irak Répondre en citant

 
Irak : Enterrement secret des corps des 52 réfugiés iraniens, un acte
lâche et criminel
 
 
Communiqué de Struan Stevenson, Président de la délégation du
Parlement européen pour les relations avec l'Irak, 14 février.
 
L'annonce soudaine par le gouvernement irakien de l'inhumation en
secret des corps des 52 réfugiés abattus par les forces irakiennes le
1er septembre de l'an dernier, est une nouvelle atrocité ignoble. Il
s'agit d'un acte criminel et lâche rappelant les atrocités nazies. Les
équipes militaires irakiennes du SWAT ont brutalement assassinés 52
hommes et femmes, menottant nombre d'entre eux avant de les exécuter
sommairement dans le camp d'Achraf.
 
Les autres, blessés, ont été exécutés alors qu'ils étaient allongés
sur des tables d'opération et des lits d'hôpitaux dans ce camp de
réfugiés en Irak. Sept otages ont été enlevés, dont six femmes et
personne n'a plus entendu parler d'eux depuis. Typiquement, le régime
irakien a nié avoir eu connaissance ou avoir participé au massacre,
malgré des preuves photographiques montrant des soldats portant des
uniformes irakiens, brandissant des armes américaines et faisant la
démonstration des techniques enseignées par des formateurs militaires
américains, attaquant et massacrant les réfugiés non armés.
 
La MANUI, qui communique quotidiennement avec les survivants du
massacre du camp Liberty, s'est engagée à faire restituer par le
gouvernement irakien les 52 corps dans leurs familles afin qu'un deuil
approprié et des funérailles solennelles puissent avoir lieu. La MANUI
a aussi demandé à ce que des autopsies complètes et indépendantes
soient menées afin d'identifier les armes utilisées par les tueurs.
Cet acte humanitaire de base a été refusé aux familles et aux amis des
défunts. Tentant clairement de dissimuler les preuves de sa
culpabilité, le gouvernement irakien s'est secrètement débarrassé des
corps, plusieurs mois après que leur massacre. C'est un acte de
barbarie presque incroyable qui devrait être condamné à l'échelle
internationale. La Cour pénale internationale doit maintenant inculper
Nouri Al Maliki pour sa claire implication dans ces crimes.
 
Malheureusement la réaction pusillanime des États-Unis et de l'UE au
massacre du camp d'Achraf a laissé la porte ouverte à Maliki et à ses
maitres iraniens pour monter des attaques répétées contre les camps
d'Achraf et de Liberty. L'inhumation secrète des corps des 52 victimes
innocentes est le résultat prévisible d'un tel comportement et
l'absence de réactions dans les termes les plus vifs donnera le feu
vert à de nouvelles attaques meurtrières. Beaucoup d'Iraniens sont de
plus en plus découragés et frustrés par cette complaisance intolérable
et veulent à présent des actions. Maliki et ses sbires doivent être
contraints à rendre des comptes devant les tribunaux internationaux.
 
J'exprime mes plus sincères condoléances aux familles et amis de ces
52 victimes, aux 2900 réfugiés du camp Liberty et à Mme Maryam
Radjavi, Présidente élue du Conseil national de la Résistance
iranienne.
 
Struan Stevenson, Député européen
Président de la délégation du Parlement européen pour les relations avec l'Irak
 
 
http://www.iranmanif.org/index.php/achraf-irak/3824-irak-enterrement-secret-des-corps-des-52-refugies-iraniens-un-acte-lache-et-criminel

_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité







MessagePosté le: Mer 19 Fév - 18:36 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 7 866
Localisation: Paradis d'Allah
Emploi: empêcheur de tourner en rond
Loisirs: amour toujours
Masculin
Point(s): 27 038
Moyenne de points: 3,44

MessagePosté le: Mar 25 Fév - 13:32 (2014)    Sujet du message: Irak Répondre en citant

Washington tire un trait sur les guerres longues

:M: Peur
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 7 866
Localisation: Paradis d'Allah
Emploi: empêcheur de tourner en rond
Loisirs: amour toujours
Masculin
Point(s): 27 038
Moyenne de points: 3,44

MessagePosté le: Lun 10 Mar - 15:08 (2014)    Sujet du message: Irak Répondre en citant

Nouri al-Maliki à FRANCE 24 : "Riyad et Doha soutiennent le terrorisme"

:FM: Peur
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 7 866
Localisation: Paradis d'Allah
Emploi: empêcheur de tourner en rond
Loisirs: amour toujours
Masculin
Point(s): 27 038
Moyenne de points: 3,44

MessagePosté le: Dim 13 Avr - 18:30 (2014)    Sujet du message: Irak Répondre en citant

deux attaques contre la police font 10 morts
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 7 866
Localisation: Paradis d'Allah
Emploi: empêcheur de tourner en rond
Loisirs: amour toujours
Masculin
Point(s): 27 038
Moyenne de points: 3,44

MessagePosté le: Lun 21 Avr - 17:25 (2014)    Sujet du message: Irak : les enfants de moins de 9 ans bientôt "autorisées" à se marier ? Répondre en citant

Irak : les enfants de moins de 9 ans bientôt "autorisées" à se marier ?

Ce mardi 15 avril, le parlement irakien a débattu sur un projet de loi sur la famille qualifié de « crime contre l'humanité » par les associations de droits des femmes. Porté par le ministre de la Justice irakien, il prévoit notamment de légaliser le viol conjugal et le mariage des fillettes de moins de neuf ans.




Un « crime contre l'humanité ». C'est aussi que les associations de défense des droits des femmes qualifient le projet de loi « Al-Jaafari » qui a été présenté ce mardi 15 avril aux 325 députés qui constituent le parlement irakien. Élaboré par le ministre de la Justice et défendu par le Premier ministre Nouri al-Maliki, ce projet de loi rétrograde a aussi le soutien du parti chiite Fadila, dont font partie les deux hommes.

Pourtant, son contenu a de quoi faire bondir la communauté internationale, puisqu'il prévoit de légaliser le divorce - et donc le mariage - des enfants de moins de neuf ans. Il y est aussi écrit noir sur blanc que les femmes doivent obéir aux exigences sexuelles de leur mari, rendant de facto légal de viol conjugal. Entre autres dispositions, le projet de loi Al-Jaafari prévoit également d'autoriser la polygamie et de doter les hommes d'un droit de tutelle sur leur femme. Enfin, en cas de divorce, la garde des enfants de plus de deux ans serait systématiquement accordée aux pères.

Une « humiliation pour les femmes »

Approuvé en Conseil des ministres début mars, ce projet de loi liberticide et profondément misogyne fait partie de la stratégie du Premier ministre Nouri Al-Ma pour s'attirer les voix de la majorité chiite du pays lors des élections législatives, qui se dérouleront le 30 avril prochain. Il suscite cependant de vives réactions au sein de la classe politique irakienne et même du parti chiite de Fadila et a déclenché la fronde des associations de défense des droits des femmes et des enfants.

Le 8 mars, à l'occasion de la Journée de la femme, féministes et défenseurs des Droits de l'homme se sont rassemblés à Bagdad pour protester contre le projet Al-Jaafari. « C'est dégoûtant. Quand, au nom de la loi, vous pouvez épouser une fille de moins de neuf ans ou quand vous empêchez une femme de choisir son compagnon, c'est un crime contre l'humanité », explique au micro d'Europe 1 la présidente de l'association Al-Amal (l'espoir), avant de souligner que le projet de loi « va à l'encontre des engagements de l'Irak à respecter les conventions internationales des Droits de l'homme ».

Du côté des députés aussi, la colère gronde. Interrogée par The Guardian, Safia al-Suhail, l'une des 82 femmes députées au parlement, estime que la loi « constitue une humiliation pour les femmes et pour les Irakiens en général. C'est un désastre pas seulement pour les femmes mais aussi pour les enfants. [...] Cela prouve que nous revenons en arrière. »



Les droits des femmes en Irak, « une histoire qui n'a pas de fin heureuse »

De son côté, Human Rights Watch a engagé une procédure pour forcer le parlement irakien à abandonner le projet de loi. Ce dernier, toutefois, a peu de chance d'être adopté, puisqu'il divise jusqu'au sein du camp chiite. Le représentant du culte chiite Ali al-Sistani a d'ailleurs fait savoir qu'il y était opposé, le texte allant à l'encontre du droit irakien et de la doctrine religieuse. Reste qu'onze ans après l'invasion de l'Irak par la coalition occidentale et la chute du régime de Saddam Hussein, les droits des femmes ont largement reculé dans le pays. Cité par Lesinrocks.com, l'envoyée spéciale de CNN Zainab Salbi explique : « Les États-Unis sont entrés en Irak en 2003 avec beaucoup de promesses, mais les droits des femmes n'étaient même pas présents sur leur écran-radar. Dix ans plus tard, les femmes irakiennes se retrouvent sujettes d'une histoire qui n'a pas de fin heureuse. »

http://www.terrafemina.com/societe/international/articles/41914-irak-les-en…
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 7 866
Localisation: Paradis d'Allah
Emploi: empêcheur de tourner en rond
Loisirs: amour toujours
Masculin
Point(s): 27 038
Moyenne de points: 3,44

MessagePosté le: Lun 26 Mai - 15:50 (2014)    Sujet du message: Irak Répondre en citant



Le mariage d'une petite fille de 9 ans avec un homme mur désormais licite en Irak

L’Iraq sera le premier pays au monde à légaliser la pédophilie


preuve

L’irak sera le premier pays au monde à légaliser la pédophilie
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 7 866
Localisation: Paradis d'Allah
Emploi: empêcheur de tourner en rond
Loisirs: amour toujours
Masculin
Point(s): 27 038
Moyenne de points: 3,44

MessagePosté le: Ven 13 Juin - 16:57 (2014)    Sujet du message: Irak Répondre en citant

Citation:
Sauf qu'ils n'ont toujours pas compris qu'islam et démocratie c'est le mélange de l'eau et de l'huile : ça ne prends pas !!!!

Shocked
Pour un Musulman
un vrai Musulman qui adhère à 100% au Saint Coran
Le Livre Sacré de l'Islam
ni la laïcité
ni la démocratie
ni la charte des Droits de l'Homme ne sont halal
Le Pouvoir vient d'Allah il faut donc gouverner toujours selon le Saint Coran car
c'est la Parole d'Allah
En pays d'islam tous les actes sont religieux même aller aux toilettes(entrer par le pied gauche...etc)
la laïcité est un mot vide de sens
La charte des Droits de l'homme de l'ONU a été rédigée par des Juifs et des Francs-Maçons
pour saper les vraies valeurs islamiques fondées sur
-la violence
-le fanatisme
-l'intolérance
-le ségrégationisme religieux
-le sexisme

Les USA qui ne sont pas eux mêmes laïques ne pouvaient pas apporter la démocratie
c'est impossible
la France est restée 132 ans en Algérie mais la civilisation n'a pas pris
et dès sa sortie de ce pays les gouvernants de ce pays se sont mis à islamiser à outrance
ce qui pousse les jeunes qui étouffent à l'émigration même s'ils en meurent
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 7 866
Localisation: Paradis d'Allah
Emploi: empêcheur de tourner en rond
Loisirs: amour toujours
Masculin
Point(s): 27 038
Moyenne de points: 3,44

MessagePosté le: Dim 15 Juin - 13:00 (2014)    Sujet du message: Irak Répondre en citant




Un cheikh saoudien très influent dans le monde sunnite soutient les terroristes de l'EIIL en Irak au nom de leur projet de Califat (l'État islamique) voué à implanter la charia!
Al-Arifi, un islamo-théologien très GRAND PUBLIC (il a son propre show de TV, presque 9 millions d'abonnés
Twitter, et ses livres se vendent par millions en plusieurs langues), se rallie en effet «indirectement» aux hordes infernales et terroristes de l'EIIL en qualifiant l'Irak de «terre du Califat».

Source: Romain Caillet,
https://twitter.com/RomainCaillet/status/477779293791993856

Al-Arifi est l'imam d'une méga-mosquée royale en Arabie saoudite, et professeur à l'Université du Roi-Saoud à Riyad.
Dans cette vidéo (en arabe), il explique pourquoi le témoignage d'une femme
vaut seulement la moitié de celui d'un homme:



Dans cette autre vidéo, il affirme candidement qu'un mari peut "corriger" sa femme,
mais doit éviter de lui amocher le visage:




En 2012, il s'est fait interdire d'entrer en Suisse et dans l'espace Schengen (26 États européens)
suite à la campagne menée par Kacem el Ghazzali, un ex-musulman d'origine marocaine réfugié en Suisse:
http://www.postedeveille.ca/2012/12/suisse-le-predicateur-saoudien-al-arifi…
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 7 866
Localisation: Paradis d'Allah
Emploi: empêcheur de tourner en rond
Loisirs: amour toujours
Masculin
Point(s): 27 038
Moyenne de points: 3,44

MessagePosté le: Dim 15 Juin - 14:17 (2014)    Sujet du message: Irak Répondre en citant

http://www.lepoint.fr/editos-du-point/jean-guisnel/alain-chouet-en-irak-l-i…[Newsletter-Mi-journee]-20140615


Alain Chouet : "En Irak, l'Iran a tout intérêt à laisser les Occidentaux s'enferrer !"
  La progression des djihadistes menace Bagdad, tandis que l'Iran est en embuscade et que les Américains hésitent. L'analyse d'un spécialiste du renseignement.


_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 7 866
Localisation: Paradis d'Allah
Emploi: empêcheur de tourner en rond
Loisirs: amour toujours
Masculin
Point(s): 27 038
Moyenne de points: 3,44

MessagePosté le: Mar 17 Juin - 16:04 (2014)    Sujet du message: Irak Répondre en citant

Abou Bakr al-Baghdadi, le nouveau Ben Laden




Le mystérieux fondateur de l’Etat islamique en Irak et au Levant s’affirme comme le successeur véritable d’Oussama ben Laden. Au prix d’une guerre sanglante, en Syrie, contre les autres groupes djihadistes et de méthodes ultra-violentes qui impressionnent même les cadres d’Al-Qaida


Il n’existe que deux photos de lui, floues et au format d’identité. Sur celle diffusée par le FBI, il apparaît joufflu et mal rasé. Celle du Ministère irakien de l’intérieur le montre un peu plus dégarni avec barbe naissante et moustache. En réalité, nul ne sait à quoi ressemble aujourd’hui Abou Bakr al-Baghdadi, le chef de l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL). Et pourtant, jamais avant lui un chef djihadiste n’avait commandé autant de combattants, contrôlé un aussi vaste territoire et disposé d’une telle manne financière. Même Oussama ben Laden, au temps de sa splendeur afghane avant les attentats du 11-Septembre, n’était pas aussi puissant.

Abou Bakr al-Baghdadi, dont les hommes sévissent des portes de Bagdad à la banlieue de Damas, de la frontière de la Jordanie à celle de la Turquie, est le «djihadiste invisible», un pouvoir sans visage, une force sans face. Personne ne peut dire qu’il l’a croisé , pas même les otages occidentaux détenus par ses hommes en Syrie et qui ont eu la chance de réchapper de leur enfer. Jusqu’à son nom de guerre est un leurre: Abou Bakr fait référence au premier calife et compagnon du Prophète, Al-Baghdadi signifie tout simplement de Bagdad.

Alors que Ben Laden mettait un soin de pop star au tournage) de ses clips de propagande, Baghdadi fuit l’image. Alors qu’Ayman al-Zawahiri, le médecin égyptien qui a pris la tête d’Al-Qaida après l’élimination de Ben Laden en mai 2011, aime à disserter des heures dans ses vidéos postées sur Internet, lui ne parle pas. Ou à peine: on lui attribue une poignée de messages audio, sans certitude sur leur authenticité. Ce silence, cette absence ne font que renforcer son mythe: ses actes parlent pour lui, sa cruauté tient lieu de discours, tissant une légende qui agite toute la djihadosphère, de l’Indonésie à la Mauritanie en passant par les banlieues européennes.

D’Abou Bakr al-Baghdadi, on sait seulement qu’il est originaire de la province de Dyala, dans l’est de l’Irak, là où Kurdes, chiites et sunnites se déchirent dans une sanglante mêlée à coups d’attentats suicides et d’assassinats. On sait aussi que la famille d’Al-Baghdadi est issue du clan tribal des Samarraï (de la ville de Samarra) et qu’il aime à rattacher sa lignée à celle des Husseini, les descendants du Prophète. Dernière précision: Al-Baghdadi, qui a étudié à l’université islamique de Bagdad et n’a pas de passé militaire, a fait ses premières armes dans le djihad après l’invasion américaine de l’Irak, dans l’un des petits groupes insurgés qui ont alors proliféré.

Une décennie plus tard, l’homme est à la tête d’une dizaine de milliers de combattants en Irak, plus de 7000 à 8000 en Syrie. Ses troupes contrôlent une bonne partie des provinces d’Anbar (Falloujah et une partie de Ramadi), de Salaheddine (Tikrit et Samarra) et de Ninive (elles ont pris le contrôle de sa principale ville, Mossoul, la semaine dernière). Elles menacent maintenant Bagdad. En Syrie, l’EIIL domine les provinces de Deir ez-Zor et Raqqa, exploite des puits pétroliers près de Hassetché et est actif dans les régions de Lattaquié, Alep, Idlib, Hama, et même Damas.

Des volontaires affluent de partout vers le pays de Cham, le nom islamique de la Syrie. D’Europe, d’Asie centrale, d’Australie, du Caucase, du Maghreb et du Golfe, ils viennent rejoindre le plus grand djihad transnational jamais mené. Et ils choisissent massivement l’EIIL plutôt que le Front Al-Nosra, pourtant succursale officielle d’Al-Qaida en Syrie.

Le drapeau – noir et frappé de la profession de foi – est le même, le discours, l’objectif aussi: instaurer un Etat islamiquement pur, faisant observer la charia dans son acception la plus rigoriste. Et pourtant, c’est une lutte à mort qui s’est engagée au sein de la nébuleuse qaïdiste. L’EIIL – souvent désignée par son acronyme anglais, ISIS, ou arabe, Dai’sh – est la pire menace contre Al-Qaida depuis sa fondation dans les zones tribales pakistanaises en 1988 par Oussama ben Laden. Un ennemi de l’intérieur.

Les hostilités ont débuté fin mars 2013, lorsque l’Etat islamique en Irak a proclamé sa fusion avec le Front Al-Nosra, d’Abou ­Mohamed al-Jolani, considéré comme la filiale syrienne du groupe. Les liens sont innombrables et anciens, tissés par une décennie de djihad en Irak. Mais il s’agit bel et bien d’une OPA inamicale. Il ne faut pas longtemps à l’organisation syrienne pour opposer un refus poli mais ferme. Chacun son pays, chacun son djihad.

Dans son refuge pakistanais, Ayman al-Zawahiri, qui consacre l’essentiel de son temps à échapper aux frappes de drones américains, comprend immédiatement la menace. Il donne raison au Front Al-Nosra, mais plus rien ne peut arrêter la marche d’Abou Bakr al-Baghdadi. Zawahiri a de bonnes raisons de s’en méfier: ce dernier ne lui a pas prêté allégeance dans les mois qui ont suivi la mort de Ben Laden. Un vieux contentieux oppose l’idéologue égyptien et le jeune chef irakien. Baghdadi est un disciple d’Abou Moussab al-Zarkaoui.

Ce Jordanien d’origine n’était qu’un cadre marginal d’Al-Qaida, un second couteau. Installé dans le Kurdistan d’Irak dès 2002, il est aux premières loges de l’invasion américaine l’année suivante. Il prend vite la tête du combat anti­américain et frappe les esprits en décapitant de sa main l’entrepreneur américain Nicholas Berg en mai 2004. L’autre spécificité de Zarkaoui, ce sont les massacres de chiites, décimés par les attentats suicides à répétition, qui lui valent une certaine popularité en Arabie saoudite, où le chiisme est traité comme une hérésie. Mais l’état-major d’Al-Qaida, en particulier Zawahiri, désapprouve cette stratégie qui risque de transformer le djihad global en fitna («discorde») intermusulmane. Zawahiri ordonne alors à Zarkaoui de mettre fin aux attentats anti-chiites. En vain. Finalement, le renégat est tué par l’aviation américaine en juin 2006 dans la région de Dyala, celle dont Baghdadi est originaire.

Al-Qaida en Mésopotamie est alors repris en main par un «commissaire politique» égyptien envoyé par Zawahiri: il s’agit d’Abou Hamza al-Mouhajer (Youssef Al-Dardiri de son vrai nom), qui exerce un comagistère avec l’émir irakien du groupe. L’organisation, qui a fusionné avec plusieurs autres groupuscules, est rebaptisée «Etat islamique en Irak».

L’objectif est d’autant plus ambitieux que le projet djihadiste en Irak est presque réduit à néant: à partir de fin 2006, l’armée américaine recrute des tribus arabes sunnites lasses de la férule d’Al-Qaida et de ses excès. En avril 2010, Abou Hamza et l’émir irakien sont tués. Si bien qu’Abou Bakr al-Baghdadi reprend les rênes d’une organisation affaiblie, mais soudée et aguerrie.

Il y a, entre Zawahiri et Baghdadi, un fossé générationnel: le premier a connu le djihad afghan, le second s’est forgé dans le djihad irakien. L’Egyptien est un théoricien qui glose sans fin sur l’impact des révolutions arabes ou l’histoire des Frères musulmans en Egypte; l’Irakien est un praticien de la violence, dont il a fait son principal argument de recrutement. Avec lui, l’Irak devient une école de formation où se croisent jeunes militants venus de partout, attirés par l’ultra-violence.

Enfin, chaque leader est contraint par sa situation. Zawahiri bénéficie de l’aura fondatrice du 11-Septembre mais ne dispose d’aucun territoire sûr et vit hors du monde arabe: il théorise le ­djihad lointain (contre l’ennemi occidental) pour impressionner les foules musulmanes. Baghdadi, lui, a fait l’expérience de l’émirat de Falloujah: la prise de la ville par les insurgés en 2004 puis sa chute aux mains de l’US Army. Pour mettre en œuvre son Etat islamique au cœur du monde arabe, il donne la primauté au djihad proche, contre les ennemis immédiats, à commencer par les musulmans qui s’opposent à son projet.

La mort de Ben Laden, en plein Printemps arabe, a été le détonateur des rivalités de succession. Il n’y a en effet pas de raison qu’Al-Qaida échappe, comme toute organisation politique, aux querelles de leadership. Malgré son retrait de l’opérationnel, le milliardaire saoudien restait l’incontestable «statue du commandeur». A sa disparition, la jeune garde dévoile son ambition. Abou Bakr al-Baghdadi en est le chef de file.

Dès ses débuts à la tête de l’Etat islamique en Irak, en mai 2010, il organise 60 attaques simultanées, faisant 110 morts en un seul jour. A l’automne, il ordonne l’assaut de la cathédrale de Bagdad (46 morts parmi les fidèles). Le message est limpide: Al-Qaida n’est pas mort en Irak, l’Etat islamique a pris la relève. Le départ des troupes américaines en décembre 2011 et la politique sectaire du premier ministre chiite irakien Nouri al-Maliki font le reste. En humiliant et en opprimant les sunnites, Maliki a radicalisé toute une communauté qu’il a poussée dans les bras des extrémistes.

Au printemps de la même année 2011, la révolution éclate en Syrie. La population demande plus de liberté et de justice sociale, mais le soulèvement a aussi des relents confessionnels: la majorité sunnite ne supporte plus la mainmise de la minorité alaouite, une branche dissidente du chiisme dont est issue la famille Assad, sur les postes à responsabilité, notamment dans l’appareil sécuritaire. Le terreau est favorable pour le discours anti-chiite de ­Baghdadi.

Étrangement, le régime syrien, qui emprisonne et torture ses opposants à tour de bras, va relâcher un certain nombre de cadres djihadistes détenus dans ses geôles. Pourquoi remettre dans le circuit ces extrémistes qui vont logiquement retourner leurs armes contre le régime impie des Assad? Parce que cela participe d’une «gestion» confessionnelle de la crise, permettant de souder toutes les minorités contre la menace sunnite fondamentaliste. Parce que, également, les services syriens, qui ont passé depuis 2003 leur temps à gérer, infiltrer, exfiltrer les djihadistes en transit vers l’Irak, connaissent parfaitement leurs «clients», quand ils ne les manipulent pas à distance. Ils savent que l’objectif premier de certains d’entre eux est l’installation d’un califat appliquant strictement la charia, plutôt que l’instauration de la démocratie au Proche-Orient.

Les effets ne tardent pas à se faire sentir. En janvier 2012, le Front Al-Nosra annonce sa formation sous l’égide d’Abou Mohamed al-Jolani, un Syrien formé en Irak. Sa témérité et son intégrité lui valent un essor spectaculaire et de la sympathie dans le grand public. Il ne cache pas sa proximité avec l’Etat islamique, auquel il sert de poisson pilote. Le groupe irakien fait son apparition sur le théâtre syrien en son propre nom début 2013.

Contrairement au Front Al-Nosra, l’EIIL ne paraît pas rechercher la confrontation avec l’armée syrienne, mais se concentre plutôt sur la prise de contrôle des postes frontières afin d’établir une continuité territoriale avec l’Irak. Il prend possession des territoires libérés par d’autres, tel un coucou. A Raqqa, première capitale de province débarrassée du régime, il frappe les esprits en organisant l’exécution publique de soldats alaouites. Ailleurs, il s’empare de dépôts d’armes de la rébellion et tue au besoin certains de ses chefs, sans le revendiquer. Enfin, il vise les zones pétrolières, source de juteux trafics, et «stocke» les otages occidentaux dans la plus grande discrétion. En mars 2013, ses positions sont suffisamment consolidées pour lancer son OPA contre le Front Al-Nosra et revendiquer tout le pouvoir.

Abou Bakr al-Baghdadi est obsédé par l’expérience irakienne et l’émergence des milices Sahwa (sunnites anti-Al-Qaida). Il fait donc place nette dans les zones qu’il contrôle: tous les opposants ou rivaux potentiels sont éliminés. La cible principale de Dai’sh: les rebelles laïques et les autres groupes islamistes. «Leur stratégie est la même que celle des staliniens pendant la guerre d’Espagne, qui se sont débarrassés de leurs concurrents anarchistes et trotskistes plutôt que de combattre Franco», résume un diplomate.

Pendant ce temps, l’armée de Bachar el-Assad épargne l’EIIL. Des proches du régime de Damas vont jusqu’à racheter du pétrole vendu par les djihadistes. L’EIIL est-elle une «créature» des services d’Assad, comme le clament les opposants laïques? «C’est aller trop loin dans le complotisme, tempère Dominique Thomas, spécialiste des mouvements djihadistes et chercheur associé à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS). D’abord, les djihadistes relâchés sont allés vers d’autres groupes que l’Etat islamique. Ensuite, il ne faut pas établir de causalités à l’envers dans un contexte de guerre très flou et mouvant.»

Reste que des liens anciens continuent d’alimenter l’hypothèse d’une collusion entre Damas et l’Etat islamique. Une chose est sûre: «L’organisation a largement recruté parmi les anciens baassistes irakiens», comme le souligne Dominique Thomas, et ces derniers ont gardé de solides relais à Damas.

Début 2013, le contexte change en Irak: le premier ministre chiite Nouri al-Maliki apporte son soutien à Bachar el-Assad, car il est lui aussi confronté à un soulèvement sunnite dans la province d’Anbar, qu’il a largement contribué à créer en opprimant cette communauté déchue depuis la chute de Saddam Hussein. Baghdadi y voit l’opportunité d’installer son embryon d’Etat à cheval sur les deux pays. Constamment de part et d’autre de la frontière, il est insaisissable. Le pétrole syrien et le ­racket des fonctionnaires irakiens lui assurent une manne importante, ainsi que le trafic d’antiquités provenant des zones syriennes libérées.

Le business des otages se révèle tout aussi rentable. Il est pensé, exécuté avec détermination: de fin 2012 à l’automne 2013, l’EIIL s’empare d’une trentaine d’Occidentaux, journalistes et humanitaires surtout, dont Didier François, Edouard Elias, Nicolas Hénin et Pierre Torres, en juin 2013. La stratégie consiste à en prendre le plus possible. Les Occidentaux sont considérés comme un butin, un attribut de puissance. Les ser­vices de renseignement occidentaux voient, effarés, la liste des otages s’allonger, sans aucune revendication ou demande de rançon dans un premier temps. Quelle est la finalité de tout cela: boucliers humains, monnaie d’échange? Certains vont jusqu’à penser que le projet était de mettre sur pied un Guantanamo à l’envers, un Abou Ghraib d’Occidentaux. L’idée a sûrement plu aux candidats européens au djihad, qui sont utilisés comme geôliers de leurs compatriotes: Britanniques, Français, Belges sont venus jouer les «petites mains» du djihad de Baghdadi.

Les négociations commencent à la fin de l’hiver 2014 et 12 otages sont progressivement libérés (trois journalistes espagnols, quatre journalistes français et cinq humanitaires, contre rançons. Tous témoignent du fanatisme et surtout du désir de re­connaissance de Dai’sh: «Nous sommes comme un Etat, hein! Tu as vu comme on est bien organisés», ne cessent de leur répéter les geôliers, fiers de la reconnaissance occidentale ainsi obtenue, surtout de la France, membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU.

L’EIIL, qui a conscience de son environnement géopolitique, s’attaque aussi aux milices kurdes du PYD, qui ont pris le contrôle du Kurdistan syrien, s’assurant ainsi les bonnes grâces du gouvernement turc, qui laisse passer armes et djihadistes à travers ses fron­tières, du moins jusqu’à la fin de l’hiver 2014. Il prend soin aussi d’entretenir son image de pureté radicale sur les réseaux sociaux, pour s’imposer comme la seule force réellement djihadiste, accusant Al-Qaida de pactiser avec les démocrates. Le groupe publie même un rapport annuel détaillé de ses activités militaires – le dernier en mai 2014 –, témoignant d’une structure hiérarchisée et d’une centralisation de l’infor­mation. Il se targue notamment d’avoir permis l’évasion de milliers de détenus djihadistes dans l’attaque de huit prisons en moins d’un an en Irak.

Quand, à la fin de 2013, des groupes comme les Egyptiens d’Ansar Beit al-Maqdis ou Ansar al-Charia Tunisie et Libye commencent à se rapprocher de l’EIIL, Ayman Al-Zawahiri se range à l’idée d’une guerre ouverte contre son rival. Pour lui, l’EIIL est truffé d’anciens repris de justice qui ­manient le takfir («excommunication») à tort et à travers et effraient les non-islamistes par leur radicalité, alors que les révolutions arabes ont montré que les populations ne sont pas toutes acquises au fondamentalisme.

Le chef d’Al-Qaida soutient donc discrètement la grande offensive lancée, fin décembre, par les libéraux de l’Armée syrienne libre et d’autres groupes rebelles islamistes contre l’EIIL. Gêné, le Front Al-Nosra parle de trêve et de médiation, jusqu’à ce que l’envoyé spécial personnel de Zawahiri soit assassiné par l’EIIL. La guerre est déclarée au sein d’Al-Qaida. L’EIIL se retire d’Alep mais stabilise vite ses positions grâce à ses alliances tribales dans les provinces de ­Raqqa et de Deir ez-Zor. En Irak, le gouvernement Maliki passe à l’offensive à Falloujah, sans succès. Aujourd’hui, c’est l’EIIL qui menace Bagdad.

En Syrie, l’EIIL repassera à l’offensive, prédit Jean-Pierre Filiu, professeur à Science Po, qui vient de publier une note pour la Fondation Carnegie, Al-Qaida est morte, vive Al-Qaida! Et, tôt ou tard, l’EIIL frappera en Occident. A ce jour, le FBI offre 25 millions de dollars pour la capture de Zawahiri et 10 millions pour celle de Baghdadi. Les Américains se rendront bientôt à l’évidence: Al-Qaida, désormais, c’est l’Etat islamique en Irak et au Levant.



Film de propagande sue EIIL
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 7 866
Localisation: Paradis d'Allah
Emploi: empêcheur de tourner en rond
Loisirs: amour toujours
Masculin
Point(s): 27 038
Moyenne de points: 3,44

MessagePosté le: Jeu 26 Juin - 14:10 (2014)    Sujet du message: Irak Répondre en citant



1700 chiites tués par les sunnites en Irak
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 7 866
Localisation: Paradis d'Allah
Emploi: empêcheur de tourner en rond
Loisirs: amour toujours
Masculin
Point(s): 27 038
Moyenne de points: 3,44

MessagePosté le: Dim 29 Juin - 15:26 (2014)    Sujet du message: Irak Répondre en citant

Irak : le Front Al-Nosra et les djihadistes de l'EIIL, quand les ennemis d'hier deviennent alliés






_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 7 866
Localisation: Paradis d'Allah
Emploi: empêcheur de tourner en rond
Loisirs: amour toujours
Masculin
Point(s): 27 038
Moyenne de points: 3,44

MessagePosté le: Lun 30 Juin - 11:54 (2014)    Sujet du message: Irak Répondre en citant

Les 16 commandements de l'Etat islamique en Irak et au LevantDans les villes qu'ils contrôlent en Irak,
les jihadistes font régner la terreur en distribuant des tracts à la population.

Les manifestations sont désormais interdites, et le niqab obligatoire.


Photo non datée

Avec la prise de Mossoul, les jihadistes de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) font désormais régner la terreur sur la deuxième ville d'Irak. En quelques jours d'une offensive fulgurante, l'EIIL a mis la main sur de larges portions de territoire, conquérant, outre Mossoul, une grande partie de sa province de Ninive (nord), de Tikrit et d'autres secteurs des provinces de Salaheddine (nord), Diyala (est) et Kirkouk (nord). Ils font désormais route vers l'ouest. 
Tout au long de leur avancée, les jihadistes distribuent des ordres à la population, détaillant le nouveau style de vie que les habitants doivent adopter sous leur joug. Lundi 23 juin, photo à l'appui, Libération publie les 16 commandements de l'EIIL, distribués dans les rues de Mossoul sous forme de tracts. 
Niqab obligatoire, cigarettes interditesL'article 5 de cette charte promet à ceux qui "détruisent la terre" "l’exécution, la crucifixion, l’amputation des bras ou (et) des jambes, ou l’exil". Trois articles plus loin, l'EIIL interdit l’usage de l’alcool, du tabac et des drogues. "L'article 10 interdit désormais toute manifestation publique, sous prétexte qu'elles sont contraires à l'islam", selon le journal.
Le texte oblige les femmes à se voiler intégralement sous un niqab, visage compris. Tout déplacement devra être jugé "nécessaire" pour être autorisé, et effectué en présence d'un homme de la famille. 
L'article 13 concerne les statues, promises à la destruction du fait qu’elles étaient adorées avant l’islam. "Il se fonde notamment sur la destruction par Mahomet de 360 statues à La Mecque et sur la sourate Al-Maeda", détaille Libération : "Ô les croyants ! Le vin, le jeu de hasard, les pierres dressées, les flèches de divination ne sont qu’une abomination, œuvre du diable." L'EIIL pourrait ainsi s'attaquer, comme les talibans l'avaient fait avec les bouddhas de Bâmiyân (Afghanistan), au site archéologique de Ninive, l’un des plus beaux de la région.
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 7 866
Localisation: Paradis d'Allah
Emploi: empêcheur de tourner en rond
Loisirs: amour toujours
Masculin
Point(s): 27 038
Moyenne de points: 3,44

MessagePosté le: Lun 30 Juin - 14:54 (2014)    Sujet du message: Irak Répondre en citant



non
_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 7 866
Localisation: Paradis d'Allah
Emploi: empêcheur de tourner en rond
Loisirs: amour toujours
Masculin
Point(s): 27 038
Moyenne de points: 3,44

MessagePosté le: Jeu 3 Juil - 15:05 (2014)    Sujet du message: Irak Répondre en citant


Les marionnettistes ont-ils décidé l'avancée des marionnettes? Mgr Nona dénonce le comportement étrange de l'armée irakienne: "nonobstant une présence importante des forces de sécurité, celles-ci ont laissé faire librement sans même esquisser une timide tentative de défense"
Le nouveau calvaire des chrétiens de Mossoul
Nouvelles dramatiques en provenance du nord de l'Irak dont les djihadistes de l'Etat islamique et du Levant ont pris le contrôle, églises les plus antiques comprises.
L'archevêque Nona, successeur du martyr Rahho tué en 2008, déclare: "je n'abandonnerai pas mon diocèse".
La nouvelle de l'explosion d'une église en construction à l'est de Mossoul circule déjà sur les réseaux sociaux. De même que celle selon laquelle le monastère de Mar Behnam - datant du IVème siècle, un des lieux historiques les plus importants du christianisme assyrien - se trouve déjà entre les mains des milices de l'Etat islamique de l'Iraq et du Levant qui ont pris le contrôle de la seconde ville d'Iraq. De nombreux points d'interrogation s'accumulent concernant le sort réservé aux églises de Mossoul même, abandonnée en toute hâte par le clergé et les fidèles qui, malgré toutes les souffrances vécues par l'Iraq ces dix dernières années, avaient eu le courage de rester. Ils font maintenant partie des centaines de milliers de personnes en fuite vers le Kurdistan.
Parmi les nouvelles dramatiques arrivées hier de Mossoul se trouve plus particulièrement celle de la communauté chrétienne locale, aux prises avec le cauchemar d'une milice djihadiste qu'ils connaissent bien et qui a montré dans la province syrienne de Rakka de quoi les djihadistes sont capables. Le mail, expédié hier soir, d'un religieux dominicain de Mossoul à son supérieur provincial donne une idée du climat dramatique qui règne en ce moment dans le nord de l'Iraq: "Je vous écris en pleine situation critique et apocalyptique - peut-on lire dans le message - .La majeure partie des habitants de la ville a déjà abandonné sa maison et s'est sauvée dans les villages; ils dorment à la belle étoile sans rien à manger ni à boire. Des milliers et des milliers d'hommes armés de l'Etat islamique de l'Iraq et du Levant ont attaqué Mossoul ces deux derniers jours. Ils ont assassiné adultes et enfants. Les corps ont été laissés par centaines dans les rues et dans les maisons, sans aucune pitié. L'armée et les forces régulières ont elles aussi abandonné la ville derrière le gouverneur"». On peut entendre ce cri diffusé depuis les mosquées : "Allah Akhbar, longue vie à l'Etat islamique"».

Le message laisse entendre qu'à Qaragosh - la petite ville la plus important de la plaine de Ninive où de nombreux chrétiens avaient trouvé refuge ces dernières années - la situation est inquiétante. «Qaraqosh - écrivait hier le religieux dominicain depuis le nord de l'Iraq - est submergée par toutes sortes de réfugiés sans nourriture ni abris. Les Check Points et les milices kurdes empêchent les nombreux réfugiés d'entrer au Kurdistan. Ce à quoi nous assistons et que nous vivons ces deux derniers jours est horrible et catastrophique. Le monastère de Mar Behnam et d'autre églises sont tombée aux mains des rebelles... et maintenant les voilà arrivés ici; ils sont entrés à Qaraqosh il y a cinq minutes. Nous sommes cernés et menacés de mort... Priez pour nous. Désolé, mais je ne peux continuer à écrire... Ils ne sont pas très loin de notre couvent...»
Un autre témoignage tout aussi dramatique nous provient du site français Famille Chrétienne du Père Pius Affas, le curé de l'église syro-catholique de Mar Thomas à Mossoul, exilé désormais lui aussi comme tous les autres: «Je suis toujours resté à Mossoul, même après avoir été emprisonné puis relâché en 2007 - raconte-t-il - . Aujourd'hui serait l'anniversaire de mes quarante deux ans de sacerdoce. Et j'ai dû laisser une église qui a 150 ans d'histoire et un patrimoine chrétien très important que je ne reverrai peut-être jamais. J'ai le cœur brisé. Toutes les églises de Mossoul ont été abandonnées à leur triste sort, même si nous espérons pouvoir revenir. Et c'est un trésor immense car Mossoul a été l'un des premiers centres du christianisme, certaines églises remontent au septième siècle».
Une autre confirmation de la gravité de la situation nous provient de l'archevêque chaldéen de Mossoul, Mg Emil Shimoun Nona, que l'agence AsiaNews a pu joindre au téléphone. Nona est le successeur de l'évêque martyr Paulos Farai Rahho, enlevé puis assassiné ici par les islamistes en 2008. Lui-même s'est marié dans une localité en dehors de la ville, mais il affirme; «Je n'ai pas l'intention de laisser mon diocèse». «Les gens ont eu très peur - poursuit-il - les chrétiens ont fui presque tous, beaucoup de musulmans ont aussi quitté leur maison. Une ville de presque trois millions d'habitants se trouve maintenant quasiment vide, tellement sont nombreux les gens qui ont fui». Mg Nona dénonce comme "très étrange" le comportement de l'armée irakienne: nonobstant la présence en nombre des forces de sécurité , «elles ont laissé faire librement sans même esquisser une timide tentative de défense».. Voilà pourquoi, ajoute-t-il, «la population a eu peur et s'est mise à fuir».
La condition des fuyards - déjà au nombre de cinq cent mille au moins selon une première estimation de l'Organisation internationale pour les migrations - est désespérée. Au nord de l'Iraq, en effet, il n'y a plus aucune ong pour faire face à l'urgence et l'archevêque de Mossoul raconte que les habitants des villages de la plaine de Ninive «peinent à accueillir encore d'autres gens, que bien vite vont manquer la nourriture et l'eau, qu'il n'est pas possible d'accueillir tout le monde...»
Le prélat chaldéen - rapporte encore AsiaNews - souhaite une solution vraie et durable de la crise irakienne», un projet à long terme «pour une nation divisée par les groupes religieux, politiques, ethniques»; il faut un «Etat fort», conclue-t-il, qui mette fin aux tueries et aux violences... Le peuple irakien est bon, il mérite une vision commune et une solution qui soit source de paix».

Source de l'original:

http://www.lastampa.it/2014/06/11/esteri/vatican-insider/it/il-nuovo-calvar…

_________________

Signature - Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé







MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:18 (2017)    Sujet du message: Irak

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Apostats de l'islam Index du Forum >>> Apostats de l'islam >>> Histoire et géopolitique des religions Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2, 3, 4, 5  >
Page 1 sur 5

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème réalisé par SGo